eco TV

Le casse-tête de l’endettement croissant du secteur public

09/10/2020

Aux États-Unis, comme dans de nombreux autres pays, la dette publique en pourcentage du PIB ne cesse d’augmenter depuis le début des années 80. Les récessions, pour des raisons évidentes, entraînent une accélération de l’accumulation de la dette, mais les périodes d’expansions n’enregistrent pas de baisse significative.

TRANSCRIPT // Le casse-tête de l’endettement croissant du secteur public : octobre 2020

LE GRAPHIQUE DU MOIS

 

François Doux : On reste aux États-Unis pour le Graphique du mois. William De Vijlder, vous avez choisi un graphique édifiant, un graphique qui fait mal : la dette américaine rapportée au produit intérieur brut.

On le voit sur ce graphique. Commençons par la fin, par la conclusion. On est en 2020 aux alentours de 80 %, et les projections atteignent même 200 % en 2050. On ne peut pas continuer comme ça ?

William De Vijlder : Oui François. Je propose que l’on appelle ce graphique : « le cauchemar de Washington D.C. »

Effectivement, on ne peut pas continuer comme ça. Il faut insister sur le fait que l'organisme, le « Congressional Budget Office », qui a fait ce graphique part de l'hypothèse que toutes les politiques existantes sont maintenues jusqu'à l'infini. C’est ce qui explique cette très forte accélération, qui trouve son origine surtout dans les dépenses de santé. C’est vraiment le moteur de la très forte hausse des dépenses, et donc en conséquence du déficit et de l'endettement.

François Doux : Ce qui est intéressant aussi sur ce graphique, c’est l’histoire. On voit que les rares moments où l'endettement a baissé par rapport au PIB, c'est après une grande guerre, après une grande dépression ou une récession. Par contre quand ça va bien, quand il y a de la reprise, cela ne baisse pas. Pourtant on s’endette pour essayer de relancer la croissance. Donc on ne fait pas les bons efforts ?

William De Vijlder : Effectivement, on a envie de dire qu’il y a une sorte de changement. Nous sommes entrés dans un nouveau régime à partir du début des années 80, avec cette longue période de croissance très forte, très soutenue après la Seconde Guerre mondiale. Mais à partir de 1980, à chaque fois qu’il y a eu une récession, l’endettement montait et après on n'arrivait pas à le faire baisser. L’exception étant toutefois la seconde partie des années 90, une période presque euphorique avec une croissance forte et pas d’inflation.

François Doux : On a une sorte d’effet de cliquet, d’hystérèse comme on le dit en économie. Le ratio ne baisse pas malgré la croissance. Les taux sont bas, donc on ne pense pas à se désendetter. C'est le problème ?

William De Vijlder : Oui. Vous avez bien choisi le mot « hystérèse », que l’on applique par exemple au niveau du chômage mais également au niveau d'endettement du secteur public. Cela montre que, surtout quand une récession a été profonde comme on a vu en 2008-2009, il faut plusieurs années avant que l'économie récupère suffisamment. Donc, pendant des années on se dit : « On ne peut pas se permettre de mener une politique budgétaire qui resserre la vis ». En conséquence, l’endettement, au mieux, se stabilise.

François Doux : Aujourd'hui les taux d'intérêt très bas n’incitent pas à se désendetter.

William De Vijlder : Oui, parce que maintenant le nouvel adage est : avec des taux qui sont aussi bas, il est plus facile d'arriver à cette équation un peu magique qui consiste à dire que la croissance nominale du PIB dépasse le coût de financement du secteur public, et donc cela donne un volant de manœuvre très important pour le secteur public, d'ailleurs nécessaire dans l'environnement actuel.

Le point important à garder à l’esprit est que, malgré cette situation de croissance qui dépasse les taux d'intérêt, d’autres facteurs, d'autres éléments de dépenses connaissent une croissance très importante. On sera quand même confronté à une problématique qui sera très difficile à gérer.

François Doux : Dernière question. Le rôle de la banque centrale, en l'occurrence la Fed aux États-Unis. On sait que d’autres pays sont dans cette situation. Son rôle évolue ou pas vraiment ?

William De Vijlder : Oui, il a très fortement évolué et pas uniquement aux États-Unis. C’est à mettre en rapport avec un autre élément très important. Vous avez parlé de la baisse des taux d’intérêts. Cette baisse a eu comme conséquence que l’on frôle presque en permanence le point zéro. Ainsi, la politique des banques centrales consiste maintenant à augmenter la taille de leur bilan, à acheter du papier d’État ou du papier émis par les entreprises. On s'achemine vers une sorte de recours permanent à chaque récession, à un recours à la banque centrale où l’on dit : « on mène une politique budgétaire pour relancer la machine, mais c'est la banque centrale qui va acheter le papier émis ».

François Doux : Presque comme un acteur public ?

William De Vijlder : C’est le gros débat qui ne fait pas l’unanimité et, d’ailleurs, c’est ce qui est intéressant pour un économiste, les désaccords. Mais effectivement, on voit poindre un vrai sujet: jusqu'où la banque centrale pourra accepter d'acheter de plus en plus de papiers d’État ?

François Doux : Cela nous promet encore de beaux EcoTV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Le fléchissement (sans) surprise du dollar et ce qui pourrait entraîner un changement de direction 22/01/2021
Ces derniers mois, le dollar US s’est affaibli face à l’euro tandis que l’écart entre les rendements obligataires réels des bons du Trésor américain et du Bund allemand s’est creusé. Parmi les facteurs à l’oeuvre, la politique de la Réserve fédérale est cruciale car elle influence les flux de capitaux à partir des Etats-Unis et le comportement des investisseurs de la zone euro. Le plus grand risque pouvant entraîner un changement de direction serait un nouvel épisode du « taper tantrum » de 2013, lorsque la Réserve fédérale évoquait un début de normalisation de sa politique monétaire. Cependant, il ne faut pas s’attendre de sitôt à un tel changement d’orientation.
Entre affliction et espoir 15/01/2021
Aux États-Unis, la situation sanitaire et économique empirera avant de s’améliorer. Les conditions hivernales ainsi que les déplacements liés aux fêtes de fin d’année ont favorisé la recrudescence de l’épidémie de Covid-19, dont la vitesse de propagation bat des records : 225 000 nouveaux cas par jour le 13 janvier (en moyenne sur 7 jours), soit 68 cas pour 100 000 habitants, un taux de contamination deux fois plus élevé que dans l’Union européenne (UE)...  
Changement de décor 17/12/2020
C’est peu dire que le mandat du 46e président des États-Unis, Joe Biden, s’annonce compliqué. Au moment d’être investi, le 20 janvier prochain, celui-ci héritera d’une économie en rechute, conséquence d’une épidémie de Covid-19 qui s’emballe et promet d’aggraver un bilan humain déjà lourd. Au-delà de l’urgence sanitaire, la nouvelle administration démocrate devra faire face à des antagonismes politiques et sociaux qui n’ont jamais paru aussi profonds qu’à l’aube de cette nouvelle décennie. Réputé homme de dialogue, Joe Biden n’aura pas trop de sa longue expérience politique et de sa science du compromis pour parvenir à apaiser l’Amérique.
Marché actions et marché du travail aux États-Unis : deux mondes opposés ? 11/12/2020
Aux États-Unis, le comportement du marché actions, par rapport au niveau d’emploi, au cours de la récession actuelle est très différent que lors des crises précédentes. La récession de 2020 se distingue par sa soudaineté et des pertes d’emplois considérables, rapidement suivies d’un rebond significatif, quoique très incomplet. Après un dévissage massif, le marché actions a rapidement rebondi et enregistré de nouvelles envolées alors même que le rebond des bénéfices – sur la base d’une moyenne mobile de douze mois – se fait toujours attendre. Pour 2021, la croissance bénéficiaire importe plus que tout autre chose.
Les GSE sont-elles prêtes à être libérées de la tutelle de la FHFA ? 08/12/2020
Le marché hypothécaire américain, qui fut l’épicentre de la crise financière de 2007-2008, n’a, pour l’heure, pas été réformé. Près de la moitié des 10 000 milliards de dollars de prêts à l’habitat sont garantis par l’État fédéral par le biais de deux sociétés privées (GSE), Fannie Mae et Freddie Mac, placées sous la tutelle d’une agence fédérale, la FHFA, depuis leur sauvetage en 2008. Depuis quelques semaines, les rumeurs selon lesquelles la FHFA chercherait à précipiter la fin de la tutelle des deux agences s’intensifient. Cette décision risquerait de restreindre l’accès des ménages au crédit hypothécaire en mettant fin prématurément au GSE Patch. L’ampleur colossale des capitaux à mobiliser pour mener à bien cette sortie de la tutelle et les incertitudes, quant aux conditions de maintien de la garantie publique, devraient toutefois retarder cette échéance.
Mauvais signaux 27/11/2020
Un vaccin serait-il disponible rapidement qu’il faudra encore de longs mois aux États-Unis et au reste du monde pour surmonter le traumatisme causé par la pandémie de Covid-19. Si l’économie américaine compte parmi celles qui ont le mieux récupéré - la Chine se plaçant hors concours - elle porte encore de nombreux stigmates, certains bien visibles dans notre « baromètre »...
Fannie Mae et Freddie Mac : bientôt affranchies de la tutelle de la FHFA ? 27/11/2020
La FHFA, qui supervise Fannie Mae et Freddie Mac, cherche à précipiter la fin du placement sous tutelle des deux grandes agences de refinancement hypothécaire américaines, vieux de 12 ans. L’ampleur colossale des capitaux à mobiliser pour mener à bien cette sortie et les incertitudes quant aux conditions de maintien des garanties publiques pourraient néanmoins retarder cette échéance.
Après la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine, quelle suite ? 23/11/2020
Avec près de 80 millions de voix et 306 grands électeurs obtenus sur un total de 538, le démocrate Joe Biden remporte l’élection présidentielle américaine. Battu, son adversaire Donald Trump est toutefois loin de réaliser le mauvais score que lui promettaient les sondages ; le parti républicain progresse, par ailleurs, à la Chambre des représentants, et pourrait conserver le Sénat. La priorité du futur président Biden sera de combattre une crise sanitaire qui s’aggrave et menace de faire rechuter l’économie. Or sur ce terrain, comme dans d’autres domaines (environnement, fiscalité, politique étrangère), Donald Trump cherchera à marquer son empreinte et ne fera rien pour faciliter la transition. Si l’alternance politique est courante aux Etats-Unis, il est rare que l’antagonisme entre les camps démocrate et républicain atteigne un tel degré. Le mandat 46ème président des Etats-Unis s’annonce particulièrement difficile.
Les Treasuries, quasi-substituts des réserves en banque centrale sur le plan réglementaire 27/10/2020
Le 20 octobre, les régulateurs bancaires ont finalisé la traduction américaine de la norme bâloise de liquidité à long terme NSFR (Net Stable Funding Ratio)*. Cette dernière impose aux banques de maintenir un profil de financement stable au regard de la liquidité théorique de leurs expositions à l’horizon d’un an (afin de préserver leur capacité à les maintenir en cas de crise de liquidité). La règle finale se distingue de la norme bâloise, notamment, en associant aux actifs liquides de haute qualité (tels que les titres du Trésor) et aux prêts à court terme garantis par de tels actifs (prises en pension) un besoin en ressources stables nul**. Sans écarter le risque que de tels dysfonctionnements ne se reproduisent, cette disposition devrait permettre d’éviter que la norme NSFR n’exacerbe le stress susceptible de se matérialiser lors d’épisodes comparables à celui de septembre 2019 sur les marchés repo (lié à une insuffisance de monnaie centrale) ou de mars 2020 sur les marchés des Treasuries (lié aux cessions d’urgence de titres par une large gamme d’investisseurs). En conférant aux Treasuries le statut de quasi-substituts au cash et réserves en banque centrale, elle est en effet de nature, dans les périodes de réserves abondantes, à inciter les banques à faire circuler la monnaie centrale (en prêtant sur les marchés repo ou en investissant en Treasuries) et à préserver leur rôle de teneurs de marché. A la fin juin, les banques détenaient 5% des encours de Treasuries.   * Neuf banques seront soumises à l’exigence complète à compter du 1er juillet 2021, onze autres à une version assouplie. ** Le règlement européen 2019/876 prévoit le même ajustement mais pour une période transitoire (4 ans à compter de son entrée en vigueur, le 28 juin 2021).
A propos de l’élection présidentielle du 3 novembre 13/10/2020
Le démocrate Joe Biden apparaît bien placé dans les sondages pour remporter l’élection présidentielle du 3 novembre 2020 face au républicain Donald Trump. En raison d’un mode de scrutin particulier, le résultat est pourtant loin d’être acquis ; menacé de contestations, il pourrait, en outre, se faire attendre. Le bilan de la présidence Trump, qu’il convient pour plus d’honnêteté d’arrêter avant la crise sanitaire, est mitigé. Si l’économie, l’emploi et, plus encore, la Bourse, ont crû rapidement, les finances publiques ont connu une dérive inédite en temps de paix, tandis que les inégalités se sont creusées. L’inflation des droits de douane a peu fait pour réduire le déficit commercial. La protection de l’environnement a gravement régressé. Dans ce domaine, comme dans d’autres (fiscalité, redistribution, multilatéralisme, etc.) le clivage entre les deux candidats est profond.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2609 articles et 681 vidéos