eco TV

L’effacement des dettes détenues par la Banque centrale européenne ou le retour de l’illusionnisme monétaire.

07/01/2021

Les histoires de monétisation finissent mal… en général. L’effacement des dettes détenues par l’Eurosystème, au mieux, ne servirait à rien, au pire corromprait l’euro.

TRANSCRIPT // L’effacement des dettes détenues par la Banque centrale européenne ou le retour de l’illusionnisme monétaire. : janvier 2021

3 QUESTIONS

FRANÇOIS DOUX

Trois questions sur les dettes publiques liées au coronavirus. Jean-Luc Proutat, bonjour.

JEAN-LUC PROUTAT

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Deux chiffres. Plus de 2500 milliards d'euros. C'est le montant supplémentaire des dettes dans l'Union européenne. Cela représente 20 points de PIB. Première question qui fait débat : certains vont jusqu’à préconiser d’annuler cette dette, du moins la partie détenue par la Banque centrale européenne, cela veut dire quoi ?

JEAN-LUC PROUTAT

Effectivement, avec la crise du coronavirus, les gouvernements ont été amenés à dépenser beaucoup, tout en étant privés de recettes. Ils ont dû emprunter. Comme vous le signalez, ils ont considérablement accru leur dette. Au niveau des pays avancés, celle-ci est en passe d'atteindre 125% du PIB, soit le point haut de 1946. Face à cela, pour absorber le choc, les banques centrales sont intervenues, comme elles l'avaient déjà fait après la crise financière de 2008. Elles ont racheté la dette des États.

Un montant conséquent de dettes publiques se trouve aujourd’hui inscrit à l’actif de leur bilan. Au niveau de l'Eurosystème, cela représente 3 000 milliards d'euros, soit plus de 25% de l'encours. Pour les États, c’est un engagement qui, selon certains observateurs, est trop lourd à assumer. D'où l'idée d'effacer cette dette pour lui substituer un concours monétaire direct, sans contrepartie. La Banque centrale européenne deviendrait, en quelque sorte, une planche à billets qui tournerait à la discrétion des gouvernements.

FRANÇOIS DOUX

Cela nous rappelle certains souvenirs. Deuxième question : est-ce que cette annulation en 2021 est envisageable ?

JEAN-LUC PROUTAT

Non. En zone euro, le traité sur l'Union européenne confère leur indépendance aux banques centrales de l'Eurosystème et interdit le financement monétaire direct des déficits publics, jugé dangereux.

FRANÇOIS DOUX

Pourquoi ?

JEAN-LUC PROUTAT

Il faut faire appel à l'histoire et se souvenir que, pratiquement depuis l'origine, les dettes font l'objet de tentatives de répudiation. L'idée de leur monétisation est loin d'être nouvelle. En France, un exemple assez connu remonte à 300 ans, au début du 18e siècle, à l’époque de la Régence. Un Écossais du nom de John Law a eu l'idée de transférer la dette de l'État - qui était alors très importante puisqu'on sortait de la guerre de Succession d'Espagne - sur du papier monnaie, en réalité des billets de la Banque royale devenus eux-mêmes convertibles en actions de la Compagnie des Indes.

FRANÇOIS DOUX

Avec quels effets ?

JEAN-LUC PROUTAT

Délétères, puisqu'en 1720, la Compagnie des Indes fait faillite, le tout dans un grand trouble politique et social. Les billets de la Banque royale sont cloués aux portes et la confiance des citoyens dans la monnaie est durablement entamée.

Un autre exemple célèbre de monétisation extrême est immanquablement associé à l'hyperinflation allemande de 1923, lorsque la République de Weimar, alors privée de recettes par l'occupation française de la Ruhr, a émis des milliers de milliards de marks pour tenter de faire face à ses engagements.

On a tous en tête ces chariots de billets utilisés pour les échanges et dont le pouvoir d’achat avait finalement été ramené à zéro. En 1919, dans son ouvrage prophétique sur "Les conséquences économiques de la paix", Keynes indiquait, en reprenant Lénine, que « corrompre la monnaie était le moyen le plus sûr et le plus subtil de renverser l'ordre existant de la société ».

Aujourd'hui encore, recourir à un financement monétaire direct des déficits n'irait pas sans une forme de dynamitage de nos institutions.

L’Euro serait affaibli, voire disparaitrait, puisque l’on peine à imaginer qu'une banque centrale européenne qui s'adonnerait à ce type de pratique puisse conserver l'Allemagne à son bord.

FRANÇOIS DOUX

Troisième et dernière question : si c'est dangereux juridiquement, économiquement, d'un point de vue de la crédibilité, quelles solutions a-t-on pour rembourser justement ce surplus de dettes ?

JEAN-LUC PROUTAT

En ce qui concerne les dettes publiques, on ne parle pas véritablement de remboursement puisque, finalement, on dispose de temps pour cela. Ce qui compte davantage, c'est le service de cette dette, ce qu'elle coûte en charge d'intérêts, par exemple lorsqu’on rapporte cette charge aux recettes fiscales. Si une inquiétude existe, elle concerne surtout les pays émergents les plus pauvres.

En revanche, on sait qu'en zone euro, la charge de cette dette est très faible. La France a même réussi en 2020 à emprunter à taux d'intérêt négatif. Donc, on se demande quel serait l'intérêt pour les États d'annuler une dette qui leur coûte peu, voire qui leur permet d'encaisser des impôts et des dividendes via ce que leur reversent les banques centrales.

C'est un peu comme si vous-même vouliez annuler une dette qui vous sert à constituer un patrimoine. Vous effacez les deux d'un coup, mais vous n'en ressortez pas plus riche, tandis que votre crédibilité en tant qu'emprunteur est tout de même sérieusement entamée.

FRANÇOIS DOUX

Donc, "wait and see" et on va retenir ces leçons de l'histoire. Merci Jean-Luc Proutat pour ce point sur les dettes liées à la pandémie de coronavirus. On se retrouve dans un mois pour un nouveau numéro d'EcoTV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

L’alourdissement de la charge des intérêts négatifs sur les réserves excédentaires temporairement compensé par les conditions des TLTRO III 14/01/2021
Opérationnel depuis le 30 octobre 2019, le tiering vise à limiter le coût du taux négatif (-0,5%) pour les banques de zone euro en exonérant de ce tribut une partie de leurs réserves excédentaires[1]. Ce dispositif exonérait les banques de la zone euro de EUR 4,3 mds en décembre 2020, leur charge résiduelle s’élevant à EUR 9,8 mds. La charge des intérêts négatifs a toutefois connu une progression continue depuis avril 2020, plus sensible durant le second trimestre 2020, en raison de la forte croissance des réserves excédentaires. Cette hausse trouve en partie son origine dans l’augmentation des encours des opérations de refinancement à plus long terme ciblées (TLTRO III), dont les conditions ont été temporairement assouplies (entre juin 2020 et juin 2021) en réponse à l’épidémie de Covid-19. En fonction notamment de l’évolution des prêts au secteur privé non financier accordés par la banque emprunteuse, lesdites conditions seront au mieux inférieures (-1%) au pire égales (-0,5%) au taux négatif appliqué aux réserves excédentaires, permettant ainsi de compenser le coût des taux négatifs sur les dépôts[2]. Une partie conséquente de la hausse des réserves excédentaires a toutefois pour contrepartie les opérations de refinancement à plus long terme d’urgence face à la pandémie (PELTRO, -0,25%), et surtout d’autres ressources bancaires lorsqu’elle découle des achats de titres effectués par l’Eurosystème (quantitative easing).  Si, au vu de l’évolution du crédit au secteur privé, les intérêts annuellement reçus par les banques de la zone euro dans le cadre de leur refinancement devraient être plus proches de l’extrémité supérieure (EUR 15 mds) que de l’extrémité inférieure (EUR 8 mds) de la fourchette, et compenser ainsi la charge des intérêts négatifs appliqués aux réserves excédentaires (de l’ordre de EUR 13 mds annuels) entre juin 2020 et juin 2021, il pourrait en aller différemment avec la fin des conditions exceptionnelles des TLTRO III, à partir de juin 2021.   [1] Dans la limite de six fois le montant de leurs réserves obligatoires. [2] Ne sont ici appréhendés que les intérêts versés et reçus dans le cadre des opérations avec l’Eurosystème et non les effets négatifs indirects plus larges sur les marges globales d’intérêt. En outre, les systèmes bancaires nationaux peuvent présenter des situations différentes de la situation décrite pour l’ensemble des banques de la zone euro. 
Entre prudence et espoir 17/12/2020
Avec le rebond épidémique, le processus de rattrapage économique est enrayé en zone euro. La fin de l’année 2020 s’annonce plus difficile qu’attendu en raison des nouvelles restrictions sanitaires mises en place dans la plupart des États membres. La production industrielle reste basse au regard de son niveau d’avant-crise et les entreprises des services marchands continuent d’être en première ligne face aux restrictions. Beaucoup d’incertitudes demeurent pour le 1er semestre 2021. Dans ce contexte, la Banque centrale européenne a annoncé de nouvelles mesures de stimulus monétaire lors de sa réunion du 10 décembre tandis que le soutien budgétaire devrait se réduire progressivement.
Des raisons d'espérer 04/12/2020
La résurgence épidémique, dans de nombreux pays membres de la zone euro, et le durcissement des restrictions sanitaires font peser une nouvelle menace sur la reprise économique, après une 1ère vague de contaminations qui avait été globalement maîtrisée. Les derniers indicateurs conjoncturels pour la zone euro témoignent en effet d’un tassement de la dynamique économique...
La demande contenue des ménages et des entreprises devrait entraîner une accélération de l’inflation 20/11/2020
La pandémie de Covid-19 a provoqué une baisse de l’inflation et, dans la plupart des pays de la zone euro, a accru les différences d’inflation entre les secteurs. Il faudra beaucoup de temps avant que l’activité retrouve une dynamique suffisante pour créer des tensions sur le marché du travail, condition nécessaire — en l’absence de chocs exogènes — à une hausse générale et durable de l’inflation. Il faut donc s’attendre, pour les années à venir, à ce que l’inflation oscille autour d’une tendance légèrement à la hausse. En 2021, la libération de la demande contenue — dans l’hypothèse d’un déploiement suffisamment large d’un vaccin — pourrait provoquer un rebond temporaire de l’inflation. À cet égard, la diminution de l’élasticité-prix de la demande constituera un élément-clé.
Des risques sur la reprise 13/11/2020
La situation macroéconomique en zone euro reste très incertaine dans un contexte de résurgence épidémique dans la plupart des États membres. La mise en place de nouvelles mesures de restriction sanitaire, bien qu’elles soient globalement moins sévères que lors de la première vague du printemps, constitue un nouveau frein à la reprise économique et au processus de rattrapage...
Du rebond à la rechute 04/11/2020
Le rebond de la croissance de la zone euro au T3 2020 a dépassé les attentes : +12,7% t/t contre +10,5% t/t prévu. Parmi les quatre plus grandes économies de la zone, la France enregistre le rebond le plus important suivie de l’Espagne, de l’Italie et de l’Allemagne. Ces chiffres sont spectaculaires mais ne corrigent que partiellement le choc récessif massif qui a précédé. Les PIB allemand, français et italien se situent encore 4% sous leur niveau du T4 2019, celui de l’Espagne 9%. La forte hausse du PIB français est soutenue par l’ensemble des composantes de la demande.  L’hétérogénéité sectorielle reste importante et révélatrice de l’impact différencié du choc. Dans tous les pays, le rebond est largement mécanique mais pas seulement. Les mesures d’urgence prises au printemps pour amortir le choc du confinement ont aussi aidé, le choc ayant été essentiellement absorbé par les administrations publiques. Cette hausse du PIB restera, malheureusement, de très courte durée. Suite à la réinstauration d’un confinement à compter de la fin octobre pour au moins un mois, afin d’endiguer la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, les prévisionnistes tablent désormais sur une contraction de l’activité au T4. Toute la question porte sur l’ampleur de la rechute.  
Impulsion du crédit dans la zone euro : élargissement des flux pour les sociétés non financières, légère contraction pour les ménages 03/11/2020
Malgré un rebond de l’activité significatif et supérieur aux anticipations au troisième trimestre (+12,7% t/t d’après Eurostat après -11,8% au T2), la contraction annuelle du PIB demeurait encore sensible quoique moindre (-4, 3%, après-14,8% au T2). À contre-courant des évolutions macroéconomiques, l’impulsion du crédit bancaire au secteur privé (i.e. la variation annuelle du glissement annuel des encours de prêts bancaires) a très légèrement progressé en septembre 2020 (+1,0%) alors qu’elle avait continûment reculé entre mai (+1,9%) et août 2020 (+0,8%)...
Rebond épidémique : quels risques pour l’économie de la zone euro ? 23/10/2020
Face au rebond épidémique actuel dans de nombreux pays européens, l’instauration de nouvelles mesures de restrictions fait peser un nouveau risque sur la dynamique de reprise du continent. Sommes-nous désormais entrés dans les scénarios alternatifs, plus sévères, que la plupart des prévisionnistes, et notamment les institutions internationales, redoutaient il y a encore quelques semaines ?
Zone euro : Covid-19, BCE et taux longs 21/10/2020
La crise sanitaire de la Covid-19 constitue un choc historique pour l’économie de la zone euro. La réaction des politiques économiques a été d’ampleur et rapide, en particulier du côté de la politique monétaire menée par la Banque centrale européenne (BCE). L’institution monétaire de Francfort a notamment mis en place un programme d’urgence de rachats d’actifs, le PEPP (Pandemic Emergency Purchases Programme). La BCE a augmenté l’enveloppe de ce programme qui atteint désormais EUR 1350 mds. La politique monétaire a ainsi eu depuis le mois de mars 2020 un impact important sur les taux d’intérêt à long terme, facilitant ainsi le financement des États membres de la zone euro mais également des agents économiques privés. À titre d’illustration, les spreads souverains – i.e. les écarts de rendements entre les taux souverains des États membres par rapport au taux allemand – ont nettement diminué. Le spread italien a par exemple baissé autour de 115 points de base (pb) mi-octobre 2020 après avoir atteint 280 pb mi-mars. Le graphique ci-dessous indique que la BCE a racheté l'équivalent de 71% des obligations souveraines émises par les États membres de la zone euro depuis le mois de février 2020. C’est davantage qu’aux États-Unis et qu’au Royaume-Uni (respectivement 57% et 50%) mais moins qu’au Japon (75%).  
Essoufflement de la reprise économique 02/10/2020
La situation économique de la zone euro conjoncturelle s’est nettement améliorée ces trois derniers mois par rapport aux trois mois précédents. Toutefois, cette bonne dynamique se tasse voire se retourne.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2607 articles et 681 vidéos