eco TV

Les turbulences du marché obligataire : causes et conséquences

11/03/2021

Ces derniers mois, les rendements des Treasuries se sont envolés sous l’effet de l’augmentation des anticipations d’inflation. Plus récemment, cependant, la hausse des taux réels a été le principal facteur de la poussée des taux américains, une hausse qui s’explique, à son tour, par la perspective d’une nouvelle relance budgétaire massive.

TRANSCRIPT // Les turbulences du marché obligataire : causes et conséquences : mars 2021

3 QUESTIONS

FRANÇOIS DOUX

C'est le thème central qui a inquiété les marchés financiers depuis le début de l'année : la remontée des taux longs.
William De Vijlder, bonjour.

WILLIAM DE VIJLDER

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Vous avez parlé de la colère des marchés obligataires, cela a été repris dans la presse. Première question : quelles sont les causes de cette remontée des taux longs ?

WILLIAM DE VIJLDER

Les causes, ce sont la dynamique inflationniste que les marchés financiers attendent pour les prochains mois et trimestres, mais également la dynamique de la croissance, de la reprise qui va s'accélérer, avec en une toile de fond trois facteurs : une politique très accommodante sur le plan monétaire, le succès des vaccinations aux Etats-Unis et, surtout, le plan de relance à l'horizon de 1 900 milliards de dollars. Les trois – ensemble - vont vraiment donner un coup de fouet important à l'économie américaine.

FRANÇOIS DOUX

On parle surtout de l'économie des États-Unis effectivement, des bons du Trésor à 30 ans notamment. Deuxième question : quelles sont les conséquences à court terme de cette remontée des taux longs ?

WILLIAM DE VIJLDER

Tout d'abord, la conséquence, on l’a vue comme d'habitude, je dirais. Cela a également affecté le marché obligataire ailleurs dans le monde. C'est un sujet d'attention important, notamment au niveau de la zone euro, parce que l'on constate une désynchronisation en termes d'activité économique, en termes de perspectives de reprise de l'activité du côté US par rapport à la zone euro. Mais en même temps, il y a une synchronisation du cycle financier, des cycles obligataires. Cela a provoqué des remarques, des interventions verbales de la Banque centrale européenne.

Même du côté australien, il y a eu des interventions sur le marché obligataire parce qu'ils ont pour politique de cibler un niveau de taux d'intérêts. Ce sont les répercussions mondiales. Au niveau américain, on ne doit pas s'affoler. Pourquoi ? Parce que la dynamique inflationniste est une dynamique lente. On ne doit pas exagérer. Il y a une limite à la repentification que l'on peut attendre de la courbe, en réaction à des craintes inflationnistes, ou encore en réaction à une anticipation d'un resserrement monétaire américain.

FRANÇOIS DOUX

Troisième et dernière question : quelles sont les conséquences à moyen terme de cette remontée des taux longs, qui signifie quand même une baisse des prix des obligations ?

WILLIAM DE VIJLDER

Cela devient beaucoup plus délicat. En fait, ce que l'on constate aujourd'hui est, dans une certaine mesure, assez ironique. On mène depuis des années une politique monétaire extrêmement accommodante parce que l'on désespère de voir plus d'inflation. Aujourd'hui, les conditions sont réunies pour une reprise de l'inflation. Et pourtant, on commence à s'inquiéter. En fait, on s'inquiète toujours. L'inquiétude des marchés obligataires, c'est: « Que va faire la Réserve fédérale ? Comment va-t-elle jouer cette transition d'une politique très souple vers une politique qui commence à être normalisée ? Comment va-t-elle l'annoncer, etc. ». C'est un jeu assez périlleux auquel doit se livrer la Réserve fédérale américaine, avec une nécessité d'être extrêmement prudente dans sa communication.

Pourquoi ? Pour éviter de créer un choc comme en 2013, un choc obligataire provoqué par la Réserve fédérale. Elle veut absolument éviter de recréer un choc qui aurait des conséquences néfastes sur les marchés financiers, la Bourse bien évidemment, mais également sur l'économie réelle. On pense aux marchés du logement, donc de l'immobilier, mais également aux conditions de financement des entreprises.

FRANÇOIS DOUX

La référence, ces taux longs américains pour le reste de l'économie.

WILLIAM DE VIJLDER

C'est exact.

FRANÇOIS DOUX

Merci William De Vijlder pour ce point. À suivre, bien sûr, cette évolution des taux longs. On se retrouve au mois d'avril pour un nouveau numéro d'EcoTV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

L'économie mondiale affronte de multiples chocs 18/05/2022
William De Vijlder présente les principaux points d'attention pour le premier semestre. L'inflation est un sujet majeur tandis que l'économie mondiale – en rémission après le choc du Covid-19 – affronte maintenant une nouvelle crise avec la guerre en Ukraine.
La relation complexe entre les conditions financières et les taux d'intérêt nominaux et réels 06/05/2022
Les conditions financières indiquent si la politique monétaire constitue un facteur de soutien ou un frein à la croissance. On peut les évaluer, en examinant le niveau des taux d’intérêt de court terme et de long terme, les écarts de rendement des obligations d’entreprises et le taux de change.
D’une crise à l’autre, quelles réponses en Europe ? 22/04/2022
Conséquence de la guerre en Ukraine, le choc énergétique vécu par l’Europe questionne la reprise économique. Il souligne aussi l’impératif de transition vers la neutralité carbone.
Découplage, déglobalisation et perspectives d’inflation 15/04/2022
La pandémie de Covid-19 nous a mis face à la fragilité des chaînes de valeur mondiales, longues et complexes et la guerre en Ukraine montre que la géopolitique peut aussi être une cause majeure de perturbation des approvisionnements.
Incertitude géopolitique, politiques monétaire et budgétaire 04/03/2022
La guerre en Ukraine affecte l’économie mondiale de diverses façons : hausse des prix des matières premières, commerce international, marchés financiers ainsi que montée de l’incertitude géopolitique, qui est un canal de transmission clé. Cela influe sur les décisions prises par les ménages et les entreprises parce que le plein effet de la hausse des prix du pétrole et du gaz n’est pas encore perceptible et en raison de la crainte de nouvelles augmentations sur les matières premières.
Inflation : une dynamique en trois temps 04/02/2022
Au cours des deux dernières années, l’économie mondiale est soudainement passée de trop peu à trop d’inflation.
Équipe OCDE 26/01/2022
L'équipe en charge des pays de l'OCDE vous présente ses sujets d'attention pour 2022. Retrouvez ses différents économistes toute l'année pour des analyses approfondies sur la situation économique en France, dans la zone euro, en Europe, aux États-Unis, etc. et sur des thématiques comme celle du changement climatique.
Équipe Économie bancaire 26/01/2022
L'équipe en charge de l'économie bancaire vous présente ses sujets d'attention pour 2022. En Europe, la levée progressive des mesures de soutien gouvernemental se distinguera particulièrement. Tout au long de l'année, vous pourrez consulter les publications des économistes sur les systèmes bancaires, les normes prudentielles et le financement de l’économie. 
Des euros en poche : 20 ans déjà 07/01/2022
Il y a 20 ans, le 1er janvier 2002, intervenait le plus grand basculement fiduciaire de l’histoire avec la mise en circulation de billets et de pièces en euro par 12 pays de l’Union européenne.  Aujourd’hui, l’euro est la monnaie commune à 19 pays de l’UE et à plus de 340 millions de personnes.
Au-delà des taux d’intérêt : le rôle des conditions budgétaires, financières et monétaires 17/12/2021
La liste des facteurs à prendre en compte pour évaluer l'influence de la politique monétaire sur la croissance et l'inflation s'est allongée au fil des ans. Il est loin le temps où il suffisait d'examiner les taux d'intérêt en tenant compte de l'écart entre inflation et objectif d’inflation et entre le chômage et son taux naturel. L'orientation prospective et la gestion du bilan (assouplissement ou resserrement quantitatif) font désormais partie de la boîte à outils standard des banques centrales.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1749 articles et 344 vidéos