eco TV

L’Inde face à la deuxième vague

10/06/2021

La reprise économique en Inde devrait être fragilisée par la deuxième vague épidémique. Le gouvernement dispose de très peu de marges de manœuvre budgétaire pour soutenir son économie alors que sa note souveraine est en perspective négative par les agences de notation. 

TRANSCRIPT // L’Inde face à la deuxième vague : juin 2021

3 QUESTIONS

FRANÇOIS DOUX

La deuxième vague du Covid-19 a été plus meurtrière en Inde que la première. Sur l'ensemble, on totalise plus de 300 000 morts. Pour parler des perspectives économiques post-pandémie, nous sommes avec Johanna Melka.

FRANÇOIS DOUX

Bonjour Johanna.

JOHANNA MELKA

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Première question : quel est l'impact de la deuxième vague de la pandémie sur la croissance économique de l'Inde ?

JOHANNA MELKA

L'année dernière, en 2020, l'Inde a été particulièrement impactée par la crise de la Covid-19. Son activité économique s'est très fortement contractée. Mais alors qu'elle avait renoué avec une croissance positive et dynamique sur les premiers mois de l'année 2021, la deuxième vague frappe l'économie de plein fouet. Au regard des indicateurs de mobilité, on voit que l'activité a déjà sensiblement ralenti dans les services, du fait d'une moindre mobilité. Mais ce qu'il y a de positif par rapport à la dernière période de crise, c'est que les usines ne sont pas fermées.

JOHANNA MELKA

On estime que sur l'ensemble de l'année fiscale 2021-2022, qui se terminera au 31 mars 2022, l'impact de la deuxième vague pourrait être de deux points de pourcentage sur la croissance économique.

FRANÇOIS DOUX

Deuxième question : quelles sont les perspectives à plus long terme ?

JOHANNA MELKA

A plus long terme, les perspectives restent favorables mais on ne devrait pas renouer avec une croissance de l'ordre de 7%. Malheureusement, on devrait plutôt renouer avec une croissance autour de 6%. Comme on peut le voir sur le graphique, en réalité l'activité économique en Inde a décéléré bien avant la crise de la Covid-19, pour des raisons essentiellement structurelles. Par ailleurs, la qualité de la croissance a baissé. Le taux d'activité sur le marché de l'emploi a légèrement ralenti bien avant la crise de la Covid-19.

JOHANNA MELKA

Le gouvernement va avoir des marges de manœuvre extrêmement limitées pour soutenir son activité économique du fait de contraintes très fortes sur ses finances publiques, qui se sont dégradées avec la crise de la Covid-19. Par ailleurs, les banques et les entreprises vont vouloir consolider leurs finances. Le gouvernement Modi a donc décidé, pour soutenir et essayer de relancer l'activité économique à moyen terme, de mettre en place d'importantes réformes structurelles. Il les a adoptées à l'automne 2020. Tout le problème aujourd'hui est de parvenir à les mettre en place.

JOHANNA MELKA

Il est toujours difficile de mettre en place des réformes en Inde. De plus, on peut constater, au regard des résultats des dernières élections d'avril-mai, que le parti au pouvoir, le BJP, le parti de Narendra Modi, semble avoir perdu un petit peu de son aura puisque les résultats sont plus mitigés qu'à l'accoutumée.

FRANÇOIS DOUX

Troisième et dernière question. Quels sont les risques majeurs pour cette économie indienne ?

JOHANNA MELKA

Malheureusement, du fait du ralentissement de la croissance et de la dégradation des finances publiques, les agences de notation ont mis la note souveraine de l'Inde en perspective négative. Aujourd'hui, on estime que les risques de refinancement sont contenus. Pourquoi ? Parce que la structure de la dette est extrêmement saine. La dette est libellée en roupies, elle est détenue par les résidents et a une longue maturité. Le problème est que, si la croissance venait à ralentir trop sensiblement ou si le gouvernement ne parvenait pas à consolider ses finances publiques, on pourrait avoir une dégradation de la note souveraine par les agences. Or, avec la deuxième vague de la Covid-19, tous les ingrédients sont là pour qu'il y ait soit un net ralentissement de la croissance, soit un dérapage des finances publiques, au risque de voir la note souveraine dégradée par les agences.

FRANÇOIS DOUX

Merci Johanna Melka pour ce point sur l'économie indienne, à suivre bien sûr, dans les mois à venir. Quant à moi, je vous donne rendez-vous dans un mois pour un nouveau numéro d'EcoTV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Inde : au pied du mur 21/07/2021
L’Inde n’a pas été épargnée par la crise de la Covid-19 et comme dans de nombreux pays émergents, la situation économie et sociale s’est sensiblement dégradée. Mais elle avait déjà commencé à se détériorer bien avant l’épidémie, laquelle n’a fait qu’accentuer les fragilités du pays. La très forte contraction de la croissance induite par l’épidémie de Covid-19 a mis en exergue les vulnérabilités structurelles de cette économie et, en particulier, l’importance des travailleurs ne bénéficiant d’aucune protection sociale. Le confinement national en avril et mai 2020 aurait ainsi renvoyé sous le seuil de pauvreté 75 millions d’Indiens et on peut s’inquiéter des effets de la seconde vague. Sur l’année budgétaire 2021/2022, la croissance devrait sensiblement rebondir même si la contraction attendue de l’activité enregistrée au deuxième trimestre (premier trimestre de l’exercice budgétaire en cours), conjointement à la propagation de la deuxième vague épidémique, devrait conduire à une révision à la baisse. Au-delà, la croissance pourrait ne pas excéder 6% si les contraintes structurelles qui pèsent sur l’emploi de travailleurs réguliers et sur les investissements privés des entreprises ne sont pas allégées sensiblement. Le gouvernement se retrouverait alors confronté à un risque de dégradation de sa note par les agences de notation mais aussi à un risque social grandissant. 
Rebond de la croissance de 0,4% au troisième trimestre de l’exercice budgétaire 03/03/2021
Au T4 2020, troisième trimestre de l’exercice budgétaire 2020/2021 qui s’achèvera le 31 mars 2021, l’Inde est officiellement sortie de récession. Le PIB réel est en hausse de 0,4% par rapport au T4 2019. La reprise a été favorisée par une augmentation des investissements publics et la reconstitution des stocks des entreprises. En revanche, la consommation des ménages – plus forte composante de la croissance – affichait encore une baisse alors que les pressions inflationnistes ont ralenti depuis le mois de novembre. L’activité dans les services restait d’ailleurs en repli de 1% alors qu’elle a accéléré dans l’agriculture, la construction et, dans une moindre mesure, l’industrie manufacturière. Les indicateurs d’activité du mois de janvier restent bien orientés. La production dans les industries de base a enregistré une croissance positive pour le deuxième mois consécutif, le transport de marchandises a accéléré, les ventes de véhicules automobiles ont fortement augmenté et le taux de chômage a baissé à un niveau inférieur à celui qui prévalait il y a un an (6,9% en février). En revanche, la contraction des prêts aux entreprises, pour le quatrième mois consécutif, ne laisse pas entrevoir de reprise de l’investissement privé. Or, même si un rebond mécanique de la croissance est à attendre pour 2021/2022, stimuler les investissements privés sera indispensable pour accroître la croissance à moyen terme et le niveau d’emploi sans risquer de fragiliser les finances publiques.
Très forte hausse du chômage en mai 10/06/2020
Sur l’ensemble de l’année budgétaire 2019/20 (achevée en mars), la croissance économique indienne a fortement ralenti pour s’établir à seulement 4,2% et les perspectives de croissance sont extrêmement sombres pour l’année en cours. Le ralentissement de l’activité sur l’année budgétaire 2019/20 est d’autant plus préoccupant qu’il est antérieur à l’épisode de COVID-19. L’activité économique a ralenti depuis 2018 et, indépendamment de l’impact du COVID, elle pourrait afficher des rythmes de croissance bien inférieurs à sa croissance potentielle (7,3%) au cours des prochaines années, poussant l’agence de notation Moody’s à dégrader la note du souverain indien. Les derniers indicateurs d’activité laissent entrevoir une très importante contraction de la croissance entre avril et juin 2020. En avril, les productions d’électricité et de ciment ont baissé respectivement de 22,7% et 86% en glissement annuel et le transport de marchandises a chuté de 35%. Par ailleurs, pour le deuxième mois consécutif, le taux de chômage a atteint un niveau de 23,5% en mai alors qu’il s’établissait à 7% un an plus tôt et l’indice de confiance des ménages a chuté drastiquement. Même si le pays allège les règles de confinement de la population depuis le 1er juin, il est peu probable que les travailleurs migrants reprennent le chemin des villes avant plusieurs mois.  

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2766 articles et 733 vidéos