eco TV

Panorama général

19/05/2022

Alors même que la reprise post-pandémique reste fragile, les pays émergents sont confrontés aux conséquences du conflit en Ukraine sur le commerce extérieur, les flux de capitaux et l’inflation.
 

TRANSCRIPT // Panorama général : mai 2022

Alors même que la reprise post-pandémique reste fragile, les pays émergents sont confrontés aux conséquences du conflit en Ukraine sur le commerce extérieur, les flux de capitaux et l’inflation. C’est le thème général du dernier Eco Emerging. Pour l’instant,  dans l’ensemble, le conflit n’a pas généré de véritable choc financier, ni sur les taux d’intérêt, les primes de risque ou les taux de change. L’effet direct de la forte contraction attendue des importations russes et ukrainiennes (effet demande) ne devrait pas être sévère, sauf évidemment dans les pays de la CEI et, dans une moindre mesure, les pays d’Europe centrale, les Balkans et la Turquie.

En revanche, l’effet indirect de la hausse des prix des matières premières sur l’inflation voire sur la production agricole ou industrielle touchera a priori l’ensemble des zones et l’impact sur le pouvoir d’achat des populations pourrait être particulièrement sévère dans les pays à faible revenu notamment d’Afrique. La hausse des prix des matières premières est massive et concerne à la fois, l’énergie et les matières premières industrielles agricoles ou non agricoles. L’effet sur l’inflation et la croissance est général car les entreprises sont à la fois confrontées à la hausse des prix et, si le fournisseur est la Russie ou l’Ukraine, à des contraintes d’approvisionnement.

En dépit de cet environnement, nous n’anticipons pas de dégradation généralisée de la solvabilité extérieure ni même de la solvabilité des États dans les pays émergents. S’agissant de la solvabilité extérieure, la plupart de ces derniers disposent d’un matelas confortable de réserves de change et les ratios de solvabilité ne se sont pas détériorés par rapport à fin 2019 (les seules exceptions sont l’Argentine, l’Égypte, la Tunisie et la Turquie). S’agissant de la solvabilité des États, les ratios d’endettement ont fortement augmenté dans pratiquement tous les pays. Mais l’autre ratio principal de solvabilité, à savoir les intérêts de la dette en pourcentage des revenus, n’a dans l’ensemble que modérément augmenté depuis la fin 2019. En revanche, s’agissant de la liquidité extérieure des États, une grosse dizaine de pays ont des remboursements d’obligations et prêts internationaux qui représentent au moins 20% des réserves de change ou des actifs financiers nets. Pour les plus fragiles d’entre eux comme l’Égypte, la Tunisie et l’Argentine, l’éventualité d’un défaut dépendra de la volonté ou de la capacité des gouvernements à s’assurer le soutien des bailleurs internationaux ou, dans le cas contraire, à pouvoir compter sur les créanciers bilatéraux. C’est le cas pour l’Argentine et l’Égypte mais pas encore pour la Tunisie.

Le message est que nous n’attendons pas de dégradation importante et généralisée du risque souverain malgré la hausse de l’endettement. À ce sujet, dans leur dernier rapport sur la stabilité financière mondiale, les économistes du FMI ont mené une étude approfondie des liens entre le risque souverain et le risque bancaire sur la base du double constat 1/ l’endettement des États a fortement augmenté 2/les banques ont très largement contribué au financement des États. Les mécanismes de propagation du risque souverain vers le risque bancaire sont multiples avec des effets de rétroaction qui sont très sérieusement documentés par les équipes du FMI. Et il est normal que le principal bailleur international pointe les risques potentiels. Mais, sauf à imaginer un scénario de stagflation, les systèmes bancaires dans les pays émergents sont a priori suffisamment solides pour les absorber. Un exemple : d’après les simulations du FMI, il faudrait une dévalorisation des portefeuilles de titres publics d’au moins 30% pour entamer le ratio de solvabilité minimum des banques. Or une telle dévalorisation nécessiterait, en moyenne, une augmentation des rendements obligataires deux fois plus importante que l’augmentation observée au cours des six derniers mois dans les zones où il y a effectivement eu une hausse des taux.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Équipe Économies émergentes 26/01/2022
L'équipe en charge des pays émergents vous présente ses sujets d'attention pour 2022. Toute l'année vous pourrez lire, écouter et regarder les publications de ses économistes sur des pays comme la Chine, le Brésil, l'Égypte, l'Inde ou la Russie.
Durcissement monétaire dans les pays émergents 05/11/2021
Dans les pays émergents, les politiques monétaires se durcissent se durcissent en Europe et en Amérique latine. En cause : l’accélération de l’inflation. Cela peut sembler prématuré dans la mesure où les économies viennent tout juste de retrouver leur niveau d’activité d’avant crise. Ce tour de vis est-il justifié et quelles en sont conséquences ?
Pays émergents : une reprise encore fragile 09/07/2021
La reprise dans les pays émergents se poursuit mais reste fragile. La confiance des ménages est en retard sur celle sur ceux des entreprises. Un décalage qui s’explique par les nouvelles vagues de contamination, l’accélération de l’inflation et la paupérisation générée par la crise de la Covid.
Pays émergents : courses de vitesse 16/04/2021
Dans leurs perspectives de printemps, les économistes du FMI anticipent une reprise mondiale en 2021 à plusieurs vitesses et incomplète. « Vitesse » est bien le maître mot car l’année 2021 se caractérisera par plusieurs courses de vitesse pour les pays émergents.
Moratoire ou effacement de dette ? 24/04/2020
Selon Eurodad, sans suspension des échéances de dette extérieure, l’endettement des pays les plus pauvres augmentera de 14 points de PIB en moyenne. Jusqu’à présent, les soutiens officiels privilégient une suspension temporaire des échéances. Mais faut-il aller jusqu’à effacer la dette ?
Kazakhstan : le flottement du tenge tourne à une forte dépréciation 16/09/2015
La monnaie kazakhe a perdu un tiers de sa valeur en un mois. La position créditrice nette du gouvernement (environ 35% du PIB) ne fait plus le poids face à l’effondrement des cours du brut et à la dévaluation du yuan chinois intervenue quelques jours seulement avant la décision des autorités kazakhes de laisser flotter librement leur monnaie. Cette décision améliore certes les marges de manœuvre du gouvernement, mais les effets de la politique de relance risquent d’être atténués par le récent resserrement des taux (inévitable pour stabiliser le marché des changes). La dévaluation fragilise le secteur bancaire qui reste fortement dollarisé. Pour éviter la ruée sur les dépôts la banque nationale a d’ores et déjà annoncé qu’elle compensera la perte de valeur vis-à-vis du dollar pour les ménages qui maintiendront leurs dépôts dans les banques jusqu’en septembre 2016.
Taux de change des pays émergents (vs US$) 26/08/2015
Avec la chute des prix des matières premières, les taux de change des pays émergents qui en sont exportateurs nets continuent leur descente aux enfers. Les taux de change des pays importateurs nets résistent bien mieux. Mais, en termes d'effet sur la croissance, le jeu reste à somme négative.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1783 articles et 354 vidéos