eco TV

EcoTV - Février 2018

07/02/2018

TRANSCRIPT // EcoTV - Février 2018 : février 2018

- Bonjour à tous. Voici l’édition de février 2018 d’Eco TV. Bienvenue dans ce magazine préparé par les économistes de BNP Paribas. Au sommaire, la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) sera-t-elle un peu moins accommodante en 2018 et en 2019 ? Nous écouterons l’analyse de Thibault Mercier. Tout de suite après, le Graphique du mois sur la Turquie avec Sylvain Bellefontaine. La croissance turque devrait avoisiner les 7% en 2017, attention donc à la surchauffe en 2018. C’est ce que l’on verra dans quelques instants.
Pour terminer, Trois questions sur les Etats-Unis avec beaucoup de croissance cette année grâce aux réductions d’impôt annoncées par Donald Trump. William De Vijlder nous dépeindra ce qui pourrait se passer par la suite. Bonne émission.

 

-  La croissance devrait rester robuste en 2018 dans la zone euro,  à 2,4%. C’est le scénario des économistes de BNP Paribas. Thibault Mercier, bonjour.

- Bonjour.

- Qu’est-ce qui soutient cette croissance dans la zone euro ?

- Essentiellement deux choses. Un environnement international porteur qui bénéficie au commerce extérieur, et, plus spécifiquement à la zone euro, une politique monétaire qui reste très accommodante.

- Pourtant, la Banque centrale européenne a annoncé un ralentissement de son soutien à l’économie. L’assouplissement quantitatif (QE) a baissé.

- C’est vrai, le volume d’achats mensuels a été divisé par deux. Depuis janvier, la BCE n’achète plus 60 milliards d’euros d’actifs chaque mois mais 30 milliards. Dans le même temps, elle a annoncé que ce programme était prolongé de neuf mois, au moins jusqu’en septembre. L’environnement reste donc très accommodant. Il est normal que la Banque centrale re-calibre son soutien à mesure que l’environnement s’améliore. Cela ne veut pas dire qu’elle change fondamentalement son orientation pour être neutre voire restrictive. Elle est toujours très accommodante.

- En tout cas le message est clair : la Banque centrale européenne continue de soutenir l’économie.

- Elle continue de soutenir l’économie et elle cherche à convaincre qu’elle le fera durablement, notamment à travers sa « forward guidance », c’est-à-dire ses indications quant à l’orientation future de la politique monétaire.

- La communication de la BCE.

- Exactement. Et dans le cadre de cette communication, elle dit  s’attendre à ce que les taux restent à leurs niveaux actuels pendant longtemps, en tout cas bien au-delà de l’horizon des achats nets d’actifs dans le cadre du QE

- Jusqu’à quand ces achats devraient-ils durer ?

- On sait qu’ils dureront jusqu’en septembre 2018. Que va-t-il se passer après ? On peut imaginer qu’il n’y aura pas de fin abrupte des achats. Je vois deux options : soit une réduction progressive des achats vers 0, ce qu’on appelle un « tapering », soit une nouvelle extension toujours à un rythme de 30 milliards. Dans les deux cas, les achats nets devraient couvrir l’ensemble de l’année 2018.

- Pour les achats nets, d’accord. Mais la politique monétaire, c’est aussi une politique de taux. La BCE va-t-elle relever les taux en 2019 après avoir arrêté les achats ?

- Ce sera probablement en 2019, mais cela dépendra évidemment de l’inflation. Cela dépend toujours de l’inflation. Mais en l’état, c’est ce que la Banque centrale européenne véhicule comme ce qu’elle attend. Elle veut donc relever les taux « bien après » la fin des achats nets. Ce « bien après » est volontairement vague. Ce qui est clair en revanche, c’est la séquence. D’abord la fin du QE qui, on l’a vu, pourrait durer toute l’année 2018. Ensuite, en 2019 on s’interrogera sur le relèvement de taux : est-ce que la BCE les relèvera rapidement, au premier semestre, et ensuite espacera le relèvement suivant ? Ou est-ce qu’elle commencera plus tard, quitte à avoir un cycle ensuite plus resserré. Ces questions se poseront en 2019.

- Qu’est-ce qui pourrait resserrer cette séquence ?

- La séquence restera probablement inchangée. Ce qui pourrait changer, c’est la vitesse à laquelle les choses se passeront et notamment le laps de temps entre la fin des achats et le premier relèvement. 

- Pourquoi cette prudence alors que l’économie européenne ne va pas si mal ?

- Parce que ce qui, au fond, intéresse la BCE, c’est l’évolution de l’inflation. C’est le critère pertinent. Elle veut une inflation à 2%, or on ne voit toujours pas de signe convaincant de redressement de l’inflation. Des facteurs d’offre peuvent expliquer ce phénomène mais plus fondamentalement, il y a toujours un déficit de demande. On a tendance à sous-estimer l’écart de production. Il est probablement plus grand que ce que la plupart des analystes pensent. Et c’est ce qui peut expliquer l’impression d’un décalage entre l’amélioration de la croissance et la relative inertie des prix.  

- Encore de beaux sujets devant nous pour Eco TV. Merci Thibault Mercier. Dans un instant, on part en Turquie pour le Graphique du mois avec Sylvain Bellefontaine. La croissance  y est un encore plus rapide que dans la zone euro.

 

- Pour le Graphique du mois, direction la Turquie. Sylvain Bellefontaine, bonjour.

- Bonjour.

- La croissance en Turquie devrait avoisiner les 7% en 2017. Quels sont les moteurs de cette croissance ?

 - Vous voyez ici sur le graphique les données lissées en moyenne mobile sur quatre trimestres. Le principal driver de ces derniers trimestres a été l’accélération du crédit, soutenue par le gouvernement et, notamment, par son fonds de garantie du crédit qui a été très largement étendu. Le gouvernement a aussi augmenté ses dépenses, d’investissement notamment. Il a augmenté les salaires et baissé la fiscalité pour soutenir la consommation des ménages. Troisième élément que vous voyez ici avec la courbe orange : le commerce extérieur a été très profitable et a largement contribué à la croissance sur les derniers trimestres, notamment du fait de la bonne conjoncture en Europe.  

- Est-ce que cela devrait continuer en 2018 ?

- En 2018, on attend un ralentissement et il sera bienvenu. En effet, sur ce deuxième graphique, on voit les conséquences d’une croissance très forte et d’une économie en surchauffe : une forte accélération de l’inflation sur la courbe bleue. Vous voyez qu’elle a tout de même atteint  13% au mois de novembre. Elle a un peu ralenti au mois de décembre, mais on finit l’année à plus de 11% d’inflation. Cela s’explique notamment par une forte dépréciation de la livre turque dans un contexte géopolitique vraiment tendu, notamment avec les pays occidentaux, l’Europe et les Etats-Unis. Dans ce contexte, la Banque centrale a dû fortement augmenter ses taux d’intérêt. On est aujourd’hui à 12,75%, mais l’économie devrait ralentir cette année.

- C’est souhaitable. Et pour 2019 ?

- Pour 2019, on attend une petite accélération. Ce sera une année électorale nous pensons donc que le gouvernement relancera sa politique budgétaire expansionniste.

- Novembre 2019, les prochaines élections générales en Turquie. Merci Sylvain Bellefontaine pour ce point. Dans un instant, direction les Etats-Unis et Trois questions avec William de Viljder.

 

- Parlons à présent des Etats-Unis et Trois questions après que le Fonds monétaire international a relevé ses prévisions de croissance. William de Vijlder, bonjour.

- Bonjour.

- Vous êtes le chef économiste de BNP Paribas. Partagez-vous l’enthousiasme du FMI sur la croissance américaine après les baisses d’impôts annoncées par le président Trump ? 

- Oui, du moins à court terme. Effectivement, tout porte à croire qu’un coup de pouce supplémentaire sera donné à l’économie américaine suite à la baisse des impôts. Mais pour l’évaluation finale de ce qui a été décidé avant Noël, il faut vraiment faire attention au dosage de la politique économique américaine.

- Deuxième question : quel est le dosage actuel de cette politique américaine, tant budgétaire que monétaire ? Le fameux « policy-mix » ?

- Force est de constater que l’économie américaine tourne à plein régime. Le taux de chômage est très faible, en même temps la politique monétaire est restée très accommodante parce que la Réserve fédérale adopte un parcours extrêmement prudent. Pour illustrer cette politique accommodante, on peut faire référence à la règle de Taylor qui permet de fixer le taux cible. Nous arrivons donc à un taux qui serait largement supérieur au taux observé aujourd’hui. Même si on adopte une approche beaucoup plus simple, où on prend le taux d’intérêt réel (taux nominal – taux d’inflation), on voit que la politique reste accommodante.

- Quels sont les risques à court et moyen terme?

- Les risques résident dans cette combinaison d’une politique monétaire qui reste accommodante avec une impulsion budgétaire. Cela accroît la pression dans la « tuyauterie». On risque d’assister à un retour un peu plus rapide de l’inflation. La Réserve fédérale serait alors forcée à durcir le ton et donc à augmenter les taux plus vite. Par ailleurs, l’appel aux marchés sera plus important avec l‘émission de dette.
Pour ces deux raisons, il pourrait donc y avoir une remontée des taux d’intérêt à long terme qui pourrait influencer négativement le sentiment des investisseurs sur Wall Street. L’autre élément, c’est à moyen terme un vent contraire qui pourrait souffler sur la dynamique américaine en termes de croissance économique.

- Rendez-vous en 2019, où on sera peut-être un peu moins optimiste qu’aujourd’hui. 

- Rendez-vous en 2019.

- Merci William de Vijlder. Nous nous retrouverons dès le mois de mars pour un nouveau numéro d’Eco TV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Un rebond, mais la route est encore longue 03/07/2020
Le pire est-il derrière nous ? À court terme, c’est le message que semblent envoyer les dernières informations économiques conjoncturelles des mois de mai et juin dont nous disposons. Après avoir atteint des niveaux historiquement faibles au mois d’avril, les indicateurs d’activité ont enregistré un rebond en mai et, dans une ampleur plus importante encore, au mois de juin. Ce rebond était attendu, malgré les règles sanitaires toujours en place, compte tenu de la fin de la période de confinement dans les États membres de la zone euro. Toutefois, la situation économique reste détériorée par rapport à une situation normale (sans pandémie) [...]
La masse monétaire enregistre sa plus forte croissance depuis 2009 03/06/2020
La masse monétaire M3 a poursuivi son accélération en avril dans la zone euro (+8,4% en glissement annuel, après +7,5% en mars), enregistrant sa plus forte croissance annuelle depuis le début de 2009. Le rythme de progression mensuelle de l’agrégat monétaire, qui avait atteint, en mars, son niveau le plus élevé (+2,5% cvs) depuis la création de la zone euro, s’est toutefois assagi en avril (+1,2% cvs). Il  demeurait néanmoins trois fois supérieur à sa tendance de long terme (+0,4% m/m). Si le crédit au secteur privé reste de très loin la première contrepartie de M3, le crédit aux administrations publiques a le plus fortement contribué à l’accélération de la masse monétaire depuis le début de l’année 2020, sous l’influence notamment de l’intensification de son programme d’achat de titres souverains par l’Eurosystème (67 milliards d’achats cumulés en mars et en avril 2020). En dépit de cette forte croissance de la masse monétaire, l'estimation préliminaire publiée par Eurostat suggère un nouveau recul de l’inflation de la zone euro en mai 2020 (+0,1%, son plus faible niveau depuis juin 2016) sous l’effet des mesures de confinement et de l’effondrement des prix de l’énergie.
Les premiers signes d’un redressement timide 29/05/2020
Cela ne fait plus guère de doute : la croissance économique en zone euro sera nettement plus dégradée au 2e trimestre que celle observée au 1er trimestre (-3,8% en variations trimestrielles, t/t). Toutefois, la détérioration semble être globalement enrayée. Après le timide redressement perceptible dans  l’indice des directeurs d’achats (Purchasing Managers Index, PMI) de mai, l’indicateur de sentiment économique (ESI), pour ce même mois, semble également indiquer que le creux en zone euro est derrière nous. Après avoir touché un point bas historique en avril 2020 (64,9), l’ESI s’est légèrement redressé à 67,5 en mai [...]
La confiance au point bas ? 27/05/2020
La confiance des ménages reste un déterminant clé de la reprise économique. La détérioration (ressentie ou anticipée) du marché du travail a pesé sur le moral des consommateurs européens : en avril, l’indice de la Commission européenne sur les anticipations de chômage dans la zone euro était à son pire niveau depuis onze ans (63,0). Cependant, les indices des directeurs d’achat (PMI) confirment une activité moins déprimée en mai qui pourrait, à terme, entraîner un certain rétablissement de la confiance des ménages. Le graphique ci-dessous montre, en effet, que l’indice de la Commission européenne est fortement corrélé avec le sous-indice PMI de l’emploi. Bien qu’il reste à un niveau historiquement bas, ce dernier a enregistré une hausse en mai. La réouverture des commerces, restaurants et de certains lieux culturels pourrait également permettre à l’activité économique et au moral des ménages de se rétablir davantage dans les prochaines semaines.
A chaque pays, sa reprise économique 20/05/2020
La vigueur du rebond post-crise dépendra des caractéristiques propres à chaque économie, de la réponse budgétaire apportée mais également du niveau d’intégration du pays aux chaînes mondiales de valeur. Certaines économies de la zone euro présentaient, avant la crise du Covid-19, des vulnérabilités plus fortes. Un niveau de dette ou de chômage élevé pourrait ainsi freiner la dynamique de sortie de crise. Sur le plan interne, les structures sectorielles, de l’emploi et de la consommation seront déterminantes. Une trop forte dépendance au tourisme, secteur durablement affecté, pèserait notamment sur la reprise. Sur le plan externe, un redémarrage lent du commerce mondial pénaliserait les économies les plus ouvertes. Par ailleurs, les disruptions apparues dans les chaînes mondiales de valeur, pendant cette crise, pourraient plus longuement affaiblir les économies les plus intégrées.
Récession dans la zone euro : cette fois sera-t-elle différente ? 18/05/2020
Les facteurs clés de l’incertitude pendant une récession sont la durée qu’elle aura et le rythme de la reprise qui s’ensuivra.  La récession de 2008 a duré longtemps et le retour à la croissance a été très graduel. La récession actuelle est beaucoup plus profonde, mais devrait également être de plus courte durée car elle trouve son origine dans la pandémie : une fois le confinement levé, l’activité devrait reprendre mécaniquement. Selon la Commission européenne, la reprise devrait également être plus rapide qu’en 2009.
Les multiples facettes de la proportionnalité en politique économique 07/05/2020
Dans son jugement rendu le 5 mai, la Cour constitutionnelle allemande demande au Conseil des gouverneurs de la BCE de démontrer que les objectifs de politique monétaire de son programme d’achat de titres du secteur public  ne sont pas disproportionnés par rapport aux effets de politique économique et budgétaire de ce programme. Dans la plupart des cas, les politiques monétaire, économique et budgétaire se renforcent mutuellement. Pour évaluer l’adéquation de la politique monétaire, il convient de tenir compte de l’orientation des politiques économique et budgétaire. La nécessité d’une bonne transmission à toutes les juridictions, ainsi que la probabilité et l’ampleur des risques de perte extrême (tail risks), dus à des mesures de politique économique insuffisantes, doivent également être prises en compte.
Baisse du PIB en zone euro : le pire n’est pas encore passé 06/05/2020
Le PIB de la zone euro s’est contracté de 3,8% au T1 2020, en variation trimestrielle. Au T2 2020, un consensus émerge : la croissance économique devrait être nettement plus négative. La BCE continuera d’adopter une approche flexible face à cette crise. 
Impulsion du crédit : le coronavirus entraîne une hausse inédite de la demande de financement des entreprises mais pèse sur celle des ménages 30/04/2020
L’impulsion du crédit bancaire dans la zone euro s’est très sensiblement redressée en mars 2020 dans la zone euro (+1,6%, contre -0,4% en février), dans un contexte de recul du PIB au premier trimestre (-3,3% t/t-4 versus +1,0% t /t-4 au quatrième trimestre 2019), l’activité du mois de mars ayant été lourdement pénalisée par les différentes mesures nationales de confinement appliquées en mars. Partant d’un taux de croissance annuel à la fois dynamique et relativement stable depuis l’été 2018 (+3,7% en février), les encours de crédit bancaire au secteur privé ont enregistré une accélération particulièrement sensible en mars (+5,0%)...
Un biais désinflationniste à court et moyen terme ? 27/04/2020
La crise du Covid-19 va entraîner une forte contraction du PIB de la zone euro. Toutefois, son effet sur l’inflation est incertain. L’impact sur la dynamique des prix pourrait être désinflationniste à court terme, tandis qu’un consensus ne semble pas se dégager à moyen terme. En mars, l’inflation totale en zone euro a nettement diminué, sous l’effet aussi de la baisse des prix de l’énergie. La destruction d’une partie du capital productif pourrait contraindre l’offre à moyen terme, tandis que les politiques publiques soutiendraient la demande, favorisant ainsi l’accélération des prix. Le déficit de demande par rapport à l’offre potentielle pourrait, à l’inverse, maintenir un biais désinflationniste en zone euro.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2458 articles et 632 vidéos