eco TV Week

Politique monétaire de la BCE : une approche plus prudente

25/01/2019

Selon la BCE, les risques qui pèsent sur la croissance économique en zone euro progressent, mais aucune décision nouvelle n'a été actée.

Louis BOISSET

TRANSCRIPT // Politique monétaire de la BCE : une approche plus prudente : janvier 2019

Le Conseil des Gouverneurs de la Banque Centrale Européenne s’est réuni jeudi dernier. Peu de nouveautés étaient à attendre, la réunion était destinée à corriger l’appréciation du risque de la BCE, comme rappelé par le Président. Pour rappel, d’importantes décisions avaient été actées lors de la réunion de décembre dernier, notamment la fin des achats nets d’actifs dans le cadre de son Quantitative Easing et le réinvestissement des titres arrivant à maturité.

 

Quels sont les principaux points à retenir de la réunion de jeudi ?

Un discours plus prudent. Le Conseil a acté la faiblesse des derniers signaux conjoncturels concernant l’activité économique en zone euro. Jusqu’ici globalement équilibrés, les risques entourant le scénario de croissance en zone euro sont donc désormais orientés à la baisse. En cause notamment, la persistance des incertitudes sur le plan géopolitique et les pressions protectionnistes. La prudence est donc mise, du côté de la BCE comme du côté des investisseurs.

De fait, ces derniers sont de plus en plus nombreux à anticiper une hausse de taux qu’en 2020.

Le Conseil a adopté une approche pragmatique. Certaines causes du ralentissement peuvent être temporaires, et certains risques pourraient ou non se matérialiser La déviation du sentier de normalisation monétaire dépendra donc de la publication de nouvelles données.

 

Quels sont donc les indicateurs à suivre d’ici à la prochaine réunion de Mars ?

Le Conseil des gouverneurs reste confiant concernant la convergence de l’inflation vers sa cible de 2%. Mario Draghi a indiqué que la transmission de l’accélération observée des salaires vers la dynamique sous-jacente des prix peut prendre du temps.

C’est cette dynamique des prix qui sera déterminante et qui dépendra en effet de plusieurs facteurs macroéconomiques, notamment la dynamique des coûts salariaux unitaires et de l’évolution des marges des entreprises.

 

Si la détérioration de l’activité économique persistait, la BCE pourrait réactiver les différents instruments monétaires de sa boîte à outil, notamment ses prêts à long terme. Bien que Mario Draghi en fasse mention, et indique que les discussions sont sur la table du Conseil des gouverneurs, les décisions sur ce sujet sont repoussées à plus tard.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Impulsion du crédit 15/02/2019
Au dernier trimestre de l’année 2018, la croissance annuelle de l’encours de crédits au secteur privé non financier s’est stabilisée aux alentours de 3,3% au sein de la zone euro. Les données d’enquête suggèrent toutefois une moindre appétence des ménages et des entreprises pour le crédit depuis le début de 2018. En outre, et contrairement à ce qui fut observé en 2018, les banques prévoient de ne plus assouplir leurs conditions d’octroi au premier trimestre 2019. Outre le ralentissement de l’activité, ces deux facteurs pourraient peser sur les évolutions des encours de crédit bancaire durant les prochains trimestres.
Croissance résistante mais peu allante 08/02/2019
La plupart des dernières données économiques demeurent basses au regard de leurs moyennes passées. Bien qu’à un niveau faible, l’indice PMI dans le secteur des services a surpris à la hausse en janvier 2019, s’établissant au même niveau que le mois précédent (51,2) après trois mois consécutifs de baisse. La stabilité de la croissance économique de la zone euro au T4 2018 (+0,2% t/t) reflète des performances nationales disparates.
Ce que nous dit le fléchissement du sentiment économique sur la croissance 08/02/2019
La Commission européenne prévoit désormais 1,3 % de croissance dans la zone euro pour 2019, contre 1,9 % auparavant. Cette révision à la baisse n’est pas une surprise, compte tenu de la tendance au repli de plusieurs indicateurs d’enquête. Les résultats récents de ces indicateurs concernant les estimations de l’évolution du PIB ont néanmoins été contrastés, ce qui rend l’évaluation de la dynamique de croissance actuelle d’autant plus difficile.
Vingt ans, et un sérieux ralentissement 24/01/2019
Après 20 ans d’une existence déjà mouvementée, la zone euro entre dans une nouvelle période d’incertitude. Sa croissance fléchit nettement, sur fond de dégradation des indicateurs conjoncturels. Entre chocs temporaires et freins structurels à la croissance, 2019 est exposée à de nombreux risques. Dans ce contexte, et face à une inflation sous-jacente encore trop basse, la Banque centrale européenne (BCE) aborde prudemment cette nouvelle année.
Marché du travail en zone euro : un mieux qui reste inégal 10/01/2019
L’emploi en zone euro affiche une croissance vigoureuse depuis 2013 et le taux de chômage est au plus bas depuis dix ans. Des indicateurs plus larges reflètent cependant une sous-utilisation de la main-d’œuvre encore élevée par endroits, tous les pays n’ayant pas connu la même amélioration. Dans le contexte de ralentissement économique, la question de la poursuite du rebond des salaires se pose.
Essoufflement des perspectives de croissance en Zone euro 08/01/2019
Après l’embellie économique de 2017, la Zone euro ralentit. La montée générale des incertitudes en Europe et ailleurs pèse sur l’environnement économique, en particulier sur l’Allemagne, traditionnel moteur de la croissance de la Zone.
Impulsion du crédit 21/12/2018
Après s’être stabilisée entre juillet et septembre, l’impulsion du crédit a diminué en octobre, traduisant de nouveau une accélération du crédit au secteur privé sur douze mois glissants, moins vigoureuse toutefois.
Des signaux moins négatifs qu’attendu, mais des risques baissiers 14/12/2018
Bien que la plupart des indicateurs conjoncturels s’établissent au-dessus des attentes en novembre 2018, ces derniers poursuivent leur tendance baissière. En particulier, les indices PMI manufacturier et services diminuent une nouvelle fois, pénalisés par le fort recul des PMI en France dans le contexte social actuel tendu. La croissance économique de la zone euro au T3 2018 (+0,2 %) reflète des performances nationales disparates.
BCE : de l’assouplissement quantitatif à la "pause quantitative" 14/12/2018
Comme prévu, le Conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de mettre fin aux achats nets dans le cadre de son programme de rachat d’actifs. Cette nouvelle phase pourrait être qualifiée de « pause quantitative » avant le passage au resserrement quantitatif, c’est-à-dire à la diminution de la taille du bilan de la banque centrale. La fin des achats nets renforce le rôle du forward guidance comme outil de contrôle des anticipations de taux d’intérêt. Le forward guidance amélioré, c’est-à-dire la poursuite du réinvestissement du produit des obligations arrivant à échéance, pendant une période de temps prolongée après le premier relèvement de taux, devrait rassurer le marché.
Zone euro : Croissance des salaires au plus haut depuis 10 ans 12/12/2018
La croissance des salaires nominaux* en zone euro (« Labor compensation per employee ») a atteint, en glissement annuel, +2,5 % au 3e trimestre 2018, soit un plus haut depuis 10 ans. L’accélération des salaires est ininterrompue depuis le 3e trimestre 2016. Cette dynamique favorable s’inscrit dans un contexte de réduction soutenue du chômage dans la zone euro depuis la crise des dettes souveraines. Ce dernier touche en effet 8,1 % de la population active au 3e trimestre 2018, soit le niveau le plus faible depuis fin 2008 et le niveau potentiel estimé par la Commission européenne pour l’année 2018. La tendance à la hausse des salaires s’observe dans plusieurs pays. Elle est particulièrement marquée en Allemagne (+3,2 % au 3e trimestre 2018) où, en dépit du ralentissement actuel de l’activité, le taux de chômage est à un niveau historiquement faible. * Rémunérations totales par tête, y compris cotisations sociales salariales et patronales

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2029 articles et 558 vidéos