eco TV Week

Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra »

28/06/2019

Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » que Facebook prévoit de lancer en 2020 soulève plusieurs interrogations et appelle une réponse adaptée du régulateur.

Laurent QUIGNON

TRANSCRIPT // Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » : juin 2019

Les réflexions suscitées par le projet de monnaie digitale « Libra »

Le réseau social Facebook a publié la semaine dernière son projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » qu’il envisage de lancer en 2020.

En préambule, il convient de rappeler que les crypto-monnaies ne sont en rien de véritables monnaies. Comme l’a souligné la BCE dans un document de travail publié en mai, bien que certains utilisateurs les considèrent, dans des circonstances particulières, comme des substituts aux monnaies officielles, ces crypto-monnaies ne sont pas soumises au contrôle des autorités monétaires et présentent une très forte volatilité. Ces deux caractéristiques ne leur permettent pas de remplir les fonctions d’une véritable monnaie : moyen de paiement universel, réserve de valeur, unité de compte. La banque centrale européenne préfère d’ailleurs le terme de « crypto-actif » à celui, impropre, de « crypto-monnaie ».

Pour affaiblir la critique relative à la volatilité des crypto-monnaies, le Libra sera adossé à une « réserve » d’actifs qui lui confèrera une valeur intrinsèque. Or les actifs sûrs, principalement des titres d’emprunts d’Etat, sont en quantité limitée. Des volumes importants ont été achetés par les banques centrales dans le cadre de leurs mesures non conventionnelles d’achats d’actifs, tandis que certaines banques commerciales les utilisent largement pour constituer leurs matelas de liquidité. Dès lors, un développement rapide du Libra serait susceptible d’interagir avec certaines mesures de politique monétaire. Une deuxième faiblesse du Libra est que les actifs constitutifs de la réserve seraient libellés en plusieurs devises, ce qui impliquerait bien un risque de change au moins partiel pour les détenteurs de Libra.

Le mode de fonctionnement reste flou. D’un côté, le Libra est présenté comme un nouveau crypto-actif géré par une association privée regroupant vingt partenaires, dont certains appartiennent aux secteurs des services et des cartes de paiement,  ce qui suggère une structure plutôt centralisée. D’un autre côté, le nouveau crypto-actif est censé reposer à terme sur une technologie de type blockchain, ce qui implique au contraire une structure décentralisée, à l’instar du Bitcoin. Le réseau social justifie l’absence temporaire d’une structure décentralisée par l’énorme quantité d’énergie électrique que mobiliserait une technologie de type blockchain dans laquelle chaque ordinateur connecté contribue au fonctionnement du système.

Les banques centrales débattent depuis quelques années de l’opportunité de créer des « monnaies digitales de banque centrale » qui elles, auraient, un caractère officiel.  La dernière initiative en date pourrait relancer la discussion. L’ensemble des banques centrales s’accordent sur la nécessité de réguler la nouvelle monnaie digitale en raison des risques de déstabilisation du système financier qu’elle impliquerait si elle venait à se substituer aux dépôts bancaires. Pour l’heure, seul le gouverneur de la Banque d’Angleterre a soulevé la question de l’opportunité d’autoriser ces nouveaux acteurs à détenir un compte auprès de la banque centrale, à l’instar des établissements de crédit, en se gardant d’y répondre.

Le réseau Libra fonctionnera indépendamment depuis la Suisse mais les utilisateurs devront créer un porte-monnaie qui sera quant à lui directement géré par le réseau social. Les données collectées pourront être croisées avec les autres données de l’utilisateur sous réserve qu’il ait préalablement donné son consentement au réseau social. Aussi, la valeur économique attendue par les initiateurs du projet ne repose pas tant sur la nouvelle « monnaie » (qui n’en est pas une) que sur les données qui seront collectées sur les comportements d’achats et de paiements des utilisateurs.

Cette nouvelle initiative soulève également la question de la nature juridique de ce crypto-actif. Ce n’est certes pas une monnaie, mais s’agit-il d’un titre, d’une part de fonds, ou d’autre chose ? La réponse à cette question dépendra étroitement de la réponse que devra apporter le régulateur tant pour préserver la sécurité des utilisateurs que pour garantir la stabilité du système financier.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Economie mondiale : stabilisation, stabilité et opacité 06/12/2019
D’après les enquêtes de conjoncture, l’environnement conjoncturel semble s’être globalement stabilisé. Le même tableau se dessine pour la zone euro et la Chine, tandis qu’aux États-Unis la situation est mitigée. « Stabilité » est le mot qui caractérise le mieux les perspectives de la politique monétaire. Après ses annonces de septembre, la BCE peut se permettre d’attendre avant de juger l’efficacité de sa politique. Quant à la Réserve fédérale américaine, elle semble réticente à envisager un changement du taux des fonds fédéraux, d’autant plus s’il s’agit d’une hausse. La stabilisation des données économiques et une politique monétaire à la fois stable et particulièrement accommodante sont porteuses d’espoir à condition que l’incertitude n’augmente pas. Or, à cet égard, la situation reste empreinte d’opacité.  Il est donc plus compliqué d’enclencher la vitesse supérieure.
COP 25 : Le défi climatique reste entier | Etudes Economiques - BNP Paribas 27/11/2019
Certains gaz présents dans l’atmosphère, tel le dioxyde de carbone (CO2), sont largement opaques au rayonnement infrarouge de la Terre et maintiennent, tel un couvercle, la chaleur à sa surface. C’est l’effet de serre, un processus identifié dès 1824 par le mathématicien français Joseph Fourier, qui a toujours varié en intensité, mais s’est emballé du fait des activités humaines. Depuis l’ère préindustrielle (par convention, la période 1850-1900), celles-ci ont occasionné le rejet de 2.000 milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, provoquant une augmentation de 1°C de la température globale. Cette hausse, désormais, s’accélère. Elle atteindra 3 à 5°C à l’horizon 2100 si les émissions de carbone maintiennent leur rythme actuel de progression. A cette vitesse, cent fois plus élevée que lors des phases antérieures de réchauffement interglaciaires, peu d’espèces pourront s’adapter. La COP 25, qui se tient à Madrid la semaine prochaine, rappellera l’urgence de la transition énergétique.  
Le rééquilibrage des risques 22/11/2019
Le FMI, la Commission européenne et d’autres institutions considèrent, depuis quelques années, que les risques sont négativement orientés.
Incertitude : a-t-elle atteint un sommet ou est-elle juste en train de se déplacer ? 25/10/2019
La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ainsi que le Brexit freinent la croissance depuis déjà un bon moment ¦ Les évolutions récentes donnent à penser que ces sources d’incertitude pourraient avoir atteint un point culminant ¦ Si tel était le cas, cela pourrait stimuler les dépenses en libérant la demande contenue des entreprises ou des ménages ¦ Cependant, dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale et, pour citer le FMI, de perspectives précaires pour l’année prochaine, la réaction sera probablement plus modérée, de nouvelles sources de préoccupation prenant le relais des précédentes : l’incertitude a peut-être atteint un sommet dans certains domaines, mais elle va probablement en gagner d’autres.  
FMI : légère accélération de la croissance liée à des facteurs idiosyncratiques 18/10/2019
Selon la conseillère économique du FMI, les perspectives de croissance sont précaires. Le Fonds prévoit une légère amélioration de la croissance l’année prochaine portée par un nombre limité de pays émergents et de pays en développement, actuellement en difficulté ou en sous-régime. Cette accélération modeste de la croissance tiendrait à des facteurs propres à certains pays plutôt qu’à des anticipations d’amélioration généralisée. La croissance devrait continuer à se tasser aux États-Unis bien au-delà de 2020 et, d’après les projections, elle se repliera en Chine à 5,8 %, l’année prochaine. Dans ce contexte, les projections relatives à un léger rebond dans la zone euro, rebond tiré par l’Allemagne et l’Italie et conditionné par la reprise de la demande extérieure, semblent ambitieuses.  
Incertitude : a-t-elle atteint un sommet ? 18/10/2019
Il existe différents moyens de mesurer l’incertitude. Si l’on part du haut à gauche et que l’on tourne dans le sens de l’aiguille d’une montre, l’indicateur de l’incertitude relatif à la politique économique, qui est basé sur la couverture médiatique, est historiquement à son point le plus haut en raison des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et des craintes d’un Brexit chaotique...
Les taux d’intérêt négatifs et l’épargne des ménages 03/10/2019
Les taux d’intérêt sont très bas et souvent négatifs dans de nombreux pays de la zone euro. Certains redoutent que cette situation finisse par engendrer un paradoxe de l’épargne qui conduirait à une augmentation du taux d’épargne des ménages. La politique monétaire deviendrait alors impuissante à stimuler la croissance.
Une rentrée économique marquée par l’incertitude 09/09/2019
Cet été, les signes de ralentissement de l’économie mondiale se sont multipliés, l’incertitude est montée d’un cran et de nouveaux assouplissements monétaires ont été évoqués. Ces sujets devraient continuer de s’imposer au cours des prochains mois.
La stabilité financière : déterminants et définitions 04/09/2019
La stabilité financière n’est pas seulement le gage d’une économie performante, elle permet également d’amortir les chocs qui rendent les acteurs économiques vulnérables et in fine déséquilibrent l’ensemble du système financier. Dans cet épisode, William De Vijlder fera le point sur les éléments qui rendent les États vulnérables aux crises ainsi que sur les facteurs pouvant déséquilibrer les systèmes financiers. 
La stabilité financière : retour sur l’histoire 04/09/2019
La crise financière de 2008  a été particulièrement marquante mais n’est pas un phénomène unique dans l‘histoire. Dans cet épisode, William De Vijlder évoque quelques-unes des grandes récessions de l’Histoire et analyse les mesures mises en œuvre par les banques centrales pour faire face aux événements. Nous verrons comment la stabilité financière devient une des préoccupations des banques centrales dans les années 2000 et comment la crise de 2008 n’a fait que renforcer cet objectif de stabilisation avec la création, dès 2009, d’organismes internationaux tels que le FSB (Financial Stability  Board).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2279 articles et 579 vidéos