eco TV Week

Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra »

28/06/2019

Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » que Facebook prévoit de lancer en 2020 soulève plusieurs interrogations et appelle une réponse adaptée du régulateur.

Laurent QUIGNON

TRANSCRIPT // Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » : juin 2019

Les réflexions suscitées par le projet de monnaie digitale « Libra »

Le réseau social Facebook a publié la semaine dernière son projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » qu’il envisage de lancer en 2020.

En préambule, il convient de rappeler que les crypto-monnaies ne sont en rien de véritables monnaies. Comme l’a souligné la BCE dans un document de travail publié en mai, bien que certains utilisateurs les considèrent, dans des circonstances particulières, comme des substituts aux monnaies officielles, ces crypto-monnaies ne sont pas soumises au contrôle des autorités monétaires et présentent une très forte volatilité. Ces deux caractéristiques ne leur permettent pas de remplir les fonctions d’une véritable monnaie : moyen de paiement universel, réserve de valeur, unité de compte. La banque centrale européenne préfère d’ailleurs le terme de « crypto-actif » à celui, impropre, de « crypto-monnaie ».

Pour affaiblir la critique relative à la volatilité des crypto-monnaies, le Libra sera adossé à une « réserve » d’actifs qui lui confèrera une valeur intrinsèque. Or les actifs sûrs, principalement des titres d’emprunts d’Etat, sont en quantité limitée. Des volumes importants ont été achetés par les banques centrales dans le cadre de leurs mesures non conventionnelles d’achats d’actifs, tandis que certaines banques commerciales les utilisent largement pour constituer leurs matelas de liquidité. Dès lors, un développement rapide du Libra serait susceptible d’interagir avec certaines mesures de politique monétaire. Une deuxième faiblesse du Libra est que les actifs constitutifs de la réserve seraient libellés en plusieurs devises, ce qui impliquerait bien un risque de change au moins partiel pour les détenteurs de Libra.

Le mode de fonctionnement reste flou. D’un côté, le Libra est présenté comme un nouveau crypto-actif géré par une association privée regroupant vingt partenaires, dont certains appartiennent aux secteurs des services et des cartes de paiement,  ce qui suggère une structure plutôt centralisée. D’un autre côté, le nouveau crypto-actif est censé reposer à terme sur une technologie de type blockchain, ce qui implique au contraire une structure décentralisée, à l’instar du Bitcoin. Le réseau social justifie l’absence temporaire d’une structure décentralisée par l’énorme quantité d’énergie électrique que mobiliserait une technologie de type blockchain dans laquelle chaque ordinateur connecté contribue au fonctionnement du système.

Les banques centrales débattent depuis quelques années de l’opportunité de créer des « monnaies digitales de banque centrale » qui elles, auraient, un caractère officiel.  La dernière initiative en date pourrait relancer la discussion. L’ensemble des banques centrales s’accordent sur la nécessité de réguler la nouvelle monnaie digitale en raison des risques de déstabilisation du système financier qu’elle impliquerait si elle venait à se substituer aux dépôts bancaires. Pour l’heure, seul le gouverneur de la Banque d’Angleterre a soulevé la question de l’opportunité d’autoriser ces nouveaux acteurs à détenir un compte auprès de la banque centrale, à l’instar des établissements de crédit, en se gardant d’y répondre.

Le réseau Libra fonctionnera indépendamment depuis la Suisse mais les utilisateurs devront créer un porte-monnaie qui sera quant à lui directement géré par le réseau social. Les données collectées pourront être croisées avec les autres données de l’utilisateur sous réserve qu’il ait préalablement donné son consentement au réseau social. Aussi, la valeur économique attendue par les initiateurs du projet ne repose pas tant sur la nouvelle « monnaie » (qui n’en est pas une) que sur les données qui seront collectées sur les comportements d’achats et de paiements des utilisateurs.

Cette nouvelle initiative soulève également la question de la nature juridique de ce crypto-actif. Ce n’est certes pas une monnaie, mais s’agit-il d’un titre, d’une part de fonds, ou d’autre chose ? La réponse à cette question dépendra étroitement de la réponse que devra apporter le régulateur tant pour préserver la sécurité des utilisateurs que pour garantir la stabilité du système financier.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Derrière les chiffres, l’incertitude 24/05/2019
À première vue, les prévisions de printemps du FMI, de la Commission européenne et de l’OCDE tablent sur une croissance correcte, sans plus. En y regardant de plus près, c’est l’inconfort qui découle des analyses.
Pourquoi la croissance doit être inclusive 27/02/2019
Dans cette nouvelle série de podcasts, William De Vijlder défend l’idée que la croissance ne peut être durable que si elle est inclusive. En effet, la réduction durable de la pauvreté nécessite une croissance inclusive qui permette à chacun de contribuer à la croissance économique et d'en tirer parti. Dans ce premier épisode, nous découvrons que la croissance inclusive se réfère à la fois au rythme et au modèle de croissance, qui sont étroitement liés. Entretien réalisé avec François Doux.
La croissance inclusive, un défi au niveau des pays 27/02/2019
La lutte contre les inégalités est l’un des principaux défis de la croissance inclusive. Cet épisode explique pourquoi, dans un pays donné, la croissance inclusive est essentielle pour lutter contre les inégalités et ce qu’il est possible de faire en termes de politique. Entretien réalisé avec François Doux.
Changement climatique et croissance inclusive 27/02/2019
Le changement climatique et la croissance inclusive sont étroitement liés. Les ménages à faible revenu souffriront probablement davantage des conséquences économiques négatives du réchauffement climatique. Les mesures politiques visant à réduire les émissions de carbone peuvent également avoir un impact relativement plus important sur les ménages à faible revenu. William De Vijlder discute de ces problématiques dans le dernier podcast de cette série. Entretien réalisé avec François Doux.
Mondialisation : une perspective historique 20/12/2018
Premier épisode de la série de trois podcasts consacrés à la mondialisation. Quels ont été les moteurs de la globalisation ? Dans ce premier épisode, William De Vijlder, le chef économiste de BNP Paribas, distingue quatre facteurs à l’origine de la mondialisation. Il passe en revue les défis auxquels elle se confronte aujourd’hui. Entretien réalisé avec François Doux.
La mondialisation aujourd’hui : du multi au bilatéralisme 20/12/2018
Deuxième épisode de la série de trois podcasts consacrés à la mondialisation. Les pays membres de l’organisation mondiale du commerce (OMC) ont longtemps cherché à augmenter les degrés d’ouverture des échanges commerciaux. Sous l’impulsion du président Trump, on observe une tendance au bilatéralisme ; notamment entre la Chine et les États-Unis. Ce nouveau modèle va-t-il désormais prévaloir ? Dans cet épisode, William De Vijlder, analyse les répercussions du bilatéralisme sur les échanges mondiaux de biens mais aussi de capitaux. Entretien réalisé avec François Doux.
La mondialisation demain : le défi de l’inclusion 20/12/2018
Troisième et dernier épisode de la série de podcasts consacrés à la mondialisation. La mondialisation induit des importations de produits en provenance de pays à faible coût de main d’œuvre avec des conséquences négatives pour les secteurs qui sont exposés à cette concurrence. Comment réagir sur le plan de la politique économique afin d’aller vers une mondialisation durable de manière à ce que nul ne soit « laissé pour compte » ? Dans cet épisode William De Vijlder insiste sur la nécessité d’avoir une croissance inclusive pour répondre aux problématiques qui découlent de la mondialisation. Entretien réalisé avec François Doux.
Comment la volatilité des marchés affecte la croissance 08/11/2018
L’expérience rétrospective montre que la hausse récente de la volatilité des actions pourrait peser sur la croissance à l’avenir.
Rentrée économique : les défis se multiplient 11/09/2018
La menace protectionniste, omniprésente dans les médias, n’a pas empêché Wall Street d’atteindre de nouveaux sommets, portée par la croissance des bénéfices et une Réserve fédérale perçue comme accommodante.
Leviers d'endettement bancaire : dix ans après 05/09/2018
Au lendemain de la crise financière de 2007-2008, les régulateurs internationaux ont considérablement renforcé les exigences de fonds propres bancaires. Depuis, les ratios de levier moyens des banques (fonds propres comptables/bilans consolidés) ont nettement progressé jusqu’à atteindre fin 2017 7,3% en zone euro et 10,1% aux Etats-Unis, contre respectivement 4% et 6,9% en 2008. Au-delà de ces évolutions, les niveaux relatifs des ratios doivent toutefois être mis en regard des modes de financement très différents des deux économies et de la structure de l’épargne. Aux Etats-Unis, d’une part, l’économie s’appuie davantage sur les marchés de capitaux que sur les prêts inscrits dans les bilans bancaires. La titrisation de créances immobilières bénéficiant des garanties fédérales, notamment, permet de réduire la taille des bilans bancaires. Il en résulte un transfert partiel du levier du système bancaire vers des entités moins régulées. D’autre part, les passifs bancaires y représentent une plus faible proportion de l’épargne des ménages. Ainsi, à l’échelle de l’économie, la probabilité que les fonds propres bancaires jouent le rôle de matelas d’absorption entre d’éventuelles pertes sur actifs et l’épargne est sans doute plus faible aux Etats-Unis que dans la zone euro.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2179 articles et 563 vidéos