Podcast: En ECO dans le texte
Les autres déterminants de la consommation des ménages français (chômage, politique budgétaire, confiance, variables financières) 26/11/2020

Dans ce troisième et dernier épisode, Hélène Baudchon passe en revue les  déterminants de la consommation des ménages autres que le pouvoir d’achat.

Elle abordera les effets du chômage et de l’épargne de précaution, de la politique budgétaire, de la confiance, des taux d’intérêt et des effets de richesse sur la consommation.

TRANSCRIPT // Les autres déterminants de la consommation des ménages français (chômage, politique budgétaire, confiance, variables financières) : novembre 2020

Plus de Podcasts

Sur le même thème

20/04/2021
La conjoncture continue de faire du yo-yo 12/04/2021
Notre baromètre fait état d’une amélioration de la situation conjoncturelle française ces derniers mois par rapport aux trois mois précédents : la zone en bleu s’est en effet élargie par rapport à celle en pointillés. Le détail des évolutions mensuelles des différents indicateurs laisse toutefois une impression plus mitigée, due à leur mouvement de yo-yo. 
Sortie de crise en accordéon 08/04/2021
Contrairement à ce que laissait espérer fin 2020 la découverte des vaccins, à savoir la fin du stop-and-go, on reste, début 2021, sur une trajectoire de sortie de crise en accordéon du fait de l’apparition des variants et de lenteurs dans la vaccination. Elle s’est rapprochée (baisse moins forte qu’attendu du PIB au T4 2020, rechute en récession technique a priori évitée au T1 2021 avec une croissance faible mais positive attendue) avant de s’éloigner à nouveau (report du rebond attendu au T3 après une croissance au T2 qui frôle le zéro, un chiffre négatif ne pouvant être écarté). Le net rebond des enquêtes de confiance en mars est une bonne nouvelle mais éphémère car il n’intègre pas le durcissement récent des mesures de confinement. Il faut s’attendre à une rechute en avril avant un redressement à partir de mai, que l’on espère, cette fois, durable, à la faveur de l’accélération de la vaccination et du soutien du policy mix. Le rebond attendu au S2 porterait la croissance à 6,1% en 2021 en moyenne annuelle, suivie de 4,4% en 2022.
Marché du travail français : bilan 2020 30/03/2021
En 2020, l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le marché du travail français a été bien moins marqué que sur le PIB : celui-ci a chuté de 8,2% en moyenne annuelle tandis que l’emploi salarié privé n’a baissé que de 1,7%, le taux de chômage s’inscrivant même en légère baisse par rapport à 2019 (-0,4 point en moyenne annuelle). Il faut voir derrière cet impact négatif contenu l’effet des mesures d’urgence, notamment le renforcement important du dispositif de chômage partiel. L’impact sectoriel est toutefois disproportionné : au T4 2020, les quatre secteurs les plus durement touchés par la crise (hébergement-restauration, services aux ménages, services de transports et fabrication de matériels de transports) concentrent 75% des pertes d’emplois salariés par rapport au T4 2019, alors que leur part dans l’emploi salarié total est environ 5 fois moindre (16%). Les évolutions, contre-intuitives, du taux de chômage relèvent du trompe-l’œil méthodologique. Les périodes de confinement amènent, en effet, nombre de personnes sans emploi à sortir de la population active, faute de pouvoir en chercher activement un et/ou signaler leur disponibilité pour travailler. Elles ne satisfont alors plus la définition du BIT d’un chômeur. Elles sont comptabilisées dans le halo entourant le chômage qui a, lui, fortement augmenté, de même que le sous-emploi (qui inclut le chômage partiel).   Les déclarations d’embauche et le nombre des demandeurs d’emploi portent aussi la trace de la crise de manière plus attendue.
France : état des lieux après un an de crise 19/03/2021
Il y a un an, à quelques jours près, démarrait, en France, le premier confinement et la lutte contre la pandémie de Covid-19. Après un choc récessif massif en 2020, où en est l’économie française aujourd’hui ? Son état de santé est contrasté, avec des points forts et des points faibles.
Rattrapage économique France-Allemagne : où en sommes-nous ? 11/03/2021
Il reste du chemin à parcourir en zone euro pour rattraper l’ensemble des pertes accumulées au cours de l’année 2020. Les services marchands accusent un retard particulièrement important au regard de leur niveau d’activité de fin 2019. Les risques de dégradation sur le marché du travail sont à surveiller de près ces prochains mois.
Dette : pas seulement une question de taille 10/03/2021
Les partisans de l’annulation de la dette arguent parfois du fait qu’elle ne pourra pas être remboursée, mais là n’est pas le sujet. En France, la dette publique exprimée en euro (ou en franc équivalent euro avant 1999) a constamment augmenté au cours de l’après-Guerre, sans que personne ne songe à l’éteindre. Les taux de croissance et d’inflation élevés des Trente Glorieuses ont fait leur œuvre. Entre 1945 et 1975, la dette a vu son encours multiplié par dix environ - la dépréciation du franc ayant notamment gonflé sa composante extérieure - alors que son poids dans le PIB a chuté, de plus de 100% à moins de 20%. En 2021, suite à une série de crises successives (financière, de l’euro, puis de la Covid-19), la dette se trouve à nouveau propulsée vers les sommets (117,8% du PIB selon les estimations de la Commission européenne). Elle n’apparait pas moins soutenable, la part des recettes fiscales consacrée aux paiements d’intérêts n’ayant jamais été aussi faible (2,3%). Aussi, la vraie question est-elle de savoir ce qu’il adviendrait en cas de choc sur les taux. Dans l’immédiat, leur hausse n’est pas un problème : elle s’appuie sur de meilleures perspectives de croissance et reste, somme toute, contenue. Au-delà, la prévention contre le risque d’incendie est affaire de crédibilité. Avant toute chose, c’est de la confiance dans l’État français, qui émet la dette, comme dans la Banque centrale européenne, qui la rachète indirectement, que dépendront nos conditions d’emprunt futures.
09/03/2021
Effritement de la confiance en février 05/03/2021
Trois informations ressortent des résultats détaillés des comptes trimestriels du T4 2020. Tout d’abord, la hausse remarquable du pouvoir d’achat des ménages au T4 2020 (+1,5 % t/t, +1,9% en glissement annuel) comme sur l’ensemble de 2020 (+0,6%), et ce, malgré la contraction de l’économie (-1,4% t/t, -4,9% sur un an et -8,2% en moyenne annuelle). Il faut y voir l’effet des mesures d’urgence...
La branche hébergement – restauration a eu un recours intensif aux PGE 24/02/2021
Tandis que les premiers remboursements des Prêts Garantis par l’Etat devraient intervenir à la fin du mois de mars 2021, les montants accordés atteignaient, en cumul, un encours de EUR 132,2 mds au 12 février 2021 selon les chiffres de la Banque de France. Depuis leur lancement, les PGE ont plus largement bénéficié aux secteurs les plus pénalisés par la pandémie de COVID-19. Sans surprise, la branche hébergement – restauration, qui fait toujours l’objet de fermetures administratives, compte ainsi parmi celles ayant eu le recours le plus intensif aux PGE[1] au regard des montants octroyés et du nombre de bénéficiaires. Notre graphique illustre le constat général selon lequel le recours au PGE est d’autant plus grand que la baisse de valeur ajoutée en 2020 fut sensible. Pour certaines branches d’activité, le recours au PGE a été supérieur à la baisse de la valeur ajoutée, témoignant de stratégies opportunistes liées au faible coût du PGE ou de comportements de précaution (le PGE visant à compenser une éventuelle perte d’activité ultérieure au moment de sa souscription, sans que celle-ci ne se soit concrétisée). Il convient également de garder à l’esprit que les évolutions générales d’un secteur sont susceptibles de masquer de grandes disparités entre entreprises.   [1] L’intensité du recours au PGE est le rapport entre la part de l’encours total des PGE qui sont accordés à un secteur d’activité et la part de la valeur ajoutée totale qui a été produite par ce secteur.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2682 articles et 705 vidéos