Podcast: En ECO dans le texte
Les autres déterminants de la consommation des ménages français (chômage, politique budgétaire, confiance, variables financières) 26/11/2020

Dans ce troisième et dernier épisode, Hélène Baudchon passe en revue les  déterminants de la consommation des ménages autres que le pouvoir d’achat.

Elle abordera les effets du chômage et de l’épargne de précaution, de la politique budgétaire, de la confiance, des taux d’intérêt et des effets de richesse sur la consommation.

TRANSCRIPT // Les autres déterminants de la consommation des ménages français (chômage, politique budgétaire, confiance, variables financières) : novembre 2020

Plus de Podcasts

Sur le même thème

France : quand le bâtiment va, tout va 24/06/2022
La celèbre formule « quand le bâtiment va, tout va » accompagne la conjoncture française depuis plusieurs décennies. Comme un symbole, le carnet de commandes de la profession culmine encore aujourd’hui à un niveau jamais égalé auparavant, à près de 9 mois. Pourtant, le secteur est aux prises avec des difficultés croissantes. Il est l’un des plus concernés par les hausses de coûts, ce qui a commencé à peser sur les marges, qui se sont nettement réduites. En parallèle, il semblerait que la demande soit en train de se tasser : plusieurs indicateurs d’un retournement à venir.
Des signaux conjoncturels plus mitigés que mauvais 12/06/2022
Les dernières données conjoncturelles publiées par l’Insee ont permis de préciser le timing et l’ampleur du choc de pouvoir d’achat sur la consommation des ménages, avec trois chiffres marquants : la baisse de 1,8% t/t au 1er trimestre du pouvoir d’achat du revenu disponible brut, la baisse révisée à -1,5% t/t (contre -1,3% en première estimation) de la consommation des ménages et la croissance du PIB révisée en baisse à -0,2% t/t (0% en première estimation). 
France : aménagement de l’habitat et alimentation en tête des hausses des prix de vente dans le commerce de détail 07/06/2022
Les tensions inflationnistes continuent de se renforcer en France. L’enquête de l’Insee dans le commerce de détail pour le mois de mai a ainsi marqué un nouveau record. Le solde d’opinion des entreprises du secteur sur la tendance prévue des prix de vente a atteint le chiffre de 43 contre 36 au mois d’avril (et -2 en moyenne historique). L’aménagement de l’habitat est le secteur dans lequel la proportion d’entreprises prévoyant d’augmenter leurs prix est la plus importante. Cela fait écho à la hausse du coût des matériaux de construction et reflète une forte demande des ménages : en moyenne sur les 3 derniers mois, près de 25% des ménages déclaraient, dans l’enquête de l’Insee, leur intention de procéder à une dépense relative à l’aménagement du logement (contre 21% en moyenne historique). Cette proportion a toutefois baissé par rapport à octobre 2021 (26,7%), suggérant un effritement face à une forte inflation. L’alimentation est le deuxième secteur qui se distingue par la proportion élevée d’entreprises prévoyant d’augmenter leurs prix. Cela fait suite à des hausses déjà importantes, qui se reflètent dans la progression de la composante alimentation de l’indice des prix à la consommation, en hausse de 3,2% entre février et mai 2022. Et cette hausse devrait se poursuivre : d’après nos prévisions, elle atteindrait 4,2% entre mai et décembre 2022, en adéquation avec les anticipations du secteur. Au global, d’après les nouvelles hausses de prix dans le commerce de détail qui ressortent de l’enquête de l’Insee, le pic d’inflation ne serait pas encore atteint. Or, cette dernière s’est élevée à 5,2% a/a en mai (5,8% a/a selon l’indice harmonisé), un plus haut depuis septembre 1985. D’après nos prévisions, l’inflation atteindrait son point haut en septembre, à environ 6,5% a/a.
Vers une nouvelle contraction de la consommation des ménages au 2e trimestre 15/05/2022
L’inflation continue de se diffuser aux différents postes de l’indice des prix à la consommation. La composante « énergie » a légèrement reflué en avril (-2,5% m/m), après la mise en œuvre de la ristourne gouvernementale sur le carburant, mais cette baisse a été plus que compensée par l’accélération des prix des autres postes de consommation. Les prix alimentaires, singulièrement, ont progressé de 1,4% m/m en avril, une ampleur inédite depuis 20 ans (c’est-à-dire ni en 2007-08 ou en 2011, lors de précédentes vagues de hausse des prix alimentaires). Ce poste est le principal contributeur (0,2 point) à l’inflation mensuelle (+0,4% m/m).
France : contraintes d’offre et inflation pèsent sur la croissance 29/04/2022
La croissance française devrait être nettement plus faible au 1er semestre 2022, sous le poids des contraintes d’offre qui pèsent principalement sur l’automobile et sur la construction. A ces difficultés s’ajoute désormais la baisse du pouvoir d’achat des ménages, qui pénalisera principalement les secteurs où les hausses de prix sont les plus fortes (énergie, alimentation). Un rebond devrait survenir au 3ème trimestre, avec de premières hausses de revenu qui viendront compenser en partie les pertes antérieures de pouvoir d’achat.
L’inflation pèse sur la consommation des ménages 18/04/2022
L’inflation a atteint 4,5% a/a au mois de mars en France selon l’estimation finale de l’Insee, principalement en raison d’une nouvelle hausse du coût de l’énergie (+9% sur le seul mois de mars, +29,2% a/a). En parallèle, l’impact de cette inflation semble commencer à se faire sentir sur les dépenses de consommation des ménages : après avoir nettement baissé en janvier (-2% m/m), leur rebond en février est resté limité (+0,8% m/m). Et la dernière enquête de l’Insee sur la confiance des ménages n’augure pas d’un rebond à court terme, au contraire. Le moral de ces derniers a considérablement chuté notamment parce qu’ils craignent de nouvelles hausses de prix : la balance d’opinion sur les perspectives de prix a augmenté de 50 points pour atteindre un record historique.
Une croissance faible plutôt qu’une récession 14/04/2022
L’inflation a continué de croître début 2022 jusqu’à peser très fortement sur la confiance des ménages français à partir de mars. Cette problématique de pouvoir d’achat augure d’un repli de la consommation. Le soutien budgétaire a permis de limiter la hausse de l’inflation (de près de 2 points de pourcentage en avril), autorisant le maintien d’une croissance légèrement positive (0,3% pour le T1 et 0,1% pour le T2 selon nos prévisions).
Marché du travail français : maintenir la dynamique 28/03/2022
La France a terminé l’année 2021 avec le taux d’emploi le plus élevé depuis les années soixante-dix, le taux de chômage le plus bas depuis 2008 et un record de créations d’emplois depuis l’après-guerre. Ce dynamisme de l’emploi est imputable pour moitié au rebond des créations d’emplois dans les secteurs les plus affectés par la crise de la Covid-19 (dont la restauration et l’intérim). La pandémie a également soutenu l’emploi dans la santé et l’éducation. Le secteur privé marchand porte néanmoins encore la trace de la crise sanitaire : l’emploi y est inférieur de 1,3% au niveau qu’il aurait atteint si sa croissance observée entre 2017-19 s’était poursuivie jusqu’à fin 2021 (un même calcul sur le PIB réel donne un écart de 2,2%). Le taux d’emploi des 15-64 ans atteint 67,8% de la classe d’âge. Cette hausse s’explique principalement par celle du taux d’emploi des 50-64 ans (départs en retraite plus tardifs). L’amélioration du taux d’emploi des 15-24 ans en toute fin de période doit, quant à elle, être confirmée. La progression des salaires, qui a été modérée ces dernières années, devrait s’accélérer en 2022 sous l’effet combiné de la baisse du taux de chômage et de la hausse de l’inflation. 
Des enquêtes de conjoncture en passe de se dégrader nettement 21/03/2022
La croissance française est restée positive en début d’année 2022, comme en témoignent des enquêtes de conjoncture relativement stables jusqu’en février, tant du point de vue des ménages que des entreprises, ou même du climat de l’emploi. La hausse de l’inflation a été significative, à 3,6% a/a en février, néanmoins la stabilité du tarif réglementé du gaz et la hausse contenue à 4% du prix de l’électricité ont permis de la limiter. D’après le dernier point de conjoncture de l’Insee, l’inflation aurait atteint 5,1% sans ces mécanismes.
L’amélioration de l’excédent sur les services compense la dégradation du déficit des biens 15/03/2022
La France connait une dégradation structurelle de sa balance commerciale des biens depuis 2015. Son déficit atteint en janvier 2022 le niveau record de EUR 73 mds en cumul sur 12 mois, selon les statistiques de balance des paiements de la Banque de France (EUR 88 mds selon la définition des douanes1). La tendance au creusement du déficit des biens industriels s’est renforcée depuis 2020 avec la baisse des exportations aéronautiques depuis le début de la pandémie de Covid-19. La hausse du prix du pétrole explique l’essentiel de la détérioration observée à partir de novembre 2021. Toutefois, la balance courante, qui synthétise la totalité des échanges extérieurs de la France2, montre un profil différent, avec un déficit limité à EUR 23,4 mds en janvier, en cumul sur 12 mois. Il reste relativement stable même sur les trois derniers mois. L’excédent sur le commerce de services en est la principale explication. Il atteint, lui aussi, un niveau record à EUR 39 mds en janvier (en cumul sur 12 mois). Cette nette augmentation depuis début 2021 provient du poste « transport » qui a basculé en surplus au moment du déclenchement de la pandémie de Covid-19, excédent qui n’a depuis cessé de croître pour atteindre EUR 32 mds sur les 12 derniers mois à fin janvier. Les données détaillées du FMI, disponibles jusqu’au 3e trimestre 2021, montrent que l’amélioration jusqu’à cette date correspondait essentiellement aux services exportés de fret maritime dans un contexte où le transport maritime bénéficiait d’une forte demande mondiale. 1 La balance des paiements sépare les coûts de transport et d’assurance incorporés par les douanes dans les échanges de biens pour les incorporer aux échanges de services ce qui a tendance à réduire le déficit sur les biens. De plus, les douanes considèrent qu’un échange de biens est constitué s’il franchit la frontière, tandis que la balance des paiements applique un critère de résidence : le flux est incorporé s’il est fait entre un résident et un non-résident. 2 Ces échanges concernent les biens, les services ainsi que les revenus (flux d’intérêt, rapatriement de profits, transferts de migrants notamment).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1785 articles et 354 vidéos