Podcast: En ECO dans le texte
Entreprises zombies : qui sont-elles, où sont-elles ? 29/04/2021

Dans ce premier épisode, Hélène Baudchon et Guillaume Derrien rappellent les critères qui définissent une entreprise zombie. La  diversité des définitions est à la fois instructive et synonyme de flou : le phénomène est difficile à mesurer. Un tour d’horizon de la proportion de ces entreprises zombies dans les 4 plus grands pays de la zone euro (Allemagne, France, Italie et Espagne) est également effectué.

TRANSCRIPT // Entreprises zombies : qui sont-elles, où sont-elles ? : avril 2021

Episode 1 – Entreprises zombies : qui sont-elles, où sont-elles ?

François Doux : Bonjour à toutes et à tous… Nouvelle série de podcast en trois épisodes sur la zombification des économies, sur la prolifération des entreprises zombies… au micro François Doux, pour cette série je suis accompagné d’Hélène Baudchon bonjour… bonjour François et de Guillaume Derrien bonjour… bonjour François.

Vous avez co-écrit avec 3 autres économistes un article de plusieurs pages dans la revue Conjoncture, à retrouver en ligne sur le site des études économiques de BNP Paribas.

Le sujet n’est pas nouveau mais la crise de la Covid-19 l’a ramené sur le devant de la scène. La crise pourrait en effet entraîner une hausse du nombre des entreprises zombies, ce qui ravive les inquiétudes relatives à ce phénomène.

Au programme de cette série, dans un premier épisode nous allons définir ce que sont les entreprises zombie, quelle est leur proportion dans des pays comme la France… l’Allemagne… Dans un deuxième épisode, nous nous intéresserons aux causes et aux conséquences du phénomène… il est intitulé « Comment naissent les entreprises zombies » Dans le troisième et dernier épisode, on terminera sur les liens entre le Covid-19 et ces entreprises zombies, et surtout sur les solutions à apporter à ce problème.

Pour commencer, Hélène, Guillaume, qu’est-ce qu’une entreprise zombie ? Dans la culture populaire occidentale, dans notre imaginaire cinématographique, un zombie est un mort-vivant qui survit en se nourrissant de la chair humaine des vivants… qu’en est-il en économie ? C’est une entreprise morte-vivante Hélène ?

Hélène Baudchon : en quelque sorte oui. Au regard de sa faible productivité, de sa dette élevée, de sa rentabilité faible, de sa petite taille aussi, c’est une entreprise qui devrait disparaître et qui pourtant survit, notamment en bénéficiant, malgré ses-ces difficultés, de conditions de financement avantageuses. Je précise que cette présentation est une manière parmi d’autres de décrire une entreprise zombie, qui mélange les caractéristiques des différentes définitions existantes. Selon les études, l’accent est plus mis sur l’une ou sur l’autre de ces caractéristiques et il y a des critères précis d’âge, de conditions de financement, etc...

François Doux : Et on retrouve le détail de ces définitions justement dans l’article de Conjoncture, avec les auteurs et les études universitaires qui s’y réfèrent… Guillaume, néanmoins le concept d’entreprise zombie n’est pas nouveau, il ne date pas de 2020… quand et où est née l’appellation d’entreprise zombie en économie ?

Guillaume Derrien : cette appellation est née au Japon, dans la foulée de la crise financière de la fin des années 1980. L’étude de Caballero, que l’on présente dans notre Conjoncture, est souvent citée comme la référence sur l’analyse du phénomène de la zombification dans le pays. Cette étude fait un lien entre la zombification et la situation du système bancaire. Pour être plus précis, Caballero estime que cette zombification découlerait principalement des difficultés des banques, et principalement des banques les plus fragiles qui, pour préserver une certaine stabilité financière, aurait continué à octroyer des prêts à des entreprises peu rentables. Alors ce phénomène s’est trouvé amplifié, si je puis dire, par d’autres facteurs, notamment la baisse des taux d’intérêt dans le pays, suite aux assouplissement monétaire de la Banque du Japon.

François Doux : Hélène, il existe différentes définitions d’une entreprise zombie. Cette diversité est à la fois instructive et synonyme de flou. Le phénomène est difficile à mesurer ?

Hélène Baudchon : En effet. Il n’y a pas de mesure exacte, consensuelle, de l’ampleur du phénomène, ce qui est problématique en soi. D’une étude à l’autre, les ordres de grandeur peuvent être assez différents : 15% dans la fourchette haute sur la base des entreprises cotées – ce qui est beaucoup ; 5% si l’on considère l’ensemble des entreprises.

Il faut savoir par ailleurs que la tendance est plutôt à la hausse de la part des entreprises zombies dans les économies. Le phénomène a gagné aussi en persistance, c’est-à-dire qu’une entreprise zombie le reste plus longtemps. Le tout n’est pas sans poser questions et problèmes.

François Doux : oui, on reviendra sur les causes et conséquences de la zombification dans le 2ème épisode de ce Podcast. Partons traquer à présent ces entreprises zombies dans les 4 plus grands pays de la zone euro, Allemagne, France, Espagne, Italie. Guillaume, quelle est leur proportion dans ces économies ?

Guillaume Derrien : Alors globalement François, ce qu’on peut dire c’est que les crises successives de 2007-08 et 2011 ont joué un rôle significatif dans l’importance des firmes zombies aujourd’hui. Les pays particulièrement touchée par ces crises font face aujourd’hui à une part plus importante de firmes zombies. C’est le cas particulièrement en Espagne et en Italie. En Espagne surtout, où on estime cette part, selon les études, entre 10% et 20%.  L’Espagne a été l’économie des 4 grands européens la plus touchée par les crises. En Italie, on est un peu en deçà, entre 6% et 11%.

François Doux : Quelle est la situation en France et en Allemagne Hélène ?

Hélène Baudchon : La France et l’Allemagne compteraient une proportion relativement faible d’entreprises zombies. Pour la France, les estimations varient entre 2 et 7% ; l’estimation la plus haute, sur la base des entreprises cotées, atteint 16%. En Allemagne, les fourchettes sont plus resserrées, entre 4 et 6%, et 10% pour l’estimation haute.

Le caractère contenu de la zombification en Allemagne tient notamment à l’efficacité de son dispositif législatif pour les entreprises en difficulté ; en France, la solidité de son système bancaire est un facteur important. Le droit des entreprises en difficulté fonctionne aussi plutôt bien mais il y a encore matière à l’améliorer, notamment en réduisant la longueur des procédures collectives.     

François Doux : En parlant d’efficacité du droit des entreprises en difficulté et de solidité du système bancaire, Hélène, vous venez d’évoquer deux explications, deux causes de la zombification.  Ces causes seront justement le sujet du deuxième épisode de ce Podcast, où nous aborderons également les conséquences, les répercussions de la zombification.

Plus de Podcasts

Sur le même thème

Zone euro : la surprenante résilience du marché du travail peut-elle durer? 21/11/2022
L’enquête réalisée par la Commission européenne sur la confiance des entreprises industrielles enregistre un repli significatif depuis le début de l’année. Cependant, les entreprises continuent de considérer le manque de main-d’œuvre comme un frein majeur à la production. Le niveau record des carnets de commandes - en termes de durée de production assurée - peut expliquer cette situation. Or, en raison de leur impact sur la croissance de l’emploi et des salaires, les goulets d’étranglement du marché du travail devraient soutenir les dépenses de consommation lorsque l’économie marquera le pas. Mais ce soutien sera probablement de courte durée. Les intentions d’embauche diminuent déjà, et le ralentissement de la croissance de l’emploi devrait alléger les tensions sur le marché du travail
Nouvelle mauvaise surprise sur l’inflation et bonne surprise sur la croissance  13/11/2022
L’inflation harmonisée en zone euro a de nouveau surpris défavorablement en octobre, atteignant 10,7% en g.a. d’après l’estimation préliminaire d’Eurostat, contre une prévision du consensus Bloomberg de 10,2%. C’est le deuxième mois d’affilée que les prix accélèrent autant (+0,8 point). Cette mauvaise nouvelle ne vient pas seule : cette accélération est imputable à hauteur de la moitié à l’inflation sous-jacente, de 0,3 point à l’inflation alimentaire et de 0,1 point à la composante énergie. L’inflation continue donc de se propager et de se renforcer. 
Crédit dans le zone euro : niveau record en septembre 2022, modération de la demande et resserrement des conditions attendus au t4 05/11/2022
Négative durant la majeure partie de l’année 2021, l’impulsion du crédit est redevenue positive au début de 2022 et a accéléré jusqu’à atteindre des niveaux inédits (+3,8 points en août 2022, +3,7 points en septembre 2022). Ces évolutions contrastent avec la forte décélération du PIB de la zone euro au troisième trimestre 2022 (+0,2% t/t après +0,8% au deuxième), qu’elles ont sans doute contribué à limiter. En forte accélération depuis le printemps, les encours ont enregistré, en septembre 2022, leur plus forte croissance depuis décembre 2008 pour les prêts au secteur privé (+6,9% en glissement annuel) et depuis janvier 2009 pour les prêts aux sociétés non financières (SNF, +8,9%). 
La désinflation de 2023, entre espoir et incertitude 30/10/2022
La dernière enquête des prévisionnistes professionnels de la BCE met en évidence une révision à la baisse des perspectives de croissance et un ajustement à la hausse des prévisions d’inflation. Pour l'année à venir, la question véritable porte non sur la direction de l'inflation mais sur la rapidité et l'ampleur de son déclin. Un ralentissement trop lent pourrait convaincre la BCE de la nécessité de poursuivre la hausse des taux au-delà de ce que prévoient actuellement les marchés, ce qui augmenterait le coût pour l'économie des efforts déployés pour juguler l'inflation. La désinflation pourrait se faire attendre plus longtemps que prévu. Au cours des deux années écoulées, une série de facteurs ont conduit à une inflation exceptionnellement élevée mais également à large spectre. Tous les chocs ne sont pas survenus simultanément, et leurs effets tardent souvent à se faire ressentir dans la chaîne économique, depuis le producteur jusqu'au grossiste et au distributeur. Ce phénomène crée une inertie dans la dynamique inflationniste.  
Zone euro : le poids des problématiques d’offre dans l’inflation des prix alimentaires 11/10/2022
L’inflation en zone euro a atteint le seuil des 10% a/a au mois de septembre selon l’estimation préliminaire d’Eurostat, un plus haut historique depuis que le taux d’inflation de la zone est mesuré.  Les prix de l’énergie y jouent un rôle majeur (+40,8% a/a). En parallèle, la dynamique des prix alimentaires pèse de plus en plus, avec une hausse de 11,8% a/a de l’indice harmonisé (incluant également l’alcool et le tabac) au mois de septembre. Une partie de cette hausse des prix alimentaires provient de l’impact de l’envolée des prix de l’énergie sur les coûts de production du secteur. Toutefois, des contraintes d’offre, du fait de difficultés de production, semblent également à l’œuvre. En effet, le secteur agroalimentaire dispose de stocks de produits finis nettement inférieurs à la normale, contrairement à d’autres secteurs de l’industrie manufacturière (qui ont profité du ralentissement de la demande durant ces derniers mois pour reconstituer leurs stocks). Ce faible niveau des stocks dans l’industrie agroalimentaire reflète des contraintes d’approvisionnement. Celles-ci ont été accentuées par des difficultés de production à la suite de l’épisode de sécheresse qu’ont connu la plupart des pays de la zone euro au cours de l’été 2022. En France, singulièrement, la hausse de la composante alimentaire de l’indice des prix s’est nettement accélérée au mois de septembre (9,9% a/a, selon l’indice calculé par l’Insee, contre 7,9% un mois auparavant), alors même que l’inflation alimentaire était restée nettement inférieure au reste de la zone euro jusqu’ici, bénéficiant du bouclier tarifaire sur les prix réglementés du gaz et de l’électricité. L’inflation alimentaire devrait se poursuivre dans les prochains mois, tant en zone euro qu’en France, sous l’effet persistant de la hausse des prix de l’énergie, mais aussi parce que la demande en biens alimentaires est peu cyclique : elle devrait être relativement peu affectée par le risque de récession qui existe en zone euro. L’insuffisance de l’offre devrait donc durer tant que cette dernière ne rebondira pas, ce qui pèsera en retour sur l’inflation.
Hausse des taux d’intérêt et soutenabilité de la dette publique 10/10/2022
Compte tenu de la récente forte hausse des taux d’intérêt, dans les pays de la zone euro le coût d’emprunt de la dette nouvellement émise est désormais plus élevé, pour une maturité équivalente, que celui de la dette existante. Pour que la dette publique soit soutenable, une telle situation requiert un déficit primaire moindre ou un excédent plus élevé, selon que le coût moyen de la dette est inférieur ou supérieur au taux de croissance nominale à long terme du PIB. Toutefois, l’effet ne se fera pleinement ressentir que lorsque la totalité de la dette aura été refinancée à un taux d’intérêt plus élevé. Compte tenu de la maturité moyenne élevée de la dette existante, l’effort annuel d’ajustement est, pour le moment, limité mais il augmentera à l’avenir. Toutefois, la soutenabilité de la dette englobe plus que simplement assurer la stabilité du ratio de la dette sur PIB dans certains cas. Il s’agit également d’assurer la résilience face aux chocs de taux d’intérêt et de croissance. Plus le ratio d’endettement est élevé, plus il est important d’aller plus loin qu’une simple stabilisation.
Septembre morose : inflation à deux chiffres, détérioration marquée des enquêtes de confiance 02/10/2022
Le ciel conjoncturel ne cesse de s’assombrir au-dessus de la zone euro. Le bilan des premières données disponibles pour septembre n’est pas bon et cela se voit sur notre baromètre. Au niveau des données d’enquêtes, la zone bleue (relative aux conditions récentes) se rétracte par rapport à la ligne pointillée (relative aux conditions des quatre mois précédents) et même, sur certains indicateurs, par rapport au dodécagone gris (la moyenne de long terme). La situation est inverse pour les données d’inflation. De fait, l’inflation a franchi un nouveau cap, en atteignant 10% en g.a. en septembre selon l’estimation préliminaire d’Eurostat. Non seulement l’inflation atteint les deux chiffres – c’était prévisible mais ce n’en est pas moins une mauvaise nouvelle – mais sa hausse de 0,9 point par rapport à juillet est généralisée à l’ensemble de ses principales composantes. 
Zone euro : La hausse des taux des prêts bancaires ne freine pas encore l’évolution des encours 30/09/2022
La remontée des taux de marché depuis le début de l’année 2022 a entraîné un début de hausse des taux des prêts bancaires dans la zone euro. Ces évolutions ont concerné notamment les taux des prêts à l’habitat et ceux des prêts aux sociétés non financières. Pour l’heure, les évolutions des encours de crédit bancaire ne sont pas encore affectées par le resserrement des conditions mais les premières conséquences devraient se matérialiser en 2023.
En route vers la récession ? 22/09/2022
La conjonction actuelle inédite des chocs - inflationniste, sanitaire, géopolitique, énergétique, climatique, monétaire - devrait avoir raison de la résistance de la zone euro et la plonger en récession à l’horizon des prochains trimestres. La détérioration des enquêtes de confiance cet été en donne des signes avant-coureurs. La récession devrait toutefois rester limitée grâce notamment au soutien budgétaire. Elle serait suivie d’une reprise modérée à la faveur de l’atténuation des chocs. Face à la poursuite de l’envolée de l’inflation, la BCE est passée à la vitesse supérieure. Elle augmenterait encore ses taux de 125 pb d’ici la fin de l’année (portant le taux de dépôt à 2%) et se donnerait ensuite le temps d’évaluer l’ampleur de la modération de la croissance et de l’inflation.
La BCE passe à la vitesse supérieure  05/09/2022
À situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle. La probabilité est forte que la Banque centrale européenne augmente de 75 points de base  ses taux directeurs lors de sa réunion du 8 septembre prochain. La BCE n’a, en effet, guère d’autre choix que de répondre par un geste extraordinaire à la poursuite de l’envolée de l’inflation, et ce malgré l’accentuation du risque de récession. Il s’agit de mettre en pratique les discours hawkish de Jackson Hole et la détermination inconditionnelle affichée à préserver la stabilité des prix.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1707 articles et 390 vidéos