Podcast: En ECO dans le texte
Comment naissent les zombies ? 29/04/2021

Dans ce deuxième épisode consacré à la zombification des économies, Hélène Baudchon et Guillaume Derrien font le point sur les causes et les conséquences de ce phénomène (baisse des taux d’intérêt, difficultés du système bancaire, manque de croissance et d’investissement, niveau d’efficacité du système de résolution des faillites).

TRANSCRIPT // Comment naissent les zombies ? : avril 2021

Episode 2 – Comment naissent les zombies ?

François Doux : dans le deuxième épisode de ce Podcast consacré à la zombification des économies, nous revenons sur les causes et les conséquences de ce phénomène. Comment explique-t-on son accentuation ? Pourquoi est-ce préoccupant ? Hélène Baudchon – Guillaume Derrien, bonjour. Ma première question porte sur les facteurs explicatifs de la zombification : quels sont-ils ? Guillaume, vous ouvrez le bal ?

Guillaume Derrien : Alors comme vous vous en doutez certainement François les causes sont multiples et je dirais même que certaines sont liées entre elles.

Si on veut synthétiser, nous recensons 4 facteurs principaux :

  • Le premier, qui est d’ailleurs celui le plus couramment évoqué, est la baisse des taux d’intérêt. Une baisse qui, je le rappelle, a été quasi-continue depuis la fin des années 2000. Et cette baisse des taux a pu favoriser une prise de risque accrue et financer des firmes qui ne l’auraient pas été en présence de taux plus élevés.
  • Quel est le 2ème facteur ?
  • Le 2ème facteur, c’est les difficultés du système bancaire. Comme je l’ai évoqué pour le cas du Japon dans l’épisode précédent, certaines banques, plus en difficulté, seraient encouragées à continuer de prêter à des entreprises peu rentables au motif que l’arrêt de ces crédits entraînerait une hausse du provisionnement et une détérioration de leur situation financière.
  • Enfin deux autres causes, qui elles ne sont pas liées aux conditions financières stricto sensu: c’est, tout d’abord, le manque de croissance et d’investissement qui ne permettent pas à certaines entreprises de dégager suffisant de revenus. Et enfin, quatrième cause, le niveau d’efficacité du système de résolution des faillites. Pour faire simple, plus un système est efficace avec des délais de procédure assez courts et peu coûteux, plus les actifs sont alloués de façon optimale, ce qui atténue ainsi le risque de zombification.

François Doux : Hélène vous réagissez quand on parle du lien de cause à effet entre le bas niveau des taux d’intérêt et la multiplication des entreprises zombies… ce n’est pas si simple ?

Hélène Baudchon : ce n’est pas si simple en effet. Pour les pays de la zone euro par exemple, le lien de cause à effet est plus difficile à établir : ces pays partagent la même politique monétaire mais ils diffèrent assez sensiblement en termes de proportion d’entreprises zombies, on l’a évoqué dans le premier épisode de ce podcast. Cela montre que d’autres facteurs sont en cause.

Et puis, il existe une double causalité entre les taux bas et la zombification : les taux bas peuvent contribuer à la zombification mais la zombification contribue aussi, à l’inverse, à la baisse des taux d’intérêt (via l’impact négatif des entreprises zombies sur l’investissement et la croissance).

François Doux : oui, on va revenir dans un instant sur les conséquences de la zombification. En attendant, une dernière question sur ses causes : on l’a déjà évoqué, c’est le moment d’en parler un peu plus, en quoi le droit des entreprises en difficulté est-il facteur important ?

Guillaume Derrien : Car cela joue sur ce qu’on appelle communément la destruction créatrice. Lorsqu’une procédure de faillites est enclenchée, une résolution rapide permet de réorienter plus efficacement une partie des actifs de l’entreprise vers d’autres entreprises en meilleur santé (main d’œuvre, trésorerie, …). IL est difficile de quantifier cela, mais la banque mondiale met à jour régulièrement un classement des pays sur ce sujet précis de l’efficacité des systèmes de faillite.  

François Doux : On le voit, les causes de la zombification sont multiples et interdépendantes. C’est la même chose du côté des conséquences de ce phénomène. Vous avez un schéma dans votre article qui rend très bien compte de cela, des nombreuses répercussions de la zombification. Hélène, si vous deviez résumer en quoi le phénomène est préoccupant, que diriez-vous ?

Hélène Baudchon : qui dit entreprises zombies, dit mauvais signe pour la croissance. L’impact négatif vient de ce que la zombification pèse sur la productivité, l’investissement des entreprises et l’emploi.

François Doux : C’est le symptôme d’une mauvaise allocation des ressources.

Hélène Baudchon : En effet. Lorsque des entreprises zombies, dont on sait qu’elles sont peu productives, investissent et embauchent moins que les autres, se maintiennent sur le marché, cela pèse sur la dynamique économique d’ensemble. Le processus de destruction créatrice, déjà évoqué par Guillaume, est altéré. Le développement des entreprises performantes se trouve gêné parce que les entreprises zombies captent des ressources (main d’œuvre, financement) qui seraient plus profitables si elles étaient allouées aux entreprises performantes.

François Doux : sur le schéma dont j’ai déjà parlé, on voit qu’à ces effets d’éviction s’ajoutent des effets de congestion.

Guillaume Derrien : Exactement François. Les effets dit de congestion représentent, pour faire simple, l’impact qu’exerce les firmes zombies en terme de concurrence vis-à-vis des autres entreprises, en meilleur santé. Comme l’a souligné Hélène, ces firmes zombies étant peu performantes, elles devraient logiquement progressivement quitter le marché. Or elles ne le font pas toujours (pour les raisons évoquées précédemment) et cette mise en concurrence exerce – et c’est la loi de l’offre et de la demande – une pression à la baisse sur les prix de marché, qui pèse in fine sur la rentabilité des entreprises en meilleur santé. J’aimerais souligner un second facteur, qui est que cette mise en concurrence renforce aussi les barrières à l’entrée de nouvelles firmes sur le marché.

François Doux : on comprend mieux, au regard de ce que vous venez de nous expliquer, Hélène, Guillaume, sur les causes et conséquences de la zombification, les craintes de résurgence suscitées par la crise de la Covid-19. Nous nous pencherons plus en détail sur ces craintes dans le troisième et dernier épisode de ce Podcast, ainsi que sur les éléments permettant de les relativiser avant d’évoquer les solutions, les réponses qui peuvent être apportées.

Plus de Podcasts

Sur le même thème

Inflation des prix de l’énergie en zone euro : réactions des gouvernements et implications sur le pouvoir d’achat des ménages 20/05/2022
La hausse spectaculaire des prix de l’énergie depuis avril 2021 constitue le principal levier de la flambée actuelle de l’inflation en zone euro. Cette hausse s’est accentuée depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, le 24 février dernier, entraînant la composante « énergie » de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), qui a crû de 44,4% a/a en mars 2022. Les gouvernements des quatre principales économies de la zone euro se sont mobilisés pour tenter d’amortir le choc pour les acteurs économiques, en particulier sur le pouvoir d’achat des ménages, via différentes mesures : subventions directes, baisses de taxes, réglementation des prix ou revalorisation des revenus.  Toutefois, si ces actions ont nettement atténué la hausse du coût de l’énergie, elles n’ont pas empêché une diffusion de l’inflation aux autres postes de l’indice des prix à la consommation. Et si la baisse du pouvoir d’achat des ménages anticipée en 2022 s’en trouve limitée, elle n’est pas évitée.
Zone euro : inflation, stagflation, récession ? 18/05/2022
La poussée d'inflation engagée depuis 2021 s'est transformée en choc inflationniste, alimentant les craintes de stagflation et de récession. Pour Hélène Baudchon, il y a tout de même matière à relativiser les inquiétudes.
Inflation et soutenabilité de la dette publique 16/05/2022
La hausse de l’inflation semble être, de prime abord, une bonne chose pour les gouvernements. Après tout, l’inflation induit une érosion de la valeur réelle de la dette et abaisse le ratio de dette publique sur PIB, la valeur nominale de ce dernier augmentant. Cependant, l’impact de l’inflation sur les finances publiques dépend de l’anticipation de sa hausse par les marchés financiers et de sa persistance attendue. Ces deux facteurs influenceraient le coût de l’emprunt et, par conséquent, la dynamique du ratio de dette via la différence entre ce coût et la croissance nominale du PIB. Une banque centrale crédible, quant à sa capacité à garder bien ancrées les prévisions d’inflation, et qui n’hésite pas à resserrer la politique monétaire en cas d’inflation bien supérieure à son objectif, devrait être un atout pour les finances publiques. Dans la zone euro, la remontée des rendements du Bund entraîne un élargissement des spreads souverains. Cela reflète une augmentation de la prime de risque qui, sur le long terme, aura un effet négatif sur la dynamique du ratio de dette. La politique budgétaire a aussi son rôle à jouer pour garder sous contrôle le ratio de dette publique sur PIB.
Boucle prix-salaires : un risque faible mais sous surveillance 13/05/2022
Dans les débats économiques actuels, l’enclenchement éventuel d’une boucle prix-salaires est un sujet d’inquiétude. Pourtant, dans un premier temps et dans un environnement normal (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, il est vrai), une boucle prix - salaires n’est pas problématique en soi. 
A quel point faut-il s’inquiéter du risque de récession ? 10/05/2022
En l’espace de quelques mois, les perspectives de croissance de la zone euro se sont fortement détériorées, au point de craindre désormais une récession dans le courant de l’année. Entre notre prévision de début 2021 – moment où elle a été la plus élevée (5,5%) – et notre scénario actuel établi mi-mars 2022, la croissance attendue a été divisée par deux environ : nous tablons désormais sur 2,8%. En novembre 2021, nous prévoyions encore 4,2%. Ce chiffre de 2,8% est certes très élevé en apparence, bien supérieur à son rythme tendanciel (1,6% en moyenne par an entre 1996 et 2019), mais il s’appuie sur un acquis de croissance exceptionnellement important de 2,1% au T1 2022 et, pour les trimestres suivants, sur une croissance peu élevée mais positive. Or, depuis la mi-mars, les risques baissiers se sont accrus, notamment avec l’amplification du choc inflationniste, et le risque de récession a gagné en probabilité.
BCE : dépréciation de l’euro, aubaine ou casse-tête ? 02/05/2022
De prime abord, la forte dépréciation de l’euro semble être une aubaine pour la Banque centrale européenne. Par son effet mécanique sur les prix à l’importation, elle dissiperait les derniers doutes quant à la nécessité de relever le taux de rémunération des dépôts dans la zone euro. Cependant, on peut craindre que l’affaiblissement de la monnaie européenne n’entame la croissance du fait de son impact sur l’inflation et, par conséquent, sur le pouvoir d’achat des ménages. La prudence s’impose donc en matière de resserrement monétaire. Si une hausse du taux de rémunération des dépôts au second semestre semble acquise, le sujet central est celui de l’ampleur et du calendrier des hausses ultérieures. L’évolution des perspectives d’inflation sera à cet égard déterminante.
La guerre en Ukraine, facteur de durcissement des condition d'accès au crédit des entreprises 02/05/2022
En mars 2022, les encours de prêts aux SNF ont décéléré pour la première fois depuis septembre 2021. En raison d’un important effet de base (entre mars et août 2021, la quasi-interruption des souscriptions de prêts garantis par les SNF et les premiers remboursements avaient freiné la progression des encours de crédits), l’impulsion des prêts aux SNF (qui reflète la variation, sur un an, de la croissance annuelle de l’encours) a continué de se redresser – tout en demeurant négative - pour s’établir à -1,0% en mars 2022 (contre -2,6% en février). 
La levée des moratoires n’a pas dégradé significativement la qualité des portefeuilles bancaires 20/04/2022
L’encours des prêts et avances qui font toujours l’objet de mesures de soutien bancaire, en réponse à la pandémie de COVID-19[1], poursuit sa baisse dans la zone euro. Il s’établit à EUR 444 mds au quatrième trimestre 2021, soit 3,1% du total des prêts contre EUR 494 mds et 3,5% au troisième trimestre 2021. Ces baisses concernent presque exclusivement les prêts soumis à des moratoires conformes aux lignes directrices de l’Autorité bancaire européenne[2] dont le traitement prudentiel préférentiel a pris fin le 31 décembre 2021. L’encours des prêts assortis d’une garantie d’État et des prêts renégociés s’est quasiment stabilisé au quatrième trimestre 2021 à EUR 438 mds. La levée progressive des moratoires ne s’est, pour l’instant, pas traduite par une dégradation significative de la qualité des portefeuilles de prêts. En effet, que ces derniers fassent encore l’objet de moratoires ou non, les proportions des prêts dont la qualité s’est dégradée demeurent très proches.   [1] Moratoires conformes aux lignes directrices de l’Autorité bancaire européenne, mesures de renégociations mises en place en réponse à la pandémie de COVID-19 et prêts assortis d’une garantie publique. [2] EBA, 2020, Guidelines on legislative and non-legislative moratoria on loan repayments applied in the light of the COVID-19 crisis.
À quel point faut-il s’inquiéter du risque de stagflation ? 15/04/2022
La guerre en Ukraine complique la tâche de la Banque centrale européenne qui doit arbitrer entre lutter contre le risque inflationniste et soutenir la croissance. Lors de sa réunion du 10 mars dernier, les préoccupations concernant l’inflation ont dominé et la fin probable au T3 des achats nets d’actifs dans le cadre du programme APP a été annoncée. La voie est ouverte pour amorcer la remontée du taux de dépôt mais le timing reste très incertain. Le choc inflationniste s’amplifie et la croissance de la zone euro est de plus en plus menacée. La dynamique conjoncturelle préexistante, l’excès d’épargne, les besoins d’investissement et les mesures de soutien budgétaire permettent toutefois de tempérer le risque de stagflation.
Pourquoi autant d’entreprises anticipent-elles d’augmenter leurs prix de vente? 11/04/2022
Un nombre exceptionnellement élevé d’entreprises de la zone euro envisage d’augmenter les prix de vente. Il est peu probable, au stade actuel, que la croissance des coûts unitaires de main-d’œuvre en soit la principale raison. La hausse des coûts des intrants joue un rôle crucial, de même que la robustesse de la demande. Il est, en effet, plus facile de relever les prix lorsque les carnets de commandes sont remplis. Or, les anticipations de prix de vente sont étonnamment élevées au vu de leur relation historique avec les prix des intrants et les niveaux des carnets de commandes. Il semble que plus le nombre de sociétés augmentant leurs prix est élevé, plus les autres ont tendance à leur emboîter le pas. L’inflation pourrait alors être moins réactive à un ralentissement de la croissance de la demande.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1749 articles et 344 vidéos