Podcast: En ECO dans le texte
Comment naissent les zombies ? 29/04/2021

Dans ce deuxième épisode consacré à la zombification des économies, Hélène Baudchon et Guillaume Derrien font le point sur les causes et les conséquences de ce phénomène (baisse des taux d’intérêt, difficultés du système bancaire, manque de croissance et d’investissement, niveau d’efficacité du système de résolution des faillites).

TRANSCRIPT // Comment naissent les zombies ? : avril 2021

Episode 2 – Comment naissent les zombies ?

François Doux : dans le deuxième épisode de ce Podcast consacré à la zombification des économies, nous revenons sur les causes et les conséquences de ce phénomène. Comment explique-t-on son accentuation ? Pourquoi est-ce préoccupant ? Hélène Baudchon – Guillaume Derrien, bonjour. Ma première question porte sur les facteurs explicatifs de la zombification : quels sont-ils ? Guillaume, vous ouvrez le bal ?

Guillaume Derrien : Alors comme vous vous en doutez certainement François les causes sont multiples et je dirais même que certaines sont liées entre elles.

Si on veut synthétiser, nous recensons 4 facteurs principaux :

  • Le premier, qui est d’ailleurs celui le plus couramment évoqué, est la baisse des taux d’intérêt. Une baisse qui, je le rappelle, a été quasi-continue depuis la fin des années 2000. Et cette baisse des taux a pu favoriser une prise de risque accrue et financer des firmes qui ne l’auraient pas été en présence de taux plus élevés.
  • Quel est le 2ème facteur ?
  • Le 2ème facteur, c’est les difficultés du système bancaire. Comme je l’ai évoqué pour le cas du Japon dans l’épisode précédent, certaines banques, plus en difficulté, seraient encouragées à continuer de prêter à des entreprises peu rentables au motif que l’arrêt de ces crédits entraînerait une hausse du provisionnement et une détérioration de leur situation financière.
  • Enfin deux autres causes, qui elles ne sont pas liées aux conditions financières stricto sensu: c’est, tout d’abord, le manque de croissance et d’investissement qui ne permettent pas à certaines entreprises de dégager suffisant de revenus. Et enfin, quatrième cause, le niveau d’efficacité du système de résolution des faillites. Pour faire simple, plus un système est efficace avec des délais de procédure assez courts et peu coûteux, plus les actifs sont alloués de façon optimale, ce qui atténue ainsi le risque de zombification.

François Doux : Hélène vous réagissez quand on parle du lien de cause à effet entre le bas niveau des taux d’intérêt et la multiplication des entreprises zombies… ce n’est pas si simple ?

Hélène Baudchon : ce n’est pas si simple en effet. Pour les pays de la zone euro par exemple, le lien de cause à effet est plus difficile à établir : ces pays partagent la même politique monétaire mais ils diffèrent assez sensiblement en termes de proportion d’entreprises zombies, on l’a évoqué dans le premier épisode de ce podcast. Cela montre que d’autres facteurs sont en cause.

Et puis, il existe une double causalité entre les taux bas et la zombification : les taux bas peuvent contribuer à la zombification mais la zombification contribue aussi, à l’inverse, à la baisse des taux d’intérêt (via l’impact négatif des entreprises zombies sur l’investissement et la croissance).

François Doux : oui, on va revenir dans un instant sur les conséquences de la zombification. En attendant, une dernière question sur ses causes : on l’a déjà évoqué, c’est le moment d’en parler un peu plus, en quoi le droit des entreprises en difficulté est-il facteur important ?

Guillaume Derrien : Car cela joue sur ce qu’on appelle communément la destruction créatrice. Lorsqu’une procédure de faillites est enclenchée, une résolution rapide permet de réorienter plus efficacement une partie des actifs de l’entreprise vers d’autres entreprises en meilleur santé (main d’œuvre, trésorerie, …). IL est difficile de quantifier cela, mais la banque mondiale met à jour régulièrement un classement des pays sur ce sujet précis de l’efficacité des systèmes de faillite.  

François Doux : On le voit, les causes de la zombification sont multiples et interdépendantes. C’est la même chose du côté des conséquences de ce phénomène. Vous avez un schéma dans votre article qui rend très bien compte de cela, des nombreuses répercussions de la zombification. Hélène, si vous deviez résumer en quoi le phénomène est préoccupant, que diriez-vous ?

Hélène Baudchon : qui dit entreprises zombies, dit mauvais signe pour la croissance. L’impact négatif vient de ce que la zombification pèse sur la productivité, l’investissement des entreprises et l’emploi.

François Doux : C’est le symptôme d’une mauvaise allocation des ressources.

Hélène Baudchon : En effet. Lorsque des entreprises zombies, dont on sait qu’elles sont peu productives, investissent et embauchent moins que les autres, se maintiennent sur le marché, cela pèse sur la dynamique économique d’ensemble. Le processus de destruction créatrice, déjà évoqué par Guillaume, est altéré. Le développement des entreprises performantes se trouve gêné parce que les entreprises zombies captent des ressources (main d’œuvre, financement) qui seraient plus profitables si elles étaient allouées aux entreprises performantes.

François Doux : sur le schéma dont j’ai déjà parlé, on voit qu’à ces effets d’éviction s’ajoutent des effets de congestion.

Guillaume Derrien : Exactement François. Les effets dit de congestion représentent, pour faire simple, l’impact qu’exerce les firmes zombies en terme de concurrence vis-à-vis des autres entreprises, en meilleur santé. Comme l’a souligné Hélène, ces firmes zombies étant peu performantes, elles devraient logiquement progressivement quitter le marché. Or elles ne le font pas toujours (pour les raisons évoquées précédemment) et cette mise en concurrence exerce – et c’est la loi de l’offre et de la demande – une pression à la baisse sur les prix de marché, qui pèse in fine sur la rentabilité des entreprises en meilleur santé. J’aimerais souligner un second facteur, qui est que cette mise en concurrence renforce aussi les barrières à l’entrée de nouvelles firmes sur le marché.

François Doux : on comprend mieux, au regard de ce que vous venez de nous expliquer, Hélène, Guillaume, sur les causes et conséquences de la zombification, les craintes de résurgence suscitées par la crise de la Covid-19. Nous nous pencherons plus en détail sur ces craintes dans le troisième et dernier épisode de ce Podcast, ainsi que sur les éléments permettant de les relativiser avant d’évoquer les solutions, les réponses qui peuvent être apportées.

Plus de Podcasts

Sur le même thème

Zone euro : la surprenante résilience du marché du travail peut-elle durer? 21/11/2022
L’enquête réalisée par la Commission européenne sur la confiance des entreprises industrielles enregistre un repli significatif depuis le début de l’année. Cependant, les entreprises continuent de considérer le manque de main-d’œuvre comme un frein majeur à la production. Le niveau record des carnets de commandes - en termes de durée de production assurée - peut expliquer cette situation. Or, en raison de leur impact sur la croissance de l’emploi et des salaires, les goulets d’étranglement du marché du travail devraient soutenir les dépenses de consommation lorsque l’économie marquera le pas. Mais ce soutien sera probablement de courte durée. Les intentions d’embauche diminuent déjà, et le ralentissement de la croissance de l’emploi devrait alléger les tensions sur le marché du travail
Nouvelle mauvaise surprise sur l’inflation et bonne surprise sur la croissance  13/11/2022
L’inflation harmonisée en zone euro a de nouveau surpris défavorablement en octobre, atteignant 10,7% en g.a. d’après l’estimation préliminaire d’Eurostat, contre une prévision du consensus Bloomberg de 10,2%. C’est le deuxième mois d’affilée que les prix accélèrent autant (+0,8 point). Cette mauvaise nouvelle ne vient pas seule : cette accélération est imputable à hauteur de la moitié à l’inflation sous-jacente, de 0,3 point à l’inflation alimentaire et de 0,1 point à la composante énergie. L’inflation continue donc de se propager et de se renforcer. 
Crédit dans le zone euro : niveau record en septembre 2022, modération de la demande et resserrement des conditions attendus au t4 05/11/2022
Négative durant la majeure partie de l’année 2021, l’impulsion du crédit est redevenue positive au début de 2022 et a accéléré jusqu’à atteindre des niveaux inédits (+3,8 points en août 2022, +3,7 points en septembre 2022). Ces évolutions contrastent avec la forte décélération du PIB de la zone euro au troisième trimestre 2022 (+0,2% t/t après +0,8% au deuxième), qu’elles ont sans doute contribué à limiter. En forte accélération depuis le printemps, les encours ont enregistré, en septembre 2022, leur plus forte croissance depuis décembre 2008 pour les prêts au secteur privé (+6,9% en glissement annuel) et depuis janvier 2009 pour les prêts aux sociétés non financières (SNF, +8,9%). 
La désinflation de 2023, entre espoir et incertitude 30/10/2022
La dernière enquête des prévisionnistes professionnels de la BCE met en évidence une révision à la baisse des perspectives de croissance et un ajustement à la hausse des prévisions d’inflation. Pour l'année à venir, la question véritable porte non sur la direction de l'inflation mais sur la rapidité et l'ampleur de son déclin. Un ralentissement trop lent pourrait convaincre la BCE de la nécessité de poursuivre la hausse des taux au-delà de ce que prévoient actuellement les marchés, ce qui augmenterait le coût pour l'économie des efforts déployés pour juguler l'inflation. La désinflation pourrait se faire attendre plus longtemps que prévu. Au cours des deux années écoulées, une série de facteurs ont conduit à une inflation exceptionnellement élevée mais également à large spectre. Tous les chocs ne sont pas survenus simultanément, et leurs effets tardent souvent à se faire ressentir dans la chaîne économique, depuis le producteur jusqu'au grossiste et au distributeur. Ce phénomène crée une inertie dans la dynamique inflationniste.  
Zone euro : le poids des problématiques d’offre dans l’inflation des prix alimentaires 11/10/2022
L’inflation en zone euro a atteint le seuil des 10% a/a au mois de septembre selon l’estimation préliminaire d’Eurostat, un plus haut historique depuis que le taux d’inflation de la zone est mesuré.  Les prix de l’énergie y jouent un rôle majeur (+40,8% a/a). En parallèle, la dynamique des prix alimentaires pèse de plus en plus, avec une hausse de 11,8% a/a de l’indice harmonisé (incluant également l’alcool et le tabac) au mois de septembre. Une partie de cette hausse des prix alimentaires provient de l’impact de l’envolée des prix de l’énergie sur les coûts de production du secteur. Toutefois, des contraintes d’offre, du fait de difficultés de production, semblent également à l’œuvre. En effet, le secteur agroalimentaire dispose de stocks de produits finis nettement inférieurs à la normale, contrairement à d’autres secteurs de l’industrie manufacturière (qui ont profité du ralentissement de la demande durant ces derniers mois pour reconstituer leurs stocks). Ce faible niveau des stocks dans l’industrie agroalimentaire reflète des contraintes d’approvisionnement. Celles-ci ont été accentuées par des difficultés de production à la suite de l’épisode de sécheresse qu’ont connu la plupart des pays de la zone euro au cours de l’été 2022. En France, singulièrement, la hausse de la composante alimentaire de l’indice des prix s’est nettement accélérée au mois de septembre (9,9% a/a, selon l’indice calculé par l’Insee, contre 7,9% un mois auparavant), alors même que l’inflation alimentaire était restée nettement inférieure au reste de la zone euro jusqu’ici, bénéficiant du bouclier tarifaire sur les prix réglementés du gaz et de l’électricité. L’inflation alimentaire devrait se poursuivre dans les prochains mois, tant en zone euro qu’en France, sous l’effet persistant de la hausse des prix de l’énergie, mais aussi parce que la demande en biens alimentaires est peu cyclique : elle devrait être relativement peu affectée par le risque de récession qui existe en zone euro. L’insuffisance de l’offre devrait donc durer tant que cette dernière ne rebondira pas, ce qui pèsera en retour sur l’inflation.
Hausse des taux d’intérêt et soutenabilité de la dette publique 10/10/2022
Compte tenu de la récente forte hausse des taux d’intérêt, dans les pays de la zone euro le coût d’emprunt de la dette nouvellement émise est désormais plus élevé, pour une maturité équivalente, que celui de la dette existante. Pour que la dette publique soit soutenable, une telle situation requiert un déficit primaire moindre ou un excédent plus élevé, selon que le coût moyen de la dette est inférieur ou supérieur au taux de croissance nominale à long terme du PIB. Toutefois, l’effet ne se fera pleinement ressentir que lorsque la totalité de la dette aura été refinancée à un taux d’intérêt plus élevé. Compte tenu de la maturité moyenne élevée de la dette existante, l’effort annuel d’ajustement est, pour le moment, limité mais il augmentera à l’avenir. Toutefois, la soutenabilité de la dette englobe plus que simplement assurer la stabilité du ratio de la dette sur PIB dans certains cas. Il s’agit également d’assurer la résilience face aux chocs de taux d’intérêt et de croissance. Plus le ratio d’endettement est élevé, plus il est important d’aller plus loin qu’une simple stabilisation.
Septembre morose : inflation à deux chiffres, détérioration marquée des enquêtes de confiance 02/10/2022
Le ciel conjoncturel ne cesse de s’assombrir au-dessus de la zone euro. Le bilan des premières données disponibles pour septembre n’est pas bon et cela se voit sur notre baromètre. Au niveau des données d’enquêtes, la zone bleue (relative aux conditions récentes) se rétracte par rapport à la ligne pointillée (relative aux conditions des quatre mois précédents) et même, sur certains indicateurs, par rapport au dodécagone gris (la moyenne de long terme). La situation est inverse pour les données d’inflation. De fait, l’inflation a franchi un nouveau cap, en atteignant 10% en g.a. en septembre selon l’estimation préliminaire d’Eurostat. Non seulement l’inflation atteint les deux chiffres – c’était prévisible mais ce n’en est pas moins une mauvaise nouvelle – mais sa hausse de 0,9 point par rapport à juillet est généralisée à l’ensemble de ses principales composantes. 
Zone euro : La hausse des taux des prêts bancaires ne freine pas encore l’évolution des encours 30/09/2022
La remontée des taux de marché depuis le début de l’année 2022 a entraîné un début de hausse des taux des prêts bancaires dans la zone euro. Ces évolutions ont concerné notamment les taux des prêts à l’habitat et ceux des prêts aux sociétés non financières. Pour l’heure, les évolutions des encours de crédit bancaire ne sont pas encore affectées par le resserrement des conditions mais les premières conséquences devraient se matérialiser en 2023.
En route vers la récession ? 22/09/2022
La conjonction actuelle inédite des chocs - inflationniste, sanitaire, géopolitique, énergétique, climatique, monétaire - devrait avoir raison de la résistance de la zone euro et la plonger en récession à l’horizon des prochains trimestres. La détérioration des enquêtes de confiance cet été en donne des signes avant-coureurs. La récession devrait toutefois rester limitée grâce notamment au soutien budgétaire. Elle serait suivie d’une reprise modérée à la faveur de l’atténuation des chocs. Face à la poursuite de l’envolée de l’inflation, la BCE est passée à la vitesse supérieure. Elle augmenterait encore ses taux de 125 pb d’ici la fin de l’année (portant le taux de dépôt à 2%) et se donnerait ensuite le temps d’évaluer l’ampleur de la modération de la croissance et de l’inflation.
La BCE passe à la vitesse supérieure  05/09/2022
À situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle. La probabilité est forte que la Banque centrale européenne augmente de 75 points de base  ses taux directeurs lors de sa réunion du 8 septembre prochain. La BCE n’a, en effet, guère d’autre choix que de répondre par un geste extraordinaire à la poursuite de l’envolée de l’inflation, et ce malgré l’accentuation du risque de récession. Il s’agit de mettre en pratique les discours hawkish de Jackson Hole et la détermination inconditionnelle affichée à préserver la stabilité des prix.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1707 articles et 390 vidéos