Podcast: En ECO dans le texte
Comment naissent les zombies ? 29/04/2021

Dans ce deuxième épisode consacré à la zombification des économies, Hélène Baudchon et Guillaume Derrien font le point sur les causes et les conséquences de ce phénomène (baisse des taux d’intérêt, difficultés du système bancaire, manque de croissance et d’investissement, niveau d’efficacité du système de résolution des faillites).

TRANSCRIPT // Comment naissent les zombies ? : avril 2021

Episode 2 – Comment naissent les zombies ?

François Doux : dans le deuxième épisode de ce Podcast consacré à la zombification des économies, nous revenons sur les causes et les conséquences de ce phénomène. Comment explique-t-on son accentuation ? Pourquoi est-ce préoccupant ? Hélène Baudchon – Guillaume Derrien, bonjour. Ma première question porte sur les facteurs explicatifs de la zombification : quels sont-ils ? Guillaume, vous ouvrez le bal ?

Guillaume Derrien : Alors comme vous vous en doutez certainement François les causes sont multiples et je dirais même que certaines sont liées entre elles.

Si on veut synthétiser, nous recensons 4 facteurs principaux :

  • Le premier, qui est d’ailleurs celui le plus couramment évoqué, est la baisse des taux d’intérêt. Une baisse qui, je le rappelle, a été quasi-continue depuis la fin des années 2000. Et cette baisse des taux a pu favoriser une prise de risque accrue et financer des firmes qui ne l’auraient pas été en présence de taux plus élevés.
  • Quel est le 2ème facteur ?
  • Le 2ème facteur, c’est les difficultés du système bancaire. Comme je l’ai évoqué pour le cas du Japon dans l’épisode précédent, certaines banques, plus en difficulté, seraient encouragées à continuer de prêter à des entreprises peu rentables au motif que l’arrêt de ces crédits entraînerait une hausse du provisionnement et une détérioration de leur situation financière.
  • Enfin deux autres causes, qui elles ne sont pas liées aux conditions financières stricto sensu: c’est, tout d’abord, le manque de croissance et d’investissement qui ne permettent pas à certaines entreprises de dégager suffisant de revenus. Et enfin, quatrième cause, le niveau d’efficacité du système de résolution des faillites. Pour faire simple, plus un système est efficace avec des délais de procédure assez courts et peu coûteux, plus les actifs sont alloués de façon optimale, ce qui atténue ainsi le risque de zombification.

François Doux : Hélène vous réagissez quand on parle du lien de cause à effet entre le bas niveau des taux d’intérêt et la multiplication des entreprises zombies… ce n’est pas si simple ?

Hélène Baudchon : ce n’est pas si simple en effet. Pour les pays de la zone euro par exemple, le lien de cause à effet est plus difficile à établir : ces pays partagent la même politique monétaire mais ils diffèrent assez sensiblement en termes de proportion d’entreprises zombies, on l’a évoqué dans le premier épisode de ce podcast. Cela montre que d’autres facteurs sont en cause.

Et puis, il existe une double causalité entre les taux bas et la zombification : les taux bas peuvent contribuer à la zombification mais la zombification contribue aussi, à l’inverse, à la baisse des taux d’intérêt (via l’impact négatif des entreprises zombies sur l’investissement et la croissance).

François Doux : oui, on va revenir dans un instant sur les conséquences de la zombification. En attendant, une dernière question sur ses causes : on l’a déjà évoqué, c’est le moment d’en parler un peu plus, en quoi le droit des entreprises en difficulté est-il facteur important ?

Guillaume Derrien : Car cela joue sur ce qu’on appelle communément la destruction créatrice. Lorsqu’une procédure de faillites est enclenchée, une résolution rapide permet de réorienter plus efficacement une partie des actifs de l’entreprise vers d’autres entreprises en meilleur santé (main d’œuvre, trésorerie, …). IL est difficile de quantifier cela, mais la banque mondiale met à jour régulièrement un classement des pays sur ce sujet précis de l’efficacité des systèmes de faillite.  

François Doux : On le voit, les causes de la zombification sont multiples et interdépendantes. C’est la même chose du côté des conséquences de ce phénomène. Vous avez un schéma dans votre article qui rend très bien compte de cela, des nombreuses répercussions de la zombification. Hélène, si vous deviez résumer en quoi le phénomène est préoccupant, que diriez-vous ?

Hélène Baudchon : qui dit entreprises zombies, dit mauvais signe pour la croissance. L’impact négatif vient de ce que la zombification pèse sur la productivité, l’investissement des entreprises et l’emploi.

François Doux : C’est le symptôme d’une mauvaise allocation des ressources.

Hélène Baudchon : En effet. Lorsque des entreprises zombies, dont on sait qu’elles sont peu productives, investissent et embauchent moins que les autres, se maintiennent sur le marché, cela pèse sur la dynamique économique d’ensemble. Le processus de destruction créatrice, déjà évoqué par Guillaume, est altéré. Le développement des entreprises performantes se trouve gêné parce que les entreprises zombies captent des ressources (main d’œuvre, financement) qui seraient plus profitables si elles étaient allouées aux entreprises performantes.

François Doux : sur le schéma dont j’ai déjà parlé, on voit qu’à ces effets d’éviction s’ajoutent des effets de congestion.

Guillaume Derrien : Exactement François. Les effets dit de congestion représentent, pour faire simple, l’impact qu’exerce les firmes zombies en terme de concurrence vis-à-vis des autres entreprises, en meilleur santé. Comme l’a souligné Hélène, ces firmes zombies étant peu performantes, elles devraient logiquement progressivement quitter le marché. Or elles ne le font pas toujours (pour les raisons évoquées précédemment) et cette mise en concurrence exerce – et c’est la loi de l’offre et de la demande – une pression à la baisse sur les prix de marché, qui pèse in fine sur la rentabilité des entreprises en meilleur santé. J’aimerais souligner un second facteur, qui est que cette mise en concurrence renforce aussi les barrières à l’entrée de nouvelles firmes sur le marché.

François Doux : on comprend mieux, au regard de ce que vous venez de nous expliquer, Hélène, Guillaume, sur les causes et conséquences de la zombification, les craintes de résurgence suscitées par la crise de la Covid-19. Nous nous pencherons plus en détail sur ces craintes dans le troisième et dernier épisode de ce Podcast, ainsi que sur les éléments permettant de les relativiser avant d’évoquer les solutions, les réponses qui peuvent être apportées.

Plus de Podcasts

Sur le même thème

Pic de croissance => pic de rendement obligataire ? 10/06/2021
Historiquement, une corrélation très étroite a été observée entre les pics cycliques du climat économique allemand – qui depuis le début de l’euro coïncide plus ou moins avec le pic du climat économique de la zone euro – et le rendement du Bund à 10 ans. Ce dernier tend à diminuer, une fois le pic passé. Bien que d’autres facteurs jouent également un rôle dans la dynamique des taux d’intérêt à long terme, il est important de garder à l’esprit l’expérience historique quand il s’agit d’évaluer les perspectives de rendement des obligations.
La BCE sous pression 07/06/2021
À en juger par les statistiques récentes, le PEPP, acronyme du Pandemic Emergency Purchase Programme (programme d’achats d’urgence face à la pandémie), introduit l’année dernière par la BCE, pourrait tout aussi bien se lire « pressions exceptionnelles sur les prix liées à la pandémie ». La prochaine réunion du conseil des gouverneurs et les projections de la banque centrale sont très attendues. La prolongation du PEPP au-delà de mars 2022 dépendra des chiffres de l’inflation. La BCE préfèrera probablement disposer de davantage de données et reporter sa décision après l’été.
Zone euro : les finances publiques éprouvées par la crise 03/06/2021
Dans les États de la zone euro, les ressources publiques ont été massivement mobilisées pour répondre à l’urgence sanitaire, afin de soutenir les ménages et les entreprises confrontés à la perte d’activité. Le ratio de dette publique a ainsi fortement augmenté en 2020, pour s’établir à 98% du PIB. Alors que le besoin de soutenir l’activité économique reste fort en ce début d’année, l’endettement de la zone euro devrait franchir le seuil de 100% du PIB en 2021. La BCE prévoit de poursuivre ses achats d’actifs dans le cadre du PEPP au moins jusqu’en mars 2022, alors que l’Eurosystème détient actuellement presque 30 points de PIB de titres de dettes publiques de la zone euro. Les premiers versements du plan Next Generation EU pourraient intervenir dès le second semestre 2021. La Commission européenne estime, à ce stade, que 40% des subventions offertes par la facilité pour la reprise et la résilience pourraient être dépensées d’ici fin 2022, pour un montant de près de 1% du PIB de l’UE.
Zone euro : est-on trop pessimiste concernant l’impact économique de la pandémie ? 28/05/2021
Le creux conjoncturel en zone euro semble être derrière nous, dans un contexte d’accélération notable des campagnes vaccinales dans les États membres. Au niveau macroéconomique, la dynamique de rattrapage apparaît plus marquée que ce qu’anticipaient la plupart des analystes. Pour autant, l’amélioration économique générale masque des disparités sectorielles fortes. Les effets de la crise de la Covid-19 sont plus forts et plus durables pour certains secteurs, comme l’hébergement et la restauration. Dans les prochains mois, le risque d’une hausse des défaillances d’entreprises existe, en particulier dans les secteurs les plus affectés.
Zone euro : une possibilité de surprise positive sur le marché du travail 28/05/2021
La pandémie a provoqué une hausse du chômage, mais grâce aux mesures prises par les gouvernements, elle est restée relativement limitée. Les prévisions tablent sur une hausse du chômage cette année mais il y a des signes encourageants venant des données d’enquête. Elles montrent que de plus en plus d’entreprises envisagent de créer des emplois.
La reprise économique s’installe 25/05/2021
Depuis le début de la pandémie de Covid-19 et la mise en place de restrictions sanitaires, nous insistons sur le fait que seul le déploiement rapide et large d’un vaccin permettra un retour à la normale des économies. C’est ce que nous observons aujourd’hui dans la majorité des pays européens.
Baisse purement technique de l’impulsion du crédit en mars 2021, rebond attendu de la demande au T2 03/05/2021
La baisse de l’impulsion du crédit dans la zone euro (qui reflète le recul, sur un an, de la croissance annuelle de l’encours), très accentuée en mars 2021, procède d’un effet de base et était, à ce titre, largement attendue.
Zone euro : Le soutien budgétaire va se poursuivre 30/04/2021
Les finances publiques européennes ont été durement mises à l’épreuve par la récession économique, les dépenses sanitaires et le soutien massif des États aux entreprises et aux ménages. En publiant la première estimation des données harmonisées de déficits et de dettes publiques, Eurostat a dévoilé l’ampleur de la facture, au moins pour 2020.  
Entreprises zombies : qui sont-elles, où sont-elles ? 29/04/2021
Dans ce premier épisode, Hélène Baudchon et Guillaume Derrien rappellent les critères qui définissent une entreprise zombie. La  diversité des définitions est à la fois instructive et synonyme de flou : le phénomène est difficile à mesurer. Un tour d’horizon de la proportion de ces entreprises zombies dans les 4 plus grands pays de la zone euro (Allemagne, France, Italie et Espagne) est également effectué.
Les zombies ont profité du Covid-19, quid de leur survie dans le monde d’après ? 29/04/2021
Dans ce troisième et dernier épisode consacré à la zombification des économies, nos deux économistes Guillaume Derrien et Hélène Baudchon passent plus spécifiquement en revue les conséquences possibles de la crise de la Covid-19 Pourquoi fait-elle craindre une hausse du nombre des entreprises zombies ? À quel point faut-il s’inquiéter ? Quelles sont les solutions ? Les réponses dans la dernière partie de cette série de podcasts.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2730 articles et 721 vidéos