eco TV
Communication des banques centrales: lire entre les lignes 09/05/2019

La communication des banques centrales peut fortement influencer le sentiment des agents économiques. Pour cette raison, elles veulent être claires tout en étant prudentes. Il en découle une nécessité de ‘lire entre lignes’. C’est ainsi qu’on peut observer du côté de la Réserve fédérale dans ses propos récents, un biais fort vers la prudence. Cette impression est encore plus manifeste en zone euro : l’inconfort de la BCE monte face à l’inertie de l’inflation sur une toile de fond de ralentissement de croissance. Il en découle aussi que la BCE est en mode proactive et réagira si les chiffres économiques le nécessitent.

TRANSCRIPT // Communication des banques centrales: lire entre les lignes : mai 2019

FOCUS

François Doux

En ces temps d'incertitude économique, la politique monétaire est l'objet de tous les regards et en particulier sa communication. Il faut savoir lire entre les lignes.

William De Vijlder bonjour.

William De Vijlder

Bonjour François.

François Doux

C'est votre métier d'économiste que d'analyser, de lire entre les lignes

William De Vijlder

Exactement.

François Doux

D'analyser les communications des banques centrales, que ce soit dans les communiqués de presse, dans les conférences de presse, dans les minutes des meetings, on a cela notamment aux États-Unis.

Qu'est-ce que vous regardez ? Pourquoi faut-il lire entre les lignes ?

William De Vijlder

Les banques centrales veulent être prudentes et claires. Claires parce qu'elles ont un message à véhiculer. En même temps la prudence s’impose aussi parce qu'elles veulent surtout éviter que des propos sans nuance conduisent à de l'euphorie ou à un vent de panique.

François Doux

On a un scénario de base et des scénarios hypothétiques. C'est ce que l'on regarde. Pouvez-vous nous donner des exemples ?

William De Vijlder

Par exemple, la Réserve fédérale, dernièrement, a communiqué sur un niveau de confiance élevé dans ses projections de croissance. Une croissance qui restera bien orientée cette année et en 2020.

Et en même temps, elle dit : "on ne va pas changer les taux d'intérêts". On s'interroge comment combiner les deux. Entre les lignes, on voit un focus très important de la Fed sur un scénario alternatif qui serait hautement inconfortable et qui se traduirait par un essoufflement de croissance. C'est pour cela qu'elle dit aussi : "on maintient les taux comme ils sont".

François Doux

On garde toutes les options ouvertes. Et du côté la Banque centrale européenne, on fait pareil ?

William De Vijlder

Oui et c'est très intéressant et très important pour nous ici. Les conférences de presse de Mario Draghi notamment sont extrêmement intéressantes afin de comprendre ce qu'il veut dire exactement. Ce qui frappe dans cette dernière conférence, c'est son billet qui exprime la prudence mais également celui qui traduit un certain inconfort.

François Doux

Donnez-nous des illustrations justement.

William De Vijlder

Il suffit de regarder et de compter les références à certains mots. On voit souvent apparaître "croissance", "growth" car le billet est souvent écrit en anglais.

Le mot "slowdown" apparait souvent, et bien sûr "negative". ELorsque l'on fait la part des choses, on voit qu'il y a largement plus de mots qui vont dans le sens de la prudence, de l'inconfort, le côté un peu négatif, que de mots qui expriment la croissance.

Lorsque l'on utilise le mot "croissance", c'est pour parler de l’évolution des agrégats monétaires et du crédit.

François Doux

Est-ce que vous pensez que M. Draghi compte vraiment avant ses communications le nombre de mots, que chaque mot est sous-pesé ? Pensez-vous qu'il les compte lui aussi?

William De Vijlder

Je ne sais pas mais, en tout cas, les équipes des banques centrales ont fait des analyses sémantiques très fouillées et, en particulier, elles ont fait le lien entre la réaction d'un marché et cette analyse sémantique. Donc je n'exclurais pas qu'effectivement ces mots soient comptés et que l’emplacement de chaque virgule soit vérifié.

François Doux

Regardons ce qu'il va se passer. Vous nous parliez de ce score. La Banque centrale européenne va quand même faire un nouveau TLTRO, une opération de refinancement ciblé.

William De Vijlder

Tout à fait. Le chef économiste Peter Praet a très clairement expliqué dans un discours récent pourquoi la BCE va le faire. En fait elle a deux objectifs. Le premier concerne le secteur bancaire. Les équipes de la BCE ont calculé qu'à l'horizon 2021, il y aurait un appel au marché très important de la part des banques, un besoin de refinancement de leur bilan. La BCE veut donc éviter un phénomène de congestion, un appel trop important si le renouvellement de la TLTRO de la BCE n'intervient pas. C'est une première raison. La deuxième raison, c'est que la BCE, soucieuse de son objectif, veut surtout que la dynamique du crédit continue à évoluer dans la bonne direction. Pour cela, elle veut donc stimuler l'octroi du crédit par le secteur bancaire.

François Doux

Mais William, l'enquête récente de la BCE montrait pourtant un ralentissement, un flétrissement de cette demande de crédit de la part des entreprises.

William De Vijlder

Oui. C'est un gros sujet parce qu' on a une politique qui est très accommodante. Tous les messages confirment que cette politique le restera. On va faire un TLTRO et qu'est-ce que l'on constate ?

Les banques ont envie d'octroyer du crédit mais elles perçoivent un sujet aussi du côté de la demande du crédit. Cela rappelle un peu la métaphore qu'on apprend en économie :" on apporte de l'eau à l’âne mais il ne veut pas boire".

François Doux

La BCE a aussi son objectif d'inflation, mais on en est encore un peu loin.

William De Vijlder

Effectivement, et le problème c'est que l'on est dans une situation d’inertie totale avec 0,8 % d'inflation sous-jacente, c’est largement en dessous des objectifs de la BCE. Donc elle ne peut entreprendre qu’une seule action : continuer à marteler le message que le nécessaire sera fait. Et, d'ailleurs, ce point est frappant dans la conférence de presse de Mario Draghi. Pour moi,  où à force de répéter, "nous ferons tout ce qui est nécessaire, tout ce que nous pouvons..." pour au plus vite provoquer cette accélération de l’inflation, entre les lignes, cela signifie une préoccupation grandissante du côté de Francfort.

François Doux

Donc on attend des annonces dans les prochains mois.

William De Vijlder

Tout à fait.

François Doux

Et je vous renvoie à notre podcast « EN ECO DANS LE TEXTE » sur le ciblage de l'inflation que l'on a réalisé récemment avec William.

Merci William à très bientôt.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Quel rôle jouent les stabilisateurs fiscaux automatiques ? 22/11/2019
Les stabilisateurs fiscaux automatiques contribuent à amortir l’impact des chocs économiques sur le PIB par le biais de la variation des recettes publiques (dues à la progressivité de l’impôt) et des dépenses sociales (assurance chômage). L’efficacité de ces stabilisateurs présente d’autant plus d’intérêt que la marge de manœuvre de la politique monétaire est limitée. Une étude de la Commission européenne confirme que, dans une certaine mesure, les stabilisateurs automatiques atténuent l’impact des chocs négatifs sur le PIB. Cet effet est-il suffisant ? Cela reste à vérifier. Ces questions justifient un débat sur le rôle des politiques budgétaires discrétionnaires en cas de récession.
Baisse prononcée de l’impulsion du crédit pour les sociétés non financières 15/11/2019
L’impulsion du crédit a reculé en septembre, modérément pour les ménages, beaucoup plus sensiblement pour les sociétés non financières (SNF). Pour ces dernières, l’impulsion du crédit n’a jamais été aussi basse depuis le début des mesures d’achats d’actifs par la BCE au début de 2015.
BCE : le changement dans la continuité 12/11/2019
Le bilan de Mario Draghi peut être analysé sous plusieurs angles. D’abord, l’approche : un élargissement progressif de l’interprétation du mandat de la BCE. Ensuite, les outils : d’autres mesures monétaires (taux d’intérêt négatifs, refinancement ciblé, forward guidance et QE) sont venues compléter le cadre traditionnel qui reposait sur les taux d’intérêt. Troisième angle : les efforts colossaux engagés. En termes de résultats, le bilan est largement positif (fin de la crise de la dette souveraine, créations d’emplois). Toutefois, l’inflation reste trop basse. La nouvelle présidente disposera d’une marge de manœuvre très limitée, le rôle de la politique budgétaire devrait alors être mis en avant avec plus de force encore.
Zone euro : une croissance meilleure qu’attendu au T3 2019 31/10/2019
La croissance économique au 3e trimestre 2019 a surpris à la hausse. Elle s’est stabilisée à +0,2% en variation trimestrielle (v.t.) par rapport au trimestre précédent. Par pays, la croissance est stable en Espagne (+0,4%), en France (+0,3%) et en Italie (+0,1%). Les données pour l’Allemagne ne sont pas encore publiées. Alors que l’activité dans le secteur manufacturier reste très déteriorée, l’indice des directeurs d’achats dans le secteur des services s’établit nettement en deçà de sa moyenne de long terme en octobre. La contagion des difficultés manufacturières aux services reste le point à surveiller au cours des prochains mois. L’évolution du chômage, qui reste relativement faible au regard du passé, en est un élément déterminant à court terme.
La zone euro n’est pas (encore) le Japon 31/10/2019
Le débat autour de la « japonisation » de la zone euro s'intensifie. En première approche, l'économie de la zone euro présente des similitudes avec le profil macroéconomique du Japon. Bien que des défis persistent, la zone euro, pour l'heure, résiste.
Nouveau soutien monétaire de la BCE : quelle efficacité ? 10/10/2019
Lors de sa réunion de politique monétaire de septembre, la Banque centrale européenne a envoyé un signal fort. La large mobilisation de ses outils non conventionnels de politique monétaire vise à respecter son mandat, et à atteindre l’objectif d’inflation. La conférence de presse qui a suivi cette réunion a été l’occasion pour Mario Draghi de réitérer son appel en direction de certains gouvernements de la zone euro en faveur d’un soutien budgétaire accru. Pour longtemps désormais, la BCE devrait passer le relais aux Etats membres qui disposent de marges de manœuvre budgétaire confortables. Face aux difficultés économiques traversées par la zone euro, ce nouveau soutien monétaire pourrait être bienvenu, bien que son efficacité interroge.
Le crédit progresse légèrement plus vite pour les sociétés que pour les ménages 27/09/2019
L’impulsion du crédit s’est légèrement redressée en août 2019 pour les sociétés non financières (SNF), tandis qu’elle demeurait presque inchangée pour les ménages. En dépit du léger freinage de la croissance observé dans la zone euro au deuxième trimestre 2019 (+1,1% sur un an au deuxième trimestre 2019, vs +1,3% au premier), la faiblesse exceptionnelle des taux d’intérêt a continué de soutenir les encours de prêts, en progression de +3,4% (en glissement annuel) pour les ménages en août, et de +4,3% pour les sociétés non financières. 
Finances publiques : la baisse des taux d’intérêts accroît les marges de manœuvre 25/09/2019
L’endettement des États de la zone euro a beaucoup augmenté depuis la grande crise de 2008. Le risque induit pour les finances publiques dépend toutefois aussi d’autres changements dans l’environnement économique. Si la baisse des taux souverains s’accentue aujourd’hui, avec des taux à long terme négatifs dans plusieurs pays européens, elle est à l’œuvre depuis plusieurs années et a déjà produit des effets importants. Sur le graphique, chaque point représente un pays de la zone euro en fonction de son endettement et de la charge d’intérêt qu’il paye annuellement. La rotation de la droite de régression entre 2007 et 2019 montre que les États membres supportent aujourd’hui une charge d’intérêt plus faible qu’avant la crise, alors même que leur endettement est plus important. Sachant que la faiblesse des taux d’intérêt semble appelée à durer, et que la politique monétaire touche aux limites de son efficacité, certains États pourraient faire appel aux politiques budgétaires pour soutenir l’activité. La BCE a d’ailleurs exhorté dans ce sens les pays qui disposent d’une marge de manœuvre budgétaire.
Divergence industrie-services, une situation inédite ? 20/09/2019
Le ralentissement économique actuel de la zone euro s’inscrit dans un ralentissement plus global. Structurellement, l’activité dans le secteur manufacturier est plus sensible aux chocs. Toutefois, la situation actuelle apparaît relativement inédite au regard de la courte histoire de la zone euro.
BCE : Mario Draghi passe le relais 13/09/2019
Les attentes du marché étaient fortes, mais le Conseil des gouverneurs ne les a pas déçues. Avec l’ensemble de mesures adoptées, notamment l’introduction d’une forward-guidance liée à l’état de l’économie, il ne devrait pas être nécessaire d’en faire plus à l’horizon des prévisions. Les analystes, en scrutant la BCE, pourront se limiter à la surveillance de l’écart entre l’inflation et son objectif dans ce domaine.  Conscients de certains effets secondaires négatifs des mesures prises, les banquiers centraux appellent désormais les gouvernements qui disposent de marges de manœuvre budgétaires, à faire leur part afin de stimuler la croissance et d’accélérer la convergence de l’inflation vers l’objectif. Le passage de relais est ainsi acté.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2261 articles et 573 vidéos