eco TV
France : La faiblesse des taux d’intérêt est-elle durable ? 11/12/2018

Les taux d’intérêt restent très bas en France, une situation qui devrait durer.

TRANSCRIPT // France : La faiblesse des taux d’intérêt est-elle durable ? : décembre 2018

3 QUESTIONS

 

François Doux : On parle à présent des taux d'intérêt en France. Ils sont plutôt bas.

Jean-Luc Proutat, bonjour.

 

Jean-Luc Proutat : Bonjour.

 

François Doux : Selon la Banque de France, le taux moyen des prêts à l'habitat est tombé à 1,51 % en septembre 2018, un plus bas historique. Première question : pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : En raison de la politique de la Banque centrale européenne qui a précisément pour rôle de piloter les taux d'intérêt en zone euro, donc en France. Il faut savoir que, depuis plus de trois ans, la BCE maintient le taux des prêts à court terme aux alentours de zéro, mais elle influence aussi le niveau des taux d'intérêt à long terme en achetant de la dette, notamment de la dette des Etats sur le marché obligataire.

 

François Doux : Deuxième question, est-ce que cette situation de taux bas va durer ?

 

Jean-Luc Proutat : Cette politique de taux bas répond à un objectif qui est de stimuler le crédit et, in fine, l'activité. En général on la voit se mettre en place lorsque l'inflation est faible en zone euro, inférieure à la cible officielle de la BCE qui est de 2 %.

 

François Doux : Oui, mais Jean-Luc aujourd'hui en France l'inflation est bien à 2 % comme ailleurs dans la zone euro. Alors les taux vont-ils remonter ?

 

Jean-Luc Proutat : L'inflation effectivement a atteint 2 % mais c'est probablement transitoire. C'est essentiellement lié à la hausse du prix du pétrole qui d'ailleurs est en train de retomber. Hors énergie, l'inflation est plutôt basse et inerte dans la zone euro et en France proche de 1 %. Pour cela la Banque centrale n'a pas atteint son objectif donc il y a très peu d'incitation pour elle a modifier le niveau des taux d'intérêt en 2019.

 

François Doux :

Donc pas de changement ?

 

Jean-Luc Proutat : Si tout de même. A partir du 1er janvier la Banque centrale européenne devrait cesser ses achats nets de titres, ce qui pour certains observateurs pourrait avoir pour conséquence de faire remonter les taux d'intérêt à long terme, de manière modérée toutefois. Les anticipations du marché (forwards) sont très mesurées pour ce qui concerne les hausses de taux longs en 2019.

 

François Doux : Troisième et dernière question, cette situation de taux bas voire de taux zéro est-elle profitable ou dangereuse ?

 

Jean-Luc Proutat : Elle est assurément profitable pour les emprunteurs au premier rang desquels les Etats qui, grâce à la politique de la BCE, ont pu limiter la charge de leur dette qui a beaucoup augmenté. Mais elle peut aussi avoir des inconvénients.

 

François Doux : Lesquels ?

 

Jean-Luc Proutat : Poussée trop loin ou trop longtemps, la politique de taux zéro ou la politique de liquidité abondante peut avoir pour effet de faire monter de manière excessive le prix des actifs, immobiliers ou boursiers, et de générer un risque d'instabilité financière. Ce risque est actuellement très présent dans l'analyse des grandes institutions internationales comme le FMI. Il domine aussi le débat aux États-Unis, où la hausse des taux n'est plus une hypothèse mais une réalité depuis plusieurs trimestres.

 

François Doux : Jean-Luc Proutat, merci. On va regarder bien sûr ces questions de taux tout au long de l'année 2019.

Quant à moi, au nom de toutes les équipes des Études économiques de BNP Paribas, je vous souhaite d'excellentes fêtes.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

La croissance se maintient 10/07/2019
Aux signes de stabilisation du début de l’année a succédé une amélioration des enquêtes de confiance. Le redressement du moral des ménages est l’indicateur le plus net et le plus encourageant. Le caractère plus mitigé des données d’activité disponibles vient toutefois tempérer ces signaux positifs et nous amène à anticiper une croissance stable au T2, à 0,3% t/t, soit un sixième trimestre d’affilée sur, peu ou prou, ce même rythme. Cette stabilité, remarquable en soi, et qui perdurerait à l’horizon des prochains trimestres d’après nos prévisions, est à voir d’un bon œil : elle est le signe de la résistance à la baisse de la croissance française. Dans notre scénario, cette résistance indique une certaine efficacité des mesures de soutien aux ménages et aux entreprises.
27/06/2019
France : le nouveau traceur du climat des affaires de l’INSEE 26/06/2019
L’INSEE a développé un nouvel outil graphique, le traceur du climat des affaires, permettant de positionner l’économie française dans son cycle et de suivre la tendance conjoncturelle. Sur la période récente, les évolutions sont assez ramassées et rapides : l’embellie de 2017 a été suivie dès 2018 d’un ralentissement avant un – timide – retour en zone d’expansion depuis début 2019 (proximité de la frontière avec le quadrant « ralentissement »). Ce qui ressort du graphique, c’est donc plus le caractère hésitant, « entre-deux », de la conjoncture française actuelle que son caractère favorable (et résistant). Ce caractère hésitant se retrouve au niveau sectoriel : si l’indicateur relatif aux services se situe tout juste dans la zone « expansion », celui relatif au secteur du bâtiment s’y inscrit confortablement, tandis que les indicateurs de l’industrie et du commerce sont à la frontière de la zone « contraction ». Note : graphique réalisé avec le concours de Théodore Humann (stagiaire aux Etudes Economiques avril-juillet 2019).  
La conjoncture se porte bien 14/06/2019
Le signal renvoyé par les indicateurs de notre baromètre est clairement positif. Seul le PMI composite a surpris défavorablement (51,2) et se situe sous sa moyenne.
France : quelques enseignements des élections européennes 31/05/2019
En 2019, le mois de mai marquait un double moment politique en France : la deuxième année de mandat d’Emmanuel Macron et les élections européennes.
20/05/2019
France : signaux positifs sur le front de l’emploi 15/05/2019
Depuis le T3 2018, les créations nettes d’emplois salariés privés augmentent (+31k au T3 2018, + 54k au T4 2018, +66k au T1 2019), une hausse contrastant favorablement avec la stabilité de la croissance sur la période. Près de 900 000 emplois salariés privés ont ainsi été créés en net depuis le creux de 2013. Les perspectives pour 2019 sont encourageantes d’après la dernière enquête Besoins en Main d’Œuvre de Pôle emploi qui fait état d’une nouvelle forte hausse de 15% des intentions d’embauche après +19% en 2018. Ces projets représentent 2,69 millions d’embauches potentielles. Leur nombre progresse dans tous les secteurs et de manière particulièrement dynamique dans la construction, l’industrie et les services aux entreprises. La hausse importante du nombre d’intentions d’embauche en CDI (+24%) est également remarquable (+8% pour les CDD). Ce plus grand nombre de projets va de pair avec des difficultés de recrutement croissantes : le pourcentage de projets anticipés comme difficiles atteint 50,1%.
Pouvoir d’achat, le grand gain 13/05/2019
En 2019, les gains de pouvoir d’achat des ménages français sont attendus en forte hausse. D’après nos prévisions, ils seraient proches de 2,5 %, soit la progression la plus importante depuis 2007. Ce gain important a plusieurs origines. Les baisses d’impôts sont la partie la plus visible mais le soutien aux revenus d’activité et les revalorisations de prestations sociales sont également déterminants. Le reflux de l’inflation y participe aussi mais il constitue un facteur réversible, notamment si la remontée actuelle des prix du pétrole se poursuivait.
France : 2019, année du pouvoir d’achat 09/05/2019
Après des années de faiblesse, les gains de pouvoir d’achat des ménages français sont attendus en forte hausse en 2019, grâce à un mélange de baisses d’impôts, hausse des revenus d’activité, revalorisations de prestations et baisse de l’inflation.
Stabilité ambivalente de la croissance 03/05/2019
Selon la première estimation de l’INSEE, la croissance est restée stable à 0,3% t/t au T1 2019, un résultat en ligne avec nos attentes mais qui laisse une impression ambivalente, plus encore que lors des deux trimestres précédents.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2179 articles et 574 vidéos