eco TV

Perspectives 2020: croissance faible mais avec un potentiel de surprise favorable

10/01/2020

Pour l’économie mondiale, l’année 2019 a été marquée par, entre autres, un fort ralentissement dans le secteur manufacturier, une résilience dans les services et, récemment, une stabilisation d’indicateurs d’enquête. Tout au long de l’année, l’incertitude a été un thème dominant. L’ensemble de ces facteurs a poussé les banques centrales à de nouveaux assouplissements. Nos prévisions tablent sur une croissance en 2020 qui serait assez lente. Nous estimons toutefois qu’il existe un potentiel de surprise favorable vu l’environnement monétaire et budgétaire accommodant et à condition que l’incertitude, qui a récemment baissé, ne réaugmente pas.

TRANSCRIPT // Perspectives 2020: croissance faible mais avec un potentiel de surprise favorable : janvier 2020

FOCUS

François Doux

De quoi l'année 2020 va-t-elle être faite sur un plan macroéconomique ?

C'est le thème de cette interview avec William De Vijlder. Bonjour.

William De Vijlder

Bonjour François.

François Doux

Vous êtes le chef économiste de BNP Paribas. Avant de parler de 2020, parlons un tout petit peu de 2019. Cela a ralenti, cela s'est stabilisé sur fond d'incertitudes.

William De Vijlder

Tout à fait. C'est le résumé que l'on peut faire de 2019. Une année somme toute difficile. La tendance lourde était le ralentissement. On prend comme indicateur de prédilection l'indice des directeurs d'achat (les PMI),  on le voit ici à l'écran. Le pic a été atteint au niveau européen, la ligne orange, fin 2017 déjà. Depuis lors, cela a été une longue descente.

La bonne nouvelle, bien évidemment, c'est que tout récemment avec un peu de bonne volonté, on peut dire qu'il y a des signes de stabilisation, que l'on voit d'ailleurs aussi dans d'autres indicateurs qui ne sont pas mentionnés à l'écran. L'autre point important est qu'après la tendance baissière vue aux Etats-Unis - en bleu -, au niveau de la Chine et au niveau mondial tout dernièrement il y a même eu une ré-accélération. On l'a clairement vue en Chine, au grand soulagement des investisseurs financiers et aux États-Unis.

François Doux

Mais il y avait de l'incertitude. Les banques centrales ont donc assoupli leurs politiques monétaires.

William De Vijlder

Effectivement. La baisse des indicateurs de confiance au niveau des entreprises a été provoqué entre autres choses par cette incertitude d’un niveau très élevé tout au long de l'année. Cela a forcé la main des banques centrales qui, bien évidemment, étaient préoccupées par ce ralentissement de croissance qui met en péril, ou exclut même, la réalisation de l'objectif d'inflation.

En conséquence, la BCE a assoupli, et surtout il y a eu le grand revirement de tendance de la banque centrale américaine qui a procédé à plusieurs baisses des taux d'intérêt.

François Doux

Parlons de 2020 William. Cette incertitude, est-ce qu'elle devrait s'estomper un petit peu ?

William De Vijlder

J'ai envie de dire qu'on a dépassé le pic mais ce type de commentaires est "entouré" de beaucoup de risques et d'incertitude. Donc l'incertitude du niveau d'incertitude. Ici on voit les acteurs principaux. Disons que je suis moins préoccupé par le manque de visibilité au niveau monétaire, où elle est très grande. En revanche, du côté politique, il y a le Brexit bien sûr, une source d’incertitude qui ne va pas disparaître. Et bien évidemment la perspective des élections américaines. De même que les relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde.

François Doux

On parle aussi, et c'est le sujet d'un podcast des Études Économiques de BNP Paribas, du soutien de la politique budgétaire dans la zone euro et ailleurs, qui revient dans le débat. Est-ce que ça, ce sera aussi un facteur à suivre en 2020 ?

William De Vijlder

Tout à fait. En fait, il y a deux facteurs à suivre.

Le premier, que vous venez d'évoquer, et dont on se félicite, est une prise de conscience en 2019 que la marge de manœuvre au niveau de la politique monétaire est devenue extrêmement restreinte, même du côté américain. C’est ce qui est à la base de cette évaluation en cours du côté de la Réserve fédérale : « qu'est-ce que l'on va faire en termes de politique monétaire : les objectifs, les instruments, la communication ? » Une même initiative va bientôt démarrer du côté de la BCE, c’est un premier développement très important.

L'autre facteur, c'est bien évidemment la redécouverte des mérites à la politique budgétaire qui va être un sujet dominant en 2020.

François Doux

La prudence reste de mise. On a parlé des élections aux États-Unis. On peut aussi parler de l’accélération qui peut se dessiner d’après les PMI que l'on a vus, mais là encore on reste prudent.

William De Vijlder

On reste prudent parce qu'il y a un manque de visibilité. Tout est tellement dominé par la confiance, la psychologie. Par exemple, les directeurs financiers américains restent très circonspects. On est donc un peu dans une situation où on se félicite de cette stabilisation des indicateurs économiques, mais on a hâte de voir qu’elle sera suivie d'une ré-accélération. Bien évidemment, c'est un sujet qui va être dominant dans nos analyses dans les tous prochains mois de 2020.

François Doux

Les agents économiques y croient encore.

William De Vijlder

Effectivement et on en reparlera.

François Doux

Merci William.

Dans un instant, on va parler des conséquences du Brexit sur l'économie britannique et sur l'économie européenne. C’est le Graphique du mois avec Jean-Luc Proutat.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Surprenant découplage entre les taux longs américains et allemands 15/01/2021
Les rendements des Treasuries et du Bund ont tendance à être fortement corrélés mais, depuis la fin août 2020, ceux du taux long allemand se sont pour l’essentiel stabilisés tandis que les rendements des taux longs américains ont augmenté. Cet élargissement du spread s’explique par une hausse du différentiel de taux réels, en grande partie due à la baisse des rendements réels allemands. Cela pourrait traduire un plus grand pessimisme des investisseurs obligataires à l’égard des perspectives de croissance en Allemagne et, par extension, dans la zone euro. L’autre interprétation, plus probable, est que la prime de risque de taux réels a baissé en Allemagne suite aux achats d’actifs effectués par la Banque centrale européenne. Dans ce cas, l’inquiétude des investisseurs va grandir à l’idée qu’une fois la pandémie passée, la BCE devra mettre un terme à ses achats nets dans le cadre du PEPP.
Incertitude en baisse mais toujours à un haut niveau 15/01/2021
Les derniers chiffres de nos indicateurs font ressortir une baisse de l’incertitude. En commençant en haut à gauche et en allant dans le sens des aiguilles d’une montre, le repli de l’indicateur basé sur la couverture médiatique se poursuit mais la dynamique s’essouffle et le niveau reste élevé. Cela n’a rien d’étonnant compte tenu des flux d’informations sur les nouveaux cas d’infection...
Retour du confinement et des restrictions : quels impacts sur la mobilité ? 15/01/2021
Face à la résurgence de l’épidémie et la découverte d’un nouveau variant du coronavirus beaucoup plus contagieux de nombreux pays ont instauré un reconfinement strict ou partiel pour freiner la progression du virus. Cela s’est traduit par une importante baisse de la dynamique de fréquentation des commerces et des établissements de loisirs pendant la première semaine du mois de janvier, comme l'illustre le Google Mobility Report publié le 10 janvier dernier...
Les raisons de l’importance du niveau d’endettement public : le point de vue des marchés financiers 11/01/2021
Dorénavant, la lutte contre les récessions incombera très probablement aux États, une tâche qui sera facilitée par les conditions de financement bon marché créées par les banques centrales. En conséquence, l’endettement public pourrait-il rester élevé. Il convient, toutefois, d’appréhender les éventuelles conséquences négatives. Le coût de la dette au travers de la prime de risque souverain constitue un canal de transmission possible. Un autre facteur peut également jouer un rôle. Depuis 2015, on note qu’en cas de remontée des rendements obligataires allemands, la hausse des taux longs italiens est encore plus forte – le spread s’élargit – tandis que celle des rendements français reste en ligne avec les taux allemands. Cela montre que, même dans un contexte d’achats de titres du secteur public par la BCE, le niveau élevé de la dette italienne influence la réaction aux hausses des rendements du Bund. À l’évidence, en l’absence d’assouplissement quantitatif, on pourrait s’attendre à ce que cet impact soit au moins aussi fort.
Les nouvelles infections à la COVID-19 continuent de faire fluctuer les indices des directeurs des achats 11/01/2021
Pour se faire une idée de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’activité en 2020, il suffit de se reporter à un seul graphique, celui du PMI composite. Les données ont plongé à l’échelle mondiale en mars et ont atteint un creux à de très bas niveaux en avril. L’activité s’est montrée très dynamique au troisième trimestre avec des chiffres supérieurs au seuil crucial de 50 dans la plupart des pays...
Mobilité : Un début d’année sous pression 11/01/2021
2021 débute sous la pression avec la hausse des cas de contamination au coronavirus, notamment les pays européens qui ont durci les restrictions sanitaires pour contenir le niveau de contamination. On peut s'attendre à ce que dans les semaines à venir, ces nouvelles restrictions aient un impact visible sur la dynamique de fréquentation des commerces et des établissements de loisirs...
Le changement climatique s’accélère 06/01/2021
La planète connaît un réchauffement climatique rapide. Entre 2010 et 2020, la température moyenne a augmenté d’environ 0,3°C, portant le réchauffement planétaire à 1,2°C par rapport aux niveaux préindustriels. À ce rythme, le réchauffement global dépassera l’objectif de Paris fixé à 1,5°C avant la fin de cette décennie. L’impact du réchauffement climatique se fait déjà sentir dans de nombreuses régions du monde : incendies dévastateurs en Californie et en Australie, inondations côtières et sécheresses prolongées dans des zones déjà arides. Chaque année, depuis 2008, les aléas liés à des phénomènes météorologiques soudains comme les inondations, les orages, les incendies, les températures extrêmes provoquent le déplacement de 21,5 millions de personnes en moyenne (Source : HCNUR). Ce chiffre pourrait atteindre 150 à 200 millions de personnes en 2050. À la fin du siècle, les décès dus au changement climatique pourraient excéder le nombre actuel de morts lié à toutes les maladies infectieuses réunies. Selon les estimations du rapport Stern (2006), si l’on ne fait rien, le PIB mondial pourrait être inférieur de 20 %, d’ici la fin du siècle, au scénario basé sur le réchauffement climatique limité à 2°C. Le seul moyen d’éviter ce sombre scénario est d’accélérer l’abandon progressif des énergies fossiles. La crise sanitaire actuelle pourrait être l’occasion de faire avancer les choses dans ce sens. En Europe, les plans de relance mettent l’accent sur l’investissement vert. Cela rend d’autant plus importante la 26e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), qui se tiendra à Glasgow en novembre prochain. À cette occasion, les pays devraient convenir d’un nouveau durcissement des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, un accord dans ce sens n’est pas garanti. En effet, le coût économique de la transition énergétique reste un obstacle important pour de nombreux pays.  
Les récits du bilan économique de l’année 2020 21/12/2020
Les récits – ces histoires relatant des événements – pourraient influencer les comportements futurs. Dans quelques années, plusieurs d’entre eux pourraient très bien venir illustrer le bilan économique de 2020 : des chocs importants et imprévus peuvent se produire ; l’approche du « tout ce qui est nécessaire » prévaut en matière de politique monétaire, et s’étend désormais à la sphère budgétaire ; la préférence, en matière d’investissements financiers, pour l’achat d’actifs risqués plutôt qu’une sortie du marché ; la nouvelle démonstration faite pas l’Union européenne, avec son programme « Next Generation EU », de sa capacité à accomplir de grandes avancées sous la pression ; la priorité donnée au développement durable. Certains de ces récits nous rassurent tandis que d’autres ont valeur d’avertissement.
Mobilité : entre déconfinement et restrictions, la dynamique stagne 21/12/2020
À l'approche des fêtes de fin d'année, et craignant une nouvelle résurgence de la pandémie de coronavirus, plusieurs pays européens ont resserré leur déconfinement pour contenir le niveau de contamination. On peut s'attendre à ce que dans les semaines à venir, ces nouvelles restrictions aient un impact visible sur la dynamique de fréquentation des commerces et des établissements de loisirs. Au cours de la semaine écoulée, la dynamique stagnait déjà dans la plupart des pays européens, comme l'illustre le rapport sur la mobilité de Google publié le 13 décembre dernier.
Après une année éprouvante, un espoir prudent est de mise pour 2021 17/12/2020
Jusqu’au bout, 2020 aura été une année pour le moins difficile. À certains égards, un espoir prudent est néanmoins de rigueur en ce qui concerne l’économie en 2021. En effet, la vaccination contre la Covid-19 devrait réduire les incertitudes entourant les perspectives économiques. De plus, des mesures de soutien budgétaire et monétaire de grande ampleur ont été mises en œuvre. Plus que jamais, cependant, la prudence s’impose en matière de prévisions. Il faudra, peut-être, plus de temps que prévu pour atteindre l’immunité collective et certaines conséquences économiques de la pandémie ne se manifesteront que sur la durée.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2607 articles et 681 vidéos