eco TV
Risque souverain et risque bancaire en Italie 11/07/2019

La prime de risque sur les obligations souveraines entre l’Italie et les autres pays de la zone euro (Grèce excepté) s’est élargie depuis un peu plus d’un an maintenant. Retour sur ce décrochage et ses conséquences.

TRANSCRIPT // Risque souverain et risque bancaire en Italie : juillet 2019

3 QUESTIONS

François Doux : L'écart se creuse entre l'Italie et d'autres pays de la zone euro, Grèce exceptée, tant d'un point de vue structurel que d'un point de vue cyclique.

François Faure, bonjour.

François Faure : Bonjour.

François Doux : On va voir avec vous l'impact sur le secteur bancaire italien de cet écartement entre l'Italie et les autres pays de la zone euro, c'est ce que l'on appelle les « spreads ». Pourquoi voit-on cet écartement ?

François Faure : Pour des raisons de stabilité du ratio de dette publique. D'abord parce que la croissance et l'inflation restent très faibles. Et deuxièmement, en raison de bricolages budgétaires de ce nouveau gouvernement de coalition.

François Doux : Parlez-nous de ces finances publiques ?

François Faure : En 2019, le déficit budgétaire devrait être contenu en dessous de la cible de 3 % parce que la Commission européenne a demandé à l'Italie de réviser son budget en décembre dernier. Cela dit, les efforts budgétaires vont juste permettre de stabiliser le ratio de dette, parce que la croissance est particulièrement faible. Par ailleurs le fait que les spreads soient beaucoup plus élevés implique que l'Italie ne va pas pouvoir bénéficier autant que les autres pays de la zone euro, d'un abaissement de sa charge d'intérêts.

François Doux : Plus fondamentalement la croissance en Italie est faible, quelles en sont les raisons ?

François Faure : Des raisons démographiques mais essentiellement une stagnation de la productivité, avec une conséquence immédiate, qui est l'absence d'amélioration de la compétitivité. C’est un point essentiel pour l'économie de l'Italie qui repose sur un tissu dense de PME orientées à l'exportation. Or ces PME sont particulièrement sensibles à la dégradation de leur compétitivité-prix.

François Doux : Parlons maintenant du secteur bancaire italien. Quelles sont les conséquences de ces hausses des primes de risque sur les emprunts souverains ?

François Faure : Il y a un effet immédiat, qui est l'effet sur la valorisation des titres publics que détiennent les banques italiennes. Au niveau des taux d’intérêt actuels et compte-tenu de la maturité de la dette publique italienne, il faut savoir que 100 points de base entraînent une dévalorisation du portefeuille des banques italiennes de 6,5%, ce qui n'est pas négligeable. Fort heureusement, un peu plus de la moitié du portefeuille de titres publics sont des titres détenus à maturité, sur lesquels les banques italiennes ne sont pas censées avoir de pertes.

François Doux : Ce risque bilanciel est connu mais il s'ajoute au risque de crédit, autrement dit les créances douteuses. Quelle est la situation ?

François Faure : La situation s'est améliorée. Le ratio de créances douteuses s'est amélioré au cours des dernières années, même s'il reste plus élevé que la moyenne de la zone euro, puisqu'il est de 8 % contre 3 % seulement dans la zone euro. Le stock a été divisé par deux parce que les banques italiennes ont nettoyé leurs bilans. Et, par ailleurs la situation financière des entreprises s'est améliorée.

François Doux : Pourquoi ?

François Faure : Elle s'est améliorée d'abord parce que les entreprises se sont désendettées. Le fameux ratio de levier qui rapporte la dette au capital est passé de 50 % à 39 % actuellement. 

39 %, c'est le niveau d’avant la crise financière, ce qui fait qu'avec ce désendettement et avec la baisse des taux d'intérêt ces six dernières années, le poids de la dette pour les entreprises a également été divisé par deux, ce qui leur a permis de reconstituer leur trésorerie.

François Doux : Dernière question. Est-ce qu'il peut y avoir là encore un impact négatif de cette hausse des primes de risque ?

François Faure : Oui, évidemment, parce que les banques pourraient répercuter cette hausse des primes de risque sur leurs taux d’intérêt créditeurs.    Mais cela va peser surtout sur les PME, d'abord parce qu'elles sont plus fragiles et, surtout, parce que la majorité des lignes de financement sont à court terme.

François Doux : François Faure, merci.
Au nom de toutes les équipes des Études économiques de BNP Paribas, nous vous souhaitons un bel été.
Rendez-vous à la rentrée.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

A propos des difficultés de l’économie italienne 16/07/2019
L’économie italienne connaît un décrochage marqué depuis le milieu des années 1990, qui s’est aggravé après la crise de 2008. En cause : une productivité parmi les plus faibles des économies avancées, une démographie déclinante et un marché du travail peu efficient, excluant encore de trop nombreux jeunes. Des réformes structurelles ont toutefois été introduites à partir de 2011, sous le gouvernement de Mario Monti, entraînant un redressement des comptes budgétaires et extérieurs. Reste à savoir ce que le gouvernement actuel en fera.
Reprise timide et scénario en demi-teinte 10/07/2019
Si l’Italie est (timidement) sortie de récession au premier trimestre de 2019, c’est surtout grâce à la résistance des exportations, les importations chutant. Sur le fond, l’économie reste déprimée. L’activité est en recul par rapport à son niveau d’il y a un an ; les ménages comme les entreprises se montrent prudents, reportant achats et investissements. Par ailleurs, les enquêtes laissent entrevoir une évolution décevante de l’activité dans les prochains mois, ce qui va compliquer la réalisation des objectifs budgétaires. Le gouvernement italien, qui vient d’approuver un correctif budgétaire limitant le déficit à 2 % du PIB en 2019, est parvenu à un accord avec la Commission européenne et a évité la procédure disciplinaire.  
Récession à court terme, défi démographique à long terme 18/04/2019
L’Italie, qui a vu sa production industrielle baisser continûment en 2018, est en récession pour la troisième fois en dix ans. La demande intérieure a déçu, les ménages comme les entreprises restant extrêmement prudents. Compte tenu de la détérioration du scénario global, le gouvernement italien a, dans le Document économique et financier pour 2019, récemment abaissé de 1 % à 0,2 % la croissance du PIB attendue en 2019, avec un déficit public à 2,4 % et un ratio dette/PIB de 132,6 %. Le déficit structurel devrait se détériorer de 0,1 %, à 1,5 %. Un scénario complexe que le vieillissement progressif de la population complique encore davantage.
Risque de récession 24/01/2019
À la fin de l’année 2018, l’Italie et la Commission européenne sont parvenues à un accord sur une nouvelle loi de finances, permettant d’éviter la procédure pour déficit excessif. En 2019, le gouvernement vise un déficit public limité à 2% du PIB (contre 2,4% précédemment) ; il révise aussi en baisse la croissance du PIB, estimée à +1 % (contre +1,5 % initialement). Ce scénario s’annonce, toutefois, difficile à tenir, car les conditions globales de l’économie italienne se sont dégradées ces derniers mois. Au troisième trimestre de 2018, le PIB a reculé de 0,1 %, les investissements privés et publics ayant sensiblement diminué.
Pourquoi le budget italien pose problème 02/11/2018
C’est une première dans l’histoire de l’Union européenne. Le 23 octobre 2018, l’un de ses Etats membres a vu son projet de budget rejeté par Bruxelles.
Moins de croissance, plus de déficits 17/10/2018
L’activité économique continue de ralentir. Au deuxième trimestre 2018, la croissance du PIB s’est limitée à 1,2 % en glissement annuel (g.a.). De plus, le marché du logement ne s’est pas encore complètement redressé, les prix de l’immobilier ayant baissé de 0,2 % (g.a.) au T2. D’après le projet de budget 2019, le ratio déficit sur PIB devrait se maintenir à 2,4 % en 2019, puis reculer en deçà des 2 % en 2021. Selon le scénario du gouvernement, le PIB croît d’environ 1,5 % sur les trois prochaines années, entraînant une diminution du ratio de la dette sur PIB à 126,7 % en 2021.
Italie : vers des bilans bancaires de meilleure qualité ? 11/07/2018
Les comptes de résultat du 1er trimestre 2018 des plus grandes banques italiennes indiquent la poursuite du repli du coût du risque* rapporté au produit net bancaire (PNB). Ce ratio, qui traduit la part des revenus bancaires absorbés par la dégradation de la qualité du portefeuille, retrouve ainsi un niveau comparable à celui de 2008. Le PNB étant relativement stable depuis 2010, les évolutions du ratio sont imputables au coût du risque. Ce dernier s’est alourdi entre 2010 et 2011, en lien avec la dégradation de la conjoncture, passant pour les 5 banques de l’échantillon de EUR 14 mds à EUR 37 mds. Le creux conjoncturel passé, les flux de nouvelles provisions baissent, les prêts des emprunteurs les plus fragiles étant déjà été provisionnés ou les pertes comptabilisées. La baisse des taux d’intérêt appliquée aux nouveaux prêts, entamée en 2013, a aussi contribué à améliorer la solvabilité des emprunteurs. Les effets de la conjoncture morose ont ainsi été en partie atténués, contribuant à la baisse du ratio du coût du risque. Finalement, la baisse en 2017 du ratio du coût du risque des plus grandes banques italiennes suggère l’absence de nouvelle dégradation de la qualité de leur portefeuille.
La reprise s’essouffle 11/07/2018
L’économie italienne n’a pas été aussi dynamique qu’attendu début 2018, notamment sur le front des exportations et de l’investissement. La consommation des ménages, en revanche, a rebondi, et l'emploi est revenu à ses niveaux d'avant-crise. Les finances publiques ont continué de s’améliorer, en ligne avec la bonne trajectoire des dernières années. Celle-ci serait-elle désormais  compromise ? Le nouveau gouvernement veut simplifier la fiscalité et le système des retraites et introduire un revenu universel. Le nouveau ministre des Finances affirme néanmoins que ces mesures doivent être financées et sont compatibles avec l'objectif de réduction du ratio dette publique sur PIB.
A force de crier au loup 01/06/2018
En Italie, l'incertitude politique a provoqué des turbulences sur les marchés dont les effets se sont propagés au-delà des frontières de la zone euro. La nature de la contagion au sein de la zone euro est différente de celle de 2011. Une fois le nouveau gouvernement en fonction, la politique économique, et en particulier les finances publiques, seront au centre de l'attention.
Une reprise de plus en plus auto-entretenue 13/04/2018
Portée par le rebond de la demande intérieure et des exportations nettes redevenues positives, la reprise est désormais plus auto-entretenue. En 2017, le PIB réel a progressé de 1,5 %. La situation du marché du travail s’est encore améliorée, soutenant les dépenses des ménages. Les dépenses en biens d’équipement et en technologies numériques de pointe ont continué à bénéficier de conditions de financement favorables ainsi que des mesures d’incitation fiscales. En 2017, le nombre de transactions immobilières a augmenté pour la quatrième année d’affilée, mais à un rythme moins soutenu qu’auparavant. Selon plusieurs indicateurs, on peut s’attendre à une légère amélioration des conditions générales dans le secteur immobilier au cours des prochains mois.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2179 articles et 563 vidéos