eco TV
Royaume-Uni : Trois questions à propos du Brexit 11/06/2019

Le Brexit est reporté au 31 octobre 2019 mais il n’est pas dit que, obtenant un délai supplémentaire, le Royaume-Uni soit mieux à même de l’acter.

TRANSCRIPT // Royaume-Uni : Trois questions à propos du Brexit : juin 2019

François Doux : 2019 sera-t-elle l'année du Brexit ? 31 mars, 12 avril et maintenant le 31 octobre 2019. Jean-Luc Proutat bonjour.

Jean-Luc Proutat : Bonjour François.

François Doux : Le 31 octobre est la prochaine échéance, a priori, à laquelle le Royaume-Uni devrait quitter l'Union européenne. Première question : pourquoi la situation semble ainsi bloquée ?

Jean-Luc Proutat : Parce qu'elle est inextricable. Il faut bien comprendre qu'en 45 ans de vie partagée, le Royaume-Uni et l'Union européenne ont tissé des liens très étroits, très imbriqués, qui vont bien au-delà de simples accords de libre-échange.

On peut prendre l'exemple d'Airbus. Le Royaume-Uni en est une pièce essentielle (pour les ailes, les circuits électriques, les moteurs, etc.). Airbus fait vivre, directement, ou à travers ses sous-traitants, une centaine de milliers de familles au Royaume-Uni. Or, une fois en dehors de l'UE, cela risque d'être plus compliqué.

François Doux : Pourquoi ?

Jean-Luc Proutat : Tout simplement parce que l'Union européenne met en commun des normes juridiques, techniques, réglementaires, ce qui qui assure une très grande sécurité dans les échanges. L’UE permet aussi la libre circulation des travailleurs, ce qui, pour un secteur aussi intégré que l'aéronautique, est très important. On pourrait multiplier les exemples dans toute l'industrie mécanique, l'agroalimentaire, etc.

Le Fonds monétaire international a parlé d' « automutilation » au sujet du Brexit. On peut donc comprendre pourquoi, au moment de couper les liens, les parlementaires britanniques et les politiques hésitent.

François Doux : D’où la deuxième question : que vont faire les responsables politiques ? Au moment où l’on enregistre cette émission, on ne connait pas les résultats du scrutin européen mais on a quand même des sondages.

Est-ce que cette nouvelle donne peut changer les choses ?

Jean-Luc Proutat : Il est à craindre que non. Les sondages montrent que le pays est divisé en trois. A peu près un tiers des électeurs sont partisans d'un Brexit "pur et dur". En face, un bon tiers également sont pour un maintien dans l'Union européenne et votent pour des partis tels que les libéraux-démocrates, les verts, le parti écossais par exemple. Et au milieu, le dernier tiers hésite un peu à l'image des leaders conservateurs modérés ou des leaders travaillistes.

Donc dans ce paysage-là, il sera très difficile d'acter la moindre décision. On sait en outre que la première ministre, madame Teresa May, est tout prêt de démissionner. Elle devra être remplacée par un autre membre du parti conservateur ; on ne peut pas exclure non plus qu'il y ait des élections générales anticipées, avec, pourquoi pas, un nouveau référendum sur le Brexit. Tout ceci va occuper beaucoup les politiques britanniques dans les semaines et mois à venir. La recherche d'un accord autour du Brexit passera au second plan. Si bien qu'au 31 octobre, on risque d'être finalement plus ou moins au même stade qu'aujourd'hui.

François Doux : Troisième et dernière question : avec cette incertitude qui n'en finit pas, où en l'économie britannique ?

Jean-Luc Proutat : Elle freine indubitablement. Elle a beaucoup ralenti depuis trois ans. Il y a eu un petit sursaut d'activité au premier trimestre 2019 parce que les Britanniques se sont livrés à une intense activité de stockage, ce qui a un peu soutenu l’économie précisément en vue du Brexit. Les tendances de fond sont moins bonnes. On pourrait dire que le Brexit agit un peu comme un poison lent. On voit par exemple les flux d'investissements directs étrangers se tarir, tangenter vers zéro. Les flux migratoires en provenance de l'UE ralentissent aussi très nettement. L'immobilier atterrit et il y a finalement assez peu de raisons de penser que ces tendances s'inverseront dans les mois et trimestres à venir.

 

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Royaume-Uni : la dynamique du crédit bancaire soutient l'activité des banques au prix d'un léger accroissement du risque 08/11/2019
L’encours des crédits bancaires à l’habitat accordés aux ménages conserve un rythme de croissance assez dynamique dans un contexte de taux relativement bas, ce qui s’accompagne d’une légère progression du risque. Ce dernier semble toutefois pour l’heure maîtrisé. 
Comment les grandes banques ont renoué avec les bénéfices 08/11/2019
La crise financière de 2008 a marqué de son empreinte l’environnement macroéconomique, réglementaire et légal du Royaume-Uni. S’en est suivie une longue période de consolidation du secteur bancaire. Si les grandes banques britanniques sont parvenues à améliorer leurs performances au cours de la période récente, elles sont désormais exposées à de nouveaux défis, à commencer par l’incertitude entourant le Brexit. Cette incertitude ne devrait pas se dissiper immédiatement après le dénouement du Brexit, car il leur faudra encore s’adapter à la perte du passeport européen et éventuellement faire face à une contraction de la demande sur leur marché.
Actualité du Brexit 10/10/2019
A l’approche du 31 octobre 2019, nouvelle date limite avant une sortie britannique de l’Union européenne (Brexit), qui peut dire où le Royaume-Uni se dirige ? Sans doute pas le premier ministre lui-même, Boris Johnson, qui, après s’être aliéné une partie de son Parlement en tentant d’y interdire les débats, a nourri le scepticisme de ses partenaires européens en leur présentant comme à prendre ou à laisser un « compromis » sur l’Irlande du Nord aussi peu réaliste qu’acceptable. Resteraient, en bout de course, l’option d’un Brexit sans accord, qu’une loi britannique interdit toutefois, ou celle, plus vraisemblable mais non totalement acquise, d’un nouveau report, assorti d’élections générales anticipées.
Royaume-Uni : Les risques de crédit s’accroissent au bilan des établissements bancaires 24/07/2019
La part des prêts immobiliers aux particuliers, dont la valeur à l’origination représente plus de 90% de la valeur du bien acquis, a continué de progresser au 1er trimestre 2019. Cette catégorie de crédits représentait alors 4,5% de l’encours des prêts à l’habitat, contre 4,4% au trimestre précédent et 3,3% un an auparavant. L’augmentation de leur poids au 1er trimestre 2019 prolonge la tendance observée depuis le point bas de 2009. Elle va, en outre, de pair avec l’augmentation de la proportion des prêts immobiliers dont la valeur représente entre 75% et 90% de la valeur du logement. L’augmentation de la part des emprunts avec un ratio prêt/revenu élevé illustre également la contrainte financière croissante des ménages. L’érosion des marges des établissements de crédits, soucieux de préserver les volumes et leurs parts de marché, y a marginalement contribué en maintenant, malgré les deux relèvements du taux de base de la Banque d’Angleterre (BoE) intervenus depuis octobre 2017, le montant empruntable à un niveau élevé, à mensualités constantes.
Actualité du Brexit 10/07/2019
Le Brexit aura été la cause de trente-sept démissions au sein du gouvernement chargé de le mettre en œuvre, la dernière en date étant celle de la première ministre elle-même, Mme Theresa May. Ayant échoué par trois fois à faire ratifier par son Parlement l’Accord de retrait, celle-ci n’a eu d’autre choix que de demander un report du Brexit, puis finalement de se retirer. Restent en lice pour lui succéder les ancien et actuel ministres des Affaires étrangères, Boris Johnson et Jeremy Hunt. Alors que l’un prétend pouvoir se passer d’un accord et déclencher le Brexit après le 31 octobre 2019 (nouvelle date butoir), l’autre envisage un délai supplémentaire pour négocier et, finalement, obtenir un retrait ordonné.
Royaume-Uni : les prêts au secteur privé tirent la croissance des bilans bancaires 12/06/2019
Les statistiques de la Banque d’Angleterre (BoE) relatives aux bilans (comptes sociaux) agrégés des institutions monétaires et financières (IFM) illustrent le dégonflement des bilans bancaires jusqu’en décembre 2015 (-19% par rapport à janvier 2010). Celui-ci avait principalement procédé de la baisse des encours de crédit au secteur privé non financier résident, dont l’endettement renouait avec des niveaux plus soutenables. Les créances sur les non-résidents et les opérations interbancaires y ont également contribué. La tendance s’est inversée depuis 2016 (+19% entre décembre 2015 et mars 2019), mais le bilan du secteur bancaire britannique n’a pour l’heure pas retrouvé sa taille de 2010 (GBP 4122 mds ou 195% du PIB en mars 2019 contre GBP 4 288 mds ou 279% du PIB en janvier 2010). La reprise a été tirée par le redressement des encours vis-à-vis du secteur privé non financier résident (+17% après -20% entre 2010 et 2015), et à l’égard des non-résidents (+21% après -15%). Le marché interbancaire est demeuré à l’étiage, en partie relayé par les opérations de la BoE* (+68% après +49%). *dont assouplissement quantitatif (QE) et programme de financement à long terme (TFS)
Six questions autour du Brexit après les élections européennes du 23 mai 2019 05/06/2019
Qu’indiquent les résultats des élections européennes ? La démission de Mme May change-t-elle la donne ? L’Accord de retrait peut-il encore être sauvé ? Y a-t-il toujours un risque de « hard Brexit » ? Va-t-on vers des élections générales anticipées ? Comment se comporte l’économie britannique ?
Royaume-Uni : les services financiers renforcent leur excédent commercial vis-à-vis de l’UE 02/05/2019
Le Royaume-Uni enregistre des soldes positifs dans ses échanges de services avec le reste du monde depuis 1966 et avec l’Union européenne (UE) depuis 2005. Le secteur des services financiers y contribue largement. Aussi loin que remontent les statistiques de l’Office for National Statistics sur le commerce extérieur de services financiers (1986), le secteur a en effet toujours présenté un excédent commercial. Il en va de même vis-à-vis de l’UE depuis 1999, à l’égard de laquelle cet excédent a même quintuplé jusqu’en 2011 (GBP 21,5 mds). La baisse observée entre 2012 et 2014 a été quasiment effacée entre 2015 et 2018 (GBP 20,4 mds). Le secteur britannique des services financiers dégage ainsi un excédent vis-à-vis de chacune des grandes économies de l’UE, à commencer par la France, le marché de l’UE vis-à-vis duquel le secteur affiche le plus fort excédent commercial depuis 2014 (GBP 4,5 mds en 2018). Le Brexit pourrait toutefois fragiliser cette situation.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2279 articles et 579 vidéos