eco TV
Quelles marges de manœuvre budgétaire en zone euro ? 09/09/2019

Les données économiques publiées cet été ont montré que la croissance mondiale et européenne ralentit, avec notamment des craintes de récession en Allemagne. La BCE se tient prête à faire plus si nécessaire, mais la question se pose aussi d’un soutien budgétaire.

TRANSCRIPT // Quelles marges de manœuvre budgétaire en zone euro ? : septembre 2019

LE GRAPHIQUE DU MOIS

 

François Doux : Non pas un, mais deux Graphiques du mois, en ce mois de septembre 2019. On a vu que la croissance ralentissait un petit peu du côté de la zone euro avec William De Vijlder dans la première partie de l'émission.

La BCE, elle se tient prête. Qu'en est-il des politiques budgétaires ? Frédérique Cerisier, bonjour.

Frédérique Cerisier : Bonjour.

François Doux : Est-ce qu'il nous reste de la marge de manœuvre du côté de la politique budgétaire pour soutenir la croissance en zone euro ?

Frédérique Cerisier : Alors comme souvent en zone euro la situation est assez hétérogène, mais l'idée générale c'est que probablement à l'échelle nationale il y a des marges de manœuvre, peut-être un peu plus important que l'on peut le penser dans plusieurs états membres. Le premier graphique nous montre simplement l'évolution des ratios de dette publique au cours des cinq dernières années, dans les pays la zone euro. Ce qu'on observe, c'est que cette période de reprise assez rapide a été souvent mise à profit pour consolider les finances publiques et que les ratios de dette publique sont en baisse parfois assez fortement dans 17 des 19 pays la zone euro et que même dans 9 d'entre-deux, ce ratio est inférieur à 60 % du PIB qui est le niveau de référence européen considéré comme assez confortable.

François Doux : Donc c'est une bonne nouvelle.

Frédérique Cerisier : C'est une bonne nouvelle et dans ces pays, il y a certainement moyen si cela devient nécessaire, d'augmenter un peu les déficits, de ralentir ou de stabiliser les taux d'endettement. En revanche, il est vrai qu'il y a deux exceptions à ce tableau général qui sont non négligeables puisque c'est la France et l'Italie où les ratios d'endettement sont à peine stabilisés au cours des cinq dernières années. Et compte-tenu de leurs poids à l'échelle de la zone euro, cela pose effectivement la question de savoir comment il serait possible de coordonner une réponse à l'échelle de la zone dans son ensemble.

François Doux : Alors la dette baisse, c'est un point positif mais néanmoins en termes de niveau, on reste au-dessus du niveau de 2008, d'avant la crise. Est-ce qu'il n'est pas un petit peu trop tôt pour arrêter le processus de désendettement qu'on a commencé ?

Frédérique Cerisier : Alors c'est vrai que les ratios auxquels on est aujourd'hui sont beaucoup plus élevés qu'avant la grande récession, de l'ordre de 20 points de PIB en moyenne dans la zone euro ; sachant que là encore, il y a une exception majeure qui est l'Allemagne ou là, le taux d'endettement est beaucoup plus faible qu'en 2007, qu'avant la grande récession. Ce qui veut dire que pour les autres pays en moyenne, l'augmentation est supérieure à 20 points de PIB.

Maintenant pour vraiment apprécier le risque que cela fait peser, il faut aussi prendre en compte la modification de l'environnement économique et en particulier la baisse des taux d'intérêt souverains à long terme qui s'accentue aujourd'hui avec des taux négatifs comme on le sait dans beaucoup de pays de la zone euro, mais qui est en fait à l'œuvre depuis longtemps et qui a déjà produit des effets importants.

Donc le second graphique qui est là, sur ce second graphique chaque point représente un État membre de la zone euro, placé alors en abscisse en fonction de son taux d'endettement et en ordonnée en fonction de la charge d'intérêt qu'il paye chaque année au titre de sa dette publique. Et donc le déplacement de la droite de régression entre 2007 et 2019 comme on le voit, nous montre tout simplement qu'aujourd'hui, ces pays bien qu'ils soient en règle générale beaucoup plus endettés qu'en 2007, paient une charge d'intérêts qui est plus faible que par le passé.

En fait, cette charge d'intérêts payée aujourd'hui est à des plus bas historiques dans la plupart des pays la zone euro, même pour les pays qui sont très endettés. Ce que cela veut dire c'est qu'il n'est pas évident simplement parce que la dette est plus élevée, que cette dette est plus difficilement soutenable qu'en 2007 et c'est cette situation qui fait qu'aujourd'hui, compte-tenu aussi du fait que les marges de manœuvre de la politique monétaire sont plus faibles, qui fait qu'aujourd'hui on envisage de se tourner vers les politiques budgétaires si c'est nécessaire.

François Doux : En tout cas, on suivra ce sujet notamment si la croissance continue de se détériorer. Merci Frédérique Cerisier. Dans un instant, Trois questions sur l'Égypte avec Pascal Devaux.

 

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Impulsion du crédit dans la zone euro : les prêts aux sociétés non financières (SNF) moins dynamiques que les prêts aux ménages en novembre et décembre 2019 14/02/2020
L’impulsion du crédit dans la zone euro s’est stabilisée en décembre 2019 (+0,3%, comme en novembre), dans un contexte de léger ralentissement du PIB réel au quatrième trimestre (+1,0%, versus +1,2% au troisième trimestre). Les encours de crédit bancaire au secteur privé ont conservé leur rythme de croissance en décembre (+3,7% sur un an). Pour le deuxième mois consécutif, la croissance de l’encours des prêts aux SNF a été inférieure à celle de l’encours des prêts aux ménages. Le ralentissement des prêts aux SNF (dont le glissement annuel a diminué de +3,8% en octobre à +3,2% en décembre) s’explique principalement par de moindres dépenses d’investissement (France, Allemagne et surtout Espagne). Il a été en partie compensé par le dynamisme des prêts aux ménages (de +3,5% à +3,7%). Pour la première fois depuis 2013, les banques sont plus nombreuses à anticiper une modération de la demande de financement de la part des SNF (premier trimestre 2020). En revanche, la demande anticipée de crédits immobiliers aux ménages demeure soutenue, encouragée par les taux bas, particulièrement  dans l’Hexagone.
Zone euro : le consensus des économistes table sur une accélération de la croissance. Pour quelles raisons? 11/02/2020
Les contributeurs aux prévisions du consensus de Bloomberg s'attendent à une reprise de la croissance dans la zone euro au cours de cette année. Une prévision médiane plus élevée pour le 4ème trimestre par rapport au 1e  permet de le constater ; en outre, l’ensemble des prévisions se déplace vers la droite. Ces prévisions s’appuient sur une baisse de l'incertitude, un environnement monétaire très accommodant, le soutien budgétaire mis en place dans certains pays et une amélioration des commandes à l'exportation.
Zone euro : retour sur 2019, perspectives 2020 et risques potentiels 24/01/2020
La zone euro a traversé une année 2019 difficile. En 2020, un début de stabilisation pourrait voir le jour. Toutefois, un redressement marqué est peu probable.
BCE : revue stratégique en attendant l’évolution de l’inflation 24/01/2020
La BCE reste prudente dans son évaluation de la situation économique, soulignant que les risques restent orientés à la baisse, mais moins qu’auparavant en raison de l’accord commercial entre les États-Unis et la Chine. Le message est légèrement meilleur concernant l’inflation sous-jacente, qui, d’après certains signes, enregistre une augmentation modérée. D’ici à la fin de l’année, la revue stratégique, qui a désormais été lancée, retiendra toute l’attention des marchés, qui se demandent si elle pourrait influencer l’orientation de la politique monétaire. Ce réexamen de la stratégie est également important du point de vue du changement climatique : les opérations de politique monétaire vont-elles l’intégrer parmi les facteurs de risque ou l’ambition ira-t-elle au-delà ?
Zone euro : premiers signaux de stabilisation, mais rien n’est encore gagné 24/01/2020
En zone euro, les dernières données conjoncturelles envoient des signaux encourageants. Si la situation économique reste dégradée, tout particulièrement dans le secteur manufacturier et exportateur, un début de stabilisation peut être espéré...
2020 : l’année du redémarrage ? 23/01/2020
L’année 2020 sera-t-elle marquée par une accélération de l’activité en zone euro ? Des premiers signes plus favorables semblent émerger, sans toutefois apparaître nettement dans les données dures. En tout état de cause, la croissance de la zone euro devrait rester basse. Dans ce contexte, les pressions inflationnistes resteraient insatisfaisantes pour les banquiers centraux au regard de leur objectif. Au-delà de la question de l’objectif, de nouveaux chantiers arriveront sur la table du Conseil des gouverneurs de la BCE en 2020. Christine Lagarde a annoncé le lancement de la revue stratégique de l’institution de Francfort. Au programme : monnaies digitales, changements climatique et technologique, et inégalités.
Impulsion du crédit dans la zone euro : positive pour les ménages, négative pour les entreprises 10/01/2020
Après s’être redressée en octobre, l’impulsion du crédit aux sociétés non financières (SNF) s’est tassée en novembre dans la zone euro. Le recul de l’impulsion du crédit au secteur privé est toutefois demeuré très limité, à la faveur de la remarquable stabilité de l’impulsion du crédit aux ménages. Le premier trimestre 2020 s’inscrirait dans le prolongement de la tendance récente : les banques interrogées anticipent, en effet, une poursuite de la modération de la demande de financements émanant des SNF. A l’inverse, la demande de prêts des ménages, principalement au titre de l’habitat, resterait soutenue par des taux exceptionnellement bas.
Un soutien budgétaire, pour quoi faire ? 08/01/2020
Après plusieurs années d’ajustement, l’Europe et plus particulièrement la zone euro s’interroge sur l’opportunité de renouer avec des politiques budgétaires expansionnistes. Dans ce premier épisode, Frédérique Cerisier énumère les raisons qui pourraient justifier ce retour. Limiter le risque de récession, sortir d’un régime de faible inflation ou encore saisir une opportunité historique grâce au faible taux d’intérêts comptent parmi ces raisons.
Faut-il réformer le cadre budgétaire européen ? 08/01/2020
Le cadre budgétaire européen s’est fortement complexifié au cours des dix dernières années. Dans ce deuxième épisode, Frédérique Cerisier nous en rappelle les grandes lignes, et s’interroge sur son orientation et son efficacité. Le futur instrument budgétaire de la zone euro n’en comble sans doute pas les lacunes.
Quelles marges de manœuvre ? 08/01/2020
Dans ce dernier épisode, Frédérique Cerisier essaie d’évaluer les marges de manœuvre dont disposent les pays de l’UE. Elle passe en revue la situation actuelle des finances publiques de la zone euro avant d’évoquer l’impact de la chute des taux d’intérêt sur la soutenabilité des finances publiques. Enfin, elle conclut cette série de podcasts sur l’opportunité de renouer avec des politiques budgétaires expansionnistes en en rappelant les risques auxquels peuvent être confrontés les gouvernements et en mettant en avant les perspectives pour une meilleure coordination des politiques européennes.  

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2321 articles et 593 vidéos