eco TV Week

Arabie Saoudite : Des perspectives positives à court terme

30/07/2021

L’économie saoudienne a traversé une période difficile en 2020, mais les perspectives sont positives à court terme. Il y a eu un double choc : la pandémie de covid 19 et surtout chute des prix du pétrole.

En effet, en plus des effets directs sur les revenus budgétaires et sur la croissance, le gouvernement a dû prendre des mesures budgétaires défavorables à la consommation des ménages qui ont amplifiées la récession. Le taux de TVA a triplé et des transferts publics aux ménages ont été réduits.

Le déficit a atteint un niveau très élevé à plus de 11% du PIB et la récession économique a été la plus forte depuis plus de vingt ans (-4,1%).

La reprise devrait être modérée cette année (2.3%), favorisée par le rebond des prix du pétrole et la hausse de la production en lien avec l’accord OPEP+. Le déficit budgétaire devrait atteindre environ 3% du PIB.

A moyen terme, cette difficile année 2020 aura quand même eu un effet positif puisqu’elle a permis une accélération de la consolidation budgétaire qui est favorable à la diversification des revenus. Par contre, l’incertitude persistante sur le marché du pétrole va continuer de peser sur le rythme des réformes économiques.

Pascal DEVAUX

TRANSCRIPT // Arabie Saoudite : Des perspectives positives à court terme : juillet 2021

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Arabie saoudite : la liquidité en devises de la banque centrale reste solide 18/09/2019
La liquidité en devises de la SAMA[1] est confortable, même si les dernières années ont été moins favorables à l’accumulation d’actifs en devises. Les années de surplus courants très importants (pratiquement 20% du PIB en moyenne entre 2005 et 2014) ont toutefois permis à la banque centrale d’en accumuler un montant conséquent. A court terme, les réserves de la SAMA devraient baisser pour deux raisons : Plus d’un tiers des réserves (USD 181 mds en 2018) sont constituées d’actifs du gouvernement et permettent de financer une partie du déficit budgétaire. La baisse de la production pétrolière, suite à l’attaque des installations pétrolières du 14 septembre dernier, devrait se traduire par un déficit des comptes courants (0,4% du PIB attendu en 2019) A la fin de l’année 2019, les réserves de change de la SAMA devraient s’élever à environ  USD 470 mds (24 mois d’importations de biens et services). Ce montant reste suffisant pour assurer la défense de l’ancrage du rial saoudien au dollar américain. [1] Saudi Arabia Monetary Authority
Arabie saoudite : économie morose et fiscalité alimentée par l'inflation 06/06/2018
L’Arabie saoudite semble être sortie de la déflation. En 2017, l’indice des prix à la consommation a décliné de 0,8% en moyenne dans un contexte de croissance hors hydrocarbures molle et de consolidation budgétaire. En 2018, l’inflation a atteint 2,8% en moyenne sur les quatre premier mois de l’année. Ce rebond est principalement dû à l’introduction de la TVA (à 5%) et à la baisse des subventions sur les carburants. Le changement dans les pondérations servant au calcul de l’indice des prix a aussi alimenté l’inflation. Ainsi, la hausse des prix des transports reflète à la fois celle des prix des carburants et l’augmentation de sa pondération dans l’indice (de 19,9% à 25,6%). Cependant, l’inflation moyenne reste basse étant donné le faible dynamisme de la croissance du PIB non pétrolier. Il n’y a pas de signe de reprise pour le moment. La production annuelle de ciment a atteint un plus bas depuis huit ans en avril, et le crédit à la consommation stagne depuis un an. La relance budgétaire devrait soutenir l’activité en 2018. En 2019, l’inflation des prix à la consommation devrait atteindre 3,5% en moyenne.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1586 articles et 280 vidéos