eco TV Week

La BCE tient son cap

27/07/2018

Sans surprise, la réunion du mois de juillet de la BCE a donné lieu à un statu quo monétaire, sur fond de (très) légères tonalités hawkish.

Thibault MERCIER

TRANSCRIPT // La BCE tient son cap : juillet 2018

Hier se tenait la réunion de politique monétaire de la BCE du mois de juillet, réunion dont il n’y avait fondamentalement pas grand-chose à attendre. Rappelons qu’au mois de juin la BCE avait effectué une série d’annonces importantes : la fin du QE après décembre 2018 bien sûr, mais aussi, et peut être surtout, l’annonce qu’il n’y aurait pas de hausse de taux au moins jusqu’à l’été 2019 et l’annonce du maintien de la taille du bilan « pendant une période prolongée » du fait du réinvestissement des titres détenus.

Ainsi, aux deux questions attendues durant la conférence de presse – celle relative aux détails sur le plan de réinvestissement et celle concernant la manière d’interpréter la référence à l’été 2019  Mario Draghi a, comme attendu,  apporté  des réponses évasives se contentant souvent de dire que ces sujets n’avaient pas fait l’objet de discussion au sein du Conseil.

Plus généralement, le message de la BCE a semblé légèrement plus hawkish qu’en juin. C’est en tout cas ce qui ressort des commentaires de Mario Draghi concernant la croissance en zone euro ; la modération du rythme de croissance au T1 2018 et qui semble s’être poursuivie au T2 est interprétée comme une normalisation après une période de forte expansion, alimentée notamment par le commerce extérieur. Le conseil des gouverneurs continue de voir les risques entourant son scénario de croissance comme « globalement équilibrés » malgré la menace du protectionnisme et de la volatilité des marchés financiers.

Au final, et comme toujours, c’est l’évolution de l’inflation qui guidera celle de la politique monétaire. De ce point de vue, bien que les mesures de l’inflation sous-jacente restent basses, plusieurs signaux positifs apparaissent et notamment l’accélération de la croissance des salaires négociés, un point que M. Draghi n’a pas manqué de souligner durant la conférence de presse.

Évidemment, ces évolutions sont encourageantes mais il est encore trop tôt pour crier victoire. D’une part, ces évolutions salariales varient grandement entre pays : la croissance des coûts salariaux unitaires demeure bien inférieure à 2% en France, en Italie et en Espagne. Même si la BCE vise l’inflation moyenne en zone euro, une trop forte dispersion pourrait être un problème pour la normalisation monétaire. D’autre part, si jusqu’ici les tensions sur le commerce mondial demeurent contenues et ont des effets limités sur l’économie européenne, il est clair qu’une véritable guerre commerciale changerait la donne et forcerait probablement la BCE à prolonger encore davantage la période de taux négatifs et de réinvestissements de titres.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

BCE : de l’assouplissement quantitatif à la "pause quantitative" 14/12/2018
Comme prévu, le Conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de mettre fin aux achats nets dans le cadre de son programme de rachat d’actifs. Cette nouvelle phase pourrait être qualifiée de « pause quantitative » avant le passage au resserrement quantitatif, c’est-à-dire à la diminution de la taille du bilan de la banque centrale. La fin des achats nets renforce le rôle du forward guidance comme outil de contrôle des anticipations de taux d’intérêt. Le forward guidance amélioré, c’est-à-dire la poursuite du réinvestissement du produit des obligations arrivant à échéance, pendant une période de temps prolongée après le premier relèvement de taux, devrait rassurer le marché.
Des signaux moins négatifs qu’attendu, mais des risques baissiers 14/12/2018
Bien que la plupart des indicateurs conjoncturels s’établissent au-dessus des attentes en novembre 2018, ces derniers poursuivent leur tendance baissière. En particulier, les indices PMI manufacturier et services diminuent une nouvelle fois, pénalisés par le fort recul des PMI en France dans le contexte social actuel tendu. La croissance économique de la zone euro au T3 2018 (+0,2 %) reflète des performances nationales disparates.
Zone euro : Croissance des salaires au plus haut depuis 10 ans 12/12/2018
La croissance des salaires nominaux* en zone euro (« Labor compensation per employee ») a atteint, en glissement annuel, +2,5 % au 3e trimestre 2018, soit un plus haut depuis 10 ans. L’accélération des salaires est ininterrompue depuis le 3e trimestre 2016. Cette dynamique favorable s’inscrit dans un contexte de réduction soutenue du chômage dans la zone euro depuis la crise des dettes souveraines. Ce dernier touche en effet 8,1 % de la population active au 3e trimestre 2018, soit le niveau le plus faible depuis fin 2008 et le niveau potentiel estimé par la Commission européenne pour l’année 2018. La tendance à la hausse des salaires s’observe dans plusieurs pays. Elle est particulièrement marquée en Allemagne (+3,2 % au 3e trimestre 2018) où, en dépit du ralentissement actuel de l’activité, le taux de chômage est à un niveau historiquement faible. * Rémunérations totales par tête, y compris cotisations sociales salariales et patronales
Première adoption d’IFRS 9 : écarts de coûts significatifs entre banques 28/11/2018
L’adoption de la norme comptable IFRS 9, le 1er janvier 2018, a profondément modifié le modèle de dépréciation des actifs financiers des banques. Les pertes de crédit attendues (et non pas seulement encourues) sont désormais reconnues selon une approche plus prospective qu’auparavant. IFRS 9 introduit une catégorie intermédiaire qui regroupe les actifs sains dont le risque de crédit a néanmoins augmenté significativement depuis leur comptabilisation initiale sans pour autant qu’un évènement de crédit ne se soit produit. Cette « phase 2 » conduit les banques à comptabiliser des provisions pour dépréciations supplémentaires à qualité de portefeuille constante. La baisse des fonds propres CET1, imputable à IFRS 9, ne doit pas être interprétée comme une baisse de la capacité d’absorption des banques. Une partie des anciennes « pertes inattendues », précédemment couverte par des fonds propres réglementaires, l’est désormais par des provisions comptables qui se sont substituées aux premiers.
Du renforcement de la résilience 23/11/2018
Le soutien à la proposition franco-allemande de créer un budget pour la zone euro semble s’amplifier. Ce budget contribuerait à un renforcement souhaitable de la résilience de la zone euro, c’est-à-dire sa capacité à surmonter les chocs économiques. Un meilleur partage des risques par le secteur privé et le secteur public et des politiques visant à stimuler la croissance potentielle peuvent aussi y contribuer. Renforcer la résilience est d’autant plus nécessaire que la croissance mondiale risque de ralentir.
Fléchissement du sentiment économique 09/11/2018
Le sentiment fléchit, cependant les déterminants de la demande finale continuent d’aller dans le sens d’une croissance qui resterait bonne dans les trimestres à venir. Cette analyse sera-t-elle ou non confirmée ? Les données des prochaines semaines ainsi que les évolutions concernant le Brexit et le risque de guerre commerciale nous en diront plus.
Zone euro : impulsion du crédit 31/10/2018
Après le rebond du mois de juin, l’impulsion du crédit s’est stabilisée en septembre. Ce dynamisme s’explique par la poursuite de l’accélération des prêts aux sociétés non financières et, dans une moindre mesure, aux ménages. La demande de crédit des ménages demeure plus favorablement orientée que celle des sociétés non financières tandis que les conditions d’octroi de crédit continuent de s’assouplir, mais un peu moins rapidement qu’en août.
Zone euro : vers un ralentissement de la croissance 26/10/2018
À en juger par les derniers indicateurs macroéconomiques, il est de plus en plus difficile de dépasser les attentes du consensus. De plus, certains indicateurs se situent désormais à des niveaux proches, voire même en deçà, de leur moyenne de long terme. Une évolution qui laisse entrevoir un ralentissement de la croissance. Lors de la conférence de presse de la BCE hier, Mario Draghi a évoqué à cet égard une perte de dynamique par laquelle la croissance se normalise, après un rythme bien supérieur au taux potentiel. L’opinion selon laquelle il s’agit d’une normalisation et non d’un repli conjoncturel repose sur un ensemble de facteurs : progression du revenu, croissance bénéficiaire des entreprises, expansion du crédit, faiblesse des taux d’intérêt. L’incertitude grandit (Brexit, volatilité des marchés, budget italien), mais, pour citer la BCE, « les risques demeurent équilibrés ».
BCE : toujours confiante 26/10/2018
La conférence de presse de Mario Draghi a affirmé la confiance de la BCE dans les perspectives économiques.
Renforcement de la zone euro : un espoir de progrès ? 19/10/2018
Le ministre des Finances allemand préconise la création d’un fonds de chômage paneuropéen. Pour être éligibles aux prêts accordés par ce fonds, les pays emprunteurs devraient satisfaire deux conditions : y avoir contribué au cours des années précédentes et remplir certains critères en termes de politique économique. Ce type de partage des risques atténuerait l'impact des replis conjoncturels, contribuant ainsi au renforcement de la zone euro.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1963 articles et 543 vidéos