eco TV Week

Conséquences économiques du coronavirus

07/02/2020

L’épidémie de coronavirus constitue un cas d’école de choc exogène. Il nous oblige à repenser notre scénario de la croissance des prochains mois à la lumière des répercussions sur l’offre et la demande.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Conséquences économiques du coronavirus : février 2020

1ère partie

Un choc de la demande

L’épidémie de coronavirus constitue un cas d’école de choc exogène. Il nous oblige à repenser notre scénario de la croissance des prochains mois à la lumière des répercussions sur l’offre et la demande.

Du côté de la demande, on distingue plusieurs canaux de transmission. La consommation des ménages est impactée parce que les gens sont contraints de rester chez eux, constatent un manque à gagner, s’interrogent et, par voie de conséquence, reportent leurs achats importants. Le secteur des voyages pâtit également, à l’instar des achats de biens étrangers avec des importations par conséquent en berne. Les dépenses publiques devraient augmenter, en partie par des investissements en infrastructure de soins de santé, mais également et peut être surtout,  pour soutenir la croissance (par le biais aussi d’une baisse de la fiscalité ou d’incitations fiscales). L’investissement des entreprises diminuera du fait de la baisse de la demande, mais surtout de la montée des incertitudes. Les entreprises repousseront probablement leurs investissements jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment certaines que l’épidémie ne s’étendra pas davantage. La baisse des importations et le déclin du tourisme constituent un effet de contagion direct pour les économies du reste du monde. Enfin, les exportations pourront pâtir de la situation du côté de l’offre.

 

2ème partie

Un choc de l’offre

La production diminue car la demande est en berne, et les usines, les magasins et les bureaux ferment. Les chaînes de valeur mondiales ont des répercussions internationales, d’autant que les effets de substitution seront limités à court terme, les consommateurs préférant attendre plutôt que de changer de marque, ou simplement parce qu’il est impossible de réorganiser la chaîne de valeur au pied levé. En outre, s’agissant d’un choc temporaire, la logique économique paraît ténue. Autre conséquence, un déstockage massif.

 

3ème partie

Comment sera la reprise ?

Les estimations de l’impact sur la croissance sont très hypothétiques. On estime que le SRAS a amputé la croissance du PIB de Hong Kong de 2,6% pour l’ensemble de l’année 2003, et celui de la Chine de 1%. Aux États-Unis, l’impact a été minime (0,07%).

Bien sûr, la situation n’était pas la même qu’aujourd’hui : la taille de l’économie chinoise et l’importance de la Chine dans l’économie mondiale étaient beaucoup plus réduites, le tourisme représentait une fraction de ce qu’il pèse aujourd’hui et la Chine est beaucoup plus présente aujourd’hui dans les chaînes de valeur mondiales.

Autrement dit, le coronavirus aura plus d’impact que le SRAS, mais dans quelle mesure ? Cela dépend en grande partie des hypothèses retenues.

L’épidémie de coronavirus intervient à un moment particulièrement inopportun : les enquêtes montrent que l’économie mondiale était en train d’amorcer une reprise, qui sera très probablement contrariée, voire anéantie, en fonction des pays ou secteurs d’activité.

La question-clé est de savoir combien de temps l’économie sera affectée et quel type de reprise on peut escompter une fois que l’épidémie aura commencé à refluer.

En ce qui concerne la première partie de la question, les marchés financiers semblent d’avis que l’épidémie sera rapidement contrôlée, et qu’il est donc crucial que le nombre quotidien de victimes chute durablement dans un délai relativement court.

S’agissant de la seconde partie de la question, le type de reprise que l’on peut escompter, certains éléments militent pour une reprise de la demande en V. Les stocks, après avoir considérablement chuté, devront être reconstitués. On peut aussi s’attendre à un phénomène de rattrapage de la consommation, même si ce sera probablement moins le cas pour le tourisme.

À moyen terme, l’offre pourrait en outre pâtir d’un rééquilibrage des chaînes de valeur mondiales, les entreprises pouvant s’estimer trop dépendantes d’un seul pays pour leurs entrants intermédiaires.

À court terme, nous devons nous préparer à une inflexion des statistiques en février et en mars. Par conséquent, les enquêtes de conjoncture d’avril seront déterminantes pour estimer si l’on aura alors touché le fond en termes d’impact économique.

Merci de regarder EcoTV Week et rendez-vous la semaine prochaine.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Assouplissement temporaire des normes de levier 19/10/2020
Le 16 septembre dernier, le superviseur unique (SSM) de la zone euro a annoncé l’exonération provisoire des réserves auprès de l’Eurosystème du calcul du ratio de levier des grandes banques. Le même assouplissement avait été introduit quelques mois plus tôt aux États-Unis, en Suisse et au Royaume-Uni. De fait, les dispositifs exceptionnels de soutien à la liquidité, mis en place par les autorités publiques, ont provoqué un élargissement sensible des bilans bancaires. Craignant que les exigences de levier n’entravent la transmission de la politique monétaire et la capacité des banques à prêter à l’économie, les régulateurs, puis les superviseurs les ont temporairement assouplies. L’absence de perspective de réduction des bilans de banques centrales à court terme et, mécaniquement, des réserves justifierait pourtant leur exclusion de l’« exposition de levier » pour une période prolongée. Aux États-Unis, le relâchement de la norme de levier, plus sensible qu’en zone euro (exclusion temporaire des titres du Trésor en sus des réserves, déduction pérenne des réserves pour les custodial banks*, a permis au T2 2020 une nette amélioration des ratios de levier des très grandes banques. Certes, la mesure de l’exposition de levier utilisée dans le calcul des scores de systémicité n’est pas modifiée. Néanmoins, des mesures ciblées de rationalisation des bilans, d’ici la fin 2020 ou 2021, pourraient permettre d’éviter le relèvement des surcharges de capital G-SIB. * Banques spécialisées dans la conservation et la gestion de titres
Des politiques de l’offre pour l’après Covid-19 16/10/2020
La pandémie de Covid-19 aura de profondes conséquences à long terme. Certaines industries en tireront des bénéfices, directement ou indirectement, tandis que d’autres souffriront. L’idée de secteurs florissants, surfant sur de nouvelles opportunités, et d’autres luttant pour leur survie rappelle le concept de "destruction créatrice" de Schumpeter. Or, un tel processus peut générer à court terme des coûts considérables. La recherche économique montre que les programmes visant à dynamiser le marché du travail jouent un rôle-clé. Plus généralement, la politique économique ne doit pas seulement se concentrer sur la demande mais de plus en plus sur l’offre, afin d’éviter que la pandémie n’entrave durablement la croissance.
Les entreprises vont-elles profiter de l’amélioration de leur trésorerie pour investir ? 09/10/2020
Pour évaluer le rythme de la reprise dans les prochains trimestres, l’une des principales questions qui se posent est celle de l'investissement des entreprises. Les analystes financiers tablent sur une augmentation des bénéfices des entreprises américaines. Si cela se confirme, l’on peut s’attendre à une amélioration de leur trésorerie, ce qui, sur la base des relations historiques, devrait conduire, avec un certain décalage, à une augmentation de la formation du capital. Cependant, compte tenu de la hausse de leur endettement en raison de la pandémie, elles pourraient aussi bien affecter cet excédent de trésorerie au remboursement de leur dette. Les incertitudes entourant les flux de trésorerie pourraient peser sur la propension à investir des entreprises.
PMI : les services de nouveau pénalisés par la pandémie 09/10/2020
 Les indices PMI de septembre font apparaître des tendances divergentes, tant du point de vue sectoriel que géographique. L’indice composite se stabilise aux États-Unis après le rebond du mois précédent. Dans la zone euro, le sursaut de juillet avait laissé place à une forte baisse en août et après un nouveau repli en septembre... 
Assouplissement quantitatif : est-ce que quelqu'un devra payer la note ? 02/10/2020
L’expérience des dernières décennies montre que dans beaucoup de pays, voire dans la plupart, la baisse du ratio de la dette publique en phase d’expansion ne compense pas l’augmentation de ce même ratio en phase de récession. Cela accroît le risque souverain susceptible d’influencer in fine les coûts d’emprunt. Dans l’hypothèse d’un réinvestissement permanent des titres arrivant à maturité, la détention d’un important portefeuille d’emprunts d’État par la banque centrale pourrait limiter ce risque. Cela dépend des taux d’intérêt sur les réserves excédentaires et si cette politique entraîne une hausse de l’inflation et/ou des anticipations d’inflation.
Après le rebond, les interrogations 01/10/2020
Depuis plusieurs semaines, l’amélioration des données économiques semble marquer le pas. D’un côté, ce constat n’est pas surprenant car il succède à un rebond spectaculaire qui ne pouvait pas durer. D’un autre côté, il pourrait refléter le coup de frein à l’économie qui résulte de la hausse du nombre de nouvelles infections. En outre, le niveau toujours élevé de l’incertitude économique et sanitaire, qui affecte les ménages et entreprises, devrait également jouer un rôle. En conséquence, le soutien monétaire et, surtout, budgétaire reste crucial pour assurer la poursuite de la reprise, le temps qu’un vaccin soit trouvé.
Des ménages toujours inquiets 01/10/2020
Le redressement de la croissance économique se poursuit. D’abord principalement tiré par le redémarrage de la production industrielle et de l’investissement, il s’est étendu au cours de l’été notamment grâce au rebond des exportations. L’activité dans les services se redresse également, mais elle reste néanmoins contrainte par la reprise encore timide de la consommation des ménages. Celle-ci semble en effet encore loin d’un retour à la normale. Le taux de chômage est rapidement reparti à la baisse après la fin du confinement, mais son recul s’accompagne d’une montée des emplois précaires et des disparités entre les individus, les moins qualifiés et les jeunes diplômés étant particulièrement fragilisés.
Le redressement de l'activité s'étend 18/09/2020
La dynamique de l’économie chinoise a continué de s’améliorer en août 2020. Sur notre baromètre, l’élargissement de la zone bleue par rapport à la zone en pointillés atteste d’un redressement plus étendu de l’activité. En effet, alors que la reprise économique a d’abord été tirée par le rebond de la production industrielle et de l’investissement dans les infrastructures publiques et l’immobilier, l’amélioration depuis l’été a bénéficié plus largement à l’économie [...]
Les conséquences mondiales de la stratégie d’inflation moyenne de la Réserve fédérale 04/09/2020
La nouvelle stratégie de la Fed, basée sur une inflation moyenne, aura des répercussions pour l’économie réelle et la finance à l’échelle mondiale. À commencer par le commerce international dès lors qu’une expansion plus soutenue du PIB américain tirera l’économie des partenaires commerciaux des États-Unis par le biais de l’accroissement des importations de ce pays. Les conséquences financières sont déterminées par les flux de capitaux, la politique monétaire et l’appétit du risque. Au-delà des conséquences purement économiques, la nouvelle stratégie de la Fed forcera également les autres banques centrales à revisiter leur propre stratégie.   

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2538 articles et 654 vidéos