eco TV Week

Conséquences économiques du coronavirus

07/02/2020

L’épidémie de coronavirus constitue un cas d’école de choc exogène. Il nous oblige à repenser notre scénario de la croissance des prochains mois à la lumière des répercussions sur l’offre et la demande.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Conséquences économiques du coronavirus : février 2020

1ère partie

Un choc de la demande

L’épidémie de coronavirus constitue un cas d’école de choc exogène. Il nous oblige à repenser notre scénario de la croissance des prochains mois à la lumière des répercussions sur l’offre et la demande.

Du côté de la demande, on distingue plusieurs canaux de transmission. La consommation des ménages est impactée parce que les gens sont contraints de rester chez eux, constatent un manque à gagner, s’interrogent et, par voie de conséquence, reportent leurs achats importants. Le secteur des voyages pâtit également, à l’instar des achats de biens étrangers avec des importations par conséquent en berne. Les dépenses publiques devraient augmenter, en partie par des investissements en infrastructure de soins de santé, mais également et peut être surtout,  pour soutenir la croissance (par le biais aussi d’une baisse de la fiscalité ou d’incitations fiscales). L’investissement des entreprises diminuera du fait de la baisse de la demande, mais surtout de la montée des incertitudes. Les entreprises repousseront probablement leurs investissements jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment certaines que l’épidémie ne s’étendra pas davantage. La baisse des importations et le déclin du tourisme constituent un effet de contagion direct pour les économies du reste du monde. Enfin, les exportations pourront pâtir de la situation du côté de l’offre.

 

2ème partie

Un choc de l’offre

La production diminue car la demande est en berne, et les usines, les magasins et les bureaux ferment. Les chaînes de valeur mondiales ont des répercussions internationales, d’autant que les effets de substitution seront limités à court terme, les consommateurs préférant attendre plutôt que de changer de marque, ou simplement parce qu’il est impossible de réorganiser la chaîne de valeur au pied levé. En outre, s’agissant d’un choc temporaire, la logique économique paraît ténue. Autre conséquence, un déstockage massif.

 

3ème partie

Comment sera la reprise ?

Les estimations de l’impact sur la croissance sont très hypothétiques. On estime que le SRAS a amputé la croissance du PIB de Hong Kong de 2,6% pour l’ensemble de l’année 2003, et celui de la Chine de 1%. Aux États-Unis, l’impact a été minime (0,07%).

Bien sûr, la situation n’était pas la même qu’aujourd’hui : la taille de l’économie chinoise et l’importance de la Chine dans l’économie mondiale étaient beaucoup plus réduites, le tourisme représentait une fraction de ce qu’il pèse aujourd’hui et la Chine est beaucoup plus présente aujourd’hui dans les chaînes de valeur mondiales.

Autrement dit, le coronavirus aura plus d’impact que le SRAS, mais dans quelle mesure ? Cela dépend en grande partie des hypothèses retenues.

L’épidémie de coronavirus intervient à un moment particulièrement inopportun : les enquêtes montrent que l’économie mondiale était en train d’amorcer une reprise, qui sera très probablement contrariée, voire anéantie, en fonction des pays ou secteurs d’activité.

La question-clé est de savoir combien de temps l’économie sera affectée et quel type de reprise on peut escompter une fois que l’épidémie aura commencé à refluer.

En ce qui concerne la première partie de la question, les marchés financiers semblent d’avis que l’épidémie sera rapidement contrôlée, et qu’il est donc crucial que le nombre quotidien de victimes chute durablement dans un délai relativement court.

S’agissant de la seconde partie de la question, le type de reprise que l’on peut escompter, certains éléments militent pour une reprise de la demande en V. Les stocks, après avoir considérablement chuté, devront être reconstitués. On peut aussi s’attendre à un phénomène de rattrapage de la consommation, même si ce sera probablement moins le cas pour le tourisme.

À moyen terme, l’offre pourrait en outre pâtir d’un rééquilibrage des chaînes de valeur mondiales, les entreprises pouvant s’estimer trop dépendantes d’un seul pays pour leurs entrants intermédiaires.

À court terme, nous devons nous préparer à une inflexion des statistiques en février et en mars. Par conséquent, les enquêtes de conjoncture d’avril seront déterminantes pour estimer si l’on aura alors touché le fond en termes d’impact économique.

Merci de regarder EcoTV Week et rendez-vous la semaine prochaine.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Télétravail et innovation : la sérendipité est-elle menacée ? 17/05/2021
Le télétravail devrait avoir un effet positif sur le niveau de productivité mais permettra-t-il d’en augmenter la croissance ? La réponse réside en grande partie dans l’innovation. Les interactions jouent un rôle-clé dans l’émergence d’idées nouvelles et le partage d’informations. Si les interactions formelles reposent sur un éventail d’outils informatiques, l’organisation des interactions informelles constitue un défi. Pour maintenir la sérendipité, essentielle à la culture de l’innovation, entre équipes et au sein de celles-ci, il faudra combiner télétravail et travail sur site. 
Covid-19 : baisse du nombre de nouveaux cas dans le monde 17/05/2021
Selon les dernières données de l’université Johns-Hopkins, 5,5 millions de cas de Covid-19 ont été enregistrés entre le 4 et le 10 mai dans le monde, soit une baisse de -12,5% par rapport à la semaine précédente. Cette baisse s’observe en Europe (-16,5%), en Asie hors Inde (-14,5%) et sur l’ensemble du continent américain (-6,3%).
Indices PMI : Hausse des tensions inflationnistes 10/05/2021
Le sentiment a continué de s’améliorer dans le secteur manufacturier au niveau mondial, porté par l’amélioration des chiffres dans la plupart des pays développés – dans lesquels de très hauts niveaux ont été atteints – alors que la situation est plus contrastée dans les pays émergents. Quoi qu’il en soit, dans cette partie du monde également, les indices PMI sont supérieurs au seuil de 50,0 à l’exception du Mexique.
Covid-19 : le bilan en Inde dépasse les 20 millions de contaminations 10/05/2021
La situation en Inde continue de se dégrader et le rythme de la campagne de vaccination reste lent. Ainsi, 9,3% de la population indienne a reçu au moins une dose depuis le début de la campagne en janvier. En Asie (à l’exception de l’Inde), en Europe et sur le continent américain, le nombre de cas de contamination continue de baisser.
Télétravail et productivité 03/05/2021
La Covid-19 a, entre autres conséquences durables, modifié notre manière de travailler, le temps de travail à domicile ayant nettement augmenté par rapport à la période pré-pandémie. Cette possibilité dépend néanmoins du secteur, de la nature du travail effectué mais aussi du pays. Cette évolution pourrait avoir de profondes implications sur le choix du lieu de vie, le rôle des villes, la demande d’espaces de bureau, l’utilisation des moyens de transport, les besoins en termes d’infrastructures informatiques (internet haut débit), etc. On peut s’attendre a priori à une augmentation de la productivité, les salariés étant plus satisfaits et efficaces. D’après des études récentes, c’est aussi ce à quoi les entreprises s’attendent. Cela dépendra de plusieurs facteurs comme les infrastructures informatiques, les préférences des salariés et la manière dont le télétravail est présenté et organisé par l’entreprise.
Records de contaminations au niveau mondial 03/05/2021
La pandémie de Covid-19 continue de battre des records dans le monde, avec 825 721 nouvelles infections recensées pour la seule journée du 28 avril. C’est à l’Inde que l’on doit cette flambée épidémique, avec 349 378 nouveaux cas, soit 42% des cas mondiaux, tandis qu’en Asie (à l’exception de l’Inde), en Europe et sur le continent américain, on observe une tendance à la baisse du nombre de cas depuis plusieurs jours.
Le rebond de la croissance économique a atteint son pic 26/04/2021
La croissance de l’économie a atteint 18,3% en glissement annuel au T1 2021, et 0,6% en glissement trimestriel corrigé des variations saisonnières (données du Bureau statistique chinois). Les derniers indicateurs d’activité, ainsi que la lecture de notre baromètre, sont fortement biaisés par de très importants effets de base entre les premiers mois de 2020 (lorsque les mesures de confinement ont stoppé l’activité) et les premiers mois de 2021.
Amélioration de la fréquentation des commerces et des établissements de loisirs 26/04/2021
La fréquentation des commerces et des établissements de loisirs, toujours affectée par les restrictions sanitaires, s’est améliorée dans les principaux pays développés durant la semaine du 9 au 16 avril par rapport à la semaine précédente, en particulier au Royaume-Uni où on enregistre une forte hausse de la fréquentation.
Changement de modèles de consommation et Covid-19 19/04/2021
La pandémie de Covid-19 a fortement impacté les dépenses de consommation des ménages, dont les volumes ont baissé et la composition a été profondément modifiée. Avec la levée progressive des restrictions, certains services, comme les loisirs, la restauration et l’hôtellerie, qui ont connu une chute de la demande due aux mesures de restriction, pourraient tirer leur épingle du jeu au détriment – en termes relatifs tout au moins – des dépenses en biens. La demande contenue constitue un facteur déterminant de la vigueur du début de la reprise. Elle joue, cependant, un rôle moins décisif dans le secteur des services. Ainsi, les pays avec un important secteur des services, après avoir pâti des mesures de restriction, pourraient connaître un redressement plus difficile que les autres. 
Incertitude : tendance à la baisse 19/04/2021
La plupart de nos indicateurs d’incertitude poursuivent leur repli à la faveur de l’accélération des campagnes de vaccination et de l’amélioration des données économiques, alors que le taux d’incidence repart en forte hausse dans plusieurs pays...

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2701 articles et 713 vidéos