eco TV Week

Derrière les chiffres, l’incertitude

24/05/2019

À première vue, les prévisions de printemps du FMI, de la Commission européenne et de l’OCDE tablent sur une croissance correcte, sans plus. En y regardant de plus près, c’est l’inconfort qui découle des analyses.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Derrière les chiffres, l’incertitude : mai 2019

Au-delà des chiffres, l’inconfort

Au cours des six dernières semaines, le FMI, la Commission européenne et, en début de semaine, l’OCDE, ont publié leurs perspectives détaillées.

Dans l’ensemble, les chiffres semblent corrects. L’économie devrait ralentir aux États-Unis, mais à partir d’un niveau élevé de sorte que la croissance devrait encore être supérieure ou légèrement supérieure au potentiel l’année prochaine.

Dans la zone euro, la croissance devrait être légèrement meilleure, aux environs de 1,5 %. 

Cependant, à en juger par les titres, la prudence, pour ne pas dire l’inconfort, l’emporte.

Le FMI titre ainsi : «?L’expansion mondiale s’essouffle?», «?Déclin des forces cycliques dans les économies avancées?» et «?Redressement précaire dans les marchés émergents et les économies en développement?».

De son côté, le titre des prévisions de printemps de la Commission européenne semble plus factuel : «?La croissance se poursuit à un rythme plus modéré?».

Les Perspectives économiques de l’OCDE paraissent plus pessimistes et se ramènent à un appel à l’action : «?Face à une économie mondiale fragile, une action coordonnée s’impose d’urgence?».

Une observation d’autant plus étonnante que les prévisions de l’OCDE pour les États-Unis se situent à 50 pb environ au-dessus des autres (2,8 % cette année, 2,3 % l’année prochaine) alors qu’elles sont conformes à celles du FMI et de la Commission pour la zone euro.

Les causes de ce malaise, sur lesquelles les organisations s’accordent, sont bien connues. Pour n’en citer que quelques-unes : le ralentissement du cycle d’investissement des entreprises, du commerce mondial, le rééquilibrage de l’économie chinoise, les hausses de droits de douane, etc.

Incertitude politique

À l’évidence, l’incertitude politique n’est pas étrangère au ralentissement observé depuis le début de l’année dernière, une incertitude qui permet, encore plus, de comprendre pourquoi les perspectives sont plus difficiles à évaluer.

Quand le Brexit aura-t-il lieu si tant est qu’il ait lieu et quelle sera la future relation avec l’UE des 27?? Nous n’avons toujours pas la réponse à la question.

L’accord tant espéré entre les États-Unis et la Chine n’a pas été trouvé, bien au contraire.

Concernant les relations commerciales entre les États-Unis et l’Union européenne, la seule bonne nouvelle est le report par les États-Unis d’éventuelles hausses des tarifs douaniers.

Estimation des chocs

Les simulations réalisées par l’OCDE dans ses Perspectives économiques sur les effets des différents chocs sont particulièrement intéressantes.

Les droits de douane imposés par les États-Unis et la Chine en 2018, intégrés dans les projections, devraient avoir un impact négatif sur la production de ces deux pays d’environ 0,2-0,3 % à l’horizon 2021.

Les nouvelles mesures annoncées ce mois-ci, si elles sont maintenues, auront, selon les estimations, un impact supplémentaire de -0,2-0,3 % sur le PIB des États-Unis et de la Chine en 2021 et 2022.

Si les États-Unis et la Chine imposent des taxes douanières à hauteur de 25 % sur le reste des échanges commerciaux bilatéraux, il faut s’attendre à une baisse de la production d’environ 0,6 %, par rapport au niveau de référence, aux États-Unis, et de 0,8 % en Chine.

Une aggravation des incertitudes entourant les politiques commerciales pourrait entraîner un risque de hausse de la prime de risque. Une augmentation de 50 points de base de la prime de risque des investissements dans tous les pays pendant trois ans ferait reculer le niveau du PIB mondial de 0,7 % en dessous du niveau de référence à l’horizon 2021.

En cas de Brexit sans accord, le relèvement des droits de douane, découlant de l’application des règles de l’OMC entraînerait une nouvelle réduction du PIB d’environ 2 % (par rapport au niveau de référence) au Royaume-Uni dans les deux prochaines années.

Une baisse non anticipée de 2 points de pourcentage du taux de croissance de la demande intérieure en Chine pendant deux ans, pourrait faire reculer la croissance annuelle du PIB mondial de près de 0,4 point de pourcentage.

Bien entendu, ces chocs ne vont pas nécessairement se produire en même temps, mais il est important de garder deux choses à l’esprit.

Premièrement, lorsque la croissance ralentit, il est encore plus difficile de faire face à l’incertitude et la confiance dans les prévisions en pâtit.

Deuxièmement, mieux vaut éviter la casse que de compter sur la possibilité de recoller les morceaux après coup. Autrement dit, le moment est venu de s’asseoir autour de la table.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Une rentrée économique marquée par l’incertitude 09/09/2019
Cet été, les signes de ralentissement de l’économie mondiale se sont multipliés, l’incertitude est montée d’un cran et de nouveaux assouplissements monétaires ont été évoqués. Ces sujets devraient continuer de s’imposer au cours des prochains mois.
La stabilité financière : déterminants et définitions 04/09/2019
La stabilité financière n’est pas seulement le gage d’une économie performante, elle permet également d’amortir les chocs qui rendent les acteurs économiques vulnérables et in fine déséquilibrent l’ensemble du système financier. Dans cet épisode, William De Vijlder fera le point sur les éléments qui rendent les États vulnérables aux crises ainsi que sur les facteurs pouvant déséquilibrer les systèmes financiers. 
La stabilité financière : retour sur l’histoire 04/09/2019
La crise financière de 2008  a été particulièrement marquante mais n’est pas un phénomène unique dans l‘histoire. Dans cet épisode, William De Vijlder évoque quelques-unes des grandes récessions de l’Histoire et analyse les mesures mises en œuvre par les banques centrales pour faire face aux événements. Nous verrons comment la stabilité financière devient une des préoccupations des banques centrales dans les années 2000 et comment la crise de 2008 n’a fait que renforcer cet objectif de stabilisation avec la création, dès 2009, d’organismes internationaux tels que le FSB (Financial Stability  Board).
Stabilité financière et banques centrales 04/09/2019
Dans ce dernier épisode, William De Vijlder examine la position qu’adoptent actuellement la BRI (Banque des règlements internationaux), la BCE (Banque Centrale Européenne), la Fed (Réserve Fédérale) et la Banque du Japon en matière de stabilité financière. Dans le contexte actuel de taux bas dont on peut s’interroger sur les effets à long terme, William De Vijlder s’intéressera tout particulièrement à la Banque du Japon. Quelles sont les conséquences sur l’économie japonaise de la politique de taux-plancher qu’elle pratique depuis 20 ans ?  
Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » 28/06/2019
Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » que Facebook prévoit de lancer en 2020 soulève plusieurs interrogations et appelle une réponse adaptée du régulateur.
Pourquoi la croissance doit être inclusive 27/02/2019
Dans cette nouvelle série de podcasts, William De Vijlder défend l’idée que la croissance ne peut être durable que si elle est inclusive. En effet, la réduction durable de la pauvreté nécessite une croissance inclusive qui permette à chacun de contribuer à la croissance économique et d'en tirer parti. Dans ce premier épisode, nous découvrons que la croissance inclusive se réfère à la fois au rythme et au modèle de croissance, qui sont étroitement liés. Entretien réalisé avec François Doux.
La croissance inclusive, un défi au niveau des pays 27/02/2019
La lutte contre les inégalités est l’un des principaux défis de la croissance inclusive. Cet épisode explique pourquoi, dans un pays donné, la croissance inclusive est essentielle pour lutter contre les inégalités et ce qu’il est possible de faire en termes de politique. Entretien réalisé avec François Doux.
Changement climatique et croissance inclusive 27/02/2019
Le changement climatique et la croissance inclusive sont étroitement liés. Les ménages à faible revenu souffriront probablement davantage des conséquences économiques négatives du réchauffement climatique. Les mesures politiques visant à réduire les émissions de carbone peuvent également avoir un impact relativement plus important sur les ménages à faible revenu. William De Vijlder discute de ces problématiques dans le dernier podcast de cette série. Entretien réalisé avec François Doux.
Mondialisation : une perspective historique 20/12/2018
Premier épisode de la série de trois podcasts consacrés à la mondialisation. Quels ont été les moteurs de la globalisation ? Dans ce premier épisode, William De Vijlder, le chef économiste de BNP Paribas, distingue quatre facteurs à l’origine de la mondialisation. Il passe en revue les défis auxquels elle se confronte aujourd’hui. Entretien réalisé avec François Doux.
La mondialisation aujourd’hui : du multi au bilatéralisme 20/12/2018
Deuxième épisode de la série de trois podcasts consacrés à la mondialisation. Les pays membres de l’organisation mondiale du commerce (OMC) ont longtemps cherché à augmenter les degrés d’ouverture des échanges commerciaux. Sous l’impulsion du président Trump, on observe une tendance au bilatéralisme ; notamment entre la Chine et les États-Unis. Ce nouveau modèle va-t-il désormais prévaloir ? Dans cet épisode, William De Vijlder, analyse les répercussions du bilatéralisme sur les échanges mondiaux de biens mais aussi de capitaux. Entretien réalisé avec François Doux.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2202 articles et 553 vidéos