eco TV Week

Édition spéciale – 2021 : espoirs et défis

05/01/2021

2021 est l'année de l'espoir porté par les vaccinations. L'incertitude sanitaire et économique devrait significativement baisser et une meilleure visibilité devrait soutenir la confiance des ménages et entreprises et donc la croissance de l'activité. C'est aussi une année d'espoir pour le climat grâce aux initiatives européennes et à la perspective d'un changement de cap de la politique américaine. Avec ces espoirs viennent des défis. Comment gérer l'endettement public ? Comment vont réagir les marchés financiers si la croissance devait surprendre favorablement ?

Equipe ETUDES ECONOMIQUES

TRANSCRIPT // Édition spéciale – 2021 : espoirs et défis : janvier 2021

François Doux : 2021 est l'année du vaccin. Moins d'incertitude sur le plan économique. Mais que vont suivre chacun de nos économistes sur leur zone ?

Écoutons leur réponse.

 

William De Vijlder : Dans les pays développés, 2021 devrait démarrer sur une note hésitante. Les infections et les restrictions, mais progressivement, la vague des infections va baisser, ce qui va focaliser l'attention sur les vaccinations qui seront en nette hausse. On ajoute à cela le soutien de la politique budgétaire et monétaire. Il y aura donc un mélange, un cocktail de facteurs qui va donner lieu à un boost de la confiance des ménages et des entreprises.

On peut donc s'attendre à une dynamique plus nette de la consommation, voire même vers la fin de l'année de l'investissement des entreprises.

Au final et en conclusion, on n'a donc une année en deux temps, d'abord hésitante, puis plus déterminée.

 

Jean-Luc Proutat : Aux États-Unis, le 46ème président Joe Biden aura d'abord des arbitrages budgétaires à rendre, pour sortir de la crise sanitaire et s’attaquer au mur de la dette, qui a beaucoup progressé.

Peut-être aura-t-il aussi de l'instabilité financière à gérer puisque les marchés ont déjà fêté la nouvelle année. Or, si les perspectives sont meilleures, 2021 ne reste jamais qu'une année de convalescence.

Et enfin, dernier point, cela sera le retour des États-Unis dans le concert des nations, notamment sur la question climatique.

 

Hélène Baudchon : En France, la croissance en 2021 devrait être relativement vigoureuse après le choc récessif massif de 2020.

Cette vigueur sera d'une part alimentée par la reprise de la consommation des ménages en allant puiser dans l'important matelas d'épargne forcé, accumulé pendant les confinements.

L'autre élément déterminant sera le dynamisme de l'investissement en tant que signal de confiance et d'efficacité du plan France Relance.

 

Louis Boisset : 2021 est une année importante pour la BCE.

Les conclusions de sa seconde revue stratégique seront dévoilées au milieu de l'année.

Nous anticipons à ce stade une redéfinition du narratif : d'abord une plus forte insistance sur la symétrie de la cible d'inflation, puis sur l'objectif d'emploi.

Nous anticipons également des discussions autour de la coordination entre politique budgétaire et monétaire, ainsi que du rôle de la politique monétaire dans la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Guillaume Derrien : En Espagne, en Italie, deux questions majeures se poseront en 2021. L'une concernera les déficits publics, qui devraient rester conséquents encore l'année prochaine, notamment en raison de prolongement des aides d'urgence liées à la Covid-19 et à la mise en route des plans de relance nationaux.

Ceci pourrait accroître les tensions avec les pays de l'Europe du Nord, plus rigoureux sur le plan budgétaire.

La deuxième implication concerne l'amplitude du rebond du tourisme, qui aura des répercussions en termes d'emplois et de croissance, particulièrement en Espagne.

 

Hubert de Barochez : Au Royaume-Uni, c'est le Brexit qui focalisera l'attention en 2021.

Nous anticipons que la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne aura des conséquences néfastes importantes pour son économie, notamment du fait de perturbations aux frontières dans le court terme et d'une baisse de la productivité dans le long terme.

En conséquence, c'est toute la politique économique du Royaume-Uni qui sera affectée selon nous.

 

François Faure : Dans les pays émergents, on assiste à un retour des investissements de portefeuille, notamment en Asie, dont la croissance est tirée par les échanges extérieurs, d'où la première question :

Est-ce que cette zone va continuer de creuser l'écart par rapport aux autres zones ?

Sinon trois points à retenir.

Le premier. Est-ce que les déficits budgétaires vont être suffisamment maîtrisés cette année car attention à la remontée des rendements obligataires qui pourrait occasionner un alourdissement de la charge de la dette.

Deuxièmement, les cas de restructuration, voire même de défaut de dette, que l'on a observés dans les pays à faibles revenus, producteurs de matières premières vont-ils se multiplier ?

Enfin, la montée des impayés des entreprises et des ménages.

Dans quelle mesure les systèmes bancaires vont-ils pouvoir les supporter ?

 

Christine Peltier : En Chine, nous serons attentifs aux détails du nouveau plan quinquennal qui seront précisés lors de la session annuelle de l'Assemblée populaire en mars.

Les autorités chinoises ont déjà dévoilé les grandes priorités de ce plan qui visent à promouvoir un modèle de développement « à double circulation », basé sur deux grands piliers de croissance.

Le premier pilier, c'est le marché intérieur.

Quelles seront les mesures prises par les autorités pour stimuler la demande des ménages en 2021 ?

Le deuxième pilier, c'est le secteur exportateur.

L'accent sera mis sur l'autosuffisance et l'innovation technologique. Quelles seront les conséquences de cette stratégie sur les relations de Pékin avec ses partenaires commerciaux ?

 

Stéphane Colliac : En Europe centrale, l'année 2021 sera l'occasion de constater à nouveau, la vigueur du secteur exportateur, malgré un contexte difficile.

Et puis, ce sera l'occasion de constater la croissance de la consommation privée, soutenue par les marges de manœuvre qui existent au sein des finances publiques.

L'année qui vient en Turquie sera l'occasion de constater l'effectivité des réformes annoncées à la fin de l'année 2020.

Si ces réformes sont mises en œuvre, on observera une croissance beaucoup plus stable dans la prochaine décennie.

 

Salim Hammad : Au Brésil, il ne faudra pas s'attendre à une croissance très dynamique au-delà du rebond mécanique de l'activité, et ce, en dépit d'une politique monétaire très accommodante.

On peut toutefois s'attendre sur la première moitié de l'année à ce que les questions d'économie politique autour du maintien des règles budgétaires dominent l'actualité et agitent les marchés.

Enfin, il faudra surveiller la dichotomie croissante entre la sphère réelle et la sphère financière.

 

Raymond Van Der Putten : L'année dernière, on a constaté une baisse record des émissions de C02. À cause de la pandémie, cette année, on risque de retrouver les anciennes trajectoires.  Seule l'Union européenne se focalise, dans son plan de relance, sur la transition vers une économie verte.

Il faudra donc suivre les annonces qui seront faites lors de la COP26 à Glasgow.

Pas sûr que les nouveaux objectifs permettent de limiter le réchauffement à +1,5 degré.

 

François Doux : Pour en savoir plus sur le site des Études Économiques de BNP Paribas retrouvez les publications écrites de tous nos économistes, mais aussi en vidéo : EcoTV Week, EcoTV.

Sans oublier les podcasts en ECO dans le texte.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Perspectives économiques pour le second semestre : ce n’est pas terminé 23/07/2021
La conjonction d’évolutions favorables a conduit au cours du premier semestre à une amélioration généralisée de la confiance des entreprises et des consommateurs dans les économies avancées : campagnes de vaccination réussies, baisse du nombre de nouvelles infections, soutien continu des politiques budgétaire et monétaire et retombées positives à l’échelle internationale. Progressivement, la reprise « mécanique » dans les secteurs qui avaient auparavant souffert des restrictions devrait se ralentir. Les goulots d’étranglement et certaines augmentations de prix pourraient agir comme un vent contraire. Le cycle de croissance, malgré un ralentissement graduel, est loin d’être achevé, mais la lutte contre la COVID-19 ne l’est pas davantage. On craint de plus en plus que de nouveaux variants entraînent des comportements de précaution, freinant certaines catégories de dépenses. Cette préoccupation a déjà provoqué une baisse importante des rendements obligataires, malgré la crainte que l’inflation aux États-Unis reste élevée plus durablement. Cela signifie également que les orientations de la politique des banques centrales seront un point clé d’attention au cours du second semestre de l’année.
Y a-t-il un risque de stagflation ? 25/06/2021
Les années 1970 resteront dans les annales comme la décennie de la stagflation, qui se définit comme une période de croissance molle, voire négative, et d’inflation historiquement élevée. Ce phénomène est principalement imputé aux deux chocs d’offre survenus sur le marché pétrolier, mais d’autres facteurs ont également joué un rôle. Au cours de cette année, la levée des restrictions liées à la Covid-19 a provoqué un déséquilibre entre l’offre et la demande, entraînant un rebond significatif de l’inflation. Certains craignent qu’après avoir été particulièrement robuste, la croissance marque le pas, tandis que l’inflation pourrait rester durablement élevée. Cela a donné lieu à des commentaires selon lesquels la stagflation, quoique en mode allégé, pourrait faire son retour. Ce risque semble, cependant, limité.
Monnaie numérique de banque centrale : de quoi parle-t-on ? 10/06/2021
  Alors que les banques centrales réfléchissent à l’opportunité d’introduire leur propre monnaie numérique pour contrer les crypto-actifs privés, les conséquences de ces dernières sur le financement de l’économie et la transmission de la politique monétaire dépendront étroitement de leurs caractéristiques.
La zombification des économies 18/05/2021
Le sujet de la zombification des économies n’est pas nouveau mais la crise du Covid-19 l’a remis à l'ordre du jour. La crise sanitaire pourrait en effet entraîner une hausse du nombre des entreprises zombies, ce qui ravive les inquiétudes relatives à ce phénomène. Nous présentons ici un sketchnote qui en résume les principaux enjeux.   Pour aller plus loin :  Voir la série de podcasts : Entreprises zombies : qui sont-elles, où sont-elles ? (bnpparibas.com) Voir l'article de Conjoncture : Europe : Covid-19 et zombification accélérée | Etudes Economiques-BNPParibas
Conjoncture économique : un sentiment de printemps 09/04/2021
Les statistiques économiques de ces premiers mois sont meilleures que prévu, y compris au Japon et dans la zone euro. Cette embellie gagne, en outre, toujours plus de secteurs. Comme le montrent les enquêtes de conjoncture, les chefs d’entreprise ont de plus en plus le sentiment de commencer à « voir le bout du tunnel ».
Les turbulences du marché obligataire : causes et conséquences 11/03/2021
Ces derniers mois, les rendements des Treasuries se sont envolés sous l’effet de l’augmentation des anticipations d’inflation. Plus récemment, cependant, la hausse des taux réels a été le principal facteur de la poussée des taux américains, une hausse qui s’explique, à son tour, par la perspective d’une nouvelle relance budgétaire massive.
La remontée des rendements obligataires implique-t-elle un contrôle de la courbe des taux ? 05/03/2021
Aux États-Unis, la perspective d’une nouvelle relance budgétaire massive sur fond de campagne de vaccination rapide a récemment entraîné une hausse significative des rendements des Treasuries. 
La migration du risque en 2021 15/01/2021
Le risque et l’incertitude ne disparaissent jamais mais leur nature, leur intensité et les conséquences économiques évoluent au fil du temps. 2021 devrait en être la parfaite illustration.
Vaccination lente ou rapide : quelle différence pour l’économie ? 07/01/2021
L’introduction d’un vaccin permettra à l’économie mondiale de faire la transition d’une reprise par à-coups avec une succession de vagues de confinement et déconfinement, vers une dynamique de croissance plus pérenne. Un facteur important est la baisse progressive de l’incertitude qui poussera les ménages à dépenser plus et les entreprises à recommencer à investir. Plus vite qu’on atteint le stade de l’immunité collective, plus forte devrait être cette dynamique économique. 
2020 : début d’une ère nouvelle 18/12/2020
D’un point de vue économique, l’année 2020 restera dans l’histoire pour des raisons évidentes – les conséquences de la pandémie de Covid-19 – mais aussi parce qu’elle marque le début d’une ère nouvelle.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2782 articles et 741 vidéos