eco TV Week

Espagne: Les énergies renouvelables, une source de croissance à exploiter

19/06/2020

Alors que les contours d’un plan de relance devraient se dessiner au cours de l’été, le développement des énergies renouvelables reste pour l’Espagne un espoir de croissance et d’emploi important pour les années à venir.

Guillaume DERRIEN

TRANSCRIPT // Espagne: Les énergies renouvelables, une source de croissance à exploiter : juin 2020

Alors que l’épidémie continue de régresser en Espagne et en Europe, le premier ministre Pedro Sanchez tente désormais d’unir les partis politiques autour d’un plan de relance ; ce plan de relance, qui reste pour l’heure flou devrait faire la part belle au développement des technologies dites vertes dans de nombreux secteurs et au renforcement de la formation professionnelle. Ce plan devrait par ailleurs proposer de nouvelles taxations sur les transactions financières ou numérique. Il ferait échos au Pacte Vert européen, qui tente de développer une croissance conciliant environnement, emploi et réduction des inégalités en Europe.

Il est certain que l’épidémie de la Covid-19 a frappée l’économie espagnole de plein fouet. Le nombre de demandeurs d’emploi a bondi de près de 804 000 depuis le début de la crise en mars, du jamais vu, et une hausse bien supérieure aux chiffres observées lors de la crise financière de 2008 et des dettes souveraines en 2011.

Cependant, l’Espagne peut à terme être un gagnant de cette accélération vers les énergies renouvelables. L’Espagne est devenu l’an passé le premier marché européen pour l’éolien terrestre, et surtout pour l’énergie solaire, qui est la source renouvelable la plus importante à ce jour. Le gouvernement espagnol a présenté fin mai un Plan Energie et Climat, qui interdirait tout nouveau projet basé sur les énergies fossiles et aurait comme objectif que 100% de l’électricité produits soient renouvelable d’ici à 2050.

Ce plan est un enjeu environnemental, mais aussi un enjeu en termes d’emploi. La réussite de ce plan permettrait, selon le gouvernement, de créer autour de 300 000 emplois d’ici à 2030. Une idée relayée par le président d’Iberdrola, l’un des plus grands fournisseurs d’électricité en Espagne et dans le monde, qui a rappelé au cours du sommet à Madrid que « pour chaque emploi généré dans le secteur de l’électricité, 12 sont créés dans d’autres secteurs. » Les retombées d’emploi sont donc très importantes dans ce secteur.

La crise du Covid-19 va néanmoins réduire drastiquement les marges budgétaires du gouvernement de Pedro Sanchez. La Banque d’Espagne estime dans ses prévisions de juin que le déficit public atteindrait entre 9 et 11% du PIB à la fin de cette année, ce qui conduirait à une hausse de la dette publique entre 114 et 119% du PIB.

Malgré cela, la décennie qui s’ouvre offre des nouvelles perspectives de croissances et d’emploi que le gouvernement se devra de saisir afin de redresser durablement son économie. Le premier ministre Pedro Sanchez est donc plus que jamais sur une ligne de crête.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Une reprise semée d’embûches 26/06/2020
Le baromètre pour l’Espagne a commencé à se redresser avec l’intégration de données postérieures au confinement, mais il continue d’osciller autour de moyennes historiquement basses [...]
L’espoir d’une relance verte 09/06/2020
La crise du Covid-19 va laisser une plaie profonde sur l’économie. La décennie qui s’ouvre offre cependant des perspectives nouvelles de croissance et d’emploi. L’Espagne souffre d’un déficit d’emplois et d’investissements dans les secteurs technologiques mais dispose d’atouts pour combler son retard. Le secteur des énergies renouvelables est une source d’emplois significative dans le moyen/long terme. Le plan national pour l’énergie et le climat constitue une avancée notable (s’il est accepté et mis en œuvre). Le pacte vert européen et le Brexit peuvent aussi favoriser les investissements de pointe dans le pays.
Espagne : chute record de l'activité et de l'emploi 18/05/2020
L'économie espagnole a été touchée de plein fouet par l'épidémie de coronavirus avec une chute record du PIB et de l'emploi. Le redémarrage économique s'annonce également difficile.
Au plus fort de la crise 07/05/2020
Les indicateurs de l’Espagne se sont considérablement dégradés depuis le mois de mars et le début de la période de confinement, bien en deçà de leurs moyennes historiques. Les données concernant les exportations et la production industrielle ne portent à l’heure actuelle que sur février et vont elles aussi plonger en mars/avril [...]
Mise en perspective des chiffres du chômage 09/04/2020
Le nombre de personnes sans emploi a bondi de 311 037 en mars (données ajustées), la plus forte hausse mensuelle jamais enregistrée. Le rapport n’intègre cependant qu’une fraction des personnes en chômage partiel ; la hausse devrait être bien plus marquée en avril. Le résultat des comptes publics pour 2019 montre une forte résorption du déficit primaire depuis 2013. L’amélioration des comptes publics offre une marge de manœuvre au gouvernement pour affronter la crise.
Touchée de plein fouet par le Covid-19 07/04/2020
Deuxième foyer de l’épidémie de Coronavirus en Europe, l’Espagne va subir une forte chute d’activité cette année. L’impact économique reste néanmoins, pour l’heure, difficile à quantifier. Le PIB devrait enregistrer une baisse de plus de 3% en 2020, avant de se redresser en 2021. La structure de l’économie espagnole – orientée vers les services et dotée d’une large proportion de PME – suggère que le choc économique sera plus marqué que dans d’autres pays industrialisés. Le chômage endémique risque de s’amplifier, laissant des traces durables sur la croissance à moyen terme. Néanmoins, l’amélioration des comptes publics (pré-coronavirus) et une situation politique plus stable offrent quelques marges de manœuvre au gouvernement pour faire face à la crise.
Espagne : le poids des services dans l’économie s’accentue 04/03/2020
Le poids du secteur des services dans l’économie espagnole n’a cessé de croître au cours des dernières années, s’accentuant même depuis cinq ans. La valeur ajoutée (volume) des services s’est accrue de 16,2% depuis le T3 2008, date du pic atteint avant la crise financière de 2008. A l’inverse, le secteur industriel reste 6,9% en dessous de son niveau de 2008. Cette transformation structurelle pourrait refléter en partie le rôle croissant des nouvelles technologies et de l’économie numérique dans l’économie espagnole, aussi bien dans les choix de consommation que d’investissement. Cette tendance s’observe dans la demande intérieure mais aussi au niveau des échanges commerciaux puisque les exportations espagnoles de services ont augmenté de 46% (volume) depuis l’automne 2008.
Vers un ralentissement économique en 2020 28/02/2020
L’activité économique s’est maintenue au dernier trimestre 2019 à un niveau proche de celui du T3. L’année 2020 devrait néanmoins se dérouler dans un contexte de ralentissement de l’activité économique en Espagne...
Premiers pas de la nouvelle coalition 23/01/2020
La croissance espagnole reste solide, sans pour autant être immune au ralentissement économique européen. Elle devrait continuer de freiner cette année et s’établir autour de 1,7% en 2020, après à peine 2% en 2019. En outre, l’effet sur le marché du travail de ce ralentissement commence à se faire sentir. Côté politique, le Parlement a voté début janvier l’investiture de Pedro Sanchez, sorti vainqueur, mais pas renforcé, des élections législatives du mois de novembre dernier. Il sera à la tête d’un gouvernement de coalition minoritaire, avec le parti d’extrême gauche Podemos, qui dépend du soutien implicite des partis régionaux et nationalistes, et notamment d’une partie des indépendantistes catalans.
Espagne : la population active se redresse mais vieillit 22/01/2020
Tandis que le chômage se stabilise sous l’effet du ralentissement économique (14,1% en novembre 2019), la population active enregistre, enfin, un rebond qui doit beaucoup à la stabilisation du nombre de jeunes actifs de moins de 30 ans, après des années de baisse. Cette baisse a été forte à partir de 2009, de même que celle des 30-40 ans à partir de 2011-2012. Pour ces derniers, elle se poursuit encore aujourd’hui. À l’inverse, la population active des plus de 40 ans et de 55 ans n’a jamais cessé de croître, même pendant la crise. Ces évolutions reflètent surtout l’évolution de la participation au marché du travail. En 2019, le taux d’activité moyen est quasiment identique à ce qu’il était en 2007, mais en forte baisse chez les moins de 30 ans qui sont beaucoup plus nombreux à poursuivre des études : 38,7% des moins de 30 ans en 2018 contre 25,3% en 20071, quand le boom économique incitait davantage à entrer tôt sur le marché du travail. Ces jeunes actifs ne représentant plus aujourd’hui que 16,3% de la population active, contre 25,2% début 2007. Pour leur part, les plus de 55 ans représentent plus de 17% de la population active, contre 10,7% en 2007. [1] Voir Economic Bulletin 3/2019, Box 6 « Changes in the youth labour force participation rate after the crisis », Banco de Espana

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2454 articles et 632 vidéos