eco TV Week

Espagne: Les énergies renouvelables, une source de croissance à exploiter

19/06/2020

Alors que les contours d’un plan de relance devraient se dessiner au cours de l’été, le développement des énergies renouvelables reste pour l’Espagne un espoir de croissance et d’emploi important pour les années à venir.

Guillaume DERRIEN

TRANSCRIPT // Espagne: Les énergies renouvelables, une source de croissance à exploiter : juin 2020

Alors que l’épidémie continue de régresser en Espagne et en Europe, le premier ministre Pedro Sanchez tente désormais d’unir les partis politiques autour d’un plan de relance ; ce plan de relance, qui reste pour l’heure flou devrait faire la part belle au développement des technologies dites vertes dans de nombreux secteurs et au renforcement de la formation professionnelle. Ce plan devrait par ailleurs proposer de nouvelles taxations sur les transactions financières ou numérique. Il ferait échos au Pacte Vert européen, qui tente de développer une croissance conciliant environnement, emploi et réduction des inégalités en Europe.

Il est certain que l’épidémie de la Covid-19 a frappée l’économie espagnole de plein fouet. Le nombre de demandeurs d’emploi a bondi de près de 804 000 depuis le début de la crise en mars, du jamais vu, et une hausse bien supérieure aux chiffres observées lors de la crise financière de 2008 et des dettes souveraines en 2011.

Cependant, l’Espagne peut à terme être un gagnant de cette accélération vers les énergies renouvelables. L’Espagne est devenu l’an passé le premier marché européen pour l’éolien terrestre, et surtout pour l’énergie solaire, qui est la source renouvelable la plus importante à ce jour. Le gouvernement espagnol a présenté fin mai un Plan Energie et Climat, qui interdirait tout nouveau projet basé sur les énergies fossiles et aurait comme objectif que 100% de l’électricité produits soient renouvelable d’ici à 2050.

Ce plan est un enjeu environnemental, mais aussi un enjeu en termes d’emploi. La réussite de ce plan permettrait, selon le gouvernement, de créer autour de 300 000 emplois d’ici à 2030. Une idée relayée par le président d’Iberdrola, l’un des plus grands fournisseurs d’électricité en Espagne et dans le monde, qui a rappelé au cours du sommet à Madrid que « pour chaque emploi généré dans le secteur de l’électricité, 12 sont créés dans d’autres secteurs. » Les retombées d’emploi sont donc très importantes dans ce secteur.

La crise du Covid-19 va néanmoins réduire drastiquement les marges budgétaires du gouvernement de Pedro Sanchez. La Banque d’Espagne estime dans ses prévisions de juin que le déficit public atteindrait entre 9 et 11% du PIB à la fin de cette année, ce qui conduirait à une hausse de la dette publique entre 114 et 119% du PIB.

Malgré cela, la décennie qui s’ouvre offre des nouvelles perspectives de croissances et d’emploi que le gouvernement se devra de saisir afin de redresser durablement son économie. Le premier ministre Pedro Sanchez est donc plus que jamais sur une ligne de crête.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Espagne : cette fois, c’est différent ? 26/07/2021
L’Espagne est redevenue l’un des épicentres de la pandémie de Covid-19 en Europe avec une remontée en flèche des contaminations au variant Delta, en particulier en Catalogne. Le nombre d’infections pourrait ainsi très rapidement dépasser les pics atteints lors des vagues précédentes. Les prochains jours et les prochaines semaines diront si la vaccination porte ses fruits – le seuil des 50% de la population totalement immunisée (2 doses) ayant été franchi – et si elle permet aux autorités de limiter le rétablissement de mesures contraignantes pour l’activité économique.
Accélération économique en vue 06/07/2021
Alors que les voyants semblaient passer au vert sur le front sanitaire, la propagation du variant Delta en Espagne, comme ailleurs en Europe, inquiète. À ce stade, les risques restent contenus et l’activité économique devrait accélérer notablement cet été. Le relâchement des restrictions de voyage et le pass sanitaire européen (en place depuis le 25 juin) permettront au secteur touristique espagnol de relever la tête, ce qui aura des effets d’entraînement sur la consommation et l’emploi. Néanmoins, et malgré un rebond de la croissance important estimé à 6,0% en 2021, les finances publiques espagnoles porteront pour plusieurs années encore les stigmates du coronavirus. Après une année 2020 record, le déficit public pourrait atteindre encore plus de 8% du PIB cette année et rester conséquent jusqu’en 2022 au moins. L’accord donné par la Commission européenne au plan de relance espagnol permettra toutefois à Madrid de recevoir les premières subventions européennes. Ainsi, EUR 9 mds de subventions seront potentiellement alloués dès juillet et EUR 10 mds supplémentaires d’ici à fin 2021.   
Des enquêtes d’opinion trop optimistes ? 07/06/2021
Les dernières données économiques venant d’Espagne indiquent un écart de dynamique important entre les signaux très positifs envoyés par les enquêtes d’opinion, et les données plus « tangibles », notamment celles relatives à la consommation.
Espagne : l’encours des prêts a augmenté en 2020 pour la première fois depuis 2008 04/06/2021
En dépit de la pandémie de COVID-19 qui a conduit le PIB à se contracter de 11% en Espagne en 2020, l’encours des prêts bancaires aux ménages et aux sociétés non financières a augmenté, ce qui est une première depuis 2008. Ce rebond, atypique en période de crise, s’explique notamment par les mesures publiques de soutien à l’économie et par les reports d’échéances accordés par les banques. Toutefois, cette hausse des prêts pourrait n’être que temporaire.
L’horizon se dégage 17/05/2021
Après les chiffres d’activité maussades au T1, le deuxième trimestre devrait voir le début de la reprise tant attendue en Espagne. L'embellie sur le front de la Covid-19 s’est très logiquement répercutée sur la confiance des entreprises et celle des ménages.
Une lente amélioration 12/04/2021
Le baromètre s’est amélioré en mars, principalement sur le front manufacturier où l’activité continue de nettement se renforcer. L’indice de confiance des directeurs d’achat (PMI) pour le secteur a ainsi atteint son niveau le plus élevé depuis plus de 14 ans (56,9). L’activité dans les services et la consommation des ménages sont, à l’inverse, restée très fragiles au T1.
Un redémarrage qui se fait attendre 08/04/2021
L’activité économique est restée très fragile en ce début d’année 2021. À l’épidémie de Covid-19 s’est ajoutée, début janvier, la tempête Filomena, dont les effets délétères, sur la consommation notamment, se sont fait clairement ressentir. Les ventes automobiles et celles de détail ont ainsi fortement chuté au cours de l’hiver. Nous prévoyons désormais une croissance du PIB nulle au T1. L’activité économique pourrait néanmoins rebondir au printemps, et plus fortement cet été, même si les risques baissiers, liés au variant anglais et à une possible quatrième vague de contaminations, ne peuvent être totalement écartés. Nous anticipons une croissance du PIB réel de 5,9% en 2021, et de +5,6% en 2022. Cela fait suite à une contraction record de l’activité de 10,8% en 2020.  
Des raisons d’espérer, malgré un premier trimestre 2021 morose 05/03/2021
Même si notre baromètre s’est globalement amélioré en mars, le premier trimestre 2021 s’annonce décevant sur le front de la croissance économique. En témoignent les ventes automobiles qui, bien que volatiles d’un mois sur l’autre, s’établissaient encore en février dernier près de 40% en dessous de leur niveau de février 2020...  
Espagne : le débat sur la réforme des retraites refait surface 19/02/2021
Sur le plan politique en Espagne, ce début d’année a été marqué par un vif débat autour du régime des retraites, et plus particulièrement sur la question d’un éventuel changement du mode de calcul des pensions.
Elections en Catalogne : la question de l’indépendance reléguée au second plan? 11/02/2021
Selon les sondages, l’élection de dimanche serait marquée par une percée du parti socialiste et de l’extrême droite au détriment du parti de centre-droit Ciudadanos. Si les risques politiques en Catalogne restent présents encore aujourd’hui, la détérioration économique liée à la Covid-19 pourrait affaiblir l’engouement pour la question de l’indépendance, suscitant plutôt un mouvement de repli vers le gouvernement central. La crise de la Covid-19 a accentué la dépendance de la Catalogne à l’égard de l’administration centrale et de l’Europe plus largement.  

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2766 articles et 733 vidéos