eco TV Week

Europe, faut-il s'inquiéter du ralentissement récent de l'activité ?

25/05/2018

L'Europe a vu son activité ralentir en début d'année, les indices de conjoncture sont un peu retombés. Si la reprise garde ses chances, l'atmosphère qui l'entoure, assurément, se tend.

Jean-Luc PROUTAT

TRANSCRIPT // Europe, faut-il s'inquiéter du ralentissement récent de l'activité ? : mai 2018

Coup de frein sur l’activité au premier trimestre

Cela a constitué une surprise : l’activité économique européenne n’a pas été aussi dynamique que prévu au début de l’année 2018.

Elle a stagné au Royaume-Uni, où la perspective du Brexit pèse à l’évidence de plus en plus, et franchement ralenti en zone euro où la croissance sur les trois premiers mois de l’année est tombée à moins de 2% en rythme annuel, alors qu’elle était plutôt sur une pente à 2,5% jusqu’ici.

On constate, par ailleurs, que c’est en Allemagne et en France que le coup de frein a été le plus marqué.

Dès lors, faut-il craindre un arrêt de la reprise européenne, alors même que son amplification est récente et n’a pas encore été perçue par le plus grand nombre ?

Bien entendu, un point ne fait pas une tendance, et la contreperformance du premier trimestre doit être mise en perspective.

Dans bien des cas, les indices de la conjoncture ne font que marquer une correction par rapport aux niveaux très élevés atteints fin 2017 qui n’étaient, sans doute, pas soutenables ; dans l’absolu, ils restent satisfaisants.

Le tassement récent de l’activité relève aussi de circonstances particulières.

En Allemagne, l’absence d’exécutif (rappelons qu’il a fallu cinq mois à la chancelière Merkel pour former un gouvernement, celui-ci n’étant opérationnel que depuis mars) a entrainé un report des dépenses publiques. En France, la concentration des hausses d’impôts sur le début d’année a pu freiner la consommation. L’épisode neigeux particulièrement intense de l’hiver dernier serait aussi en cause…

Risques environnementaux

Ces obstacles étant levés, il ne serait pas illogique de voir la croissance européenne accélérer à nouveau…

Pourtant, il est difficile d’évoquer avec optimisme les perspectives économiques, tant l’atmosphère qui entoure les échanges mondiaux se tend.

A l’origine de ce changement, les Etats-Unis et leur président, Donald Trump, dont la politique étrangère contrevient chaque jour un peu plus aux règles du multilatéralisme et privilégie la confrontation directe, d’Etat à Etat.

Or, dans cet univers plus conflictuel, l’Union européenne, qui doit parler et agir à 28, n’est pas avantagée.

L’accord qui se dessine entre la Chine et les Etats-Unis pour éviter une guerre commerciale risque, par exemple, de se faire à son détriment.

Négocié hors du cadre de l’OMC, il pourrait pénaliser certains Etats membres par rapport à d’autres, créer des distorsions…

Face à cela, la tentation de multiplier les « deals » bilatéraux, où chacun défend ses propres intérêts sans se soucier de ceux du voisin, est grande.

Déjà éprouvée par le Brexit, la crise migratoire et la montée des populismes, l’Union européenne fait sans doute face, avec l’America First, à l’un de ses plus grands défis.

Pour elle, resserrer les rangs, maintenir une cohésion, est plus que jamais une gageure, à l’heure où les thèses isolationnistes gagnent du terrain.

Elle n’a pourtant guère le choix. L’alternative, à savoir le chacun pour soi, garantit la réapparition d’écarts de financement prohibitifs en son sein et, à coup sûr, l’anéantissement de la reprise.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Élections européennes : entre le Brexit et la fragmentation politique 20/05/2019
Pour la plupart des observateurs, les élections européennes sont avant tout vues comme un bulletin de santé politique simultané de l’ensemble des pays de l’Union européenne. Les grandes tendances mises en évidence par les sondages ne devraient pas être démenties. Dans cet article, nous évoquons quelques-unes des conséquences possibles de ces élections sur l’équilibre des forces à Bruxelles et le déroulement des événements qui vont suivre.
Baisse des émissions de CO2 liées à la consommation d’énergie 10/05/2019
Dans l’Union européenne, les émissions de CO2 liées à la combustion d’énergies fossiles ont diminué de 2,5 % en 2018 par rapport à l’année précédente. Compte tenu de la croissance du PIB, cette baisse s’explique par une réduction de l’intensité énergétique, confirmant ainsi une tendance de long terme. Cependant, les différences sont grandes au niveau européen, bon nombre de pays ayant enregistré une hausse des émissions. De même, on note des écarts considérables en termes d’émissions par habitant selon le niveau de développement économique, même s’il ne s’agit que d’un facteur parmi d’autres.
L’intervention du FITD en faveur de Banca Tercas n’était pas une aide d’Etat 30/04/2019
Le Tribunal de l’Union européenne a annulé la décision de la Commission européenne qui qualifiait d’aide d’Etat les mesures de soutien accordées à Banca Tercas par le fonds de garantie des dépôts italien (FITD). A l’instar de l’imputabilité de l’intervention aux autorités italiennes, son financement au moyen de ressources d’Etat avait été insuffisamment démontré. Le coût des mesures de soutien était estimé inférieur à celui d’une mise en œuvre du dispositif de garantie des dépôts en cas de liquidation de Banca Tercas. Cette intervention, décidée volontairement par un consortium de banques en faveur de l’un de ses membres, avait donc pour objet de préserver leurs intérêts privés. En l’occurrence, ces derniers coïncidaient avec les intérêts publics. Les besoins en fonds propres de la banque italiene étant exclusivement comblés avec des ressources privées, cette intervention ne contourne ni le cadre prévu par la directive européenne BRRD ni les règles relatives aux aides d’Etat. Il ne s’agit donc pas d’une exception au principe du renflouement interne (bail-in).
Le soutien d’un IPS constitue-t-il une aide d’Etat ? 29/04/2019
Les actionnaires de la Norddeutsche Landesbank (NordLB) et l’association des caisses d’épargne allemande (DSGV) ont soumis pour accord aux autorités européennes une aide à la restructuration de NordLB de 3,6 milliards d’euros. Il est possible que la Commission européenne interprète ce plan comme une aide d’Etat, au motif qu’il ne mobilise que des ressources publiques. A défaut d’être compatible avec les règles du marché intérieur, ce plan pourrait être rejeté. Cela  ouvrirait la voie soit à la vente de l’établissement (et éventuellement sa privatisation), soit à sa mise en résolution. Selon nous, les critères d’interprétation de l’aide apportée à NordLB ne devraient pas se limiter à la seule nature des ressources mobilisées (certes publique) mais également à celle des contributeurs (ses actionnaires et le fonds de protection mutuelle S-Group). La législation européenne (CRR, BRRD) considère, en effet, les dispositifs d’entraide prévus par les systèmes de protection institutionnels (IPS) comme des mesures de redressement de nature privée. Finalement, le plan d’aide à NordLB offre, pour la première fois, l’occasion de s’interroger sur l’adéquation entre les règles européennes relatives aux aides d’Etat et l’existence d’IPS constitués de membres publics.
Immobilier de bureaux en Europe : quelles dynamiques de marché ? 29/03/2019
Le bureau reste la principale classe d’actifs en investissement immobilier, les deux tiers des volumes investis en Europe s’orientent en Allemagne, au Royaume-Uni et en France.
Exposition à la Chine et sentiment des exportateurs 22/02/2019
Compte tenu de son poids considérable dans le PIB mondial, le ralentissement de la croissance en Chine impacte le reste du monde. Au cours des 12 derniers mois, les pays les plus exposés à la Chine en termes d'exportations ont enregistré une baisse plus importante de l’évaluation des commandes à l'exportation. En Allemagne, on observe une corrélation étroite entre l'indice des directeurs d'achats chinois et l’évaluation des exportations dans le PMI allemand. Cela montre que l'Allemagne et, par extension, l'Europe dans son ensemble devraient espérer le succès des récentes mesures chinoises de soutien à la croissance.
Banques européennes : Accord politique sur les seuils minimums de couverture des expositions non performantes 13/02/2019
Le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne sont parvenus à un accord politique sur les seuils minimums de couverture des expositions non performantes des banques. A l’avenir, les nouvelles expositions devenues non performantes devront être intégralement couvertes par des provisions au plus tard neuf années après avoir été classées en tant que telles ; les seuils s’appliqueront au plus tôt deux ans après le classement de l’exposition en catégorie non performante. Le compromis accorde ainsi aux banques un délai supplémentaire, comparativement au calendrier proposé initialement, avant que les seuils ne commencent à s’appliquer. De même, le délai pour couvrir intégralement, par des provisions, les expositions devenues non performantes a été étendu. Les seuils minimums de couverture s’appliqueront uniquement aux expositions prises après la publication, au Journal officiel de l’Union européenne, de cet amendement au règlement sur les exigences en fonds propres (CRR[1]). La date du 14 mars 2018, qui avait été proposée par la Commission européenne, n’a finalement pas été retenue. Le classement des expositions, fondé sur la durée de l’arriéré de paiement, n’a pas non plus été retenu. En revanche, les prêts immobiliers ou garantis par des actifs immobiliers seront traités plus favorablement. Enfin, les renégociations et les abandons de créances sont encouragés. [1] Règlement (UE) n° 575/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013
Projection du prochain Parlement européen 09/01/2019
Les élections parlementaires européennes de mai 2019 marqueront le coup d’envoi d’un large processus de renouvellement au sein des institutions européennes. Par ailleurs, après le Brexit le Parlement européen ne comptera plus que 705 sièges, contre 751 actuellement. L’agrégation de sondages nationaux permet de réaliser des projections sur la composition de la future assemblée, qui doivent évidemment être considérées avec précaution. En ce début de janvier 2019, selon Poll of Polls, l’affaiblissement des partis dominants conservateurs et sociaux–démocrates pourrait être suffisamment marqué pour que les groupes du PPE et S&D ne soient plus en mesure de dégager, à eux seuls, une majorité au Parlement européen. Le groupe libéral/centriste (ADLE), si son renforcement se confirmait dans les urnes, espère dès lors devenir la force d’appoint qui permettra de forger les compromis. Selon ces projections, les groupes accueillant des élus eurosceptiques, souverainistes et nationalistes enregistreraient bien une poussée, renforçant ainsi leur influence. En particulier, le groupe nationaliste ENL (qui accueille les élus de la Lega italienne et du Rassemblement National français, notamment) serait au coude à coude avec celui des conservateurs et réformistes européens (PiS, Debout la France, N-VA…). Même unis, ils seraient toutefois loin d’être en mesure de former des majorités.
Union européenne : l’amélioration de la solvabilité des banques se poursuit 28/12/2018
Les plus grandes banques de l’Union européenne poursuivent le renforcement de leur solvabilité. Elles ont ainsi accru leur capacité à absorber un choc financier de grande ampleur et à résister à ses conséquences économiques par leurs propres moyens. Les ratios de fonds propres CET1 des grandes banques de l’UE sont supérieurs à ce qu’ils étaient lors des précédents tests de résistance de l’EBA, au début et à l’issue du choc, en dépit du caractère plus sévère de ce dernier. Les résultats obtenus par les différentes banques présentent des écarts significatifs. Ces derniers mettent en exergue des divergences de sensibilité au scénario défavorable en lien, notamment, avec la structure de leur portefeuille d’activités ou leur exposition internationale. Les résultats déterminent, en partie, le montant des potentiels fonds propres additionnels que pourraient avoir à constituer certaines banques dans le cadre du SREP
Les effets de la première adoption d’IFRS 9 sur les banques d’Europe du Sud 29/11/2018
Depuis l’adoption de la norme comptable internationale IFRS 9 le 1er janvier 2018, le modèle de dépréciation des actifs financiers se fonde sur la reconnaissance des pertes de crédit attendues. La graduation plus fine de la qualité des actifs sains, et tout spécialement l’introduction d’une catégorie intermédiaire, a entraîné des efforts de provisionnement supplémentaires conséquents, rognant les fonds propres des banques. Compte tenu d’un provisionnement déjà conséquent et de la qualité moyenne de leur portefeuille de prêts (quoique en amélioration depuis...), le coût de la transition vers IFRS 9 suscitait davantage d’interrogations pour les banques d’Europe du Sud. Celui-ci demeure supportable mais il est proportionnellement plus élevé pour les banques italiennes que pour les espagnoles et les portugaises. Ces écarts suggèrent un décalage dans le processus d’assainissement des bilans bancaires.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2141 articles et 562 vidéos