eco TV Week

Face à la crise du coronavirus, quelle place pour une « relance verte » ?

15/05/2020

Face à la crise du coronavirus, soutien aux économies et transition énergétique doivent se combiner plutôt que s’opposer.

Jean-Luc PROUTAT

TRANSCRIPT // Face à la crise du coronavirus, quelle place pour une « relance verte » ? : mai 2020

 Face à la crise, aujourd’hui sanitaire, demain, peut-être, économique et sociale, provoquée par l’épidémie de coronavirus, la tentation est forte, pour certains, de mettre entre parenthèses la question de la transition écologique, ceci afin de favoriser la reprise.

C’est ce qui vient de se passer aux États-Unis, où l’administration Trump a autorisé les entreprises à déroger, pour une durée indéterminée, aux règles de protection de l’environnement ; en Europe des voix se sont exprimées en faveur d’un assouplissement des normes antipollution.

Mais c’est aussi en Europe que, relayant l’appel de l’Eurodéputé Pascal Canfin, un large collectif de responsables politiques, de dirigeants d’entreprise, d’organisations non gouvernementales et d’associations s’est engagé pour une « relance verte » de l’économie.

La teneur du message est claire : l’effort public, absolument considérable, envisagé pour surmonter la crise du coronavirus n’a de sens que s’il évite de précipiter l’économie et la société vers un autre écueil, climatique celui-ci.

Et le collectif d’appeler les plans de relance à cibler l’investissement dans les énergies alternatives au carbone, la rénovation thermique des bâtiments, le raccourcissement des circuits d’approvisionnement, la préservation de la biodiversité, etc.

En France, on peut déjà noter que le soutien public aux filières du transport aérien ou de l’automobile se démarque de la position américaine, puisqu’il exige des contreparties écologiques. Récemment, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a rappelé que son « pacte vert » européen – un projet d’investissement de 1.000 milliards d’euros visant la neutralité carbone à l’horizon 2050 – répondait à un impératif qui ne disparaitrait pas avec le Covid-19.

Ce virus, qui est aussi celui de la division, aura finalement creusé le fossé, déjà grandissant, entre deux perceptions du monde. L’une, qui a déjà conduit les États-Unis à sortir des accords de Paris sur le climat, consiste à répondre aux enjeux globaux par des politiques volontiers nationalistes, souvent aussi cour-termistes. L’autre reste fidèle au principe du multilatéralisme qui, malgré ses limites, offre encore, pour ses partisans, les meilleures chances de surmonter pacifiquement les crises.

Dans l’immédiat, les appels à une transformation écologique des modes de production auront du mal à être perçus comme prioritaires. Le pétrole, le charbon et le gaz représentent encore 80% des sources d’énergie primaire dans le monde, une part à peu près stable et même en légère progression depuis vingt ans. Leur coût – qui vient au demeurant de chuter – autant que leur accessibilité font qu’ils restent un moteur essentiel de la croissance, notamment dans les pays émergents.

Pour autant, des alternatives existent ; la Chine est par exemple la première à investir dans le nucléaire ou le photovoltaïque ; l’Europe parvient à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, pas seulement en éloignant ses activités les plus intensives en carbone, mais aussi en augmentant son recours aux énergies renouvelables. Tout le mérite de l’action collective en faveur d’une « relance verte » est bien de vouloir consolider ces tendances, à un moment où la gravité des circonstances peut les décourager.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Covid-19 et les perspectives d’inflation : une approche monétaire 22/07/2020
Dans ce premier épisode, William De Vijlder nous révèle que la crainte d’une augmentation de l’inflation est actuellement la préoccupation première de ses interlocuteurs. Pour contrer les effets négatifs de la pandémie sur l’économie, les banques centrales ont assoupli leur politique monétaire, augmentant la taille de leur bilan et injectant massivement des liquidités dans le système. Pour les tenants du monétarisme (« Ecole de Chicago », dont Milton Friedman est le fondateur), cette augmentation de la masse monétaire est à l’origine même de l’inflation. Cette théorie se vérifiera-t-elle dans le contexte économique actuel ?
Covid-19 et les perspectives d’inflation dans l’économie réelle 22/07/2020
Dans ce deuxième épisode, William De Vijlder s’intéresse à l’économie réelle pour traquer les facteurs pouvant générer de l’inflation. Nous apprenons à différencier inflation globale et inflation sous-jacente (core inflation). L’inflation sous-jacente, soumise aux tensions liées au marché du travail et au marché des biens et services, mais aussi aux anticipations inflationnistes, peut-elle causer l’accélération de l’inflation dans le contexte actuel ? William De Vijlder examinera également la question du choc d’offre et de la perturbation des chaînes de valeur globale provoqués par la pandémie. Nous verrons comment la modification de ces chaînes de valeur pourrait produire de l’inflation.
L’inflation, la perception de l’inflation et les anticipations inflationnistes : des choses très différentes 22/07/2020
William De Vijlder s’intéresse aux aspects psychologiques à l’œuvre dans l’inflation dans ce dernier épisode. Nous verrons qu’inflation, perception de l’inflation et anticipations inflationnistes sont des notions très différentes. William De Vijlder confronte également prix relatifs et prix absolus et montre comment la pandémie de Covid-19 a affecté les prix et la nature de la demande. Enfin, il s’interroge sur l’impact que pourrait avoir la pandémie sur la politique monétaire des banques centrales dans les années à venir.
Mesures de soutien et de relance dans les pays émergents et développés 10/07/2020
Pour répondre à la crise économique les autorités politiques et monétaires mettent en place des mesures dédiées dont certaines ont surpris favorablement. Les banques centrales des pays émergents ont commencé timidement à faire de l’assouplissement quantitatif, tandis que les grandes banques centrales des pays développés y ont à nouveau recours massivement.
Masse monétaire et risque inflationniste 10/07/2020
Les injections massives de liquidités dans les marchés monétaires et obligataires par les banques centrales font craindre – en théorie du moins – une résurgence de l’inflation. Qu’en est-il ? Par ailleurs, l’ampleur annoncée de l’assouplissement quantitatif des différentes banques centrales et les perspectives d’inflation, ne permettent pas d’envisager une normalisation de leurs bilans à court terme.
Les perspectives de reprise pour les mois à venir 10/07/2020
Les indicateurs d’activité et de confiance suggèrent un rebond qui pourrait donner l’illusion d’une situation économique meilleure qu’attendue. Face aux nombreuses incertitudes, la reprise devrait être graduelle.
Covid-19 : mesures prises par les banques centrales, les gouvernements et les institutions internationales 17/06/2020
La pandémie de Covid-19 a suscité des réactions importantes en termes de politique économique afin d’en atténuer les conséquences pour l’économie. Ce document passe en revue les mesures prises par les banques centrales et les gouvernements d’un large nombre de pays, de même que celles prises par des institutions internationales. Ce document reprend les mesures jusqu’au 15 juin. Il sera mis à jour régulièrement.  
Covid-19, chômage, capital humain et bilan des ménages 28/05/2020
Dans ce premier épisode, William De Vijlder s’intéresse au capital des ménages en mettant en balance leur actif et leur passif. Nous verrons aussi comment la notion de perte du capital humain s’impose comme primordiale dans un environnement économique bouleversé (détérioration du marché du travail…).
Un dilemme pour les entreprises : réduire la dette ou investir ? 28/05/2020
Ce deuxième épisode est consacré aux sociétés non financières. En plus d’avoir un impact considérable sur leurs actifs à court terme (trésorerie…) et à long terme (nécessité de revoir leur structure pour s’adapter à de nouveaux modes de fonctionnement), la crise du Covid-19 a contraint les entreprises à lourdement s’endetter. Face à cet endettement, quelles vont être leurs priorités : réduire leur dette ou investir ?
Y a-t-il une limite à l’augmentation toujours accrue du bilan des banques centrales ? 28/05/2020
Les banques centrales ont joué un rôle clé pour soutenir l’économie au cours de la récession induite par la pandémie. Pour assurer ce rôle, elles ont accru la taille de leur bilan. William De Vijlder nous explique les mécanismes régissant l’accroissement de ce bilan. Y a-t-il une limite à cette expansion ? Il nous éclairera également sur la notion de financement monétaire direct.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2485 articles et 640 vidéos