eco TV Week

France : baisse préoccupante de la confiance des ménages

30/11/2018

La confiance des ménages français a accusé une baisse importante en novembre. Elle reflète leurs inquiétudes vis-à-vis de leur pouvoir d’achat, inquiétudes exacerbées par la forte hausse du prix des carburants jusqu’en octobre sur fond d’alourdissement de leur fiscalité.

Hélène BAUDCHON

TRANSCRIPT // France : baisse préoccupante de la confiance des ménages : novembre 2018

La confiance des ménages français a accusé une baisse importante en novembre. Elle reflète leurs inquiétudes vis-à-vis de leur pouvoir d’achat, inquiétudes exacerbées par la forte hausse du prix des carburants jusqu’en octobre sur fond d’alourdissement de leur fiscalité. La baisse de la confiance surprend tout de même par son ampleur, avec un recul de 3 points, ce qui est beaucoup pour cet indicateur. Cette chute s’explique par la forte dégradation du jugement des ménages sur l’opportunité de faire des achats importants, les perspectives d’évolution du niveau de vie en France et celles du chômage.

La forte hausse des craintes des ménages concernant le chômage est déroutante car elle ne cadre pas avec la grande majorité des autres indicateurs du marché du travail qui renvoient un signal positif, celui d’une situation qui continue de s’améliorer, il est vrai de manière peu flagrante. Ce qui explique peut-être pourquoi cette amélioration n’a pas plus d’effet sur la confiance des ménages.

Cette hausse des craintes des ménages concernant l’évolution du chômage n’est pas non plus un signal isolé : elle s’ajoute à la nette détérioration, en octobre et novembre, du sentiment des chefs d’entreprises du secteur des services, dont témoigne la baisse des soldes d’opinion relatifs aux effectifs passés et prévus dans l’enquête de l’INSEE sur le climat des affaires.

Si l’on en revient à la confiance des ménages, leur jugement sur leur situation financière personnelle future ne s’est, en revanche, que peu dégradé. Et celui sur leur situation financière passée s’est même légèrement amélioré, pour le deuxième mois d’affilée. Nous sommes tentés d’y voir un effet positif des allègements fiscaux effectifs en octobre (baisse de la taxe d’habitation et des cotisations sociales salariales), qui ont pu atténuer l’effet négatif de la hausse du prix des carburants.

Mais ce détail moins négatif de l’enquête ne minimise pas la mauvaise nouvelle du résultat global et de ses ressorts. De plus, la baisse marquée du moral des ménages en novembre n’est pas un point isolé : elle s’inscrit dans une tendance baissière amorcée fin 2017. En baisse cumulée de 13 points, l’indicateur de confiance atteint aujourd’hui 92, son plus bas niveau depuis début 2015 et très en deçà de sa moyenne 100 de longue période.

Au passage, le décalage problématique qui existait entre la confiance des ménages et leur consommation s’est réduit. Mais c’est mauvais signe que la réconciliation se soit faite par la baisse de la confiance et non par une élévation de la consommation. Le tout n’est pas vraiment de bon augure pour la croissance au quatrième trimestre. Merci de votre attention et à la semaine prochaine pour vos deux minutes d’économie.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

La faiblesse des taux d’intérêt est-elle durable ? 11/12/2018
Les taux d’intérêt restent très bas en France, une situation qui devrait durer.
10/12/2018
Bonne tenue de l’activité en octobre 07/12/2018
Hormis la confiance des ménages qui a chuté en novembre, surprenant à nouveau défavorablement les attentes et se situant toujours très en-deçà de sa moyenne, le bilan des autres indicateurs conjoncturels disponibles à ce jour est positif.
12/11/2018
L’hypothétique retour de l’inflation : le cas de la France 08/11/2018
À un peu plus de 2% sur un an, l’inflation en France est au plus haut depuis début 2012. Elle n’est, pour autant, pas de retour à proprement parler. Il manque pour cela une remontée plus franche de l’inflation sous-jacente. Celle-ci devrait prendre forme mais ne peut être tenue pour acquise.
France : une illustration de l'interdépendance des réformes 05/11/2018
Les Macronomics, appellation regroupant l’ensemble des réformes structurelles et mesures de politique budgétaire mises en œuvre par Emmanuel Macron et son gouvernement, suivent une double logique de « libérer et protéger » les entreprises et les individus afin de stimuler la croissance et l’emploi. Le cœur de l’action passe par un soutien de l’offre, secondé par un soutien de la demande. Ces Macronomics sont menés sur plusieurs fronts simultanément, chaque bloc (marché du travail, entreprises, pouvoir d’achat des ménages, intervention de l’Etat et Grand Plan d’Investissement) interagissant avec les autres dans une interdépendance forte. Certaines de ces réformes sont en vigueur (code du travail, fiscalité), d’autres viennent d’être votées (loi Avenir professionnel, loi PACTE) et d’autres encore sont en cours d’élaboration (réforme de l’Etat, réforme des retraites). Si l’on peut attendre de ces réformes des effets positifs significatifs, ceux-ci se feront sentir sur le long terme.   Pour aller plus loin : Lire l'article d'Hélène Baudchon : France : premier aperçu du budget 2019
France : Estimation de l'écart de production en temps réel 31/10/2018
Positionner l’économie dans son cycle est un exercice nécessaire mais entouré d’incertitudes tenant à la difficulté d’estimer l’écart de production, qui est l’indicateur de référence. La mobilisation de différents indicateurs de tensions issus des enquêtes de l’INSEE (taux d’utilisation des capacités de production et soldes d’opinion relatifs au manque de main-d’œuvre et à l’insuffisance de la demande dans l’industrie, les services et le bâtiment) permet de contourner ces écueils et de construire une mesure directe et en temps réel de l’écart de production et, autre avantage, peu sujette à révision.   Cette approche alternative reproduit bien l’écart de production tel qu’estimé par la Commission européenne, ce qui amène à considérer son évolution récente comme donnant une indication plus juste du degré d’avancement du cycle : en l’occurrence, celui-ci serait plus avancé que ce qu’indique l’écart de production traditionnel. Et la version trimestrielle donne même des signes de plafonnement, qui pourraient être annonciateurs, non pas de la fin du cycle, mais de son possible point haut.
Rebond en vue 19/10/2018
Encore timides il y a un mois et demi, les signes du rebond attendu de la croissance au troisième trimestre sont plus nets aujourd’hui. Hormis la confiance des ménages (qui a surpris à la baisse et se situe en dessous de sa moyenne), les autres indicateurs portant sur le troisième trimestre (climat des affaires, production et consommation) ont surpris favorablement et se situent au-dessus de leur moyenne.
17/10/2018
Croissance soutenue de l'intérieur 17/10/2018
Après un accès de faiblesse marqué au premier semestre 2018, la croissance française devrait reprendre quelques couleurs, en dépit d’un environnement économique mondial moins porteur. Les baisses d’impôts et les revalorisations de minima sociaux programmées pour la fin de l’année devraient soutenir la consommation des ménages. L’impact positif perdurerait en 2019, qui marquerait un ralentissement somme toute limité. D’autres mesures de soutien budgétaire sont prévues, tandis que les premiers effets des réformes du marché du travail et de la loi PACTE pourraient se faire sentir.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1959 articles et 543 vidéos