eco TV Week

France : deuxième étape de la stratégie de sortie de crise

17/09/2021

Alors que la reprise économique se confirme, une nouvelle étape de la stratégie de sortie de crise peut s’enclencher pour poursuivre le retrait progressif du filet de sécurité des mesures d’urgence.

Hélène BAUDCHON

TRANSCRIPT // France : deuxième étape de la stratégie de sortie de crise : septembre 2021

Alors que la reprise économique se confirme, une nouvelle étape de la stratégie de sortie de crise peut s’enclencher pour poursuivre le retrait progressif du filet de sécurité des mesures d’urgence. Pour rappel, la première étape avait été amorcée en mai. Elle prévoyait, pour les secteurs les plus affectés par la crise sanitaire, une diminution par paliers, de juin à août, du montant de l’aide versée dans le cadre du fonds de solidarité et, du côté du chômage partiel, une augmentation, également par paliers, du reste à charge pour les entreprises.

La deuxième étape concerne notamment le fonds de solidarité, qui est prolongé en septembre (mais il faudra aussi justifier d’un minimum d’activité) avant d’être supprimé en octobre (sauf en outre-mer où la situation sanitaire impose encore des fermetures administratives). Une prise de relais est toutefois prévue via l’élargissement du dispositif de remboursement des frais fixes. Septembre marque aussi la fin des aides au paiement des cotisations sociales. Du côté du chômage partiel, les secteurs toujours très perturbés par la situation sanitaire continueront de bénéficier d’un reste à charge nul. Une nouvelle clause de revoyure (après celle de fin août) est déjà fixée pour début novembre.

La fin programmée du « quoi qu’il en coûte » ne doit pas inquiéter outre-mesure. L’urgence est passée, la mise sous perfusion a été efficace et l’économie, dans son ensemble, n’en a plus besoin. De plus, l’arrêt n’est pas total : certains dispositifs globaux (frais fixes, PGE) ainsi que des mesures sectorielles restent en place.

Ensuite, il y a le soutien du plan France Relance qui prend le relais. 40 milliards d’euros sont déjà engagés sur le total de 100 milliards prévus sur 2 ans et l’objectif pour cette année a été rehaussé, de 50 à 70 milliards engagés. Le gouvernement recense de nombreux effets microéconomiques positifs de ce plan, notamment sur la rénovation énergétique des logements privés, les achats de véhicules moins polluants, les investissements industriels et l’apprentissage. Au niveau macroéconomique, on peut probablement aussi attribuer une partie du dynamisme de la reprise et de l’emploi à la montée en charge du plan de relance.

Enfin, un nouveau plan d’investissement, en capital physique comme humain, ciblé sur les secteurs industriels d’avenir et stratégiques, est en cours de préparation. Sa présentation détaillée est attendue en octobre. Son enveloppe s’élèverait à 20-30 milliards d’euros sur 5 ans. Il prendrait la suite des mesures plus globales et hétéroclites de France Relance pour préparer la France de 2030 et faire émerger les champions de demain. Merci de votre attention et à la semaine prochaine pour un nouveau numéro d’EcoTV week.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Croissance forte 08/10/2021
Le PIB français a progressé de façon significative de 1,1% t/t au T2 2021. L’impact négatif du confinement d’avril a été très limité et l’activité s’est nettement redressée en juin. La croissance au T3 atteindrait 2,2% t/t, portée par l’élan hérité du T2 mais freinée par les contraintes d’offre à l’œuvre. Dans les enquêtes sur le climat des affaires, l’optimisme reste de mise mais il s’est tempéré depuis juin. Au T4, le PIB comblerait quasiment le dernier point de pourcentage manquant pour revenir à 100% de son niveau d’avant-crise. En moyenne annuelle, la croissance s’élèverait à 6,3% en 2021. En 2022, elle se normaliserait mais resterait soutenue par l’impulsion budgétaire. La situation sanitaire continue de constituer un aléa baissier auquel s’ajoutent la poussée d’inflation et les craintes sur l’ampleur du ralentissement chinois. La croissance pourrait aussi surprendre favorablement grâce au surplus d’épargne disponible des ménages, à la situation financière globalement préservée des entreprises et aux mesures de relance budgétaire.
Remontée de la confiance en septembre malgré celle de l’inflation 04/10/2021
Cela faisait quelques mois que ce n’était pas arrivé : en septembre, les enquêtes sur le climat des affaires de l’INSEE et de Markit n’ont pas évolué dans le même sens. L’indice composite de l’INSEE s’est légèrement redressé (de 1 point, à 111) tandis que le PMI composite a poursuivi son effritement (en perdant un nouveau point, à 55). La baisse du PMI manufacturier se fait plus nette.
08/09/2021
Optimisme plus tempéré 30/08/2021
D’après la première estimation de l’INSEE, le PIB français a progressé de 0,9% t/t au T2 2021. Ce résultat est légèrement meilleur qu’attendu : nous tablions sur 0,8% et l’INSEE sur 0,7%. La croissance française est, certes, nettement moins élevée que celle de la zone euro (2% t/t) ou des États-Unis (1,6% t/t) mais il s’agit tout de même d’un bon chiffre compte tenu des circonstances. Il est, en effet, significativement positif malgré le troisième confinement d’avril.
Marché du travail français : les signes de retour à meilleure fortune sont-ils déjà là ? 25/08/2021
Pour juger du retour à meilleure fortune du marché du travail français, on peut s’appuyer sur les deux indicateurs retenus par le gouvernement dans le cadre de la réforme en cours de l’assurance-chômage : 1/ le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A doit avoir diminué d’au moins 130 000 sur 6 mois ; 2/ les déclarations d’embauche de plus d’un mois (hors intérim) doivent, concomitamment, dépasser les 2,7 millions cumulés sur 4 mois glissants. En juin 2021, le double critère d’amélioration est satisfait. C’est moins une surprise pour les déclarations d’embauche que pour les inscriptions à Pôle emploi, la barre semblant plus facile à franchir pour les premières que pour les secondes. Ce premier signal positif[1] doit encore s’inscrire dans la durée mais cela semble en bonne voie. Cette bonne nouvelle s’ajoute à celle de l’emploi salarié privé – déjà revenu, au T2 2021, à son niveau d’avant-crise du T4 2019 – et à celle du taux de chômage – qui n’a pas connu l’envolée crainte après la crise de la Covid-19 et se situe également, à 8% au T2 2021, à son niveau d’avant-crise, lui-même à un plus bas depuis 2008. Ces bons résultats sont, en grande partie, à mettre sur le compte des mesures d’urgence prises pour amortir la crise. Une remontée future du taux de chômage ne peut être exclue mais, a priori, la situation devrait continuer de s’améliorer, portée par le rebond de la croissance et le plan France Relance.   [1] Le signal positif du point d’octobre 2020 est factice et éphémère car reposant sur un effet de base favorable.
06/07/2021
Belle embellie 06/07/2021
Au regard des enquêtes sur le climat des affaires en mai et juin, le rebond de l’économie française, au sortir du troisième confinement, est plus vigoureux que prévu. Nous avons rehaussé notre prévision de croissance au T2, d’un chiffre frôlant zéro à presque 1% t/t. Au T3, le rebond mécanique porterait la croissance à environ 3% t/t. Elle refluerait ensuite, l’effet de rattrapage se dissipant, mais resterait élevée, soutenue par l’impulsion budgétaire. Le revers de la médaille du redressement vigoureux de la demande est la mise sous tension de l’offre. Les contraintes d’approvisionnement, la hausse des prix des intrants, les difficultés de recrutement qui en découlent sont autant de points de friction pouvant freiner la reprise. Sur l’ensemble de 2021, la croissance s’élèverait à 6% en moyenne (une prévision optimiste, un demi-point au-dessus du consensus de juin 2021) et elle resterait forte en 2022 (4,6%). Les risques économiques sont équilibrés : le déblocage de l’épargne forcée accumulée reste un aléa haussier tandis que les tensions sur l’offre et certains prix constituent un aléa baissier. Si l’épidémie de Covid-19 a fortement reculé, l’aléa sanitaire n’a toutefois pas disparu du fait de la circulation accrue des variants.
Le climat des affaires à un plus haut depuis l’été 2007 28/06/2021
Notre baromètre continue de faire état d’une nette amélioration de la situation conjoncturelle française ces derniers mois par rapport aux trois mois précédents : la zone en bleu déborde en effet largement celle en pointillés au niveau des indicateurs d’activité, et elle dépasse ou est très proche de l’hendécagone gris délimitant la valeur moyenne de long terme au niveau des enquêtes de confiance. S’agissant des données d’activité, comme il y a un mois, l’amélioration repose toutefois sur un effet de base très favorable.
France : un vent d’optimisme souffle sur la conjoncture 18/06/2021
Au regard des indicateurs conjoncturels disponibles à la mi-année, l’économie française est en train de rebondir vigoureusement au sortir du troisième confinement. Il y a bien quelques chiffres négatifs au tableau. Mais il s’agit des données d’activité du mois d’avril, qui portent, pour la plupart, la trace du confinement.
16/06/2021

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1586 articles et 280 vidéos