eco TV Week

Indonésie : une croissance solide mais insuffisante

21/02/2020

La croissance économique indonésienne a légèrement ralenti à 5% en 2019. Un rythme proche de son potentiel mais très insuffisant pour augmenter sensiblement le niveau de revenu de la population. Sans réformes d’envergure, l’Indonésie pourrait devenir vieille avant de devenir riche.

Johanna MELKA

TRANSCRIPT // Indonésie : une croissance solide mais insuffisante : février 2020

En 2019, la croissance économique indonésienne a légèrement ralenti à 5% alors qu’elle s’établissait à 5,2% il y a un an. Ce résultat est plutôt satisfaisant compte tenu du contexte économique international.

L’Indonésie, a confirmé au cours des cinq dernières années sa capacité de résistance aux chocs internationaux. Sa croissance est restée solide et ses fondamentaux macroéconomiques sont restés robustes.

Derrière ces bons résultats, se cache une réalité plus nuancée. La croissance est aujourd’hui insuffisante pour augmenter sensiblement le niveau de revenu de la population qui reste bien inférieur à ce qui prévaut dans les autres pays d’Asie du sud-est, comme la Thaïlande et la Malaisie. En effet, même si le taux de pauvreté a été diminué par deux en vingt ans pour atteindre moins de 10% de la population, les inégalités ont augmenté et la classe moyenne est inférieure à 25% de la population selon les critères définis par la banque mondiale. L’Indonésie ne parvient pas à profiter pleinement de son formidable avantage démographique. Elle pourrait devenir vieille avant d’être devenue riche. Selon la banque mondiale elle aurait dix ans pour agir.

Les principales contraintes structurelles qui pèsent sur la croissance sont :

  • La concentration de l’emploi dans l’agriculture
  • Le faible niveau d’éducation de la population en dépit de la hausse des dépenses
  • La faible part du travail des femmes dans la population active
  • Importants besoins en infrastructure
  • Contraintes institutionnelles.

Dans ce contexte, le président Widodo, réélu en avril dernier pour cinq ans a réaffirmé sa volonté de réformer le pays. Plusieurs lois seront présentées au parlement au cours de l’année 2020. La loi sur le travail est la plus controversée d’entre elles. En assouplissant les règles qui régissent le marché du travail indonésien, elle pourrait permettre d’attirer davantage les investissements directs étrangers. En effet, contrairement aux autres pays d’Asie du Sud-Est et notamment au Vietnam, l’Indonésie a vu son stock d’IDE rapporté au PIB diminuer au cours des cinq dernières années. Le manque d’IDE réduit les transferts de technologie mais rend aussi le pays dépendant aux capitaux volatiles pour assurer le financement de son économie.

Parvenir à faire adopter cette loi ne sera pas aisé même si le président Widodo bénéficie aujourd’hui d’une plus grande majorité au parlement qu’il y a cinq ans. Même au sein de son propre parti, les oppositions restent fortes.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Indonésie : consolidation des comptes extérieurs depuis le début du T4 2018 17/04/2019
Au cours des six derniers mois, la roupie s’est appréciée de plus de 7% face au dollar (14 085 roupies pour un dollar US au 16 avril 2019), soit seulement 2% de plus qu’il y a un an. Dans le même temps, les réserves de change ont augmenté (+USD 9 mds) pour renouer avec des niveaux très proches de ceux qui prévalaient il y a un an. Elles restaient suffisantes pour couvrir les besoins de financement à court terme du pays (1,3 fois) bien que ceux-ci aient sensiblement augmenté en 2018 conjointement à la forte hausse du déficit courant. Même si les statistiques de commerce extérieur laissent envisager une forte baisse du déficit courant au T1 2019, l’amélioration des comptes extérieurs depuis six mois reflète principalement le retour des investissements de portefeuille. Mais cette consolidation reflète aussi la dépendance du pays aux capitaux volatils. En effet, malgré les réformes, les investissements directs étrangers restent faibles et ont baissé en 2018 pour n’atteindre que 1,9% du PIB. Un des principaux défis du futur gouvernement sera de parvenir à être plus attractif.  
Une marge de croissance encore à exploiter 04/05/2018
A court terme, le principal risque pour l’économie est le durcissement de la politique monétaire américaine qui pourrait générer des tensions à la baisse sur la roupie. A moyen terme, c’est celui que l’Indonésie reste durablement un pays à revenus intermédiaires (« middle income trap »). Le premier risque est a priori modéré. En effet, les fondamentaux macroéconomiques se sont consolidés au cours des cinq dernières années et la vulnérabilité extérieure, notamment, a sensiblement diminué.  Le second risque est plus élevé. Pour devenir un pays à « revenus supérieurs », l’Indonésie doit suivre le modèle coréen en développant son secteur manufacturier. Or, les déficiences en infrastructures et le faible niveau de qualification de la population sont autant de facteurs qui pèsent sur son développement et sur son intégration dans les chaînes de valeur mondiales. Néanmoins, depuis l’arrivée du président Widodo au pouvoir en 2014, de nombreuses réformes ont été entreprises. Sa réélection en 2019 permettrait de poursuivre dans cette voie.
Indonésie : légère baisse des réserves de change en février 14/03/2018
En février, des tensions sur la roupie indonésienne sont apparues et les interventions de la banque centrale pour stabiliser le cours de sa monnaie se sont traduites par une baisse des réserves de change de USD 4 mds. Dans le même temps, les rendements sur les obligations d’Etat ont augmenté (+70 pb). La légère défiance des investisseurs étrangers constatée depuis le mois de février n’est pas une source d’inquiétude. Les fondamentaux macroéconomiques de l’Indonésie sont bons et la vulnérabilité extérieure du pays est bien moindre qu’en 2013. En effet, fin février les réserves de change atteignaient USD 121 mds, soit l’équivalent de près de 9 mois d’importations, et couvraient 1,8 fois les besoins de financement à court terme du pays. La banque centrale reste engagée dans sa politique de stabilisation de la roupie et pourrait accroître ses taux directeurs même si les pressions inflationnistes restent contenues (+3,2% en g.a. en février).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2485 articles et 640 vidéos