eco TV Week

Italie : forte baisse du résultat net des banques au premier trimestre 2022

10/06/2022

Sur fond de guerre en Ukraine et de ralentissement prononcé de l’activité économique, la rentabilité financière des grandes banques italiennes s’est sensiblement repliée au premier trimestre 2022. La hausse du coût du risque a effacé l’effet de ciseaux positif de l’augmentation du produit net bancaire et de la baisse des dépenses courantes. Les ratios des prêts non performants demeurent néanmoins à des niveaux historiquement faibles tandis que les ratios de fonds propres se maintiennent à des niveaux historiquement élevés.

Thomas HUMBLOT

TRANSCRIPT // Italie : forte baisse du résultat net des banques au premier trimestre 2022 : juin 2022

Sur fond de guerre en Ukraine et de ralentissement prononcé de l’activité économique, la rentabilité financière des grandes banques italiennes s’est sensiblement repliée au premier trimestre 2022. La hausse du coût du risque a en effet effacé l’effet de ciseaux positif de l’augmentation du produit net bancaire et de la baisse des dépenses courantes. Les ratios des prêts non performants demeurent néanmoins à des niveaux historiquement faibles tandis que les ratios de fonds propres se maintiennent à des niveaux historiquement élevés.

Les conséquences économiques de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la persistance des goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement, le retour de l’inflation, et plus particulièrement la hausse des prix de l’énergie, la hausse des taux d’intérêt et la levée progressive des mesures de soutien public ont contrarié la reprise économique naissante après le reflux de la pandémie de COVID-19. Dix des plus grandes banques italiennes, qui représentent environ 80% de l’ensemble du système bancaire italien par les fonds propres CET1, ont ainsi enregistré, en moyenne, une baisse de près de 40% de leur résultat net entre le premier trimestre 2021 et le premier trimestre 2022. Leur rentabilité financière est ainsi passée de 8,4% au premier trimestre 2021 à 4,9% au premier trimestre 2022.

Les banques italiennes étaient pourtant parvenues à accroître leur produit net bancaire de 2% et à réduire leurs dépenses courantes de 2%. Cet effet de ciseaux positif a toutefois été entièrement occulté par l’augmentation de presque 50 % de leur coût du risque entre le premier trimestre 2021 et le premier trimestre 2022. La situation de certains emprunteurs, souvent déjà durement frappés par les conséquences de la pandémie de COVID-19, s’est encore détériorée. Elle s’est notamment traduite par une hausse du flux de nouveaux prêts non-performants et par une augmentation du risque de crédit du stock de prêts performants.

Pour l’heure, les ratios des prêts non-performants apparaissent plutôt modérés, en particulier après la décrue observée en 2021. Les plans de cessions et de titrisations ont certes ralenti depuis la période qui précédait la pandémie. Pour autant, la poursuite de ces opérations a permis aux ratios des prêts non-performants des grandes banques italiennes de reculer de nouveau, de 4,6% en moyenne au premier trimestre 2021 à 3,4% au premier trimestre 2022. Enfin, le ratio CET1 des plus grandes banques italiennes s’établissait à 14,2% au premier trimestre 2022 soit un niveau très confortable au regard des exigences règlementaires et qui demeure historiquement élevé. Pour mémoire, ce même ratio de solvabilité s’élevait à 15,4% au premier trimestre 2021. Ce léger repli s’explique principalement par la reprise des versements de dividendes et des rachats d’actions dans le contexte d’un effort de provisionnement accru.

Surtout cela ne remet pas en cause, à nos yeux, la capacité des banques italiennes à passer le cap difficile de l’année 2022, marquée par le ralentissement de l’activité et la résurgence de l’inflation.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Attention à la rechute 10/07/2022
Si le PIB italien s’est maintenu au T1 (+0,1% t/t), notre baromètre indique clairement un assombrissement des perspectives économiques. Tandis que l’inflation s’est encore accentuée en juin, passant de 7,3 % à 8,5 % a/a, l’activité industrielle marque le pas : à 50,9, et bien que toujours en zone d’expansion, l’indice PMI manufacturier recule pour le septième mois consécutif en juin (-11,9 pts en baisse cumulée).
Une reprise de meilleure qualité dans un monde plus complexe 29/06/2022
À la différence des précédentes récessions, l’économie italienne a déjà rattrapé le terrain perdu en 2020. L’acquis de croissance pour 2022 s’élève à 2,6 % après que le PIB ait progressé de 0,1% au T1 2022. En glissement annuel, la croissance a dépassé les 6 %. La valeur ajoutée du secteur de la construction a continué de croître, l'activité manufacturière a reculé et l’activité dans les services a continué de stagner. La reprise économique est principalement tirée par la vigueur de l'investissement. La consommation privée a décliné, les ménages italiens demeurant extrêmement prudents. Les importations ont connu une forte hausse, ce qui a ramené le solde courant en territoire négatif. En 2021, la reprise économique a été moins soutenue dans les régions du Sud du pays.
La conjoncture s’assombrit nettement 12/06/2022
La dégradation des enquêtes sur le climat des affaires s’est poursuivie en mai, en particulier dans le secteur manufacturier, bien que la production industrielle ait résisté en avril. Cette dernière a progressé de 1,6% m/m, atteignant son niveau le plus élevé depuis décembre 2007. Le PMI manufacturier a néanmoins chuté de 2,6 points en mai, à 51,9. C’est son sixième mois de baisse consécutive.
Italie : Le ratio des prêts nouvellement non-performants des SNF repart à la hausse 31/05/2022
Les flux des prêts nouvellement non-performants des sociétés non financières (SNF)[1] italiennes représentaient 2,4% de l’encours des prêts performants au quatrième trimestre 2021 contre 1,4% au troisième trimestre 2021. Partant d’un niveau historiquement faible, la hausse très sensible de ce ratio[2] est imputable aux flux des prêts nouvellement non-performants qui ont augmenté de 67% au quatrième trimestre 2021 tandis que l’encours des prêts performants demeurait relativement stable. La hausse du ratio des prêts nouvellement non-performants a été plus marquée dans certains secteurs (hébergement-restauration, construction, production et distribution d’électricité et de gaz, industries extractives). Le retrait progressif des mesures de soutien introduites en réponse à la pandémie de COVID-19 (moratoires et garanties publiques apportées aux prêts) explique dans une large mesure la détérioration de la solvabilité de certaines SNF. Comme il est mentionné dans le dernier rapport de stabilité financière de la Banque d’Italie[3], la fin des moratoires a tout particulièrement contribué à révéler les fragilités de certaines SNF. La part de celles dont les moratoires sont arrivés à expiration représentait ainsi plus de 40% des flux des prêts nouvellement non-performants au quatrième trimestre 2021 contre moins de 20% au deuxième trimestre 2021. A l’inverse, la proportion des SNF qui bénéficiaient toujours de moratoires s’est repliée, passant de plus de 50% à environ 35% durant cette même période. Les conséquences de la guerre en Ukraine, et plus particulièrement les effets de second tour, la persistance des goulets d’étranglement sur les chaînes d’approvisionnement, le retour de l’inflation et la remontée des taux d’intérêt sont de nature à accentuer la hausse des ratios des prêts nouvellement non-performants au cours des prochains trimestres. Les banques italiennes disposent toutefois de ratios CET1 et d’une capacité d’absorption des pertes sensiblement supérieurs aux niveaux qui prévalaient en 2012-2013 tandis que la dégradation du risque demeure pour l’heure sans commune mesure avec celle qui avait alors été observée. [1] Et des entrepreneurs individuels (famiglie produttrici). [2] Ce ratio calculé par la Banque d’Italie rapporte les flux trimestriels annualisés des prêts nouvellement non-performants en proportion de l’encours des prêts performants du trimestre précédent. [3] Bank of Italy, 2022, Financial Stability Report, April
Baisse de régime dans l’industrie 22/05/2022
L’économie italienne a démarré l’année 2022 sur un recul, le PIB réel se contractant de 0,2% t/t au T1. L’activité du pays est fortement affectée par la guerre en Ukraine ainsi que par les perturbations durables sur les échanges de biens mondiaux. Deux événements qui impactent davantage les économies avec un socle industriel important, comme l’Italie. L’inflation, qui a atteint 6,3% a/a en avril (en baisse par rapport au mois précédent à 6,8% a/a) pèse également très significativement sur le moral des ménages. Selon la Commission européenne, la confiance des consommateurs est remontée très légèrement en avril (la balance d’opinion a grimpé de 1,9 point, à -22), mais a atteint en mars un plus bas depuis janvier 2014.
L’envolée de l’inflation va se poursuivre 18/04/2022
L’inflation en Italie a atteint 6,7% a/a en mars, le niveau le plus élevé depuis juillet 1991. À la hausse spectaculaire de 50,9% sur un an des prix de l’énergie (électricité, gaz, carburant) s’ajoutent désormais les augmentations importantes des prix des produits alimentaires (+5,8% a/a), de l’ameublement (+8% a/a), ainsi que de l’hôtellerie-restauration (+4,6% a/a). Deux postes de consommation restent encore en terrain déflationniste : l’éducation (-0,5% a/a) et les services de communication (-2,9% a/a). Le plus dur est néanmoins à venir : la dernière enquête PMI pour le mois de mars montre une augmentation encore une fois très nette des prix des intrants, la plus forte jamais enregistrée (+6,7 points à 81,5). Cela se répercutera sur les prix à la consommation, cet indice PMI étant en effet très bien corrélé à l’IPC. 
Ralentissement dans un scénario plus incertain 14/04/2022
Au T4 2022, le PIB réel a crû de 0,6%, après une hausse de +2,7% au T2 et +2,5% au T3. Le ralentissement a été général. L’activité dans l’industrie manufacturière a stagné et les services ont pâti de l’augmentation des cas de Covid. L’envolée d’une l’inflation, plus persistante que prévu, nourrit l’incertitude. En mars 2022, l’indice des prix à la consommation a grimpé de 6,7% en g.a. La détérioration de l’environnement économique n’a pas encore affecté le marché du travail. Entre décembre 2021 et février 2022 , la population active s’est accrue ( + 100 000 personnes), retrouvant quasiment son niveau de pré-pandémie. Dans les prochains mois, l’économie devrait bénéficier de l’allégement des restrictions sanitaires, mais subira l’impact négatif de la crise internationale, qui, selon les estimations devrait entraîner un ralentissement de la croissance au T1 comme au T2.
Coup d’arrêt en perspective 14/03/2022
La production industrielle en Italie a démarré l’année sur un repli marqué, avec une baisse de 3,4% m/m en janvier. Les risques d’une contraction du PIB au T1 2022 sont désormais élevés en raison de la guerre en Ukraine et des répercussions de l’envolée du coût des matières premières sur l’économie transalpine. L’Italie est, en effet, particulièrement dépendante du gaz russe (près de 45% de ses importations). Rome compte réorienter drastiquement ses importations de gaz depuis d’autres pays (Algérie, Azerbaïdjan) et accroître sa consommation de GNL, néanmoins cela mettra du temps à se matérialiser.
Les contraintes d’offre pèsent sur l’activité industrielle et la balance commerciale 20/02/2022
L’obstacle des élections présidentielles franchi, les préoccupations autour de l’économie italienne se sont centrées encore davantage sur les risques liés à l’envolée de l’inflation et à la normalisation à venir de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Les taux à dix ans sur les obligations d’État italiennes ont grimpé de près de 50 points de base depuis le début du mois de février, et le seuil des 2% pourrait être franchi très prochainement. 
En attendant l’échéance présidentielle  16/01/2022
Moins de deux semaines avant le scrutin présidentiel (le premier tour aura lieu le 24 janvier prochain), une possible candidature de l’actuel Premier ministre, Mario Draghi, reste d’actualité. L’élection de ce dernier à la présidence de la République aurait vraisemblablement des répercussions – dont il est, à ce stade, difficile de connaître la nature – sur la coalition gouvernementale en place. 

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1811 articles et 362 vidéos