eco TV Week

Japon : une année 2020 qui s’annonce compliquée

28/02/2020

Le Japon a vu son PIB baisser sensiblement au T4 2019, en grande partie sous l’effet de la hausse de TVA d’octobre. La consommation privée, qui est structurellement un des points faibles de l’économie nippone, a été durement touchée. La crise du Coronavirus pourrait amplifier les difficultés, via le canal du commerce (direct ou via les chaînes de valeur) ou le canal du tourisme, les relations économiques entre la Chine et le Japon étant étroites.

Louis BOISSET

TRANSCRIPT // Japon : une année 2020 qui s’annonce compliquée : février 2020

La fin de l’année 2019 a été marquée par une forte contraction du PIB japonais. Au 4e trimestre, deux chocs ont en effet sensiblement pesé sur la demande interne. D’abord, après avoir été repoussée, le taux de TVA a finalement augmenté de 8% à 10% en octobre pesant sur la consommation. Aussi, l’investissement privé hors résidentiel a également baissé en raison notamment du passage d’un violent typhon au 4e trimestre.

La consommation privée au Japon représente une part structurellement faible au regard de la moyenne dans l’OCDE ou aux Etats-Unis. Le profil historique de la consommation est assez heurté et celle-ci ne progresse quasiment plus depuis 2014. Les hausses de TVA intervenues dans le passé en 1997 et en 2014 ont bousculé les dépenses des ménages, qui avaient chuté sans afficher un redressement notable le trimestre d’après. Ces hausses de taxes avaient été critiquées par le passé, et les critiques pourraient prévaloir aussi aujourd’hui compte tenu d’une activité japonaise déjà affaiblie.

L’année 2020 commence mal pour l’économie japonaise, l’année 2019 donnant une impulsion négative. De plus, la crise du Coronavirus traversée par l’économie mondiale et en premier lieu la Chine devrait avoir un effet significatif sur le Japon. L’impact transiterait par essentiellement deux canaux : le commerce bilatéral (de manière directe ou via les chaînes de valeur) et le tourisme.

Le commerce avec la Chine :

  • La Chine représente 20% des exportations totale japonaises. Ces exportations étaient déjà fragilisées depuis plusieurs mois, le Coronavirus arrive donc au plus mauvais moment. Globalement, le Japon pâtira de la moindre demande pour l’automobile et pour les biens s’équipement. Si certaines entreprises japonaises dans ces secteurs ont diversifié leurs chaînes d’approvisionnement, certains ont suspendu une partie de leurs opérations.
  • Par ailleurs, le rôle des chaînes de valeurs peuvent amplifier l’effet négatif sur l’économie japonaise. Aujourd’hui, la demande finale chinoise intègre une part non négligeable de valeur ajoutée japonaise (cette part est supérieure à celle des Etats-Unis ou de l’OCDE en moyenne). L’inverse est vrai aussi. La consommation des japonais intègre de la VA chinoise. Et parfois ces produits ne sont pas substituables à court terme par de la production domestique.

Le tourisme :

En 2019, le tourisme a permis de compenser partiellement le choc négatif des tensions commerciales sur le secteur manufacturier japonais. La chine aujourd’hui, c’est entre ¼ et 1/3 du tourisme annuel au Japon. La baisse de fréquentions entrainée par le Coronavirus et les difficultés du secteur des transports est un nouveau point faible pour le Japon en 2020.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Vaccination, redémarrage économique, Jeux Olympiques : le Japon envoie des signaux mitigés 16/07/2021
Les autorités du pays ont annoncé que les épreuves des Jeux Olympiques se dérouleront à huis clos. Cette décision s’inscrit dans une situation économique encore dégradée au Japon. Toutefois, des signaux conjoncturels favorables émergent. Les agents économiques, et en particulier les consommateurs, retrouvent de la confiance. Dans les services marchands, le PMI ne parvient pas à dépasser le seuil des 50, qui indiquerait une expansion, depuis l’éclatement de la crise pandémique. La situation est différente dans le secteur manufacturier.
Rattrapage économique retardé 06/07/2021
L’économie japonaise a été moins touchée par l’épidémie de Covid-19 que d’autres pays développés. Ainsi, la chute de l’activité en 2020 a été moindre qu’ailleurs. Toutefois, la lenteur de la campagne de vaccination et le manque de confiance des différents agents économiques pèsent sur la dynamique de reprise du pays. Après une belle performance fin 2020, l’économie nippone prendrait donc du retard par rapport aux États-Unis ou à l’Europe. La confiance des consommateurs, élément essentiel à une reprise économique robuste, demeure faible par rapport à son niveau d’avant-crise. Cette dynamique pèse sur la consommation privée et in fine sur la dynamique de l’activité dans le secteur des services marchands. Ces derniers ont beaucoup de mal à retrouver la croissance. Dans ce contexte encore difficile, l’inflation restera proche de 0%, loin de la cible de 2%. La politique monétaire restera accommodante et inchangée en 2021 et 2022 même si la Banque du Japon pourrait accepter une remontée des taux longs souverains au niveau de la borne supérieure, soit 0,25%. 
Les bonnes nouvelles sur le front sanitaire devraient soutenir la reprise économique 05/07/2021
L’accélération de la couverture vaccinale réduit l’incertitude pour les agents économiques, ménages et entreprises, et offre des perspectives économiques plus favorables. L’indice Tankan de la Banque du Japon s’est à ce titre inscrit en hausse au 2e trimestre 2021, dans le secteur manufacturier comme non-manufacturier. 
Les exportations japonaises bénéficient du redémarrage économique mondial et rebondissent nettement en mars 2021 21/04/2021
Les exportations japonaises ont progressé de 16,1% en glissement annuel en mars 2021, après une baisse de 4,5% le mois précédent. Il s’agit de la plus forte hausse enregistrée depuis le mois de novembre 2017. Si cette bonne performance résulte en partie d’un effet de base positif - les exportations japonaises avaient été durement touchées par la pandémie lors du printemps 2020 -, elle a toutefois surpris nettement à la hausse le consensus de marché qui n’anticipait qu’une progression de 11,6%. Les ventes japonaises à l’étranger, par destination, ont augmenté dans la grande majorité des pays du monde et tout particulièrement en Chine : les exportations japonaises vers son premier partenaire commercial ont été très dynamiques le mois dernier (+37,2% en glissement annuel). Globalement, la bonne performance des exportateurs nippons s’inscrit dans le contexte d’une amélioration sur le front du commerce international et du rebond marqué de l’économie chinoise. De plus, le Japon devrait bénéficier du rattrapage économique soutenu et du plan de relance massif mis en œuvre outre-Atlantique, ce dernier visant en particulier à soutenir la consommation des ménages américains.
Un retour de la confiance nécessaire pour accélérer le rattrapage économique 08/04/2021
Comme partout, le Japon enregistrera une récession historique en 2020 et la dynamique de rattrapage pourrait être ralentie par le manque de confiance des consommateurs qui pèserait sur la demande interne. Si la campagne de vaccination prend du retard par rapport, notamment, aux États-Unis, le Japon a été nettement moins affecté par la pandémie que d’autres pays. Les entreprises, face à une demande anticipée peu allante, continueraient de faire preuve de réticence dans leurs décisions d’investissement. Déjà affaiblie, la croissance potentielle du Japon pourrait pâtir de cette situation. Un durcissement des conditions de financement serait particulièrement dommageable et, dans le contexte actuel de remontée des taux d’intérêt à long terme, la Banque du Japon reste vigilante.  
Le secteur manufacturier va mieux mais celui des services reste inquiet 02/04/2021
La lenteur de la vaccination au Japon peut s’expliquer par le fait que le pays a été moins touché par la pandémie et a donc imposé des restrictions beaucoup plus légères qu’ailleurs. Cette lenteur n’a pas empêché une amélioration du moral des chefs d’entreprises... 
Japon : fort ralentissement de l’économie à prévoir au T4 21/12/2020
Comparativement aux États-Unis ou aux pays européens, le Japon a jusqu’ici été relativement épargné par l’épidémie de Covid-19. Les mesures sanitaires mises en place dans le pays ont été moins strictes qu’ailleurs. La recrudescence actuelle du nombre de contaminations au Japon et chez ses principaux partenaires commerciaux pèse sur la demande finale et entraînerait une forte décélération de l’activité au T4 2020.
Normalisation très progressive de la situation économique 17/12/2020
Comme partout, le Japon enregistrera une récession historique en 2020. Le chemin vers un rattrapage complet de l’activité perdue pourrait être plus long qu’ailleurs et la croissance devrait rester très modérée. Selon nos projections, le PIB nippon retrouverait son niveau d’avant-crise seulement à la fin de l’année 2022. La demande interne est amoindrie par la faiblesse de l’investissement des entreprises tandis que les consommateurs semblent de retour. Les exportations japonaises bénéficient pour l’heure du solide rebond économique chinois. La politique budgétaire sera toujours en première ligne en 2021 et continuerait de bénéficier du soutien essentiel de la politique monétaire menée par la Banque du Japon. Une nouvelle enveloppe budgétaire est, à ce titre, en discussion.
Sous pression mais redressement de la confiance des ménages encourageant 02/10/2020
L’économie japonaise est dans une situation particulièrement difficile. Le PIB japonais s’est contracté pour le troisième trimestre d’affilée au T2 2020. Alors qu’il avait déjà baissé de 1,8% au T4 2019 (en  variations trimestrielles, t/t) et de 0,6% au T1 2020, le PIB nippon a connu une baisse historique de -7,9% au T2 2020...
Continuité des politiques économiques 01/10/2020
Le choc économique provoqué par la pandémie de Covid-19 sera long à effacer au Japon. Malgré des mesures sanitaires moins restrictives que dans d’autres pays, la chute du PIB japonais en 2020 sera historique. Le rebond attendu pourrait être limité. En effet, la confiance des consommateurs et les indicateurs d’activité des entreprises stagnent, ce qui envoie des signaux mitigés du côté de la demande interne. Cette crise pourrait intensifier les faiblesses de l’économie japonaise : croissance faible, inflation basse et niveau d’endettement public au plus haut. Les politiques économiques resteront expansionnistes, et la démission du Premier ministre Shinzo Abe ne devrait pas conduire à des changements majeurs.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2764 articles et 733 vidéos