eco TV Week

Ralentissement chinois

01/02/2019

La croissance chinoise ralentit. Les autorités ajustent leur politique économique en conséquence.

Christine PELTIER

TRANSCRIPT // Ralentissement chinois : février 2019

En Chine, la croissance économique a ralenti en 2018 pour s’établir à 6,6%.

Les autorités ont publié ce chiffre la semaine dernière et ont, dans le même temps, révisé légèrement à la baisse le taux de croissance de 2017 à 6,8%. Les indicateurs d’activité, quant à eux, soulignent une tendance au ralentissement depuis déjà la mi-2017.

La demande interne a marqué le pas, surtout à cause de mesures de restructuration de l’industrie et du resserrement de la politique économique. En effet, de fin 2016 jusqu’au printemps 2018, les autorités ont durci la politique monétaire, les règles prudentielles dans le secteur immobilier et la réglementation financière.

Tout ceci a permis d’atténuer les risques d’instabilité financière, mais aussi lourdement pesé sur le financement de l’économie, et donc l’investissement.

La consommation privée a également ralenti. Les ménages ont subi l’affaiblissement de la progression de leurs revenus en 2018. Et ceci s’explique par les difficultés du secteur manufacturier.

Ces difficultés se sont aggravées en fin d’année, puisque le secteur exportateur a commencé à ressentir les effets des mesures protectionnistes américaines. Les exportations ont fortement ralenti en novembre et se sont contractées en décembre.

En réponse au ralentissement et à la montée des difficultés financières des entreprises, les autorités ont ajusté leur politique économique.

La politique monétaire a été de nouveau assouplie très prudemment depuis quelques mois. Les autorités cherchent à relancer le crédit en faveur du secteur privé, des PME en particulier. De plus, les collectivités locales ont été autorisées à émettre davantage sur les marchés obligataires. L’investissement dans les infrastructures publiques est d’ailleurs reparti à la hausse depuis le trimestre dernier.

En revanche, jusqu’à maintenant, la baisse des taux d’intérêt et la ré-accélération des prêts bancaires ont été très limitées. La marge de manœuvre de la banque centrale est effectivement fortement contrainte : d’une part par l’excès de dette de l’économie, d’autre part par le risque de sortie de capitaux. Or, la contrainte externe de la Chine se resserre déjà à cause de la réduction de l’excédent courant ; de plus, la dépréciation du yuan peut être source de tensions supplémentaires avec les Etats-Unis.

Dans ce contexte, le gouvernement central doit accroître son recours aux mesures de relance fiscales. Des réductions d’impôts sur les revenus des ménages et sur les sociétés sont déjà effectives depuis le 1er janvier. D’autres mesures d’allègement fiscal devraient être annoncées.

Quelles sont les perspectives à court terme ?

Le ralentissement va se poursuivre au moins pendant les premiers mois de 2019.

La performance des exportations reste très incertaine, dépendante des accords commerciaux que pourraient signer Pékin et Washington. Le redressement de l’investissement devrait rester modéré. En revanche, la consommation des ménages devrait pouvoir rebondir grâce aux mesures fiscales.

Pour l’année 2019 dans son ensemble, notre prévision de croissance est de 6,2%. Il s’agit là d’un point historiquement bas, signe des profonds changements structurels de l’économie chinoise.

 

Pour aller plus loin :

Chine. La relance budgétaire : l’option à privilégier

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Chine : la consommation des ménages manque d’élan 12/11/2019
Alors que le secteur exportateur subit les mesures protectionnistes américaines, la croissance de la consommation privée ralentit également. L’assouplissement de la politique économique est resté prudent. Les dépenses des ménages devraient néanmoins commencer à profiter des récentes mesures de relance fiscale.
La croissance à 6% au T3 2019 08/11/2019
La croissance économique est passée de 6,4% en g.a. au T4 2018 à 6,0% au T3 2019. Ce chiffre est bien inférieur à la moyenne annuelle de 8% enregistrée au cours de la dernière décennie : le ralentissement structurel se poursuit, aggravé depuis l’an dernier par les conséquences des mesures protectionnistes américaines sur les exportations. La croissance de la consommation privée a également ralenti, retardant le processus de rééquilibrage des sources de la croissance chinoise. Les mesures de relance fiscale et d’assouplissement monétaire ont été multipliées, et leurs effets sur la demande interne devraient être visibles au dernier trimestre 2019.
Dosage monétaire sous contrainte 10/10/2019
Pékin a laissé le yuan se déprécier face au dollar après chaque hausse des droits de douane des Etats-Unis sur leurs importations de biens chinois. A court terme, l’usage de la politique de change pour soutenir l’activité devrait néanmoins rester modéré. La marge de manœuvre pour relancer le crédit est également étroite. En cause : le niveau de dette excessivement élevé de l’économie et le souhait des autorités de poursuivre les efforts d’assainissement du secteur financier, du secteur public et du marché immobilier. Le dilemme – soutien à la croissance contre désendettement – pourrait encore s’accroître si les récentes mesures de relance fiscale n’ont pas les effets escomptés sur la demande interne ou si l’environnement externe se détériore davantage.
Hausse des droits de douanes américains et evolution du yuan 09/10/2019
De fin mars 2018 à fin août 2019, le yuan a perdu près de 13% contre le dollar. Les autorités chinoises ont laissé le yuan se déprécier en réponse à chaque nouvelle hausse des droits de douane américains (annoncée ou effective) afin d’en compenser partiellement les effets sur les entreprises exportatrices. Au mois de septembre, malgré l’introduction d’une nouvelle barrière tarifaire, le yuan s’est stabilisé face au dollar, Pékin et Washington s’étant mis d’accord pour reprendre les négociations. A court terme, le recours à la politique de change pour soutenir l’activité devrait rester modéré, surtout à cause du risque de spirale négative d’anticipations de dépréciation et de nouvelles sorties de capitaux que la chute du yuan peut provoquer. En même temps, ce risque est lui-même limité par le maintien de contrôles sur les sorties de capitaux des résidents. La légère amélioration de l’excédent courant et l’augmentation attendue des entrées d’investissements de portefeuille étrangers sur les marchés financiers chinois (suite à de nouvelles mesures d’ouverture) pourraient aussi soutenir le yuan à court terme.   Note : Les listes de biens chinois importés par les US et surtaxés sont appelées « Liste 1 » : total de USD 34 mds ; « Liste 2 » : USD 16 mds ; « Liste 3 » : USD 200 mds ; « Liste 4A » : USD 125 mds (première tranche de la « liste 4 »).  
Chine : la consommation privée, un moteur fragile 23/09/2019
Le rôle de la consommation privée comme moteur de la croissance économique chinoise s’est accru ces dernières années, mais ce moteur reste fragile. A l’heure où le secteur exportateur subit les effets des mesures protectionnistes américaines et l’affaiblissement de la demande mondiale, la Chine cherche de solides relais de croissance. La consommation privée marque cependant le pas, et pourrait continuer de décevoir à court et moyen terme. Le rattrapage va nécessairement se poursuivre avec l’urbanisation et le vieillissement de la population, ainsi que grâce à l’action du gouvernement, déterminé à réduire les inégalités de revenus, à améliorer l’accès au logement et à renforcer davantage le système de protection sociale. Néanmoins, ces changements structurels prendront du temps. Ensuite, bien que d’importants gains de productivité soient possibles dans certains secteurs, la hausse des salaires pourrait être freinée par les difficultés de l’industrie, dont l’activité est ralentie, et la montée en gamme entravée par les rivalités avec les Etats-Unis. Enfin, l’endettement des ménages, qui a fortement augmenté ces dernières années, pourrait devenir une contrainte pesant sur la consommation.
Coup dur 10/07/2019
Le secteur exportateur subit de plein fouet les effets des mesures tarifaires américaines, la consommation privée marque le pas, et l’investissement ralentit en conséquence. Alors que la demande interne pourrait montrer des signes d’amélioration à court terme grâce aux mesures d’assouplissement monétaire et de relance fiscale, les perspectives d’exportation dépendent des négociations entre Pékin et Washington, dont le résultat reste très incertain. Les autorités devraient faire un usage limité de la politique de change afin de ne pas créer de source d’instabilité financière. En outre, l’excédent courant s’est redressé depuis quelques mois.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2279 articles et 579 vidéos