eco TV Week

Ralentissement chinois

01/02/2019

La croissance chinoise ralentit. Les autorités ajustent leur politique économique en conséquence.

Christine PELTIER

TRANSCRIPT // Ralentissement chinois : février 2019

En Chine, la croissance économique a ralenti en 2018 pour s’établir à 6,6%.

Les autorités ont publié ce chiffre la semaine dernière et ont, dans le même temps, révisé légèrement à la baisse le taux de croissance de 2017 à 6,8%. Les indicateurs d’activité, quant à eux, soulignent une tendance au ralentissement depuis déjà la mi-2017.

La demande interne a marqué le pas, surtout à cause de mesures de restructuration de l’industrie et du resserrement de la politique économique. En effet, de fin 2016 jusqu’au printemps 2018, les autorités ont durci la politique monétaire, les règles prudentielles dans le secteur immobilier et la réglementation financière.

Tout ceci a permis d’atténuer les risques d’instabilité financière, mais aussi lourdement pesé sur le financement de l’économie, et donc l’investissement.

La consommation privée a également ralenti. Les ménages ont subi l’affaiblissement de la progression de leurs revenus en 2018. Et ceci s’explique par les difficultés du secteur manufacturier.

Ces difficultés se sont aggravées en fin d’année, puisque le secteur exportateur a commencé à ressentir les effets des mesures protectionnistes américaines. Les exportations ont fortement ralenti en novembre et se sont contractées en décembre.

En réponse au ralentissement et à la montée des difficultés financières des entreprises, les autorités ont ajusté leur politique économique.

La politique monétaire a été de nouveau assouplie très prudemment depuis quelques mois. Les autorités cherchent à relancer le crédit en faveur du secteur privé, des PME en particulier. De plus, les collectivités locales ont été autorisées à émettre davantage sur les marchés obligataires. L’investissement dans les infrastructures publiques est d’ailleurs reparti à la hausse depuis le trimestre dernier.

En revanche, jusqu’à maintenant, la baisse des taux d’intérêt et la ré-accélération des prêts bancaires ont été très limitées. La marge de manœuvre de la banque centrale est effectivement fortement contrainte : d’une part par l’excès de dette de l’économie, d’autre part par le risque de sortie de capitaux. Or, la contrainte externe de la Chine se resserre déjà à cause de la réduction de l’excédent courant ; de plus, la dépréciation du yuan peut être source de tensions supplémentaires avec les Etats-Unis.

Dans ce contexte, le gouvernement central doit accroître son recours aux mesures de relance fiscales. Des réductions d’impôts sur les revenus des ménages et sur les sociétés sont déjà effectives depuis le 1er janvier. D’autres mesures d’allègement fiscal devraient être annoncées.

Quelles sont les perspectives à court terme ?

Le ralentissement va se poursuivre au moins pendant les premiers mois de 2019.

La performance des exportations reste très incertaine, dépendante des accords commerciaux que pourraient signer Pékin et Washington. Le redressement de l’investissement devrait rester modéré. En revanche, la consommation des ménages devrait pouvoir rebondir grâce aux mesures fiscales.

Pour l’année 2019 dans son ensemble, notre prévision de croissance est de 6,2%. Il s’agit là d’un point historiquement bas, signe des profonds changements structurels de l’économie chinoise.

 

Pour aller plus loin :

Chine. La relance budgétaire : l’option à privilégier

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Le PIB a retrouvé son niveau d’avant-crise 24/07/2020
La dynamique de l’économie chinoise a continué de s’améliorer en juin. De fait, le PIB réel s’est accru de 11,5% en rythme trimestriel (-3,2% en glissement annuel), soit un rebond suffisamment vigoureux pour récupérer la totalité du terrain perdu au T1 (le PIB réel avait chuté de 10% en rythme trimestriel)...
Un rebond progressif mais inégal 13/07/2020
L’économie se redresse progressivement depuis mars, et le rebond vigoureux du PIB devrait lui permettre de récupérer rapidement le terrain perdu au premier trimestre. Cependant, le choc provoqué par l’épidémie et le confinement a fragilisé un grand nombre de secteurs (notamment les industries exportatrices), de sociétés (les micro entreprises et les PME en particulier) et de ménages (notamment ceux à bas revenus). La banque centrale assouplit prudemment les conditions de crédit et le gouvernement a introduit un plan de relance estimé à environ 5 points de PIB pour 2020. L’investissement public dans les infrastructures reste un instrument privilégié, mais les aides destinées aux entreprises et aux ménages devraient également soutenir la demande privée.
Le redressement de l’activité ne fait pas de doute, mais va-t-il se poursuivre ? 19/06/2020
Notre baromètre atteste de l’amélioration de la dynamique de l’économie chinoise au cours de la période mars-mai 2020 par rapport aux trois mois précédents – un résultat sans surprise puisque l’activité s’est effondrée en février, premier mois de confinement, pour ensuite redémarrer très progressivement à partir du mois de mars...
La Chine, encore affaiblie par le virus 22/05/2020
L’activité s’est brutalement contractée en février, premier mois de confinement, pour redémarrer très progressivement au cours des mois de mars et avril. L’économie ne peut se remettre que lentement du choc subi au premier trimestre [...]
L’économie chinoise se remet doucement 18/05/2020
En Chine, l’activité de production se normalise progressivement. La demande interne redémarre lentement. Les perspectives de très court terme restent cependant assombries par la faiblesse de la demande mondiale et les baisses de revenus des entreprises et des ménages. À l’issue de la session annuelle du parlement qui commencera le 22 mai, les autorités devraient annoncer de nouvelles mesures de soutien à l’économie.
Le pire est-il passé ? 07/04/2020
La population et l’économie chinoises ont été les premières frappées par l’épidémie de coronavirus. L’activité s’est brutalement et fortement contractée pendant le mois de février, pour repartir ensuite très progressivement. Alors que la situation du côté de l’offre devrait se normaliser au T2, le choc de demande va se prolonger. Aux effets de la perte de revenus qu’entreprises et ménages viennent de subir vont s’ajouter ceux de l’effondrement de la demande mondiale. Les autorités ont encore des moyens d’intervention conséquents pour aider au redressement de l’économie. Les finances du gouvernement central ne sont pas menacées. En revanche, après le choc sur la croissance, la hausse attendue de l’endettement aggravera à nouveau les vulnérabilités du secteur financier.
Chine : contraction économique attendue au T1 2020 18/03/2020
Les derniers indices PMI l’avaient annoncé : la production industrielle chinoise a fortement baissé en janvier-février, chutant de 13,5% par rapport à la même période l’an dernier. A cette baisse s’est ajoutée une contraction très sévère des exportations (-18% en glissement annuel), de l’investissement (-24,5%) et des volumes de ventes au détail (-23,7%). Un tel effondrement de l’activité est inédit en Chine, qui devrait afficher une contraction de son PIB réel au T1 2020. L’activité reprend progressivement depuis quelques jours, et un rebond de la croissance est attendu au T2 2020, en partie soutenu par les mesures de relance des autorités. L’ampleur du redressement risque néanmoins d’être sévèrement limitée par les répercussions de la crise sanitaire et économique qui s’étend en Europe et dans le reste du monde.
Chine : la banque centrale vient en aide aux entreprises touchées par le coronavirus 26/02/2020
Un grand nombre de secteurs sont fragilisés par les effets de l’épidémie sur la demande des consommateurs, les réseaux de transport, les flux de touristes et les chaines de production industrielle. Depuis un mois, la Banque centrale de Chine a multiplié les mesures d’assouplissement des conditions monétaires et de crédit afin de soutenir les entreprises, de faciliter la couverture de leurs besoins de trésorerie et d’encourager une reprise rapide de l’activité. Elle a injecté des liquidités dans le système financier, abaissé les taux d’intérêt – taux monétaires, taux sur les facilités de financement à moyen terme et taux de référence sur les prêts – et annoncé des prêts spéciaux pour les entreprises directement affectées par les conséquences du coronavirus. Le taux moyen pondéré sur les prêts bancaires, en baisse depuis le T2 2018 (de 5,94% à 5,44% à fin 2019 en termes nominaux), devrait donc se réduire encore au S1 2020. L’accélération des financements à l’économie pourrait néanmoins rester très modérée.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2485 articles et 640 vidéos