eco TV Week

Royaume-Uni : la dynamique du crédit bancaire soutient l'activité des banques au prix d'un léger accroissement du risque

08/11/2019

L’encours des crédits bancaires à l’habitat accordés aux ménages conserve un rythme de croissance assez dynamique dans un contexte de taux relativement bas, ce qui s’accompagne d’une légère progression du risque. Ce dernier semble toutefois pour l’heure maîtrisé. 

Laure Baquero

TRANSCRIPT // Royaume-Uni : la dynamique du crédit bancaire soutient l'activité des banques au prix d'un léger accroissement du risque : novembre 2019

Au Royaume-Uni, l’encours des crédits bancaires des agents privés non financiers est composé à 80% de crédits aux ménages, principalement sous forme de crédits à l’habitat. Ces prêts immobiliers sont constitués de prêts dont les taux fixes ont une période de fixation initiale comprise entre deux et cinq ans pour 72% d’entre eux. Cette proportion atteint même 94% s’agissant des nouveaux prêts à l’habitat accordés à des ménages.

Or les taux correspondants pratiqués par les établissements de crédit se sont stabilisés depuis 2017 autour de 2,1% pour les nouveaux crédits et de 2,2% depuis 2018 pour les stocks. Cette stabilisation est récente. Elle intervient après une décennie de baisse, dans un contexte de recul des taux souverains, notamment à deux et cinq ans.

La marge nette d’intérêt des cinq grandes banques britanniques, qui concentrent ensemble 76% des actifs du secteur bancaire sur base consolidée, s’est stabilisée au cours des derniers semestres, excepté celle de Lloyds en augmentation depuis 2016.

Si l’effet marge décrit précédemment a pu peser sur les intérêts nets reçus des grandes banques britanniques, il semble avoir été compensé par un effet volume favorable lié à la reprise de l’endettement des agents privés non financiers au Royaume-Uni depuis 2016, mettant fin au mouvement de désendettement enclenché en 2009. Toujours depuis 2016, l’encours de crédit bancaire accordé à ces agents progresse en effet chaque mois à un rythme allant de 3,5% à 4,0% en glissement annuel.

Ainsi soucieux de préserver à la fois les volumes et les marges, les établissements de crédit ont élargi la distribution de leurs prêts vers des profils plus risqués. Cette évolution peut être appréhendée à travers le ratio loan to value, qui rapporte le montant du prêt à l’origination à la valeur du bien financé. Le profil d’un emprunteur est d’autant plus risqué que sa loan to value est élevée. Or la part des nouveaux prêts à l’habitat dont la loan to value excède 90% est passée de 3,3% au premier trimestre 2018 à 4,5% un an plus tard et 5,5% au deuxième trimestre 2019, soit le niveau le plus élevé depuis fin 2008.

En comparaison de la situation suivant l’éclatement de la crise financière de  2008, ces stratégies sont toutefois aujourd’hui en partie mises à mal par le resserrement du surcroît de marge associé aux prêts dont la loan to value dépasse 90% par rapport à des prêts dont la loan to value est comprise entre 75% et 90%. Cela témoigne de l’intensification de la concurrence dans la banque de détail, y compris sur ce type de segment plus risqué.

In fine, cela pourrait conduire à une hausse du coût du risque à moyen terme en cas de dégradation conjoncturelle. Après dix ans de baisse quasi-ininterrompue, le coût du risque moyen des cinq grandes banques britanniques s’établissait à 4,4% en 2018, ce qui est un niveau faible en comparaison internationale. Pour l’heure, les récents développements autour du Brexit sont plutôt encourageants et de nature à réduire le risque de ralentissement brutal de l’économie britannique.

Pour aller plus loin :

Royaume-Uni : Comment les grandes banques ont renoué avec les bénéfices

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Les Anglais vaccinent les premiers 08/04/2021
Jouer comporte des risques, mais peut parfois rapporter gros. Adepte des paris hasardeux (Brexit, immunité collective contre la Covid-19) le premier ministre britannique Boris Johnson n’en reste pas moins celui qui, en misant vite et beaucoup sur les vaccins, aura permis au Royaume-Uni d’entrevoir avant d’autres le bout du tunnel. Plombée en début d’année par un confinement strict, souffrant aussi du recul des échanges avec l’Union européenne, l’économie semble avoir touché le fond ; les enquêtes de conjoncture ainsi que les rapports de mobilité promettent du mieux. Les politiques publiques, budgétaire comme monétaire, soutiendront quant à elles la reprise avant de songer à s’attaquer aux déficits, un premier tour de vis étant prévu pour 2023.
Peut-être la fin du commencement 29/03/2021
Particulièrement endeuillé par l’épidémie de Covid-19 (plus de 126 000 Britanniques y ont déjà succombé), le Royaume-Uni n’en reste pas moins l’un des pays qui, aujourd’hui, vaccinent le plus. Avec 31 millions de doses injectées depuis le début de l’année, le taux de couverture de sa population atteint 46%...
Quelle trajectoire pour les finances publiques du Royaume-Uni après la crise de la Covid-19 ? 02/03/2021
Avant même que ne survienne la pandémie de Covid-19, le Royaume-Uni avait déjà amorcé sa sortie de « l’âge de l’austérité », d’après l’expression de l’ancien Premier ministre David Cameron. L’intervention massive des autorités britanniques pour soutenir l’économie suite à la crise sanitaire a sensiblement renforcé cette tendance. Le déficit du gouvernement s’est approché de 20% du PIB en 2020, et le ratio de dette publique sur PIB a augmenté de vingt points de pourcentage jusqu’à atteindre près de 100%. Une fois la crise passée, nul doute que des ajustements seront nécessaires. Cependant, l’empressement que montre le Trésor à ramener les finances publiques sous contrôle pourrait être contre-productif s’il provoquait un étouffement de la reprise économique. De surcroît, les perspectives de long terme, particulièrement du point de vue démographique, laissent penser que cet objectif sera difficile à atteindre.
De la lumière au bout du tunnel 05/02/2021
Contrairement aux grands pays de l’Union européenne (UE), le Royaume-Uni n’a pas encore publié ses chiffres de PIB pour le dernier trimestre 2020. Néanmoins, l’indicateur mensuel de l’Office for National Statistics (ONS) fournit un avant-goût de l’évolution de l’économie pendant cette période...
Royaume-Uni : un mois après le Brexit 29/01/2021
Un mois après la sortie du Royaume-Uni du marché unique et de l’union douanière de l’UE, les effets économiques du Brexit commencent à se faire sentir, même si plusieurs facteurs en atténuent l’impact. À l’avenir, les Britanniques feront face à un dilemme important entre exercer leur autonomie retrouvée et rester aligné avec la réglementation de l’UE pour ne pas davantage pénaliser leurs exportateurs.
Brexit : Le pire a été évité 06/01/2021
Le Royaume-Uni a, depuis le 1er janvier, les deux pieds en dehors de l’Union européenne et un accord de libre-échange entre les deux parties a été trouvé, telle semble être la coutume, à la dernière minute. Si cela est une bonne nouvelle pour les économies britannique et européenne, le Brexit est néanmoins « dur » et s’accompagnera certainement de pertes économiques importantes dans le long terme.
Une rechute en fin d’année, avant la reprise définitive ? 17/12/2020
La baisse record du PIB du Royaume-Uni au deuxième trimestre a laissé place à un rebond lui aussi inédit au troisième, et l’arrivée prochaine d’un vaccin efficace contre la Covid-19 laisse penser que l’économie entrera dès 2021 dans sa phase de reprise définitive. Cependant, le Royaume-Uni n’est pas encore tiré d’affaire. Au regard de la réimposition d’un confinement généralisé durant le mois de novembre, il fait peu de doute que l’activité économique chutera de nouveau au dernier trimestre. De surcroît, l’intensité de la reprise est, du fait du Brexit, plus incertaine qu’ailleurs. Cela est dû non seulement au caractère inédit de la décision du Royaume-Uni de sortir du marché unique et de l’union douanière de l’UE, mais aussi aux incertitudes quant à la signature d’un accord de libre-échange.
Royaume-Uni : quel profil pour la reprise ? 11/12/2020
Après des mouvements records à la baisse puis à la hausse, le PIB du Royaume-Uni devrait rechuter au quatrième trimestre à cause de la réimposition de mesures de restriction dans tout le pays. Ensuite, l’intensité de la reprise dépendra principalement de deux facteurs : l’évolution de la situation sanitaire et les conséquences du Brexit.
Quelles seront les conséquences économiques d’un Brexit dur ? 30/11/2020
À quelques semaines à peine de la fin de la période de transition qui maintient de fait le Royaume-Uni dans l’Union européenne, les incertitudes sont grandes quant au Brexit et à ses conséquences. Néanmoins, quel que soit le résultat des négociations sur un accord de libre-échange, il est certain qu’il s’agira d’un Brexit « dur ». En partant de ce constat, de nombreuses questions importantes se posent. Que représentent le marché unique et l’union douanière de l’UE ? Quelles seront les conséquences de la sortie du Royaume-Uni de ces ensembles ? Quid des répercussions du Brexit sur l’économie du Royaume-Uni, et seront-t-elles différentes selon les secteurs ? Comment le Brexit influera-t-il la politique économique du Royaume-Uni ?
Branché sur la BBC – Budget, Brexit, Covid 27/11/2020
D’après la première estimation du Bureau de la statistique nationale (Office for National Statistics, ONS), le PIB du Royaume-Uni a rebondi de 15,5% au troisième trimestre, conformément aux attentes du consensus, du fait de l’assouplissement des mesures de restriction à la fin du premier confinement. Malgré cette augmentation record, le PIB reste près de 10% inférieur à son niveau de la fin de l’année 2019. Si le cas de l’Espagne est similaire, les PIB des États-Unis, de la France, de l’Allemagne et de l’Italie sont tous revenus à environ 5% de leur niveau d’alors...

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2701 articles et 713 vidéos