eco TV Week

Royaume-Uni : la dynamique du crédit bancaire soutient l'activité des banques au prix d'un léger accroissement du risque

08/11/2019

L’encours des crédits bancaires à l’habitat accordés aux ménages conserve un rythme de croissance assez dynamique dans un contexte de taux relativement bas, ce qui s’accompagne d’une légère progression du risque. Ce dernier semble toutefois pour l’heure maîtrisé. 

Laure Baquero

TRANSCRIPT // Royaume-Uni : la dynamique du crédit bancaire soutient l'activité des banques au prix d'un léger accroissement du risque : novembre 2019

Au Royaume-Uni, l’encours des crédits bancaires des agents privés non financiers est composé à 80% de crédits aux ménages, principalement sous forme de crédits à l’habitat. Ces prêts immobiliers sont constitués de prêts dont les taux fixes ont une période de fixation initiale comprise entre deux et cinq ans pour 72% d’entre eux. Cette proportion atteint même 94% s’agissant des nouveaux prêts à l’habitat accordés à des ménages.

Or les taux correspondants pratiqués par les établissements de crédit se sont stabilisés depuis 2017 autour de 2,1% pour les nouveaux crédits et de 2,2% depuis 2018 pour les stocks. Cette stabilisation est récente. Elle intervient après une décennie de baisse, dans un contexte de recul des taux souverains, notamment à deux et cinq ans.

La marge nette d’intérêt des cinq grandes banques britanniques, qui concentrent ensemble 76% des actifs du secteur bancaire sur base consolidée, s’est stabilisée au cours des derniers semestres, excepté celle de Lloyds en augmentation depuis 2016.

Si l’effet marge décrit précédemment a pu peser sur les intérêts nets reçus des grandes banques britanniques, il semble avoir été compensé par un effet volume favorable lié à la reprise de l’endettement des agents privés non financiers au Royaume-Uni depuis 2016, mettant fin au mouvement de désendettement enclenché en 2009. Toujours depuis 2016, l’encours de crédit bancaire accordé à ces agents progresse en effet chaque mois à un rythme allant de 3,5% à 4,0% en glissement annuel.

Ainsi soucieux de préserver à la fois les volumes et les marges, les établissements de crédit ont élargi la distribution de leurs prêts vers des profils plus risqués. Cette évolution peut être appréhendée à travers le ratio loan to value, qui rapporte le montant du prêt à l’origination à la valeur du bien financé. Le profil d’un emprunteur est d’autant plus risqué que sa loan to value est élevée. Or la part des nouveaux prêts à l’habitat dont la loan to value excède 90% est passée de 3,3% au premier trimestre 2018 à 4,5% un an plus tard et 5,5% au deuxième trimestre 2019, soit le niveau le plus élevé depuis fin 2008.

En comparaison de la situation suivant l’éclatement de la crise financière de  2008, ces stratégies sont toutefois aujourd’hui en partie mises à mal par le resserrement du surcroît de marge associé aux prêts dont la loan to value dépasse 90% par rapport à des prêts dont la loan to value est comprise entre 75% et 90%. Cela témoigne de l’intensification de la concurrence dans la banque de détail, y compris sur ce type de segment plus risqué.

In fine, cela pourrait conduire à une hausse du coût du risque à moyen terme en cas de dégradation conjoncturelle. Après dix ans de baisse quasi-ininterrompue, le coût du risque moyen des cinq grandes banques britanniques s’établissait à 4,4% en 2018, ce qui est un niveau faible en comparaison internationale. Pour l’heure, les récents développements autour du Brexit sont plutôt encourageants et de nature à réduire le risque de ralentissement brutal de l’économie britannique.

Pour aller plus loin :

Royaume-Uni : Comment les grandes banques ont renoué avec les bénéfices

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

La reprise s’essouffle déjà 16/10/2020
La plupart des indicateurs de l’état de l’économie se sont encore améliorés ces dernières semaines. Cependant, l’idée d’une reprise en « V » est déjà oubliée. Alors que l’économie est loin d’avoir retrouvé son niveau d’avant la crise, la reprise montre des signes d’affaiblissement...
Royaume-Uni : les prêts hypothécaires entre soutien et contrainte 14/10/2020
La production nouvelle de prêts hypothécaires a reculé de 33% au deuxième trimestre 2020 en glissement annuel, accusant sa plus forte baisse depuis 2008. Les établissements de crédit britanniques se montrent ainsi plus prudents depuis le début de l’année. En témoigne la diminution de 4,0 points de pourcentage (pp) de la part des prêts dont le montant rapporté à la valeur du bien financé (Loan To Value, LTV) excède 75%, principalement au titre de ceux dont la LTV est comprise entre 75% et 90% (-3,2 pp). Pour infléchir cette évolution, et alors que l’indice des prix immobiliers Nationwide continue de croître, le gouvernement britannique entend favoriser l’accession à la propriété en encourageant les prêts dont la LTV pourrait s’élever jusqu’à 95%. Le projet du gouvernement parait difficilement conciliable avec la vigilance accrue des banques, qui enregistrent par ailleurs une augmentation sensible de leur coût du risque[1], et le resserrement de la contrainte en capital associée par la Banque d’Angleterre (BoE). Celle-ci envisage une éventuelle exigence en capital supplémentaire[2] et introduit une augmentation de la pondération associée aux crédits hypothécaires dans l’approche fondée sur les notations internes[3]. Applicables dès janvier 2022, ces règles seront plus ciblées et plus rapidement applicables que l’output floor, qui vise également à corriger les pondérations des modèles internes des banques mais qui porte sur l’ensemble de leur portefeuille.  [1] https://economic-research.bnpparibas.com/ecotvweek/fr-FR/Royaume-banques-face-double-defi-Covid-19-Brexit-02/10/2020,c34490 [2] BoE (22.07.20) Speech by Sarah Breeden « Climbing mountains safely » [3] BoE (30.09.20) CP14/20  «Internal ratings based UK mortgage risk weights : Managing deficiencies in model risk capture»
Brexit : le temps d’un accord est désormais compté 13/10/2020
Si le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne le 31 janvier 2020, les relations commerciales entre les deux parties sont maintenues intactes pendant une période de transition. À moins d’un coup de théâtre, cette période s’achèvera à la fin de l’année. Quoi qu’il arrive, le Royaume-Uni se dirige vers une sortie à la fois du marché commun et de l’union douanière de l’UE. Ce sera donc un Brexit « dur », et il pourrait l’être d’autant plus que les négociations sur un accord de libre-échange progressent difficilement. En effet, alors que les négociateurs viennent d’achever leur neuvième cycle de négociations – et le dernier initialement prévu – des désaccords importants demeurent. S’ils n’arrivaient pas à s’entendre, l’application des règles de base de l’Organisation mondiale du commerce qui s’en suivrait entraverait encore plus fortement les échanges entre les deux parties. Pendant ce temps-là, le Royaume-Uni négocie avec le reste du monde pour répliquer les accords dont il bénéficiait grâce à son adhésion à l’Union européenne…
Royaume-Uni : les banques face au double défi de la Covid-19 et du Brexit 02/10/2020
Dans un contexte marqué par l’épidémie de Covid-19 et l’imminence du Brexit, une dichotomie majeure se dessine au sein des banques britanniques selon que le niveau de diversification de leur portefeuille.
De Charybde en Scylla ? 01/10/2020
Si le PIB britannique a rebondi depuis mai et a rattrapé la moitié du retard causé par la pandémie de Covid-19, la crise économique est encore loin d’être terminée. De fortes inquiétudes pèsent sur le marché du travail, les programmes de chômage partiel du gouvernement devant s’arrêter dans les prochaines semaines. Dans le même temps, la fin de la période de transition, qui maintient le Royaume-Uni dans le marché unique et l’union douanière de l’Union européenne, approche à grands pas. Des tensions dans les négociations font craindre une sortie sans accord. Cela pourrait avoir des effets de long terme sur l’économie plus importants encore que ceux liés à la crise actuelle.
Royaume-Uni : un Brexit dur, mais à quel point ? 25/09/2020
Les négociations se poursuivent entre le Royaume-Uni et l’Union européenne pour arriver à un traité de libre-échange, mais la possibilité d’une sortie sans accord est toujours bien réelle. Pendant ce temps-là, le Royaume-Uni cherche à répliquer les accords de libre-échange dont il bénéficiait grâce à son adhésion à l’UE…
Alors que l’économie repart, le Brexit inquiète de nouveau 11/09/2020
D’après les données du Bureau de la statistique nationale (Office for National Statistics, ONS), le Royaume-Uni a enregistré une chute de son PIB de plus de 20% au deuxième trimestre, soit la plus grosse baisse en Europe...
Les mesures de soutien au financement bancaire des entreprises 21/07/2020
La Banque d'Angleterre et le gouvernement britannique ont répondu à la crise liée à l’épidémie de Covid-19 par une large palette de mesures. Elles ont été annoncées rapidement mais la traduction opérationnelle de certaines d’entre elles a pris plus de temps, notamment celles concernant le soutien au financement des entreprises privées. Ces mesures ont en commun de s’appuyer largement sur le secteur bancaire du pays, solide, en dépit de difficultés communes à la plupart des secteurs bancaires européens. Enfin, cela s’inscrit sur fond de Brexit et de refus de l’exécutif britannique de prolonger la période de transition, au motif que cela accentuerait l’incertitude pesant sur les entreprises et pourrait réduire la souplesse dont il a besoin pour répondre à cette crise.
Des chiffres encore décevants 17/07/2020
Après une chute de plus de 25% entre mars et avril, le PIB du Royaume-Uni a augmenté de 1,8% en mai. Si les mesures de restrictions n’ont commencé à être assouplies qu’en juin, ce timide rebond a tout de même déçu. Aucun des prévisionnistes sondés par Reuters n’anticipait un chiffre aussi bas, et le consensus s’attendait à un rebond de 5,5%. Ceci s’explique par la pauvre performance du secteur des services. Alors que les indices de production industrielle et des services avaient tous deux baissé d’environ 25% entre mars et avril, le premier a augmenté de 6,0% en mai tandis que le second ne progressait que de 0,9%. Néanmoins, cette amélioration va certainement s’accélérer suite à la réouverture de la plupart des commerces non essentiels le 15 juin et du secteur du tourisme et de l’hébergement le 4 juillet...
Royaume-Uni : le TFSME plus efficace que le TFS pour faire diminuer les taux des prêts aux entreprises ? 15/07/2020
À l’instar du Term Funding Scheme (TFS) introduit par la Banque d’Angleterre (BoE) à l’été 2016, le Term Funding Scheme Small and Medium-sized Enterprises (TFSME), annoncé en mars 2020, vise à soutenir l’offre de prêts aux entreprises. Il s’agit d’un programme de refinancement à quatre ans accordé aux établissements de crédit à un taux inférieur à celui des opérations principales de refinancement[1]. Contrairement au TFS, le TFSME cible plus précisément le financement des petites et moyennes entreprises (SME). Opérationnel depuis le 15 avril dernier et ayant donné lieu au tirage de GBP 11,9 mds de la part des établissements de crédit au 27 mai, le dispositif s’accompagne d’une baisse significative des taux emprunteurs moyens de l’ensemble des sociétés non financières (SNF) privées, et davantage encore s’agissant des PME. Et ce, dans une mesure bien plus grande que celle observée après le lancement du TFS. L’explication de cet écart est multifactorielle. Le TFSME intervient alors que la BoE recourt plus amplement à ses outils de politique monétaire avec une baisse du taux directeur de 0,75% à 0,10% (contre de 0,50% à 0,25% en 2016) et l’élargissement de son programme d’achat d’actifs de GBP 200 mds (contre GBP 70 mds). Il s’inscrit, en outre, dans un environnement marqué par le recul des taux souverains, et concomitamment aux programmes de prêts garantis par l’État.   [1] À lire prochainement sur notre site : Royaume-Uni, les mesures de soutien au financement bancaire des entreprises, EcoFlash, BNP Paribas

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2538 articles et 654 vidéos