eco TV Week

Vaccination, redémarrage économique, Jeux Olympiques : le Japon envoie des signaux mitigés

16/07/2021

Les autorités du pays ont annoncé que les épreuves des Jeux Olympiques se dérouleront à huis clos. Cette décision s’inscrit dans une situation économique encore dégradée au Japon.

Toutefois, des signaux conjoncturels favorables émergent. Les agents économiques, et en particulier les consommateurs, retrouvent de la confiance.

Dans les services marchands, le PMI ne parvient pas à dépasser le seuil des 50, qui indiquerait une expansion, depuis l’éclatement de la crise pandémique. La situation est différente dans le secteur manufacturier.

Louis BOISSET

TRANSCRIPT // Vaccination, redémarrage économique, Jeux Olympiques : le Japon envoie des signaux mitigés : juillet 2021

1. Des Jeux Olympiques finalement à huis clos

C’est un coup dur pour le Japon : en raison de la recrudescence de la Covid-19 dans la capitale japonaise, les autorités du pays ont annoncé que les épreuves des Jeux Olympiques, qui se tiennent du 23 juillet au 8 août, se dérouleront à huis clos. D’abord cantonné à la capitale Tokyo, ce huis-clos commence à s’étendre à d’autres régions. Cette décision est avant tout sportivement regrettable. Du point de vue économique, les conséquences sont évidemment négatives pour les entreprises locales.

2. Accélération de la vaccination et signaux conjoncturels favorables

D’autant plus que ces nouvelles mesures s‘inscrivent dans une situation économique encore dégradée au Japon, avec toutefois des signaux conjoncturels favorables qui émergent. Tout d’abord, les agents économiques, et en particulier les consommateurs, retrouvent de la confiance. Leur indice de confiance, s’il demeure inférieur à son niveau d’avant-crise, suit une tendance ascendante depuis le point bas du printemps 2020. Parallèlement, le rythme de la vaccination accélère très nettement depuis le milieu du mois de mai. La proportion de Japonais ayant reçu au moins une dose est de l’ordre de 30% contre seulement 4% mi-mai. Néanmoins, compte tenu du retard pris au démarrage, cette proportion reste faible par rapport à l’Europe (près de 45%) et de surcroît par rapport aux Etats-Unis (plus de 50%).

3. Redémarrage (très) timide dans les services marchands

Sur le front des entreprises, la situation reste également difficile. Même s’il reprend quelques couleurs, le niveau d’investissement des entreprises nippones reste bas au regard de celui d’avant-crise. Dans les services marchands, l’indice des directeurs d’achats (Purchasing Managers Index, PMI) ne parvient pas à dépasser le seuil des 50, qui indiquerait une expansion, depuis l’éclatement de la crise pandémique. Dans le secteur manufacturier, la situation économique s’améliore plus nettement, même si le PMI du secteur a baissé en juin à 51,5, après 53 en mai. L’indice Tankan au T2 2021 continue de s’améliorer pour les grandes entreprises manufacturières tandis que l’indice pour le secteur non-manufacturier est repassé légèrement en territoire positif pour la première fois depuis début 2020.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

La flambée des prix de l’énergie obscurcit l’horizon 18/10/2021
Au cours des derniers mois, l’état d’urgence en vigueur dans une grande partie du pays a freiné l’activité, notamment dans les services. De plus, le secteur manufacturier a été confronté à des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement, en particulier dans l’industrie automobile. Enfin, les importants effets de base liés à la pandémie compliquent l’interprétation des données en glissement annuel.
Vers une nouvelle valse des Premiers ministres ? 08/10/2021
L’économie devrait rebondir au quatrième trimestre avec la réduction des restrictions sanitaires. Malgré les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, le secteur manufacturier devrait, par ailleurs, bénéficier de la reprise mondiale. Cependant, la consommation ne va probablement pas tarder à s’essouffler sous l’effet de la stagnation persistante des salaires. Les dépenses publiques, soutenues par la politique de contrôle de la courbe de taux menée par la Banque du Japon (BoJ), et l’investissement des entreprises, dont la rentabilité s’est améliorée, constitueront les principaux facteurs de soutien au plan national. La démission du Premier ministre Yoshihide Suga, quoique saluée par les marchés financiers, a ravivé les craintes d’un retour à une valse des Premiers ministres. 
Rattrapage économique retardé 06/07/2021
L’économie japonaise a été moins touchée par l’épidémie de Covid-19 que d’autres pays développés. Ainsi, la chute de l’activité en 2020 a été moindre qu’ailleurs. Toutefois, la lenteur de la campagne de vaccination et le manque de confiance des différents agents économiques pèsent sur la dynamique de reprise du pays. Après une belle performance fin 2020, l’économie nippone prendrait donc du retard par rapport aux États-Unis ou à l’Europe. La confiance des consommateurs, élément essentiel à une reprise économique robuste, demeure faible par rapport à son niveau d’avant-crise. Cette dynamique pèse sur la consommation privée et in fine sur la dynamique de l’activité dans le secteur des services marchands. Ces derniers ont beaucoup de mal à retrouver la croissance. Dans ce contexte encore difficile, l’inflation restera proche de 0%, loin de la cible de 2%. La politique monétaire restera accommodante et inchangée en 2021 et 2022 même si la Banque du Japon pourrait accepter une remontée des taux longs souverains au niveau de la borne supérieure, soit 0,25%. 
Les bonnes nouvelles sur le front sanitaire devraient soutenir la reprise économique 05/07/2021
L’accélération de la couverture vaccinale réduit l’incertitude pour les agents économiques, ménages et entreprises, et offre des perspectives économiques plus favorables. L’indice Tankan de la Banque du Japon s’est à ce titre inscrit en hausse au 2e trimestre 2021, dans le secteur manufacturier comme non-manufacturier. 
Les exportations japonaises bénéficient du redémarrage économique mondial et rebondissent nettement en mars 2021 21/04/2021
Les exportations japonaises ont progressé de 16,1% en glissement annuel en mars 2021, après une baisse de 4,5% le mois précédent. Il s’agit de la plus forte hausse enregistrée depuis le mois de novembre 2017. Si cette bonne performance résulte en partie d’un effet de base positif - les exportations japonaises avaient été durement touchées par la pandémie lors du printemps 2020 -, elle a toutefois surpris nettement à la hausse le consensus de marché qui n’anticipait qu’une progression de 11,6%. Les ventes japonaises à l’étranger, par destination, ont augmenté dans la grande majorité des pays du monde et tout particulièrement en Chine : les exportations japonaises vers son premier partenaire commercial ont été très dynamiques le mois dernier (+37,2% en glissement annuel). Globalement, la bonne performance des exportateurs nippons s’inscrit dans le contexte d’une amélioration sur le front du commerce international et du rebond marqué de l’économie chinoise. De plus, le Japon devrait bénéficier du rattrapage économique soutenu et du plan de relance massif mis en œuvre outre-Atlantique, ce dernier visant en particulier à soutenir la consommation des ménages américains.
Un retour de la confiance nécessaire pour accélérer le rattrapage économique 08/04/2021
Comme partout, le Japon enregistrera une récession historique en 2020 et la dynamique de rattrapage pourrait être ralentie par le manque de confiance des consommateurs qui pèserait sur la demande interne. Si la campagne de vaccination prend du retard par rapport, notamment, aux États-Unis, le Japon a été nettement moins affecté par la pandémie que d’autres pays. Les entreprises, face à une demande anticipée peu allante, continueraient de faire preuve de réticence dans leurs décisions d’investissement. Déjà affaiblie, la croissance potentielle du Japon pourrait pâtir de cette situation. Un durcissement des conditions de financement serait particulièrement dommageable et, dans le contexte actuel de remontée des taux d’intérêt à long terme, la Banque du Japon reste vigilante.  
Le secteur manufacturier va mieux mais celui des services reste inquiet 02/04/2021
La lenteur de la vaccination au Japon peut s’expliquer par le fait que le pays a été moins touché par la pandémie et a donc imposé des restrictions beaucoup plus légères qu’ailleurs. Cette lenteur n’a pas empêché une amélioration du moral des chefs d’entreprises... 
Japon : fort ralentissement de l’économie à prévoir au T4 21/12/2020
Comparativement aux États-Unis ou aux pays européens, le Japon a jusqu’ici été relativement épargné par l’épidémie de Covid-19. Les mesures sanitaires mises en place dans le pays ont été moins strictes qu’ailleurs. La recrudescence actuelle du nombre de contaminations au Japon et chez ses principaux partenaires commerciaux pèse sur la demande finale et entraînerait une forte décélération de l’activité au T4 2020.
Normalisation très progressive de la situation économique 17/12/2020
Comme partout, le Japon enregistrera une récession historique en 2020. Le chemin vers un rattrapage complet de l’activité perdue pourrait être plus long qu’ailleurs et la croissance devrait rester très modérée. Selon nos projections, le PIB nippon retrouverait son niveau d’avant-crise seulement à la fin de l’année 2022. La demande interne est amoindrie par la faiblesse de l’investissement des entreprises tandis que les consommateurs semblent de retour. Les exportations japonaises bénéficient pour l’heure du solide rebond économique chinois. La politique budgétaire sera toujours en première ligne en 2021 et continuerait de bénéficier du soutien essentiel de la politique monétaire menée par la Banque du Japon. Une nouvelle enveloppe budgétaire est, à ce titre, en discussion.
Sous pression mais redressement de la confiance des ménages encourageant 02/10/2020
L’économie japonaise est dans une situation particulièrement difficile. Le PIB japonais s’est contracté pour le troisième trimestre d’affilée au T2 2020. Alors qu’il avait déjà baissé de 1,8% au T4 2019 (en  variations trimestrielles, t/t) et de 0,6% au T1 2020, le PIB nippon a connu une baisse historique de -7,9% au T2 2020...

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1589 articles et 282 vidéos