eco TV Week

L’inertie de l’inflation américaine

15/03/2019

L’expansion actuelle aux États-Unis a commencé à l’été 2009 mais l’inflation demeure, selon la définition, proche ou inférieure à l’objectif de 2% fixé par la Réserve fédérale.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // L’inertie de l’inflation américaine : mars 2019

Inertie de l’inflation

Dans quelques mois, l’actuelle expansion américaine fêtera son 10e anniversaire et, malgré un marché du travail tendu et l’accélération de la croissance des salaires, l’inflation ne bouge pas.

La publication cette semaine des chiffres de l’inflation a montré un indice des prix (IPC) en augmentation de 0,2% en rythme mensuel, grâce à la hausse des coûts des produits alimentaires, de l'essence et des loyers. Cette augmentation intervient après trois mois de stagnation de l’IPC.

Par rapport à il y a un an, l'IPC a augmenté de 1,5%.

En excluant les composants volatils des prix, que sont les produits alimentaires et l’énergie, la hausse est restée limitée à 0,1%, soit + 2,1% par rapport à 2018.

Les chiffres étaient inférieurs au consensus des économistes.

La mesure de l’inflation privilégiée par la Fed (le déflateur de la consommation privée corrigé des composants volatils,  ou «  core PCE ») a augmenté de 1,9% en décembre. Les données plus récentes font défaut en raison du récent shutdown partiel.

Il frôle donc l’objectif de la Fed de 2,0%.

 

Faible inflation : une bénédiction

Pour beaucoup, une inflation proche ou inférieure à l’objectif de 2% fixé par la Fed est une bénédiction.

Les ménages en bénéficient : une faible inflation signifie que leur pouvoir d'achat est préservé.

En outre, une inflation faible met fin à la nécessité d’un resserrement monétaire agressif de la part de la banque centrale, ce qui est d’ailleurs bien accueilli par les marchés financiers.

 

Une bénédiction ? Vraiment ?

Cependant, il existe un revers à la médaille à une inflation en permanence faible.

Premièrement, si la croissance devait rester robuste, les marchés financiers pourraient craindre que l’inflation finisse par accélérer fortement.

Deuxièmement, les agents économiques endettés, et en particulier le gouvernement, ne constateront qu'une lente érosion de la valeur réelle de leurs dettes. En revanche, ils bénéficieront d’un coût de financement faible.

Troisièmement, il existe un risque de compression des marges des entreprises. A ce propos, il convient, pour évaluer les gains de productivité, notamment de comparer l’évolution des coûts salariaux corrigés à celle des prix de vente.

Quatrièmement, le besoin d’un resserrement agressif de la part de la Fed n’existe plus, la marge de manœuvre de la banque centrale sera également plus limitée au moment de réduire les taux lorsqu'elle sera confrontée à une nouvelle récession.

En conséquence, on comprend mieux l'annonce faite récemment selon laquelle la Fed passera les prochains mois à analyser sa boîte à outils ainsi que la nécessité de modifier éventuellement son objectif de  politique monétaire.

Nul besoin toutefois de retenir notre souffle : les résultats ne seront dévoilés  qu’au premier semestre de 2020.

 

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Etats-Unis : la croissance ralentit 26/07/2019
D’après le Livre beige de la Réserve fédérale paru récemment, la croissance américaine devrait rester modeste. La plupart des indicateurs dépassent leur moyenne de long terme, à l’exception de l’ISM manufacturier et de la production industrielle.
Le cycle de croissance américaine : record historique et puis ? 11/07/2019
Les États-Unis sont entrés dans leur 121e mois consécutif de croissance, battant ainsi le précédent record qui datait des années 90 sous la présidence de Bill Clinton. Au-delà de la durée, il existe d'autres similitudes entre les deux phases d’expansion.
Tournant monétaire 10/07/2019
Si la consommation des ménages américains reste assez tonique à l’approche de l’été, d’autres moteurs de l’économie, comme le commerce extérieur ou l’investissement, faiblissent. En juin, les enquêtes auprès des dirigeants d’entreprise ont été franchement médiocres, de telle sorte que la Réserve fédérale a ouvert la porte à une baisse de ses taux d’intérêt. La politique tarifaire du président Trump, en campagne pour sa réélection, ne déviera sans doute pas de sa ligne dure, tout en restant peu prévisible. La conjoncture pourrait donc avoir besoin de soutien.
États-Unis : des raisons de faire la fête ? 05/07/2019
Il y a eu, cette semaine, deux raisons de se réjouir aux États-Unis, avec, tout d’abord, la célébration du 4 juillet et, ensuite, le début du 121e mois d’expansion économique, la plus longue de l’histoire américaine.
Les primary dealers ont absorbé près de 40% des ventes nettes de Treasuries de la Fed 03/07/2019
Depuis octobre 2017, la Réserve fédérale (Fed) ne réinvestit plus intégralement les tombées de dette sur son portefeuille de titres. En d’autres termes, elle procède à des ventes nettes de titres (tapering). Au 26 juin dernier,  sa détention de titres du Trésor américain avait fondu de USD 355 mds, celle de titres de dette et de MBS* d’Agences de USD 249 mds. Le dégonflement du bilan de la Fed a des effets notables sur les taux monétaires, en raison des tensions qu’il crée sur la liquidité banque centrale. Or, ces tensions se sont renforcées depuis l’automne dernier, la baisse des rendements ayant réduit l’appétence des investisseurs pour les titres du Trésor. Il en a résulté un net élargissement de la position nette des primary dealers** en Treasuries : d’octobre 2018 à juin 2019, leur inventaire a augmenté de USD 140 mds. Pour financer ces « achats nets », les primary dealers ont accru leurs emprunts sur le marché des mises en pension, exerçant une pression à la hausse sur les taux repo. * Titres adossés à des prêts hypothécaires émis par les agences de garantie hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac **Les primary dealers ont notamment pour mission de participer aux adjudications, de placer les valeurs et d’assurer la liquidité du marché secondaire des bons du Trésor
L’atterrissage en douceur, plus difficile que jamais 21/06/2019
La Fed a franchi une étape clé et s’apprête désormais à adopter une politique plus accommodante.
Paysage contrasté 07/06/2019
Aux Etats-Unis, le vent n’a pas encore tourné pour le consommateur : la faiblesse du chômage, le haut niveau de confiance, le dynamisme des revenus autant que celui des dépenses, se distinguent positivement dans notre « baromètre ». En outre, l’inflation reste modérée, ce qui rajoute au pouvoir d’achat. Le ciel n’est toutefois pas uniformément bleu.  
A propos de la baisse des rendements longs aux Etats-Unis 05/06/2019
Les taux d’intérêt attachés à la dette américaine connaissent un recul significatif depuis quelques mois. Tombé à 2,1%, le coût des emprunts à dix ans de l’Etat fédéral est au plus bas depuis septembre 2017. Le président Donald Trump peut donc se réjouir : le dollar lui offre ce privilège de pouvoir creuser les déficits pratiquement sans limite ; en face, l’appétit pour les titres du Trésor américain semble inépuisable. L’engouement pour la dette fédérale et le repli des rendements associé a toutefois valeur d’alerte : il indique que les investisseurs, en quête de valeurs refuges, forment des anticipations plus prudentes ; aux Etats-Unis, le recul des taux d’intérêt à long terme est aussi le témoin de la dégradation du climat des affaires.
L’effet boomerang des droits de douane 17/05/2019
Une hausse des droits de douane a des conséquences négatives sur le pays ciblé. Celui à l’origine de la hausse en subira à son tour l’impact, même en l'absence de représailles. Les dépenses des ménages souffriront ainsi d'une perte de pouvoir d'achat, l’inflation augmentant en raison de la hausse des prix à l'importation et/ou du remplacement des produits importés par des produits locaux. Pour la même raison, à un niveau agrégé, les bénéfices des entreprises peuvent en souffrir, et ces dernières peuvent décider de réduire leurs investissements en raison d'une incertitude accrue. Des recherches empiriques viennent confirmer ces analyses.
Une croissance forte, mais de qualité? 03/05/2019
Selon Jerome Powell, les fondamentaux de l’économie américaine demeurent solides. La croissance a été robuste au premier trimestre, mais sa qualité ne laisse pas d’interroger. L’investissement résidentiel freine la croissance qui a, par ailleurs, bénéficié d’une baisse des importations et de l’augmentation des stocks. Dans les prochains mois, un rebond des importations et une diminution des stocks sont à prévoir. La croissance devra alors compter sur les dépenses de consommation et les investissements des entreprises.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2179 articles et 563 vidéos