eco TV Week

Le soutien d’un IPS constitue-t-il une aide d’État ?

29/11/2019

Dans les prochains jours, la Commission européenne devrait rendre son avis sur le plan d’aide à NordLB. L’occasion, pour la première fois, de s’interroger sur l’adéquation entre le régime européen des aides d’Etat et l’existence d’IPS constitués de membres publics.

Céline CHOULET

TRANSCRIPT // Le soutien d’un IPS constitue-t-il une aide d’État ? : novembre 2019

Dans les prochains jours, la Commission européenne devrait rendre son avis au sujet du plan de restructuration de la banque régionale allemande Norddeutsche Landesbank. Ce plan présente un intérêt particulier car il offre, pour la première fois, l’occasion de s’interroger sur l’adéquation entre les règles européennes relatives aux aides d’État et la réglementation bancaire européenne.

À la lumière du traité européen, il est possible que les mesures de recapitalisation prévues en faveur de NordLB soient qualifiées d’aides d’État, au motif qu’elles mobilisent uniquement des ressources d’État. NordLB, comme les autres Landesbanken allemandes, est de fait une banque publique. Elle appartient à deux régions et aux caisses d’épargne de ces régions. Pour être considéré comme compatible avec le marché intérieur, et approuvé par la Commission, un plan de soutien interprété comme une aide d’État doit notamment garantir la viabilité de la banque sur le long terme, prévoir un partage des charges satisfaisant et des garde-fous contre les distorsions de concurrence.

Les conditions du sauvetage de NordLB revêtent toutefois un caractère inédit. En effet, contrairement aux plans de soutien mis en place par le passé en faveur de Landesbanken, l’aide apportée à NordLB n’émane pas uniquement de ses actionnaires publics mais également du réseau de coopération et de soutien mutuel dont elle est membre, le S-Group, lequel est reconnu par la loi comme un système de protection institutionnel, un IPS.

Or la réglementation bancaire assimile les dispositifs d’entraide prévus par les IPS à des mesures de redressement de nature privée, même lorsque les membres de ces IPS sont des banques publiques. Le régime des aides d’État est en revanche muet sur le sujet, il ne prévoit pas le cas particulier d’une intervention d’IPS.

Finalement, le plan de restructuration de NordLB mériterait sans doute d’être apprécié au regard du régime des aides d’État pour la seule partie des ressources publiques mobilisées par les régions. Le caractère spécifique du soutien apporté par le S-Group devrait être pris en compte. À défaut, cela reviendrait à considérer toute intervention d’un IPS constitué de membres publics tel que le S-Group comme incompatible avec le régime des aides d’État.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

A-t-on passé le creux de la vague 06/12/2019
La hausse enregistrée par la plupart des indicateurs pour novembre a surpris. Malgré une série de résultats décevants, pour le secteur manufacturier en particulier, le PIB est remonté de 0,1% au T3, alors que l’on s’attendait à un nouveau recul (-0,1%). Cela est dû à la forte croissance de la consommation privée, soutenue par le niveau élevé de la confiance des ménages. GfK indique que la confiance des ménages aussi est restée très forte au T4. Les exportations nettes ont également contribué à la croissance, le commerce mondial ayant rebondi. Néanmoins, la production industrielle est restée très faible et le fort rebond des commandes en septembre a été la seule bonne surprise pour les fabricants.
Une lueur d’espoir ? 25/10/2019
Après des mois de mauvaises surprises, certains indicateurs du Baromètre ont migré vers la droite du graphique. On notera particulièrement que l'indice ifo du climat des affaires s'est stabilisé en octobre, alors que le marché s'attendait à une nouvelle baisse. Les enquêtes ifo et PMI indiquent une légère amélioration de la confiance dans le secteur manufacturier, même si les indices sont restés fermement ancrés en zone de contraction. La faiblesse persistante des commandes en août confirme cette tendance. De ce fait, la légère reprise de l’activité industrielle au cours de ce mois n’a probablement été qu’un «soubresaut» statistique. Le principal risque pour l'économie est que les mauvaises nouvelles provenant du secteur manufacturier, orienté vers l'exportation, gagnent les marchés domestiques. L’institut GfK rapporte que les consommateurs se montrent de plus en plus pessimistes envers l'économie et les perspectives d’une hausse de leurs revenus, ce qui freine leurs achats. En conséquence, la confiance des ménages devrait se dégrader en novembre.
Cap inchangé, malgré la stagnation de l'activité 10/10/2019
Ainsi qu’il ressort du fléchissement des données et des indicateurs conjoncturels, l’économie serait en légère récession technique. Ce ralentissement de l’activité touche principalement le secteur manufacturier sans presque aucune incidence sur le reste de l’économie. Pressé de toutes parts d’adopter des mesures de soutien budgétaire, le gouvernement ne va probablement pas aller au-delà de ce que prévoient l’accord de coalition et le plan climat. Les simulations montrent, par ailleurs, que les effets d’entraînement d’une impulsion budgétaire sur les autres pays de la zone euro seraient limités. De plus, la mise en œuvre d’un plan de relance pourrait se heurter à la longueur des délais nécessaires à sa préparation ainsi qu’aux goulets d’étranglement sur le marché du travail. Les tensions politiques pourraient se renforcer après le congrès du Parti social-démocrate en décembre.
L’espoir d’une relance budgétaire de l’Allemagne face à la réalité 27/09/2019
L’Allemagne est probablement en récession technique et les données récentes n’annoncent aucune amélioration à court terme, bien au contraire. Compte tenu d’un excédent budgétaire considérable, les chefs d’entreprises allemands réclament une hausse de la dépense publique. Cette demande fait écho au plaidoyer de Mario Draghi en faveur d’une expansion budgétaire dans les pays disposant d’une marge de manœuvre en matière de finances publiques. Comme le montrent les simulations, les effets d’entrainement sur les autres pays de la zone euro seraient limités. De plus, la mise en œuvre d’un train de mesures budgétaires exige une longue préparation et elle pourrait se heurter aux pénuries de main-d’œuvre.
Le ralentissement s’étend 13/09/2019
Cet été, la plupart des indicateurs conjoncturels ont déçu en terminant en dessous d’attentes déjà mitigées. En juillet, la production industrielle et les commandes ont fortement chuté. Cela pourrait être en partie dû au démarrage précoce des vacances d'été. Dans ce cas, on peut s’attendre à un effet opposé en août. Plus inquiétant encore, le recul de l'indice Ifo sur le climat économique a été plus marqué que prévu en août, en raison de la forte dégradation de la conjoncture dans le commerce et les services. C’est le signe que la détérioration du climat des affaires ne se limite plus à l'industrie manufacturière, comme l'a souligné la Bundesbank. Mais cela a été contredit début septembre par l’indice PMI composite qui a été plus fort que prévu, en raison d’une croissance toujours solide dans les services.
Evaporation de la confiance 10/07/2019
Avec le ralentissement du commerce mondial, l’économie allemande s’appuie principalement sur des politiques budgétaire et monétaire expansionnistes et sur la croissance du revenu disponible réel. Après une contraction modérée au deuxième trimestre, elle devrait légèrement progresser au second semestre 2019. En 2020, les exportations pourraient se redresser et la croissance revenir à un niveau proche du potentiel. Compte tenu de sa forte intégration dans les chaînes de valeur mondiales, l’industrie allemande est assez sévèrement touchée par le ralentissement du commerce mondial. Cette intégration a, certes, permis d’améliorer la productivité et de créer des postes qualifiés, mais elle a aussi accentué les inégalités de revenus.
Des signes de stabilisation 28/06/2019
D’après le baromètre, la situation économique de l’Allemagne est encore moins bonne que les attentes, celles-ci ressortant déjà en baisse. Toutefois, en y regardant de plus près, le tableau n’est pas si mauvais.
Amélioration des données économiques 17/05/2019
Au cours des derniers mois, les données relatives à l’économie allemande se sont clairement améliorées. La production manufacturière s’est renforcée pour le deuxième mois consécutif, mais elle reste très en dessous du niveau de l'année précédente. Les commandes industrielles ont également légèrement augmenté, sans toutefois rejoindre les attentes du marché. Même si la confiance des consommateurs a légèrement fléchi en avril, elle s’est maintenue à un niveau très élevé.
Coup de blues dans l’industrie 18/04/2019
Depuis le milieu de l’année 2018, l’activité économique a quasiment stagné, en grande partie sous l’effet du ralentissement du commerce international. Comme le confirment les enquêtes et les statistiques les plus récentes, la contraction du secteur manufacturier s’est poursuivie au premier trimestre 2019. Fer de lance de l’économie, ce secteur peut devenir une source de vulnérabilité lorsque les vents se font moins porteurs sur les marchés mondiaux. L’Allemagne a toutefois de quoi soutenir sa demande. En 2019, le gouvernement redistribuera aux ménages et aux entreprises une partie des excédents budgétaires records (plus de 50 milliards d’euros) de l’année précédente.
Une lueur d'espoir 05/04/2019
L'horizon semble s'éclaircir pour l'économie allemande, les indicateurs du Barométre se dirigeant vers le quadrant nord-ouest du graphique. Cependant, pour le moment l’amélioration se concentre surtout en dehors de l’important secteur manufacturier du pays.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2279 articles et 579 vidéos