eco TV Week

Les taux d’intérêt négatifs et l’épargne des ménages

03/10/2019

Les taux d’intérêt sont très bas et souvent négatifs dans de nombreux pays de la zone euro. Certains redoutent que cette situation finisse par engendrer un paradoxe de l’épargne qui conduirait à une augmentation du taux d’épargne des ménages. La politique monétaire deviendrait alors impuissante à stimuler la croissance.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Les taux d’intérêt négatifs et l’épargne des ménages : octobre 2019

Rappel de quelques notions

Avant de nous pencher sur les répercussions des taux d’intérêt faibles à négatifs, il convient de préciser quelques notions.

Le taux d’épargne des ménages est le rapport entre l’épargne brute des ménages et le revenu disponible brut, ajusté de la variation de leurs droits à pension.

L’épargne brute est la part du revenu disponible brut qui n’est pas utilisée en dépense de consommation finale. En conséquence, le taux d’épargne augmente lorsque le revenu disponible brut croît à un rythme supérieur à celui de la dépense de consommation finale.

Le taux d’épargne peut être mesuré sur une base brute ou nette. Le taux d’épargne net est mesuré après déduction de la consommation de capital fixe (dépréciation).

L’épargne des ménages peut être estimée en déduisant du revenu disponible la dépense de consommation par unité de consommation et l’ajustement net de la variation de leurs droits à pension.

Le revenu disponible correspond essentiellement aux revenus d’activité et au revenu des entreprises non constituées en société, une fois pris en compte les intérêts nets, les dividendes reçus et les prestations sociales ainsi que le paiement de l’impôt sur le revenu et des cotisations sociales.

L’épargne des ménages peut être utilisée pour la formation de capital des ménages (principalement, l’achat et la rénovation de logements) et pour l’épargne financière.

 

Effets de taux d’intérêt bas et en baisse

Des taux d’intérêt bas et en baisse peuvent avoir un effet sur l’épargne des ménages par le biais de plusieurs canaux.

L’accélération de la croissance économique va se traduire par une augmentation de l’emploi et, par conséquent, du revenu des ménages. Cela devrait stimuler le volume de l’épargne des ménages.

La faiblesse des taux réduit le coût d’opportunité lié à une dépense effectuée au moment présent plutôt qu’à une date ultérieure. C’est ce que l’on appelle l’effet de substitution. Le taux d’épargne s’en trouve ainsi réduit.

L’effet de revenu a des conséquences opposées : comme la baisse des taux d’intérêt implique une diminution des revenus financiers générés par un volume donné d’actifs financiers, les ménages peuvent décider d’accroître leur épargne et de diminuer leurs dépenses.

Enfin, la baisse des taux d’intérêt peut entraîner une hausse des prix de l’immobilier et des marchés actions, créant ainsi un effet de richesse susceptible de stimuler les dépenses de consommation et, par conséquent, de peser sur le volume de l’épargne.

 

Les conséquences de taux réels durablement négatifs

Les rendements nominaux des obligations d’État sont négatifs dans de nombreux pays de la zone euro, même pour les échéances éloignées. Une fois l’inflation prise en compte, les taux d’intérêt réels sont encore plus négatifs. Il s’ensuit un impact défavorable sur le revenu financier qui pose la question de savoir comment certains ménages vont financer une partie de leurs dépenses après leur départ à la retraite.

En d’autres termes, des taux d’intérêt négatifs peuvent entraîner une inadéquation entre actifs et passifs, les premiers étant inférieurs aux seconds. Certains fonds de pension néerlandais sont exactement dans cette situation, ce qui pourrait se solder par une baisse des sommes versées au moment de la retraite.

Les taux négatifs conduiront-ils à une augmentation du taux d’épargne ? Cela dépendra, entre autres facteurs, de l’estimation, faite par les ménages, du maintien de taux négatifs pendant de nombreuses années à venir. La recherche empirique n’apporte pas de réponse claire. Cependant, force est de constater que le taux d’épargne a augmenté dans la zone euro au cours des derniers trimestres ; cela a été le cas en France mais aussi, en particulier, en Allemagne. Après tout, les taux négatifs ont peut-être un impact.

 

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Covid-19 : mesures prises par les banques centrales, les gouvernements et les institutions internationales 09/04/2020
La pandémie de Covid-19 a suscité des réactions importantes en termes de politique économique afin d’en atténuer les conséquences pour l’économie. Ce document passe en revue les mesures prises par les banques centrales et les gouvernements d’un large nombre de pays, de même que celles prises par des institutions internationales. Ce document reprend les mesures jusqu’au 3 avril. Il sera mis à jour régulièrement.
Pandémie de Covid-19 et marché du travail 03/04/2020
Dans la zone euro, la composante « emploi » des indices des directeurs d’achats (PMI) est en baisse, tandis qu’aux Etats-Unis les demandes initiales d’allocation chômage ont grimpé en flèche. Les entreprises ont besoin de souplesse pour gérer leur base de coûts, mais la  perte de revenu des ménages en cas de hausse du chômage agirait comme un vent contraire pour la reprise une fois le confinement terminé. Aux États-Unis, le gouvernement fédéral complétera les indemnités de chômage qui varient d’un État à l’autre. En Europe, plusieurs pays ont pris des mesures pour faciliter le chômage partiel dans les entreprises, tout en limitant l’impact sur les ménages.
Covid-19 : de l’atténuation des conséquences à la stimulation de la croissance 03/04/2020
Les premières conséquences de la pandémie de coronavirus annoncent déjà un coût économique très lourd. Cette édition passe en revue la réaction des politiques monétaire et budgétaire qui visent à en atténuer l’impact. Dans un deuxième temps, il y aura lieu de relancer la demande.
Covid-19 : mesures prises par les banques centrales, les gouvernements et les institutions internationales 31/03/2020
La pandémie de Covid-19 a suscité des réactions importantes en termes de politique économique afin d’en atténuer les conséquences pour l’économie. Ce document passe en revue les mesures prises par les banques centrales et les gouvernements d’un large nombre de pays, de même que celles prises par des institutions internationales. Ce document reprend les mesures jusqu’au 27 mars. Il sera mis à jour régulièrement.
La chute des données économiques confirme la nécessité des mesures de soutien fortes 27/03/2020
Les mesures visant à arrêter la propagation de la pandémie ont un impact profond sur l'économie ; c’est ce qui apparaît de plus en plus dans les données économiques. La baisse record du sentiment des entreprises illustre le bien-fondé des mesures fortes qui ont été prises. La levée des confinements entraînera, mécaniquement, un rebond de l'activité mais une relance supplémentaire sera probablement nécessaire pour maintenir la dynamique.
Face à l’arrêt brutal de l’économie mondiale, la politique économique agit coûte que coûte 20/03/2020
Les données récentes sur l’activité et la demande en Chine montrent l’ampleur du choc  de l’épidémie de coronavirus. Les attentes des entreprises allemandes, qui ont connu une baisse mensuelle sans précédent en mars, en sont une autre illustration. La chute du prix du pétrole agit comme un frein supplémentaire à la croissance et accroît le risque de crédit.Le renforcement du dollar US préoccupe les émetteurs de pays émergents dont la dette est libellée en dollars. Malgré l’action rapide des grandes banques centrales et l’annonce d’un soutien budgétaire de plus en plus massif dans divers pays, les marchés boursiers ont à peine réagi. Le manque de visibilité domine.
Faire face aux conséquences économiques du coronavirus : dans l'attente de l'impulsion budgétaire 13/03/2020
Après avoir perdu plus de 20 % par rapport à son plus haut, Wall Street est entré dans un marché baissier. Les marchés actions internationaux se sont effondrés cette semaine et les spreads des obligations d’entreprises se sont sensiblement creusés. Malgré des nouvelles rassurantes en provenance de Chine, la propagation ininterrompue du coronavirus à l’échelle internationale a plombé les anticipations relatives aux perspectives de croissance pour les mois à venir. Le choc pétrolier n’a fait qu’aggraver les choses. Les banques centrales ont réagi. Après la baisse des taux opérée par la Réserve fédérale, la semaine dernière, la Banque d’Angleterre en a fait autant et la BCE a également pris plusieurs mesures pour soutenir l’activité. La meilleure riposte face à la situation actuelle réside dans un plan de relance budgétaire d’une ampleur suffisante. C’est ce que nous attendons toujours de la part des pouvoirs exécutifs aux États-Unis comme dans la zone euro.
Le rôle important de la politique monétaire face aux conséquences économiques du coronavirus 06/03/2020
La Réserve fédérale américaine a créé la surprise, cette semaine, en abaissant ses taux directeurs de 50 points de base, exceptionnellement entre deux réunions de politique monétaire. De par la nature même du choc, la politique monétaire n’est pas, a priori, l’instrument le plus approprié. La chute de la demande et la disruption de l’offre ne sont pas liées au niveau des taux d’intérêt. Toutefois, la politique monétaire a un rôle important à jouer dans l’environnement actuel afin d’éviter une détérioration des conditions financières et monétaires. Il s’agit là d’une mesure défensive, l’autre possibilité étant de courir le risque que le resserrement de ces conditions exerce un frein supplémentaire sur l’activité.Il semble qu’une telle approche ait joué un rôle dans la décision du FOMC. Elle devrait fortement influencer la BCE lors de sa réunion de la semaine prochaine.
À l’exception de la Chine et de Hong Kong, peu d’impact jusqu’ici du coronavirus 06/03/2020
En début de mois, les indices des directeurs d’achats sont parmi les premiers à fournir des informations pour le mois précédent. Ils étaient tout particulièrement attendus en raison de l’épidémie de coronavirus. Le tableau du secteur manufacturier est extrêmement mitigé avec une baisse marquée de l’indice mondial due à l’effondrement des indices chinois et hongkongais, tandis que l’indice de la zone euro est de nouveau remonté, porté par l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Espagne et la Grèce. L’indice de l’Italie reste stable et celui de la France régresse. Aux États-Unis, l’indice PMI Markit et l’indice ISM baissent. Ainsi, à l’exception de la Chine et de Hong-Kong, les données ne traduisent pas encore l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’économie mais ce n’est qu’une question de temps. Cela s’applique aussi aux indices PMI pour les services en forte baisse en Chine et à Hong-Kong. Celui du Japon s’est considérablement affaibli, contribuant à la baisse de l’indice mondial. L’indice de la zone euro est stable, tandis qu’aux Etats-Unis l’indice Markit baisse et l’indice ISM non manufacturier s’améliore.
Banques centrales : quel équilibre entre inflation et stabilité financière ? 26/02/2020
La question d’un équilibre entre inflation et stabilité financière alimente les débats depuis des décennies.  Dans ce second épisode, William De Vijlder montre comment, pour les banques centrales,  l’objectif d’inflation prime sur la stabilité financière.  A travers quelques exemples, il nous montre comment les banques centrales, confrontées à un possible risque d’instabilité souvent causée par les turbulences des marchés financiers, choisissent de maintenir leur cap.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2376 articles et 603 vidéos