eco TV Week

Les taux d’intérêt négatifs et l’épargne des ménages

03/10/2019

Les taux d’intérêt sont très bas et souvent négatifs dans de nombreux pays de la zone euro. Certains redoutent que cette situation finisse par engendrer un paradoxe de l’épargne qui conduirait à une augmentation du taux d’épargne des ménages. La politique monétaire deviendrait alors impuissante à stimuler la croissance.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Les taux d’intérêt négatifs et l’épargne des ménages : octobre 2019

Rappel de quelques notions

Avant de nous pencher sur les répercussions des taux d’intérêt faibles à négatifs, il convient de préciser quelques notions.

Le taux d’épargne des ménages est le rapport entre l’épargne brute des ménages et le revenu disponible brut, ajusté de la variation de leurs droits à pension.

L’épargne brute est la part du revenu disponible brut qui n’est pas utilisée en dépense de consommation finale. En conséquence, le taux d’épargne augmente lorsque le revenu disponible brut croît à un rythme supérieur à celui de la dépense de consommation finale.

Le taux d’épargne peut être mesuré sur une base brute ou nette. Le taux d’épargne net est mesuré après déduction de la consommation de capital fixe (dépréciation).

L’épargne des ménages peut être estimée en déduisant du revenu disponible la dépense de consommation par unité de consommation et l’ajustement net de la variation de leurs droits à pension.

Le revenu disponible correspond essentiellement aux revenus d’activité et au revenu des entreprises non constituées en société, une fois pris en compte les intérêts nets, les dividendes reçus et les prestations sociales ainsi que le paiement de l’impôt sur le revenu et des cotisations sociales.

L’épargne des ménages peut être utilisée pour la formation de capital des ménages (principalement, l’achat et la rénovation de logements) et pour l’épargne financière.

 

Effets de taux d’intérêt bas et en baisse

Des taux d’intérêt bas et en baisse peuvent avoir un effet sur l’épargne des ménages par le biais de plusieurs canaux.

L’accélération de la croissance économique va se traduire par une augmentation de l’emploi et, par conséquent, du revenu des ménages. Cela devrait stimuler le volume de l’épargne des ménages.

La faiblesse des taux réduit le coût d’opportunité lié à une dépense effectuée au moment présent plutôt qu’à une date ultérieure. C’est ce que l’on appelle l’effet de substitution. Le taux d’épargne s’en trouve ainsi réduit.

L’effet de revenu a des conséquences opposées : comme la baisse des taux d’intérêt implique une diminution des revenus financiers générés par un volume donné d’actifs financiers, les ménages peuvent décider d’accroître leur épargne et de diminuer leurs dépenses.

Enfin, la baisse des taux d’intérêt peut entraîner une hausse des prix de l’immobilier et des marchés actions, créant ainsi un effet de richesse susceptible de stimuler les dépenses de consommation et, par conséquent, de peser sur le volume de l’épargne.

 

Les conséquences de taux réels durablement négatifs

Les rendements nominaux des obligations d’État sont négatifs dans de nombreux pays de la zone euro, même pour les échéances éloignées. Une fois l’inflation prise en compte, les taux d’intérêt réels sont encore plus négatifs. Il s’ensuit un impact défavorable sur le revenu financier qui pose la question de savoir comment certains ménages vont financer une partie de leurs dépenses après leur départ à la retraite.

En d’autres termes, des taux d’intérêt négatifs peuvent entraîner une inadéquation entre actifs et passifs, les premiers étant inférieurs aux seconds. Certains fonds de pension néerlandais sont exactement dans cette situation, ce qui pourrait se solder par une baisse des sommes versées au moment de la retraite.

Les taux négatifs conduiront-ils à une augmentation du taux d’épargne ? Cela dépendra, entre autres facteurs, de l’estimation, faite par les ménages, du maintien de taux négatifs pendant de nombreuses années à venir. La recherche empirique n’apporte pas de réponse claire. Cependant, force est de constater que le taux d’épargne a augmenté dans la zone euro au cours des derniers trimestres ; cela a été le cas en France mais aussi, en particulier, en Allemagne. Après tout, les taux négatifs ont peut-être un impact.

 

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

FMI : légère accélération de la croissance liée à des facteurs idiosyncratiques 18/10/2019
Selon la conseillère économique du FMI, les perspectives de croissance sont précaires. Le Fonds prévoit une légère amélioration de la croissance l’année prochaine portée par un nombre limité de pays émergents et de pays en développement, actuellement en difficulté ou en sous-régime. Cette accélération modeste de la croissance tiendrait à des facteurs propres à certains pays plutôt qu’à des anticipations d’amélioration généralisée. La croissance devrait continuer à se tasser aux États-Unis bien au-delà de 2020 et, d’après les projections, elle se repliera en Chine à 5,8 %, l’année prochaine. Dans ce contexte, les projections relatives à un léger rebond dans la zone euro, rebond tiré par l’Allemagne et l’Italie et conditionné par la reprise de la demande extérieure, semblent ambitieuses.  
Incertitude : a-t-elle atteint un sommet ? 18/10/2019
Il existe différents moyens de mesurer l’incertitude. Si l’on part du haut à gauche et que l’on tourne dans le sens de l’aiguille d’une montre, l’indicateur de l’incertitude relatif à la politique économique, qui est basé sur la couverture médiatique, est historiquement à son point le plus haut en raison des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et des craintes d’un Brexit chaotique...
Une rentrée économique marquée par l’incertitude 09/09/2019
Cet été, les signes de ralentissement de l’économie mondiale se sont multipliés, l’incertitude est montée d’un cran et de nouveaux assouplissements monétaires ont été évoqués. Ces sujets devraient continuer de s’imposer au cours des prochains mois.
La stabilité financière : déterminants et définitions 04/09/2019
La stabilité financière n’est pas seulement le gage d’une économie performante, elle permet également d’amortir les chocs qui rendent les acteurs économiques vulnérables et in fine déséquilibrent l’ensemble du système financier. Dans cet épisode, William De Vijlder fera le point sur les éléments qui rendent les États vulnérables aux crises ainsi que sur les facteurs pouvant déséquilibrer les systèmes financiers. 
La stabilité financière : retour sur l’histoire 04/09/2019
La crise financière de 2008  a été particulièrement marquante mais n’est pas un phénomène unique dans l‘histoire. Dans cet épisode, William De Vijlder évoque quelques-unes des grandes récessions de l’Histoire et analyse les mesures mises en œuvre par les banques centrales pour faire face aux événements. Nous verrons comment la stabilité financière devient une des préoccupations des banques centrales dans les années 2000 et comment la crise de 2008 n’a fait que renforcer cet objectif de stabilisation avec la création, dès 2009, d’organismes internationaux tels que le FSB (Financial Stability  Board).
Stabilité financière et banques centrales 04/09/2019
Dans ce dernier épisode, William De Vijlder examine la position qu’adoptent actuellement la BRI (Banque des règlements internationaux), la BCE (Banque Centrale Européenne), la Fed (Réserve Fédérale) et la Banque du Japon en matière de stabilité financière. Dans le contexte actuel de taux bas dont on peut s’interroger sur les effets à long terme, William De Vijlder s’intéressera tout particulièrement à la Banque du Japon. Quelles sont les conséquences sur l’économie japonaise de la politique de taux-plancher qu’elle pratique depuis 20 ans ?  
Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » 28/06/2019
Le projet de nouvelle crypto-monnaie « Libra » que Facebook prévoit de lancer en 2020 soulève plusieurs interrogations et appelle une réponse adaptée du régulateur.
Derrière les chiffres, l’incertitude 24/05/2019
À première vue, les prévisions de printemps du FMI, de la Commission européenne et de l’OCDE tablent sur une croissance correcte, sans plus. En y regardant de plus près, c’est l’inconfort qui découle des analyses.
Pourquoi la croissance doit être inclusive 27/02/2019
Dans cette nouvelle série de podcasts, William De Vijlder défend l’idée que la croissance ne peut être durable que si elle est inclusive. En effet, la réduction durable de la pauvreté nécessite une croissance inclusive qui permette à chacun de contribuer à la croissance économique et d'en tirer parti. Dans ce premier épisode, nous découvrons que la croissance inclusive se réfère à la fois au rythme et au modèle de croissance, qui sont étroitement liés. Entretien réalisé avec François Doux.
La croissance inclusive, un défi au niveau des pays 27/02/2019
La lutte contre les inégalités est l’un des principaux défis de la croissance inclusive. Cet épisode explique pourquoi, dans un pays donné, la croissance inclusive est essentielle pour lutter contre les inégalités et ce qu’il est possible de faire en termes de politique. Entretien réalisé avec François Doux.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2230 articles et 563 vidéos