eco TV Week

Le vrai faux retour de l’inflation

07/09/2018

L’inflation, c’est-à-dire la hausse du niveau général des prix, a nettement accéléré depuis le début de l’année en France, comme dans toute la zone euro. A un peu plus de 2% sur un an en juillet-août elle est au plus haut depuis 2012.

Jean-Luc PROUTAT

TRANSCRIPT // Le vrai faux retour de l’inflation : septembre 2018

Alourdissement de la facture énergétique

L’inflation, c’est-à-dire la hausse du niveau général des prix, a nettement accéléré depuis le début de l’année en France, comme dans toute la zone euro. A un peu plus de 2% sur un an en juillet-août (2,3% en France) elle est au plus haut depuis 2012.

Pour les ménages, notamment les plus modestes, cette poussée des prix est assez mal vécue. Elle touche en effet des dépenses du quotidien difficilement compressibles, comme l’alimentation et, surtout, l’énergie.

Conséquence de la remontée des cours du pétrole, ce poste s’est beaucoup renchéri depuis un an : de près de 10% en zone euro, davantage en France du fait de l’alourdissement de la fiscalité sur les carburants. Il explique l’essentiel (environ 70%) de la remontée de l’inflation.

Cela signifie que, pour malvenu qu’il soit, le mouvement peut être transitoire, les prix de l’énergie étant notoirement volatils. Ils peuvent rester sous pression ou, au contraire, baisser, selon l’évolution des tensions au Moyen-Orient, de la croissance en Chine, de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis…

Pour juger de la stabilité des prix et fixer ses taux d’intérêt, la Banque centrale européenne préfère ainsi passer outre les va-et-vient de la facture énergétique et se concentrer sur l’inflation dite « sous-jacente ».

 

Inertie des prix  sous-jacents

Or celle-ci est plus que sage : depuis plusieurs années, elle s’inscrit sur une pente à 1%, dont elle ne dévie guère. L’inflation sous-jacente est animée par les prix des biens manufacturés, stables voire en baisse, et par ceux des services, qui augmentent peu et incorporent, pour l’essentiel, les salaires.

Ainsi, beaucoup plus qu’aux prix du pétrole, c’est à la hausse des salaires que la Banque centrale s’intéresse. Et le fait est qu’en zone euro, celle-ci a tendance à accélérer avec le recul du chômage et la résorption du sous-emploi, dans un schéma connu sous le vocable de courbe de Phillips (du nom de l’économiste l’ayant, pour la première fois, mise en évidence).

Mais le rebond est modeste, notamment si on le relie aux gains de productivité, qui ont aussi tendance à se redresser. Cela suggère qu’en zone euro, comme dans la plupart des économies avancées, ladite courbe de Phillips se serait aplatie : à tension équivalente sur le marché du travail, la réactivité des salaires et, in fine, celle des prix seraient moindres.

La principale explication donnée à ce phénomène est que le pouvoir de négociation des salariés se serait érodé avec le temps, du fait du recul de leur représentativité.

Il y a d’abord les conséquences du vieillissement. En 2018, en France, les actifs sont deux fois moins nombreux que les retraités que trente ans auparavant. Il existe aussi des causes institutionnelles, comme la désindexation progressive des salaires ou le recul du taux de syndicalisation, un phénomène commun à tous les pays avancés.

Enfin, avec la mondialisation, la nature même des emplois ainsi que le degré de protection qui s’y attache ont évolué. De nouvelles formes de contrats, plus flexibles, se sont développées, y compris jusqu’à très récemment. En France, Italie et Espagne, trois emplois sur quatre créés depuis 2013 sont à durée déterminée.

 

Faiblesse des taux d’intérêt

La conclusion est qu’au-delà des tensions induites par les prix du pétrole, la mécanique inflationniste paraît loin de vouloir s’emballer, en France comme dans l’ensemble de la zone euro. La courroie d’entrainement salaires-prix ne fonctionne plus comme avant; la courbe de Phillips s’est, sans doute, aplatie.

Pour la Banque centrale, qui vise un objectif d’inflation à 2% autre que transitoire, il y a très peu d’incitation, même encore aujourd’hui, à remonter les taux d’intérêt.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Impulsion du crédit 15/02/2019
Au dernier trimestre de l’année 2018, la croissance annuelle de l’encours de crédits au secteur privé non financier s’est stabilisée aux alentours de 3,3% au sein de la zone euro. Les données d’enquête suggèrent toutefois une moindre appétence des ménages et des entreprises pour le crédit depuis le début de 2018. En outre, et contrairement à ce qui fut observé en 2018, les banques prévoient de ne plus assouplir leurs conditions d’octroi au premier trimestre 2019. Outre le ralentissement de l’activité, ces deux facteurs pourraient peser sur les évolutions des encours de crédit bancaire durant les prochains trimestres.
Ce que nous dit le fléchissement du sentiment économique sur la croissance 08/02/2019
La Commission européenne prévoit désormais 1,3 % de croissance dans la zone euro pour 2019, contre 1,9 % auparavant. Cette révision à la baisse n’est pas une surprise, compte tenu de la tendance au repli de plusieurs indicateurs d’enquête. Les résultats récents de ces indicateurs concernant les estimations de l’évolution du PIB ont néanmoins été contrastés, ce qui rend l’évaluation de la dynamique de croissance actuelle d’autant plus difficile.
Croissance résistante mais peu allante 08/02/2019
La plupart des dernières données économiques demeurent basses au regard de leurs moyennes passées. Bien qu’à un niveau faible, l’indice PMI dans le secteur des services a surpris à la hausse en janvier 2019, s’établissant au même niveau que le mois précédent (51,2) après trois mois consécutifs de baisse. La stabilité de la croissance économique de la zone euro au T4 2018 (+0,2% t/t) reflète des performances nationales disparates.
Politique monétaire de la BCE : une approche plus prudente 25/01/2019
Selon la BCE, les risques qui pèsent sur la croissance économique en zone euro progressent, mais aucune décision nouvelle n'a été actée.
Vingt ans, et un sérieux ralentissement 24/01/2019
Après 20 ans d’une existence déjà mouvementée, la zone euro entre dans une nouvelle période d’incertitude. Sa croissance fléchit nettement, sur fond de dégradation des indicateurs conjoncturels. Entre chocs temporaires et freins structurels à la croissance, 2019 est exposée à de nombreux risques. Dans ce contexte, et face à une inflation sous-jacente encore trop basse, la Banque centrale européenne (BCE) aborde prudemment cette nouvelle année.
Marché du travail en zone euro : un mieux qui reste inégal 10/01/2019
L’emploi en zone euro affiche une croissance vigoureuse depuis 2013 et le taux de chômage est au plus bas depuis dix ans. Des indicateurs plus larges reflètent cependant une sous-utilisation de la main-d’œuvre encore élevée par endroits, tous les pays n’ayant pas connu la même amélioration. Dans le contexte de ralentissement économique, la question de la poursuite du rebond des salaires se pose.
Essoufflement des perspectives de croissance en Zone euro 08/01/2019
Après l’embellie économique de 2017, la Zone euro ralentit. La montée générale des incertitudes en Europe et ailleurs pèse sur l’environnement économique, en particulier sur l’Allemagne, traditionnel moteur de la croissance de la Zone.
Impulsion du crédit 21/12/2018
Après s’être stabilisée entre juillet et septembre, l’impulsion du crédit a diminué en octobre, traduisant de nouveau une accélération du crédit au secteur privé sur douze mois glissants, moins vigoureuse toutefois.
BCE : de l’assouplissement quantitatif à la "pause quantitative" 14/12/2018
Comme prévu, le Conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de mettre fin aux achats nets dans le cadre de son programme de rachat d’actifs. Cette nouvelle phase pourrait être qualifiée de « pause quantitative » avant le passage au resserrement quantitatif, c’est-à-dire à la diminution de la taille du bilan de la banque centrale. La fin des achats nets renforce le rôle du forward guidance comme outil de contrôle des anticipations de taux d’intérêt. Le forward guidance amélioré, c’est-à-dire la poursuite du réinvestissement du produit des obligations arrivant à échéance, pendant une période de temps prolongée après le premier relèvement de taux, devrait rassurer le marché.
Des signaux moins négatifs qu’attendu, mais des risques baissiers 14/12/2018
Bien que la plupart des indicateurs conjoncturels s’établissent au-dessus des attentes en novembre 2018, ces derniers poursuivent leur tendance baissière. En particulier, les indices PMI manufacturier et services diminuent une nouvelle fois, pénalisés par le fort recul des PMI en France dans le contexte social actuel tendu. La croissance économique de la zone euro au T3 2018 (+0,2 %) reflète des performances nationales disparates.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2027 articles et 558 vidéos