EcoFlash

PDF
La BCE annonce moins de croissance et un soutien monétaire  
prolongé  
Louis Boisset  
Projections économiques  
La BCE a revu sensiblement à la baisse ses projections  
de croissance pour 2019. L’inflation serait plus modérée  
sur l’ensemble de l’horizon de prévision.  
PIB réel  
Inflation  
Inflation sous-jacente  
mars-19  
dec-18  
1,7  
mars-19  
1,2  
dec-18  
1,6  
mars-19  
1,2  
dec-18  
1,4  
2
2
019  
020  
1,1  
1,6  
1,5  
Le président M. Draghi reconnait un niveau  
particulièrement élevé d’incertitudes, mais indique que la  
bonne tenue du marché du travail soutient l’activité.  
1,7  
1,5  
1,5  
1,6  
1,7  
1,8  
1,4  
1,6  
1,6  
1,8  
2021  
Les taux directeurs n’augmenteront pas en 2019. Une  
nouvelle vague de prêts à long terme (TLTRO), d’une  
maturité de deux ans, sera enclenchée à compter de  
septembre 2019 et jusqu’en mars 2021.  
Tableau 1  
Source : BCE  
M. Draghi a insisté sur le niveau particulièrement élevé  
d’incertitudes (« pervasive uncertainties »).  
Réactivation des prêts à long terme  
Révisions à la baisse en 2019, optimisme  
prudent par la suite  
La forward guidance sur les taux est modifiée. Alors que  
jusqu’ici, les taux ne devaient pas augmenter avant l’été  
2
019, ils resteront finalement inchangés sur l’ensemble de  
A l’occasion de la réunion du Conseil des gouverneurs du 7  
mars, la Banque Centrale Européenne  
abaissé sa projection de croissance pour 2019, qui passe de  
,7% à 1,1%. Le ralentissement est vu comme temporaire,  
puisque les chiffres attachés à 2020 et 2021 changent peu  
taux de croissance prévus respectivement à 1,6% et 1,5%).  
a
sensiblement  
cette année.  
Parmi les annonces attendues, les prêts à long-terme aux  
banques de la zone euro (TLTRO) étaient en tête de liste. Le  
président de la BCE a ainsi confirmé le lancement d’une  
nouvelle vague de TLTRO (TLTRO-III). D’une maturité de  
deux ans chacune, ces opérations s’étaleront de septembre  
1
(
Le rebond en 2020 serait soutenu par la dissipation des effets  
négatifs, domestiques comme extérieurs.  
2
019 à mars 2021 et le taux assorti sera indexé sur le taux  
L’inflation globale est également revue à la baisse sur tout  
l’horizon de prévision. Elle atteint 1,2% en 2019 dans le  
nouveau scénario (contre 1,6% dans l’estimation précédente)  
avant de ré-augmenter modérément en 2020 et 2021. Malgré  
le ralentissement des coûts salariaux unitaires, Mario Draghi  
a rappelé que, compte tenu du dynamisme du marché du  
travail et de l’orientation favorable des salaires, la BCE reste  
confiante quant à la convergence de l’inflation vers 2% à  
moyen terme. La transmission de la dynamique des salaires à  
l’inflation pourrait toutefois prendre du temps. La composante  
sous-jacente est révisée en baisse de 0,2 point chaque  
année. Elle s’établirait à 1,2%, 1,4% et 1,6% respectivement  
en 2019, 2020, 2021.  
principal de refinancement, aujourd’hui à zéro. Une option  
reste ouverte concernant une potentielle hausse des taux  
d’intérêt (y compris du taux de dépôt) à partir de 2020.  
Ces prêts à long terme ont deux principaux objectifs: (i) éviter  
un choc négatif de liquidité, en particulier au regard des ratios  
bancaires et (ii) soutenir la transmission de la politique via la  
stimulation du crédit au secteur privé.  
Ce soutien à la demande interne permet de compenser un  
environnement international moins porteur.  
Louis Boisset  
louis.boisset@bnpparibas.com  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2279 articles et 579 vidéos