EcoWeek

PDF
BCE : un assouplissement en septembre, mais de combien?  
Le Conseil des gouverneurs a chargé des comités de l'Eurosystème d'examiner ses options en matière de politique  
monétaire Compte tenu de son insistance à propos de sa détermination, la BCE, à l’issue de sa réunion de jeudi dernier, a  
exprimé pour l’essentiel son engagement à assouplir sa politique lors de sa réunion du 12 septembre Conscient de  
l'importance pour la BCE de défendre sa crédibilité en matière de ciblage de l'inflation, Mario Draghi a très clairement signifié  
son mécontentement face à l’inflation actuelle et à ses perspectives, ajoutant que la politique monétaire resterait très  
accommodante encore longtemps.  
Lors de sa conférence de presse, qui s'est tenue hier, le président de la  
BCE a délivré de nombreux messages, mais on retiendra surtout que le  
TAUX BUND A 10 ANS INTRAJOURNALIER*  
Conseil des gouverneurs, craignant que l'inflation reste trop en dessous  
de son objectif, fera tout ce qui est nécessaire pour atteindre sa cible.  
Pourtant, cela n’a pas impressionné les marchés et les rendements du  
Bund ont légèrement augmenté pendant l’intervention de Mario Draghi.  
Ce n'est pas une surprise : les rendements obligataires sont en baisse  
depuis son discours de Sintra, fin juin, ce qui laisse penser que des  
assouplissements avaient été anticipés. La décision prise jeudi de laisser  
la politique inchangée a déclenché des prises de bénéfices, alors que le  
message n’était rien de moins qu’un engagement à assouplir la politique  
monétaire lors de la prochaine réunion du 12 septembre. D'ici là, des  
comités de l'Eurosystème ont été chargés d'examiner les différentes  
options en matière de politique monétaire (forward guidance, mesures  
d'atténuation, telles que la conception d'un système à plusieurs niveaux  
pour la rémunération des réserves, le volume et la nature d’achats  
d’actifs) et de formuler des recommandations. De nouvelles projections  
économiques de la BCE seront également disponibles à cette occasion.  
Taux Bund à 10 ans, 25 juillet 2019 (%)  
-
-
-
-
-
-
0,31  
0,33  
0,35  
0,37  
0,39  
0,41  
-0,43  
0,45  
-
*
entre 9h00 et 18h00 heure de Paris. La conférence de presse a eu lieu de 14h30 à 15h30.  
Conscient de l'importance de maintenir sa crédibilité en tant que banque  
centrale, Mario Draghi a expliqué en détail, lors des réponses aux  
questions des journalistes, dans quelle mesure le message du Conseil  
des gouverneurs avait changé : 1) l'introduction dun biais vers  
l’assouplissement par la introduction des mots « ou à des niveaux plus  
Sources : Bloomberg, BNP Paribas  
i
faibles » dans la forward guidance , 2) il a reconnu que « les taux  
d'inflation, tant réalisés que prévus, ont durablement été inférieurs à notre  
objectif », 3) il a insisté sur sa détermination à agir et donc à charger des  
comités d’examiner les options possibles, 4) il a insisté sur la symétrie  
dans la poursuite de son objectif d’inflation, ce qui signifie que se  
rapprocher de la cible n’impliquerait pas automatiquement l’imminence  
d’un resserrement.  
Revue des marchés  
Baromètre & calendrier  
Scénario économique  
/…  
2
Ecoweek 19-30 // 26 juillet 2019  
economic-research.bnpparibas.com  
Pour éviter toute ambiguïté, la déclaration introductive indique que le  
Conseil des gouverneurs « se tient donc prêt à ajuster l’ensemble de ses  
instruments de façon adéquate pour assurer le rapprochement durable de  
l’inflation par rapport à son objectif.» Pour le moment, la BCE est loin de  
cet objectif, d’où les nombreuses fois où Mario Draghi a exprimé son  
ii  
mécontentement face à cette situation pendant la conférence de presse.  
Que cela change dans un avenir proche dépendra bien sûr de l'évolution  
de l'économie. Sur la base des propos tenus par le président de la BCE,  
on peut dire que, d'une part, le risque de récession peut être considéré  
comme faible grâce à la résilience du marché du travail, du secteur des  
services et du secteur de la construction. En outre, les prêts aux sociétés  
non financières progressent à un rythme soutenu et ceux aux ménages  
s'améliorent progressivement. En revanche, les données récentes  
laissent présager une faiblesse de la croissance au troisième trimestre et  
les perspectives s’aggravent dans le secteur manufacturier. Cela pourrait  
aussi finir par peser sur les services. De plus, les risques restent à la  
baisse. Fait important, la répercussion de la hausse des salaires sur les  
prix finaux prend plus de temps que prévu. En conséquence, l’inflation de  
base de la zone euro reste obstinément basse, les indicateurs  
d’anticipations d’inflation fondés sur le marché ont baissé et il en a été de  
même dans l’Enquête des prévisionnistes professionnels.  
La dynamique de l'inflation dépendra également de l'ampleur de  
l'assouplissement monétaire et de son efficacité. Sur ce dernier point, le  
président de la BCE a mis en garde : avec ses collègues, il estime que les  
instruments monétaires sont efficaces mais que leur impact peut  
diminuer. Cependant, cela ne devrait pas "exempter la politique monétaire  
de faire ce qui est nécessaire ou ce que nous estimons nécessaire sur la  
base des informations actuelles". L'assouplissement du 12 septembre  
prochain apparaît donc comme une évidence et la question est plutôt de  
savoir comment et combien. Nous prévoyons une réduction du taux des  
dépôts de 10 points de base, combinée à la mise en place d'un système à  
plusieurs niveaux pour la rémunération des réserves.  
William De Vijlder  
i
«
Au terme de notre examen régulier de la situation économique et monétaire, nous avons décidé de laisser les taux d’intérêt directeurs de la BCE inchangés. Nous prévoyons qu’ils  
resteront à leurs niveaux actuels, ou à des niveaux plus faibles, au moins pendant le premier semestre 2020 et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire pour assurer la poursuite de la  
convergence durable de l’inflation vers notre objectif à moyen terme.» Source: BCE, Déclaration introductive à la conférence de presse du 25 juillet 2019  
ii  
Au cours des questions-réponses, il y a fait six fois référence de façon explicite ou implicite. Source: BCE, Transcription de la conférence de presse de Mario Draghi et Luis de Guindos du  
2
5 juillet 2019.  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2179 articles et 563 vidéos