Perspectives

Chocs en série

e
Eco Perspectives // 2 trimestre 2022  
economic-research.bnpparibas.com  
1
6
ROYAUME-UNI  
CHOCS EN SÉRIE  
Le temps du soutien budgétaire et monétaire sans limite est révolu au Royaume-Uni, où la priorité est de réduire les  
déficits et l’inflation. Face au choc provoqué par l’invasion russe de Ukraine, qui promet d’alourdir un peu plus encore  
la facture énergétique et alimentaire des Britanniques, les mesures gouvernementales de soutien au pouvoir d’achat  
apparaissent limitées. En 2022, un ralentissement marqué de l’économie est à prévoir.  
Le Royaume-Uni n’est pas le pays le plus exposé commercialement à  
la Russie : il ne lui achète pratiquement pas de gaz et ne lui destinait,  
CROISSANCE ET INFLATION  
en 2019, que 0,7% de ses exportations de biens (contre, par exemple,  
2
% pour l’Allemagne). Il n’empêche, outre-Manche comme dans toute  
Croissance du PIB  
Inflation  
l’Europe, les sanctions et pénuries découlant de la guerre russe en  
Ukraine exacerbent les tensions inflationnistes et assombrissent les  
perspectives économiques.  
Prévisions  
Prévisions  
9
6
3
0
3
7.5  
7
.0  
3
.6  
3
.2  
2
.5  
1.7  
VERS UNE INFLATION À 9% ?  
0.9  
À l’occasion de son Rapport de printemps, l’Office for Budget  
Responsibility (OBR) a ramené de 6% à 3,8% sa prévision de croissance  
pour 2022 ; il estime par ailleurs que la hausse annuelle des prix,  
déjà supérieure à 6%, pourrait culminer à 9% dans les prochains mois.  
À l’origine de cette escalade figure, à nouveau, l’énergie, dont la facture  
s’alourdit considérablement en avril du fait de la révision en hausse des  
tarifs réglementés du gaz et de l’électricité (+54%). L’inflation est aussi  
entretenue par la pénurie chronique de main d’œuvre dans certains  
secteurs, comme l’agriculture ou les transports, une conséquence de  
l’épidémie de Covid-19, mais aussi du Brexit.  
-
-6  
-
9
-
9.8  
2020  
GRAPHIQUE 1  
-12  
2021  
2022  
2023  
2020  
2021  
2022  
2023  
SOURCE : BNP PARIBAS GLOBAL MARKETS  
Pour les ménages britanniques, dont les revenus réels ont commencé  
à baisser, les pertes de pouvoir d’achat vont s’accentuer (graphique 2).  
Pour le chancelier de l’Échiquier, Rishi Sunak, le temps du « quoi qu’il  
en coûte » semble toutefois révolu. Certes, alors que la nouvelle loi de  
ROYAUME-UNI : SALAIRES RÉELS (GLISSEMENT ANNUEL EN %)  
8
6
4
2
0
2
4
1
finances, effective depuis avril, épouse un tournant restrictif , quelques  
mesures correctrices ont été annoncées : baisse de 5 pence par litre  
(
6 centimes d’euro) de la taxe sur les carburants, application d’une  
TVA à 0% sur les panneaux solaires, doublement de la dotation au  
Household’s Support Fund, etc. Mais selon l’OBR, le dispositif est loin  
de compenser la hausse de la pression fiscale programmée en 2022 et  
au-delà.  
Du côté de la politique monétaire, l’humeur n’est pas plus à la  
complaisance, comme s’il fallait compenser l’inaction de 2021 face au  
dépassement de la cible d’inflation. Le 16 mars, la Banque centrale a  
augmenté, pour la troisième fois consécutivement, son taux directeur  
désormais fixé à 0,75%. Bien qu’exprimant sa préoccupation face aux  
conséquences de la guerre russe en Ukraine, le Conseil de politique  
monétaire (MPC) a voté à la quasi-unanimité (huit voix contre une)  
pour un tour de vis supplémentaire. Constatant une remontée  
des anticipations d’inflation, le MPC juge qu’un resserrement  
supplémentaire « modeste » reste approprié au cours des prochains  
mois.  
-
-
2
015  
2016  
2017  
2018  
2019  
2020  
2021  
2022  
GRAPHIQUE 2  
SOURCES : ONS, ESTIMATIONS BNP PARIBAS  
Le temps du soutien budgétaire et monétaire sans limite est donc  
révolu au Royaume-Uni, et les mesures gouvernementales en faveur du  
pouvoir d’achat restent, à ce stade, limitées. En 2022, un ralentissement  
marqué de l’économie est à prévoir.  
Achevé de rédiger le 4 avril 2022  
Jean-Luc Proutat  
Jean-luc.proutat@bnpparibas.com  
1
En gelant, par exemple, les barèmes d’impôt sur les revenus, ou en augmentant (de 1,25 point) les taux de cotisation à l’assurance maladie, pour un surcroît de recettes annuelles attendu à GBP 12 milliards.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1785 articles et 354 vidéos