Perspectives

PDF
e
7
EcoPerspectives // 4 trimestre 2019  
economic-research.bnpparibas.com  
Japon  
Inquiétudes sur le secteur exportateur  
La croissance du PIB japonais a été plus forte que prévu début 2019. Malgré les difficultés actuelles du secteur exportateur, la  
demande interne, privée comme publique, a pris pour l’heure le relais. A court terme, deux sources d’inquiétude pèsent sur le  
scénario macroéconomique japonais. D’abord, le Japon est particulièrement exposé au ralentissement de l’économie chinoise et du  
commerce international. Ensuite, la hausse de TVA en octobre freinerait la consommation à la fin de l’année et peut-être en 2020.  
Face à ces incertitudes internes et externes, les politiques monétaire et budgétaire resteront accommodantes mais leur efficacité  
pourrait être limitée.  
Les derniers chiffres de croissance au Japon ont plutôt surpris à la  
hausse et l’activité se maintient à un rythme relativement robuste  
depuis fin 2018. Les inquiétudes liées à l’exposition de l’économie  
japonaise à l’Asie, ainsi qu’aux comportements de consommation  
face à la hausse de TVA en octobre, restent toutefois présentes.  
1
- Croissance et inflation  
Croissance du PIB (%)  
Inflation (%)  
Prévision  
Prévision  
1.9  
Les exportations piétinent  
1
.2  
1
.0  
e
0.8  
Depuis le 4 trimestre 2018, le PIB japonais progresse à un rythme  
soutenu. Bien qu’en baisse, la croissance trimestrielle reste  
relativement robuste et atteint +0,3% au T2 2019 après +0,5% au  
T1 2019 et +0,4% au T4 2018. Tandis que la consommation totale a  
0
.6  
0.6  
0
.5  
0.3  
0
.2  
e
-0.1  
accéléré au 2 trimestre 2019, les exportations japonaises souffrent  
1
6
17  
18  
19  
20  
16  
17  
18  
19  
20  
depuis le début de l’année. Le ralentissement économique en  
Europe et dans les pays émergents, en Chine en particulier, celui  
du commerce mondial et le conflit commercial pèsent sur les  
secteurs exportateur et manufacturier japonais.  
Sources : comptes nationaux, BNP Paribas  
2-Exportations et PMI au Japon  
Les derniers indicateurs conjoncturels indiquent une dégradation  
sensible et prolongée dans le secteur manufacturier. Le PMI de ce  
secteur est installé en-dessous du seuil d’expansion de 50 depuis  
plusieurs mois (48,9 en septembre 2019) tandis que le PMI services  
se maintient à des niveaux confortables (52,8). Cette dynamique  
pourrait notamment refléter la bonne tenue de la consommation  
privée au T3 2019 par effets d’anticipation avant la hausse de TVA  
prévue pour octobre. La dernière enquête Tankan de la Banque du  
Japon, qui fournit une indication de la confiance des entreprises,  
renvoie un signal identique. L’activité manufacturière continue de se  
dégrader en 2019 tandis que les entreprises non manufacturières  
résistent. Compte tenu de son poids important dans l’économie  
japonaise, les difficultés du secteur manufacturier pourraient peser  
plus sensiblement sur la croissance du pays dans les mois à venir.  
En effet, la valeur ajoutée manufacturière au Japon équivaut à 20%  
du PIB (contre 14% en moyenne dans les l’OCDE).  
Exportations japonaises vers l’Asie (volume, %, y/y, é.g.)  
PMI Services PMI Manufacturier  
20  
15  
10  
5
0
60  
55  
50  
45  
40  
-5  
-10  
-15  
-20  
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019  
Sources : Markit, ministère des Finances  
En 2020, la croissance économique devrait décliner pour atteindre  
seulement +0,2% après +1,2% en 2019. Aux incertitudes relatives  
au commerce international s’ajoutent celles liées à la hausse de  
2 points de TVA en octobre 2019, qui jouerait défavorablement sur  
la consommation des ménages. De son côté, l’investissement des  
entreprises, déjà fragilisé ces derniers mois, continuerait de souffrir  
des difficultés du secteur manufacturier. La politique publique  
resterait relativement accommodante, du côté monétaire (qui  
dispose de moyens limités) comme budgétaire (en partie il est vrai  
en vue de compenser la hausse de TVA).  
Les difficultés du secteur exportateur au Japon ont débuté avant les  
tensions commerciales. Très concentrées sur l’Asie et en particulier  
sur la Chine (près de 20% du total), les exportations japonaises font  
face déjà depuis 2011 et le début du ralentissement tendanciel  
chinois, à une dynamique globalement affaiblie. En particulier, les  
exportations japonaises vers la Chine ont connu un contrecoup  
important après une faste décennie 2000. Les difficultés de la Chine  
et des économies d’Asie de ces derniers mois continuent de grever  
les exportations des entreprises japonaises. Ces dernières sont en  
baisse continue depuis plusieurs mois consécutifs.  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2261 articles et 573 vidéos