Perspectives

Quelques marges budgétaires pour soutenir la reprise

e
economic-research.bnpparibas.com  
Eco Perspectives // 4 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 30 septembre 2020)  
2
2
PORTUGAL  
QUELQUES MARGES BUDGÉTAIRES POUR SOUTENIR LA REPRISE  
La bonne gestion de l’épidémie n’a pas permis au Portugal d’éviter un choc économique sévère. Le PIB réel a chuté  
de 13,9% au T2, principalement sous l’effet d’un plongeon des exportations de biens et services (-36,1% t/t) et de la  
consommation privée (-14,0% t/t). Le Portugal a pâti de la chute du tourisme et de l’arrêt de l’activité à l’étranger, en  
particulier en Espagne. Cela pourrait également freiner la reprise, étant donné la recrudescence des contaminations  
de l’autre côté de la frontière. Cependant, et grâce à des efforts budgétaires consentis ces dernières années, le déficit  
public pour 2020 devrait être inférieur à celui de ses voisins européens (environ 7,0% du PIB selon les estimations  
gouvernementales), ce qui offre quelques marges de manœuvre à l’exécutif.  
Le choc subi sur l’ensemble du premier semestre reste moindre que  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
dans les pays européens voisins (Espagne, France, Italie), l’épidémie  
s’étant propagée plus tardivement et de façon moins conséquente  
Croissance du PIB  
Prévisions  
Inflation  
0.3  
dans le pays. De nombreux obstacles ont néanmoins perduré cet été,  
malgré le déconfinement. La décision du gouvernement britannique de  
contraindre, début juillet et jusqu’au 20 août, les voyageurs à une pé-  
riode de quatorzaine à leur retour du Portugal, a un peu plus fragilisée  
l’activité touristique, cette dernière restant près de deux tiers en des-  
Prévisions  
-0.2  
8.0  
6.0  
4.0  
2.0  
0.0  
6.0  
2.6  
2
.2  
1.0  
1.2  
1
sous du niveau de l’an passé . Cette mesure a d’ailleurs été réinstaurée  
le 10 septembre. Par ailleurs, la recrudescence des cas de contami-  
nation en Espagne jouera, indirectement, comme un frein supplémen-  
taire à la reprise économique au Portugal, jusqu’à la fin de l’année au  
moins, du fait de l’importance des échanges commerciaux entre les  
-
2.0  
-4.0  
-6.0  
-
8.0  
-10.0  
12.0  
2
deux pays .  
-
9.7  
-
L’impact du coronavirus sur le marché de l’emploi est évidemment fort  
avec 3,8% d’emplois détruits depuis janvier. Le taux de chômage est  
ainsi repassé en juillet au-dessus de la barre des 8% (8,1%), soit le ni-  
veau le plus élevé depuis octobre 2017. Le taux de chômage des 15-24  
ans a grimpé à 26,3% en juillet. Le marché du travail était néanmoins  
en perte de vitesse avant la crise de la Covid-19. Le taux de croissance  
de l’emploi ralentit depuis 2018, reflétant la baisse tendancielle des  
nouvelles offres de postes (cf. graphique 2).  
2018  
2019  
2020  
2021  
2018  
2019  
2020  
2021  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : COMMISSION EUROPÉENNE, BNP PARIBAS  
NOUVELLES OFFRES D’EMPLOIS  
Unité (données ajustées)  
L’impact de la crise actuelle sur les finances publiques doit également  
être mis en perspective. Le pays abordait l’année 2020 avec un  
excèdent budgétaire (0,2% du PIB en 2019), les comptes publics  
s’étant progressivement rétablis au cours de la dernière décennie.  
De plus, l’accroissement du déficit public reste, pour l’heure, certes  
1
1
1
1
8000  
6000  
4000  
2000  
très important, mais d’une ampleur comparable à celui observé en  
3
2
010 . Le déficit public en 2020 devrait atteindre un ratio sur PIB aux  
10000  
000  
6000  
alentours de 7,0%, selon les estimations gouvernementales, ce qui  
est bien inférieur à ce qui est attendu en Espagne ou en France par  
exemple, deux pays qui enregistraient encore des déficits budgétaires  
structurels importants avant la pandémie.  
8
4
000  
000  
Le Portugal reste cependant le troisième pays en Europe avec le niveau  
d’endettement public le plus élevé, après la Grèce et l’Italie. Le déficit  
public a rebondi sous l’effet conjugué d’une baisse des recettes et d’une  
hausse des dépenses. En part du PIB, la dette publique est remontée  
à 127,2% au T2. La Commission européenne estime désormais que  
l’endettement public atteindra 131,6% du PIB à la fin 2020, avant de  
fléchir à 124,4% en 2021, sous l’effet du rebond de la croissance.  
2
0
5
06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20  
GRAPHIQUE 2  
SOURCES : AGENCE POUR L’EMPLOI PORTUGAIS (IEFP), BNP PARIBAS  
Enfin, les pressions déflationnistes se sont intensifiées en raison du  
choc de demande. L’IPC sous-jacent (hors aliments transformés et  
énergie) a chuté de 0,4% au cours des six derniers mois (août-février).  
1
2
3
Selon l’Office des statistiques portugais (INE), le nombre de nuitées hôtelières s’élevait à 1,024 million en juillet contre 2,849 millions en juillet 2019.  
Environ un quart des exportations de biens portugais sont à destination de l’Espagne.  
En effet, entre janvier et juillet 2020, le déficit du gouvernement central s’élevait à EUR 8,48 mds, contre EUR 8,90 mds au cours de la même période en 2010.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2538 articles et 654 vidéos