Perspectives

Rattrapé par la crise

e
20  
EcoPerspectives // 2 trimestre 2020  
economic-research.bnpparibas.com  
Portugal  
Rattrapé par la crise  
En 2019, après un ralentissement somme toute limité, la croissance du PIB portugais s’était finalement établie dans la fourchette  
haute des attentes, à 2,2%. L’épidémie de coronavirus va faire disparaître ces performances enviables, mettre toute une partie de  
l’économie à l’arrêt et plonger le pays dans une récession majeure au cours des prochaines semaines. Dans la ligne de ses  
homologues européens, le gouvernement Costa met progressivement en place une série de mesures qui visent à préserver le tissu  
économique le temps du choc et préserver les capacités de reprise.  
Au moment où l’épidémie de coronavirus l’a rattrapée, l’économie  
1
- Croissance et inflation  
portugaise était déjà en train de ralentir, progressivement mais  
fermement. En effet, si le rebond du PIB au T4 2019 a  
incontestablement surpris (+0,7% t/t après +0,3% au T3), sa  
(g.a., %)  
Croissance du PIB  
Prévisions  
Inflation  
Prévisions  
composition, plus que médiocre,  
a
confirmé les signes  
6
4
5.0  
d’essoufflement apparus dès l’automne et la détérioration du climat  
des affaires. Porté par un rebond des exportations vigoureux (mais  
qui sera très certainement de courte durée), le trimestre a en effet  
surtout été marqué par la stagnation de la consommation privée, le  
repli des investissements et un déstockage massif, amplifiant la  
tendance au ralentissement de la demande intérieure qui s’était  
progressivement installé en cours d’année.  
2.6  
2.2  
2
0
2
4
6
1.0  
0.8  
0.3  
-0.4  
-
-
-
-
4.5  
L’épidémie de coronavirus a atteint le Portugal avec un certain  
retard, et se révélait, à la fin du mois de mars, nettement moins  
avancée que chez ses principaux voisins (Espagne, France, Italie).  
Elle est néanmoins appelée à s’amplifier dans les prochaines  
semaines, même si ce décalage a permis au gouvernement de  
Lisbonne de prendre des décisions précoces. Après la fermeture  
des établissements scolaires et de certains lieux publics, l’État  
d’urgence a été décrété dans tout le pays à compter du 20 mars,  
impliquant des mesures de confinement quasiment identiques à  
celles vues en France. En outre, la frontière avec l’Espagne, où  
l’épidémie fait rage, a été fermée (sauf pour les transports de  
marchandises et les travailleurs transfrontaliers), et l’ensemble des  
liaisons aériennes, maritimes et fluviales sont suspendues.  
2
018  
2019  
2020  
2021  
2018  
2019  
2020  
2021  
Sources : comptes nationaux, BNP Paribas  
doublé ces dix dernières années et qui atteint désormais plus de 8%  
du PIB devrait être particulièrement et durablement touchée.  
Outre les dépenses proprement liées à la crise sanitaire, le  
gouvernement met en place une série de mesures visant à amortir  
le plus possible les conséquences de l’interruption des activités sur  
l’emploi et la solvabilité des entreprises, pour favoriser la reprise le  
moment venu. De fait, la forte densité de petites et moyennes  
entreprises dans le tissu économique portugais implique de veiller  
particulièrement à limiter la destruction des capacités productives.  
Dans ce cadre, le programme du gouvernement comporte pour  
l’instant quatre volets : de larges mesures de subvention du  
chômage partiel permettant le maintien, à hauteur des deux tiers, du  
salaire dans les secteurs d’activité les plus touchés ; des reports de  
paiements des impôts et cotisations sociales ; un moratoire (capital  
et intérêts) sur certains crédits bancaires accordés aux ménages  
Comme les autres économies d’Europe, le Portugal va maintenant  
devoir faire face, au cours des prochains mois, à une récession  
majeure, vraisemblablement centrée sur le second trimestre, et  
suivie d’un rebond dont il est pour l’instant aussi très difficile  
d’estimer la date et l’ampleur. À ce stade, où nos estimations  
s’approchent davantage d’ordres de grandeur que de véritables  
prévisions, il nous semble que l’effondrement de l’activité pourrait  
être de l’ordre de 10% au moins en rythme trimestriel au T2, le repli  
du PIB pour l’ensemble de l’année s’établissant entre 4% et 5% en  
(
résidentiel) et aux entreprises ; l’ouverture par les banques de  
lignes de crédits aux entreprises garanties par l’État. Initialement  
évalué à EUR 9,2 mds (dont 3 mds de garanties), le coût de ces  
mesures, et de celles qui viendront probablement les compléter, va  
certainement s’accroître dans les prochaines semaines.  
2
020.  
Il faut en particulier s’attendre à ce que le confinement sanitaire  
s’accompagne d’un effondrement majeur du volume des activités  
dans les services, services aux particuliers, commerce, hôtellerie et  
restauration. L’impact pourrait être de moindre ampleur dans les  
autres secteurs d’activité (services aux entreprises, construction,  
industrie), tout en restant important. Au Portugal, le poids important  
des activités de transport international de marchandises et celui du  
tourisme sont des points faibles supplémentaires. L’activité du  
tourisme international et des voyages, dont le poids a plus que  
Même si sa dette publique reste très élevée (un peu moins de 120%  
du PIB), le pays aborde cette crise avec un solde des finances  
publiques solide, puisqu’il a finalement atteint un excédent  
budgétaire dès 2019 (0,2% du PIB), alors que c’était son objectif  
pour 2020. Les marges de manœuvre reconstituées avec sérieux  
ces dernières années vont devoir servir dès maintenant.  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2416 articles et 619 vidéos