Perspectives

Sous tension

e
economic-research.bnpparibas.com  
Eco Perspectives // 4 trimestre 2021  
2
5
DANEMARK  
SOUS TENSION  
Déplorant relativement peu de décès, et ayant connu une récession somme toute limitée en 2020, le Danemark est  
l’un des pays à s’être le mieux sorti de l’épidémie de Covid-19. Alors que l’activité a déjà retrouvé son niveau d’avant-  
crise, la conjoncture est restée bonne durant les mois d’été, la propagation du variant « Delta » du coronavirus ayant  
eu finalement peu d’impact sur une population très largement vaccinée. Rapide, le redémarrage de l’économie fait  
réapparaitre quelques tensions, sur les capacités ou l’emploi. Peu inquiète, la banque centrale devrait maintenir le  
statu quo sur les taux monétaires (négatifs). Le gouvernement commence à discriminer ses aides.  
Avec 2 650 décès (455 décès par million d’habitants) comptabilisés  
à ce jour, le Danemark est l’un des pays les moins endeuillés par  
l’épidémie de Covid-19 (proportionnellement à sa population, la  
Suède comptabilise par exemple trois fois plus de victimes). Fort d’une  
population largement vaccinée (à 76% contre 66% en moyenne dans  
l’Union européenne), le Royaume est désormais l’un des tous premiers  
à pouvoir lever l’ensemble des restrictions sanitaires (fin du port du  
masque et de l’exigence du « pass »). Conséquence, son économie se  
rétablit vite, après avoir déjà limité ses pertes en 2020.  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
Croissance du PIB  
Inflation  
5
.0  
Prévisions  
Prévisions  
4.5  
4
.0  
.5  
3.5  
3
2.9  
3.0  
.5  
2.0  
2
1.8  
1.5  
1
.3  
1.3  
1.5  
1.0  
0.5  
0.3  
PREMIER DE LA CLASSE  
0.0  
0.5  
1.0  
1.5  
-
-
-
Au second trimestre 2021, le PIB avait déjà retrouvé son niveau pré-  
pandémique ; sur l’ensemble de l’année, sa croissance devrait être  
proche de 3%, voire davantage. Comme dans beaucoup de pays, le  
rebond se nourrit du rattrapage de la consommation privée, qui a pour  
pendant le dégonflement de l’épargne forcée de 2020. À l’approche de  
l’automne, ce moteur ne semble pas s’épuiser, l’indice de confiance des  
ménages stationnant toujours à un niveau élevé.  
-2.0  
2.5  
-3.0  
-
-2.1  
2020  
2021  
2022  
2023  
2020  
2021  
2022  
2023  
GRAPHIQUE 1  
SOURCES : COMMISSION EUROPÉENNE, BNP PARIBAS  
Du côté de l’investissement, les perspectives sont également positives,  
comme en témoignent les enquêtes auprès des chefs d’entreprise,  
bien orientées jusqu’en août. La production et les achats d’équipement  
sont notamment tirés par les exportations, dont la croissance devrait  
largement dépasser 5% en 2021.  
du Royaume-Uni. L’effort gouvernemental est allé à parts égales  
aux entreprises et aux salariés, contribuant à limiter la hausse du  
chômage ; mesuré à 3,2% de la population active en juillet, celui-ci est  
revenu à son étiage bas.  
Rapide, la reprise économique s’accompagne de difficultés à recruter,  
ainsi qu’en témoigne le rebond des emplois vacants depuis un an.  
Pour la Banque centrale du Danemark, ces tensions sont de nature  
transitoire, car limitées à la concurrence que les entreprises se livrent  
en sortie de crise pour trouver du personnel qualifié ; elles ne devraient Avec le retour à la normale, le gouvernement a commencé à discriminer  
1
pas accélérer de manière significative l’ensemble des salaires .  
les aides, les réservant aux secteurs et entreprises les plus vulnérables.  
Ses priorités évoluent désormais vers les investissements « verts ». La  
politique budgétaire danoise se déroule dans un cadre peu contraint.  
Les déficits sont restés faibles en dépit de la pandémie (2,1% du PIB  
en 2021 d’après la Commission européenne), et la dette est contenue  
à 40% du PIB.  
La remontée de l’inflation (1,8% sur un an en août) tient pour beaucoup  
aux prix de l’énergie, qui représentent 8% de l’indice mais expliquent  
5
0% de sa hausse ; à 0,7%, l’inflation dite « sous-jacente » (excluant  
l’énergie et l’alimentation) reste, pour sa part, très sage. La banque  
centrale danoise, qui, au printemps dernier, avait ajusté son corridor  
2
de taux afin de répondre aux pressions haussières sur la couronne ,  
n’a donc guère de raison de modifier sa politique. Son principal taux  
directeur, fixé à -0,6% pour les dépôts, restera inchangé.  
Achevé de rédiger le 23/09/2021  
Si le gouvernement danois n’a pas dérogé au principe du « quoi qu’il  
en coûte » durant la crise, la préexistence d’amortisseurs sociaux  
puissants a limité la nécessité des transferts budgétaires. D’après les  
estimations du FMI, ces derniers se sont cumulés à DKK 79,5 mds ou  
3
,4% du PIB de 2020 depuis le début de la pandémie, ce qui est bien  
sûr élevé mais sans commune mesure avec les montants engagés dans  
des économies réputées « libérales », comme celles des États-Unis ou  
1
2
Denmark Nationalbank (2021), Outlook for the Danish Economy, September.  
e
BNP Paribas, EcoPerspectives (2021), 2 trimestre,  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1586 articles et 280 vidéos