Emerging

Trou d’air passager

e
Eco Emerging // 3 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 16 juillet 2020)  
economic-research.bnpparibas.com  
1
1
POLOGNE  
TROU D’AIR PASSAGER  
L’économie polonaise est affectée par la pandémie de Covid-19 au travers de la baisse de la demande étrangère et des  
effets de son propre confinement sur la consommation domestique. Toutefois, le gouvernement dispose de marges  
de manœuvre, notamment grâce à un niveau de dette publique raisonnable à fin 2019. Certes, le PIB ne devrait  
pas retrouver son niveau d’avant-crise avant mi-2021, ce qui devrait contraindre la reprise de l’investissement.  
Cependant, la Pologne devrait ensuite retrouver sa trajectoire de croissance. En effet, ses atouts – compétitivité du  
change, abondance de la main-d’œuvre, coûts salariaux avantageux, gains de productivité – qui font de la Pologne la  
e
5
industrie de l’Union européenne, perdurent.  
E
FORTE RÉCESSION AU 2 TRIMESTRE  
PRÉVISIONS  
Au sein de l’Union européenne, la Pologne est l’un des pays qui ont  
er  
vu leur PIB se contracter le moins sévèrement au 1 trimestre 2020.  
2
018  
5,2  
1,8  
2019  
4,1  
2020e  
-3,0  
3,0  
2021e  
3,5  
Cela reflète le dynamisme résilient de l’économie qui ne se dément  
pas depuis maintenant près d’une quinzaine d’années. Ainsi, la part  
de l’industrie manufacturière polonaise dans celle de l’ensemble  
de l’Union européenne est passée de 2,2% en 2004 à 4,5% en 2019.  
Toutefois, le PIB enregistrera en 2020 avec -3%, sa première contraction  
en moyenne annuelle depuis 1991.  
PIB réel, variation annuelle (%)  
Inflation moyenne (IPC, %)  
Solde budgétaire / PIB (%)  
2,2  
2,6  
-0,2  
-0,7  
-7,0  
-5,0  
Le pays est parvenu à maintenir relativement sous contrôle l’épidémie  
de Covid-19, avec 900 cas pour 1 million d’habitants, au prix d’un  
confinement qui a débuté à la mi-mars et durci dans les semaines  
qui ont suivi. À partir de début mai, l’essentiel des restrictions ont été  
graduellement levées.  
Dette publique / PIB (%)  
Solde courant / PIB (%)  
48,8  
-1,0  
46,4  
0,5  
56,0  
2,2  
57,5  
1,5  
e: ESTIMATIONS ET PRÉVISIONS  
SOURCE : BNP PARIBAS RECHERCHE ECONOMIQUE GROUPE  
TABLEAU 1  
e
Au 2 trimestre, la Pologne a subi un double choc de demande, sur  
la demande extérieure (baisse de 30% des exportations en avril),  
mais également sur la demande domestique, bien que de façon plus  
atténuée. Les ventes au détail en volume ont ainsi reculé de près de  
PRODUCTION MANUFACTURIÈRE ET PRODUCTION ANTICIPÉE  
1
0% ce même mois, avant de revenir à la normale en mai.  
Production manufacturière (g.a., %, é.g.)  
La production manufacturière a chuté de 27% en glissement sur un  
an en avril 2020, un rythme voisin de celui de la moyenne de l’Union  
européenne, mais moindre que dans les autres pays d’Europe centrale  
Confiance dans l'industrie, prod. anticipée (é.d.)  
3
0%  
50  
20%  
2
0
5
(
où le poids du commerce extérieur est plus élevé). En mai, la production  
1
0%  
0%  
a quelque peu repris, mais elle est restée -17% en deçà du niveau de  
mai 2019. Juin devrait encore rester en dessous de la normale malgré  
une plausible nouvelle accélération.  
-
-
25  
50  
-
-
10%  
20%  
e
Les signes de récupération au 3 trimestre sont plus francs, avec  
l’anticipation, dans les enquêtes, d’un rebond de la production dans  
le secteur manufacturier, et d’un autre – léger – de la confiance des  
ménages. Les perspectives d’investissement seront néanmoins plus  
durablement affectées.  
-30%  
-75  
0
7
08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20  
GRAPHIQUE 1  
SOURCES : CEIC, DG ECFIN  
Malgré le fort à-coup conjoncturel récent, la convergence du niveau  
de vie des Polonais vers la moyenne européenne n’est pas remise en  
cause : il a atteint 76% de cette moyenne fin 2019, contre 61% dix ans  
plus tôt.  
donc de soutenir le zloty. Ce dernier devrait se réapprécier par rapport  
à sa parité actuelle de 4,35 PLN pour un euro.  
D’autres cercles vertueux devraient faciliter la sortie de récession.  
Premièrement, la baisse du prix du pétrole (qui pourrait atteindre  
SOUTIEN CONSÉQUENT DU POLICY MIX  
USD 38 le baril en moyenne en 2020, contre 64 en 2019) devrait La Pologne disposait d’un avantage lorsque la crise de la Covid-19 a  
permettre à l’excédent courant de se renforcer à 2,2% du PIB (0,5% en éclaté : ses marges de manœuvre tant budgétaires que monétaires.  
2
019), et à l’inflation de passer sous les 2% au dernier trimestre 2020 Ainsi, la dette publique n’avait cessé de diminuer depuis 2016, pour  
er  
après un pic à 4,6% au 1 trimestre. La désinflation sera un soutien atteindre 46% du PIB en 2019.  
notable au pouvoir d’achat des ménages.  
Avec la crise sanitaire, des mesures budgétaires ont rapidement été  
Deuxièmement, malgré l’assouplissement monétaire en cours, ces prises. Elles ont consisté principalement dans l’octroi d’aides directes,  
cercles vertueux et un écart de rendements obligataires positif par le report de charges pour les entreprises et l’indemnisation du chômage  
rapport à la zone euro devraient continuer d’attirer des capitaux et partiel, pour un total atteignant près de 4,5% du PIB.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
e
Eco Emerging // 3 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 16 juillet 2020)  
economic-research.bnpparibas.com  
1
2
De plus, des fonds hors budget ont été avancés pour près de 4,5% du  
PIB par l’intermédiaire du fonds de développement polonais, grâce à  
des émissions obligataires avec la garantie de l’État. Enfin, des prêts  
garantis ont également été consentis pour un total proche de 3 points  
de PIB par l’intermédiaire de la banque publique BGK (pouvant aller  
jusqu’à 4,5 points).  
Les finances publiques devront composer avec une sous-activité qui  
devrait s’étaler jusqu’à la mi-2021, ce qui laisse prévoir un déficit public  
encore conséquent en 2021 (5% du PIB), après déjà -7% en 2020. La  
crainte d’une hausse de chômage pourrait contribuer à une poursuite  
de l’effort budgétaire, même si cette dernière est contenue à 6% de la  
population active à fin mai (5% avant la Covid).  
BANQUE CENTRALE : ACTIFS DOMESTIQUES (MDS PLN)  
120  
1
00  
80  
6
4
2
0
0
0
0
Ladettepubliquedevraits’accroîtred’environ11pointsdePIBàl’horizon  
2
021. Toutefois, la relance monétaire a permis de lever toute crainte  
sur la capacité d’absorption des émissions de dette supplémentaires  
par le marché. La banque centrale a initié un programme d’achat de  
titres publics, qui a déjà atteint près de PLN 100 mds entre la mi-mars  
et la fin mai (15% du total de l’actif de la banque centrale), couvrant  
un peu plus de la moitié des émissions. La poursuite de ces achats,  
qui ne sont pas limités dans leur ampleur, réduit nettement l’appel au  
marché. En complément, la banque centrale a également mis en œuvre  
une baisse des taux directeurs, qui sont désormais proches du plancher  
des taux zéro (0,1%).  
0
7
08  
09  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
18  
19  
20  
GRAPHIQUE 2  
SOURCES : NBP, BNP PARIBAS  
Il convient toutefois de noter que la part de l’emploi dans l’agriculture  
reste relativement élevée. Avec l’accroissement de la productivité,  
on peut estimer à un peu plus de 1 million le nombre d’emplois qui  
En conséquence, la relance budgétaire mise en œuvre face à la pourraient être libérés lorsque la part de l’emploi agricole aura rejoint  
pandémie de Covid n’a pas empêché la baisse des rendements celle des pays de l’UE qui ont achevé cette transition.  
obligataires à 10 ans, à 1,35% à fin juin contre plus de 2% fin février. La  
perspective d’une inflation durablement plus basse augure du maintien  
de ces taux longs à un niveau raisonnable.  
La transition énergétique est un autre virage que la Pologne se doit de  
prendre afin de maintenir son avenir industriel. Le pays doit relever  
deux défis : réduire le poids de son industrie lourde (métallurgie,  
En parallèle, le gouvernement a fait appel au soutien des banques, avec notamment) et, surtout, celui du charbon dans la consommation  
notamment le report conditionnel des échéances de remboursement d’énergie (70% actuellement). La transformation du secteur industriel  
de prêts de trois mois pour les ménages et les entreprises qui en implique celle des habitudes de consommation car, à la différence des  
feraient la demande. Avant la pandémie de Covid-19, les banques autres pays d’Europe centrale, la consommation locale est le principal  
étaient plutôt bien capitalisées, avec un ratio de fonds propres débouché de l’industrie. De premières avancées ont été réalisées avec  
e
CET1 à 16,3% au 3 trimestre 2019. Cela a permis la suspension des l’adoption, en 2018, d’une loi sur l’« électromobilité », les carburants  
contraintes réglementaires en la matière (telle que la surcharge de alternatifs et le lancement de la production de véhicules électriques.  
3
points en capital pour risque systémique) et la gamme des collatéraux Un plan de promotion des énergies renouvelables a pour objectif d’en  
accroître les capacités de production de 65% d’ici à 2024.  
admissibles a été élargie.  
DU VENT DANS LES MOLLETS  
Au-delà d’une sous-utilisation des capacités de production qui devrait  
perdurer jusqu’à la mi-2021, la Pologne présente nombre d’atouts  
pour retrouver le chemin de la croissance. Le marché du travail  
est structurellement dynamique depuis 2015 grâce aux gains de  
productivité et aux créations d’emplois associées, ce qui a permis une  
baisse du chômage en deçà de la barre des 10%.  
L’avantage compétitif de l’industrie (25% de l’économie) s’est accentué  
ces dernières années grâce à des gains de productivité supérieurs à la  
moyenne européenne (30% contre 9%) entre 2010 et 2019, ainsi que la  
stabilité du taux de change effectif réel polonais sur la même période.  
Par ailleurs, l’industrie polonaise est montée en gamme. Les indicateurs  
de complexité des exportations montrent que la Pologne a progressé  
et talonne désormais la Slovaquie. Dans le secteur automobile, près de  
6
0% de la valeur d’une exportation est créée en Pologne, la proportion  
la plus élevée du Groupe de Višegrad (qui comprend également la  
Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque).  
Au-delà de ces éléments, la poursuite du développement industriel de  
la Pologne pourrait se heurter à la pénurie de main-d’œuvre observée  
au cours des dernières années.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2569 articles et 664 vidéos