Emerging

En attendant le retour des touristes

e
Eco Emerging // 2 trimestre 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
9
THAÏLANDE  
EN ATTENDANT LE RETOUR DES TOURISTES  
Après une récession sévère en 2020, le rebond de la croissance en 2021-2022 sera modéré. Les principaux moteurs  
(
consommation privée, secteur du tourisme) ont été fragilisés par la brusque rupture d’activité à partir du T2 2020, et  
la dynamique de la reprise reste soumise aux aléas de la situation sanitaire. Comme en 2020, les autorités profiteront  
des confortables marges de manœuvre dont elles disposaient avant la crise pour soutenir l’activité. À moyen et  
long terme, les tensions politiques, exacerbées par la crise économique, continueront de peser sur le potentiel de  
croissance thaïlandais.  
UNE REPRISE SANS DYNAMISME  
de plus de 12% en g.a.) et le maintien de mesures de distanciation  
sociale strictes pour une large partie du deuxième semestre ont pesé  
sur la demande interne. En dépit du soutien massif des autorités, la  
consommation privée et l’investissement ont reculé de 1% et 4,8%  
respectivement en moyenne sur l’année. Dans le même temps,  
l’absence de touristes étrangers, les ruptures d’approvisionnement et  
la désynchronisation des chaines de valeur asiatiques ont provoqué un  
effondrement des exportations de biens et services (-19,4%).  
Au-delà de l’effet de base, le rebond de la croissance devrait rester  
modéré en 2021. Les secteurs manufacturier et exportateur, dont les  
données mensuelles indiquent une reprise depuis le mois de juillet,  
soutiendront la croissance. Mais la composition des exportations  
thaïlandaises ne permettra pas de profiter à plein du dynamisme du  
secteur électronique observé dans les autres pays de l’ASEAN (les  
biens électroniques représentaient en 2019 moins de 15% du total des  
exportations thaïlandaises).  
PRÉVISIONS  
Après avoir reculé de 6,1% en 2020, le PIB devrait progresser de 3,2%  
en 2021 et 4,0% en 2022. L’arrêt de l’activité au T2 2020 (le PIB a reculé  
2019  
2020e  
2021e  
2022e  
PIB réel, variation annuelle, %  
Inflation, IPC, var. annuelle, %  
Solde budgétaire, % du PIB  
3.7  
1.3  
-6.2  
-0.8  
-5.1  
49.4  
3.3  
3.2  
0.4  
4.0  
0.3  
-2.3  
41.1  
7.3  
-4.9  
55.1  
2.6  
-3.7  
55.3  
4.9  
Dette des adm. publiques, % du PIB  
Balance courante, % du PIB  
Dette externe, % du PIB  
31.5  
224  
9.0  
34.7  
258  
15.0  
33.7  
270  
11.0  
32.6  
287  
11.0  
Réserves de change, mds USD  
Réserves de change, en mois d'imports  
e: ESTIMATIONS ET PRÉVISIONS  
TABLEAU 1  
SOURCE : BNP PARIBAS RECHERCHE ECONOMIQUE GROUPE  
TOURISTES ÉTRANGERS (MILLIONS DE PERSONNES PAR MOIS)  
La dynamique de la reprise à court terme restera dépendante de  
l’évolution de la situation sanitaire. Une nouvelle vague de nouveaux  
cas, et les restrictions associées, pourraient freiner, voire interrompre,  
une reprise déjà fragile.  
4
.5  
.0  
.5  
.0  
ASEAN + Chine  
Autres  
4
3
Bien que le pays ait été peu touché jusqu’ici (début avril 2021,  
3
9
4
5 décès et moins de 30 000 cas avaient été recensés, soit seulement  
19 cas pour 1 million d’habitants), le gouvernement a rétabli des  
2.5  
2.0  
restrictions strictes entre la mi-décembre et la mi-février (couvre-feu,  
fermeture des écoles, bars et restaurants, etc., mesures qui avaient  
progressivement été levées entre mai et août 2020). Le nombre de  
nouveaux cas quotidiens s’est établi à plus de 300 en moyenne au cours  
de cette période, après être resté inférieur à 5 entre mai et novembre.  
Depuis la mi-février, leur nombre s’est stabilisé à un niveau légèrement  
inférieur à 100.  
1
.5  
.0  
.5  
0.0  
1
0
2015  
2016  
2017  
2018  
2019  
2020  
2021  
Consécutivement, le rebond de la demande interne s’est interrompu au  
premier trimestre 2021. Alors qu’ils ont continûment progressé depuis  
le mois de juillet dernier, les indices de confiance des consommateurs  
et de consommation des ménages ont reculé au cours des mois de  
janvier et février. La consommation et l’investissement privés, fragilisés  
par la baisse du revenu des ménages en 2020 et la sous-utilisation des  
capacités de production, devraient rester atones au moins au premier  
semestre 2021. Les taux d’utilisation des capacités de production  
industrielle progressent depuis le mois de juin 2020 (de 51% en mai  
à 64% en février) mais restent nettement inférieurs à leur niveau de  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : MINISTÈRE DU TOURISME  
l’activité : au début du mois de décembre, les visiteurs étrangers en  
provenance de 56 pays ont été autorisés à se rendre en Thaïlande (les  
frontières étaient jusque-là demeurées fermées), mais à des conditions  
très contraignantes : le séjour devait durer un mois minimum, dont  
une période d’isolement de quatorze jours. À l’exception des pays dans  
lesquels des variants du Covid-19 circulent majoritairement, cette  
er  
période d’isolement a été ramenée à dix jours depuis le 1 avril.  
2
019 (68%).  
Le secteur du tourisme, dont le poids au sens large est estimé à plus de  
0% du PIB, restera cette année encore très affaibli. Le gouvernement  
a annoncé plusieurs mesures destinées à favoriser la reprise de  
Surtout, le gouvernement a annoncé l’objectif d’ouvrir plus largement  
les principales destinations touristiques du pays dès le 1er juillet pro-  
chain, trois mois avant le reste du pays. Pour cela, les habitants de ces  
2
La banque  
d’un monde  
qui change  
e
Eco Emerging // 2 trimestre 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
1
0
zones (les îles de Phuket et Koh Samui notamment) seront prioritaires  
dans la campagne de vaccination et les touristes vaccinés verront leur  
période d’isolement réduite à une semaine.  
ENTRÉES D’IDE (% DU PIB)  
D’après les estimations de la banque centrale, ces mesures pourraient  
permettre d’accueillir trois millions de touristes au total en 2021.  
Pour rappel, le nombre de touristes a progressé continûment au cours  
des dix dernières années, et était proche de 40 millions en 2019. Ces  
estimations, même très basses, paraissent encore optimistes. Compte  
tenu du retard pris dans la campagne de vaccination, aussi bien en  
Thaïlande que dans les autres pays d’Asie (en 2019, les touristes en  
provenance des pays de l’ASEAN et de Chine représentaient plus de 55%  
du total), et des difficultés rencontrées par le gouvernement à obtenir  
le nombre nécessaire de doses, il est peu probable que le nombre  
de touristes étrangers augmente rapidement et que les recettes de  
tourisme redeviennent significatives avant le premier trimestre 2022.  
18  
16  
14  
12  
10  
8
6
4
2
0
2
015  
2016  
2017  
2018  
2019  
2020  
LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE RESTE ACCOMMODANTE  
Comme en 2020, les autorités continueront de soutenir l’économie. Au  
total,l’ensembledesmesures,ycomprislesgarantiesgouvernementales,  
a représenté près de 10% du PIB en 2020. Le gouvernement thaïlandais  
utilise pleinement les marges de manœuvre dont il dispose : jusqu’en  
GRAPHIQUE 2  
SOURCE : BANQUE CENTRALE  
aussi province dans laquelle le taux d’incidence était le plus élevé)  
étant soumise à des restrictions contraignantes.  
2
019, le déficit budgétaire était contenu (proche de 3% en moyenne  
Les manifestations ont repris dès le début du mois de février et il est  
probable que le climat politique reste tendu, voire se détériore encore  
davantage une fois la situation sanitaire stabilisée. La principale  
demande adressée au gouvernement - modifier la constitution afin  
d’amoindrir l’influence de l’armée sur la politique intérieure et les  
différentes institutions publiques - a peu de chances d’être satisfaite.  
Pour mémoire, le gouvernement militaire, au pouvoir depuis le coup  
d’État de 2014, a rédigé en 2016 et fait voter en 2017 une constitution  
en sa faveur, pérennisant sa présence au pouvoir. La vie politique et  
économique est encadrée par le « plan stratégique » (rédigé par les  
militaires dans leur intérêt), inscrit dans la constitution. Les élections  
de 2019 ont d’ailleurs conforté la présence du gouvernement militaire  
à la tête du pays.  
La recrudescence des tensions politiques et la multiplication des  
revendications populaires dans les mois, voire les années, à venir ne  
signifie pas forcément qu’un changement radical de régime se profile.  
Compte tenu du fonctionnement politique et social du pays, et de  
son histoire politique récente, Il semble plus vraisemblable que les  
tensions persistent sans que la crise sociale et politique ne soit résolue.  
entre 2015 et 2019) et l’épargne fiscale conséquente. De plus, le  
niveau de la dette publique était modéré (à 41% en 2019) et son profil  
favorable. De nouvelles mesures ont été annoncées début janvier pour  
un montant de 1,3% du PIB (principalement sous forme d’exemption  
de taxes et de transferts vers les ménages les plus vulnérables) et  
d’autres pourraient être annoncées dans le courant de l’année.  
Le déficit public devrait rester stable autour de 5% en 2021, et la dette  
publique progressera pour la deuxième année consécutive (autour de  
5
5% du PIB, après 49% en 2020), sans augmenter significativement la  
vulnérabilité des finances publiques, au moins à court terme.  
De la même manière, la politique monétaire restera accommodante.  
Après avoir baissé son taux directeur de 75 points de base en 2020  
(
à 0,5%), la banque centrale a laissé son taux inchangé depuis. De  
nouvelles baisses sont peu probables en 2021, mais de nouvelles  
mesures destinées à améliorer l’accès au crédit des PME et des  
ménages devraient être annoncées.  
PERSISTANCE DES TENSIONS POLITIQUES  
La crise sociale et politique qui perdure freine les perspectives de Le risque politique, faiblesse structurelle de la Thaïlande, reste donc  
croissance à moyen et long terme. Elle dégrade l’attractivité du la principale menace sur la croissance. À court et moyen terme, la  
pays, et pèse sur les recettes du tourisme et surtout l’investissement défiance des investisseurs domestiques et étrangers pèsera sur la  
(
domestique et étranger).  
reprise, et donc sur l’augmentation des revenus des ménages et les  
perspectives d’amélioration du marché du travail, mais aussi sur  
l’évolution du positionnement du pays dans les chaînes de valeur  
asiatiques. L’instabilité politique chronique du pays continue également  
d’empêcher la mise en place de réformes structurelles nécessaires  
pour répondre au vieillissement de la population, au manque  
d’infrastructures, et au risque grandissant pour le pays de ne pas  
parvenir à sortir du piège du revenu intermédiaire.  
Les tensions sociales se sont de nouveau significativement accrues au  
cours de l’année 2020. La faiblesse d’exécution des réformes promises  
au moment des dernières élections de 2019 et la crise économique ont  
exacerbé le sentiment de défiance envers les autorités.  
Des manifestations pro-démocratie ont eu lieu à partir du mois  
de juillet dernier. D’abord à l’initiative d’étudiants, celles-ci se sont  
rapidement étendues à une part plus importante de la population. Les  
revendications des manifestants se sont avérées très diverses, allant  
de la situation économique aux réformes liberticides imposées par le  
gouvernement militaire. Les manifestations se sont interrompues en  
décembre et janvier, au moment du rétablissement des mesures de  
distanciation sociale, Bangkok (principal lieu des manifestations, mais  
Achevé de rédiger le 9 avril 2021  
Hélène Drouot  
helene.drouot@bnpparibas.com  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2782 articles et 741 vidéos