EcoFlash

L’espoir d’une relance verte

9
juin 2020  
Espagne : l’espoir d’une relance verte  
Guillaume Derrien  
La crise du Covid-19 va laisser une plaie profonde sur  
l’économie. La décennie qui s’ouvre offre cependant  
des perspectives nouvelles de croissance et d’emploi  
Espagne, valeur ajoutée du secteur technologique  
Indice 2000 = 100  
VA information & communication + services professionnelles,  
L’Espagne souffre d’un déficit d’emplois et  
d’investissements dans les secteurs technologiques  
mais dispose d’atouts pour combler son retard  
scientifiques & techniques  
--- VA totale  
2
00  
Le secteur des énergies renouvelables est une source  
d’emplois significative dans le moyen/long terme.  
185  
170  
Le plan national pour l’énergie et le climat constitue  
une avancée notable (s’il est accepté et mis en œuvre)  
155  
140  
125  
Le pacte vert européen et le Brexit peuvent aussi  
favoriser les investissements de pointe dans le pays  
L’Espagne sera sans nul doute l’un des pays le plus touchés  
économiquement par la crise du Covid-19. Les derniers  
chiffres de l’agence pour l’emploi espagnole (SEPE)  
110  
1
95  
00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20  
confirment l’ampleur du choc : bien que la baisse des chiffres  
de l’emploi ait ralenti en mai, elle totalisait le mois dernier  
Graphique 1  
Sources : Eurostat, BNP Paribas  
2
-
70 800 , ce qui porte la chute sur les trois derniers mois à  
1
119 000 postes. Au cours de cette même période, le  
Néanmoins, il serait erroné de comparer la situation actuelle  
aux crises de 2008 et 2011. Les risques systémiques étaient,  
avant la crise sanitaire actuelle, bien moindres que lors des  
crises précédentes. Jusqu’à la fin de 2019, on observait une  
baisse significative de l’endettement des ménages et des  
entreprises, une résorption du déficit public, et le  
redressement notable du marché immobilier (+2,1% en  
glissement annuel au T4 2019, contre une chute record de  
nombre de personnes sans emploi a bondi de 803 668 pour  
atteindre 3 936 000, plaçant le taux de chômage autour de  
1
par décret le 29 mai et opérationnel dès juin, est une réponse  
directe à l’accroissement du chômage et de la pauvreté que le  
pays va devoir affronter dans les mois à venir.  
3
7,1% . La création en urgence du revenu minimum vital, voté  
1
0,0% au T4 2012). La crise sanitaire va stopper brutalement  
1
cette progression et la récession économique sera importante  
en 2020. Néanmoins, la régression rapide de l’épidémie en  
Europe et la réouverture des frontières à l’intérieur de  
l’espace Schengen permet d’entrevoir une reprise  
économique plus marquée qu’attendu pour le deuxième  
Pour une analyse en détail de ces fragilités, voir EcoFlash Zone  
euro : à chaque pays, sa reprise, 20 mai 2020.  
2
Nombre de travailleurs inscrit à la sécurité sociale. Données  
corrigées des variations saisonnières.  
3
Dans l’hypothèse que la population active (16 ans et plus) soit  
identique au T1 2020 (22 994 200 ; source INE).  
EcoFlash // 9 juin 2020  
economic-research.bnpparibas.com  
2
semestre de 2020, notamment dans le secteur du tourisme,  
qui reste un secteur-clé en Espagne.  
Part du secteur technologique*, T4 2019  
En %  
Transformation technologique : l’Espagne à la  
traine ?  
Investissement en produit  
de propriété intellectuelle  
Valeur ajoutée  
Emploi  
(% VA totale) (% emploi total)  
(% PIB)  
L’économie espagnole  
a
connu des transformations  
UE-28  
17.3  
13.3  
13.6  
20.5  
12.8  
13.5  
17.2  
13.0  
15.5  
17.7  
19.5  
16.4  
8.8**  
16.6  
25.1  
13.4**  
13.5  
11.2  
21.5  
20.5  
12.9  
11.5  
15.0  
14.5  
14.3  
9.2  
8.2  
9.2  
8.7  
6.5  
7.1  
10.9  
7.9  
9.9  
9.8  
9.3  
9.1  
7.9  
6.8  
11.5  
9.1  
6.4  
7.2  
13.3  
10.4  
6.6  
7.5  
4.7  
6.7  
8.3  
5.0  
3.4  
5.0  
-
2.4  
-
profondes depuis la crise financière de 2008. Le poids  
économique des secteurs dits « technologiques » s’est accru  
avec une accélération marquée depuis 2013. Ce phénomène  
s’observe à différents niveaux :  
Espagne  
Autriche  
Belgique  
Bulgarie  
Croatie  
i)  
En termes l’emploi : les emplois dans les  
secteurs de l’information et de la communication  
et des activités « professionnelles, scientifiques  
et techniques » ont augmenté respectivement  
de 21,7% (+90k) et 14,7% (+302,5k) entre le T1  
Chypre  
-
Rep. Tchèque  
Danemark  
Estonie  
France  
Allemagne  
Grèce  
Hongrie  
Irlande  
Italie  
Lettonie  
Lituanie  
Luxembourg  
Pays-Bas  
Pologne  
Portugal  
Roumanie  
Slovaquie  
Slovénie  
4.4  
5.6  
2.9  
5.9  
4.0  
1.6  
3.4  
-
3.2  
1.5  
2.4  
1.4  
4.6  
2.8  
2.9  
1.9  
-
2
008 et le T1 2020. L’emploi total a, à l’inverse,  
reculé de 8,7% (-1,723k) sur la même période.  
En part dans l’emploi total, ces deux secteurs  
combinés représentent désormais 15,7% au T1  
2
020 contre 12,3% en T1 2008.  
ii)  
En termes de production : la valeur ajoutée de  
ces deux secteurs représente 13,3% de la  
valeur ajoutée totale, contre 10,6% en 2008.  
En termes d’investissement : la part de  
l’investissement en produits de propriété  
intellectuelle (brevets, inventions…) dans le PIB  
iii)  
a grimpé de 2,55% au T1 2008 à 3,56% au T1  
4
2
020.  
3.0  
Cet accroissement de la part des activités à forte valeur  
ajoutée s’observe dans la plupart des pays. Il reflète en  
grande partie l’expansion de l’économie numérique, dans les  
services (e-commerce, fintech, apps) comme dans l’industrie  
*
secteur technologique = information & communication + activités  
professionnelles, scientifiques & techniques  
* Données pour T3 2019  
Tableau 1  
*
(automatisation des chaînes de production, robotisation,  
Sources : Eurostat, BNP Paribas  
objets connectés).  
L’Espagne a cependant pris du retard par rapport à ses  
grands partenaires européens. Le tableau 1 compare les pays  
de l’Union européenne sur ces trois mesures (valeur ajoutée,  
emploi, investissement). L’Espagne reste sous la moyenne de  
l’UE-28, et en particulier derrière la France et l’Allemagne. Si  
on élargit la zone, l’écart est également important avec les  
États-Unis et le Japon.  
La relance verte, une opportunité à saisir  
La crise du Covid-19, les problèmes structurels majeurs  
(changement climatique, vieillissement de la population) et les  
relances budgétaires d’ampleur annoncées par les  
gouvernements et l’UE, devraient accroître significativement  
le poids des secteurs technologiques dans l’ensemble des  
économies « développés » dans les années à venir.  
Ce retard dans les investissements de pointe explique en  
L’Espagne possède de véritables atouts pour profiter de cette  
vague d’investissement :  
partie pourquoi l’Espagne n’a pas réussi  
suffisamment de nouveaux emplois,  
compenser » les pertes dans les secteurs plus traditionnels,  
à
générer  
à
même de  
«
Dans les énergies renouvelables : l’Espagne dispose  
d’un territoire et d’un climat propices au  
développement de l’énergie renouvelable, et de  
l‘énergie solaire en particulier. En 2019, l’Espagne  
était déjà le premier marché en Europe pour l’éolien  
fortement touchés par ces transformations technologiques (le  
secteur manufacturier, la construction et même la finance).  
L’annonce de Nissan de fermer son usine à Barcelone,  
causant ainsi la suppression de 2 800 emplois, est le dernier  
exemple en date des difficultés de l’industrie automobile,  
confrontée au changement technologique et à la concurrence  
accrue de la Chine dans le secteur des voitures électriques.  
La crise du Covid-19 a exacerbé ces difficultés mais n’en est  
pas la cause principale, qui est avant tout structurelle.  
5
terrestre. Le pays est aussi devenu l’an dernier le  
premier marché pour l’énergie solaire en Europe :  
4,5 GW ont été installés dans le pays, contre 4 GW  
6
en Allemagne et 0,9 GW en France. La crise du  
Covid-19 pourrait causer un ralentissement, voire  
une chute des investissements à court terme (2020-  
4
D’autres sources d’investissement devraient être prises en  
compte, telles que l’investissement en software et dans les  
technologies de l’information et de la communication. Cependant  
les données manquent pour de nombreux pays et l’harmonisation  
est insuffisante pour une comparaison objective.  
5
Renewable energy market update May 2020, Agence  
Internationale pour l’Energie, pages 35-37.  
6
Ibid.page 26-27  
EcoFlash // 9 juin 2020  
economic-research.bnpparibas.com  
3
7
2
021). Cependant, l’avance de l’Espagne dans ce  
DESI indice (2019)  
secteur peut à moyen ou long terme constituer une  
source d’emplois significative pour le pays. En effet,  
l’énergie solaire pourrait générer 1,73 million  
d’emplois en Europe, soit près de la moitié des  
nouveaux emplois dans les énergies renouvelables  
80  
7
0
6
5
4
0
0
0
8
de la région (entre 3,3 et 3,4 millions).  
Les signaux envoyés par le gouvernement sur ce sujet  
sont positifs : le mois dernier a été présenté un plan  
national pour l’énergie et le climat qui vise la neutralité  
carbone d’ici à 2050. Ce plan doit encore être approuvé  
par le parlement. En cas d’accord, il interdirait tout  
nouveau projet basé sur les énergies fossiles et il viserait  
à atteindre 100% d’électricité renouvelable d’ici à 2050.  
Selon les estimations du gouvernement, ce projet  
requiert EUR 200 milliards d’investissement dans les 10  
années à venir et pourrait générer 350 000 nouveaux  
emplois chaque année.  
30  
20  
10  
0
Graphique 2  
Sources : Commission européenne, BNP Paribas  
Fintech : l’Espagne reste un pôle majeur de la  
Fintech en Europe. Selon la Banque d’Espagne, en  
poursuivre un agenda ambitieux dans ce domaine. Le retard  
pris dans la formation de la main d’œuvre (comme souligné  
par le DESI index) ne sera pas comblé avant longtemps et  
pourrait limiter l’offre de travail nécessaire au développement  
de ces nouveaux secteurs.  
2
019, le nombre d’entreprises dans ce secteur  
basées en Espagne (224) était proche de celui de  
l’Allemagne (261) et le plus élevé en Europe en  
9
nombre par habitants. La sortie du Royaume-Uni de  
À cet égard, le pacte vert européen et le fonds de relance  
européen de EUR 750 milliards (500 mds en subventions et  
l’UE – le Royaume-Uni domine très largement la  
scène européenne avec 1171 Fintech en 2019 –  
pourrait aussi « rebattre les cartes » en Europe et  
2
50 milliards sous forme de prêts) peuvent constituer de  
véritables soutiens à l’économie espagnole. Avec le fonds de  
relance, l’Espagne bénéficierait ainsi de EUR 77,3 mds en  
subvention, un montant très important et équivalant à 6,2% du  
permettre  
à
l’Espagne  
d’attirer  
davantage  
d’investissements et d’emplois dans ce secteur.  
1
1
PIB annuel.  
Plus largement, dans le secteur de l’économie  
numérique,  
favorablement par rapport  
partenaires européens. Le Digital Economy and  
Society index (DESI) de la Commission européenne  
plaçait, en 2019, l’Espagne à la 11 position en  
Europe derrière, entre autres, les Pays- Bas (3 ) et le  
Royaume-Uni (5 ), mais devant l’Allemagne (12 ) et  
la France (16 ). L’Espagne est avancée en matière  
de digitalisation de ses services publics (4 )  
l’Espagne  
se  
positionne  
plutôt  
Les défis structurels auxquels est confrontée l’Espagne ne  
sont pas des cas isolés. L’Allemagne (secteur automobile,  
charbon), la France (secteur automobile, commerces), les  
États-Unis (secteur pétrolier, commerces) et la Chine  
à
ses principaux  
e
(industries métallurgiques, charbon) font face  
à
des  
e
problèmes similaires de transformation de leurs économies.  
La question n’est pas de savoir quand mais à quelle vitesse  
l’Espagne réussira cette transition indispensable pour rester  
compétitif et créer des emplois de long terme, et de surcroît  
mieux rémunérés pour la plupart.  
e
e
e
10  
e
néanmoins elle affiche un retard important dans la  
formation de la population au numérique (17 ). Entre  
e
2
014 et 2019, le DESI de l’Espagne a progressé de  
e e  
la 13 à la 11 place.  
Les obstacles sont néanmoins nombreux pour que l’Espagne  
saisisse pleinement ces opportunités. Le déficit public va se  
creuser cette année, resserrant davantage les marges  
budgétaires du gouvernement. La nécessité de faire face à la  
montée du chômage pourrait en effet réduire, à court terme,  
les investissements d’avenir, ainsi que la volonté politique de  
7
Selon l’IEA, l’installation de nouvelles capacités solaires en  
Europe va chuter de 18% par rapport au scénario d’avant crise  
(
voir Renewable energy market update May 2020, Agence  
Internationale pour l’Energie).  
8
Voir Ram M. et al. Job creation during the global energy  
transition towards 100% renewable power system by 2050,  
Technological Forecasting and Social Change, February 2020.  
9
Financial Stability Review, Spring 2020, Banque d’Espagne,  
1
0
11  
PIB de 2019  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2485 articles et 640 vidéos