Perspectives

Vers une nouvelle valse des Premiers ministres ?

e
economic-research.bnpparibas.com  
Eco Perspectives // 4 trimestre 2021  
7
JAPON  
VERS UNE NOUVELLE VALSE DES PREMIERS MINISTRES ?  
L’économie devrait rebondir au quatrième trimestre avec la réduction des restrictions sanitaires. Malgré les  
perturbations de la chaîne d’approvisionnement, le secteur manufacturier devrait, par ailleurs, bénéficier de la reprise  
mondiale. Cependant, la consommation ne va probablement pas tarder à s’essouffler sous l’effet de la stagnation  
persistante des salaires. Les dépenses publiques, soutenues par la politique de contrôle de la courbe de taux menée  
par la Banque du Japon (BoJ), et l’investissement des entreprises, dont la rentabilité s’est améliorée, constitueront  
les principaux facteurs de soutien au plan national. La démission du Premier ministre Yoshihide Suga, quoique saluée  
par les marchés financiers, a ravivé les craintes d’un retour à une valse des premiers ministres.  
UN REBOND DE COURTE DURÉE  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
Portée par la robustesse de l’investissement des entreprises et la  
vigueur de la consommation, l’économie japonaise a enregistré un  
Croissance du PIB  
Inflation  
Prévisions  
léger rebond (0,3%) au deuxième trimestre. L’embellie a néanmoins été  
de courte durée : début juillet, devant la résurgence de la pandémie,  
les autorités ont été contraintes de déclarer l’état d’urgence sanitaire  
dans le district de Tokyo. Le dispositif a ensuite été étendu à près de  
la moitié des préfectures, soit 80% de la population. Conséquence, la  
consommation privée est restée étale, ce qui a en particulier affecté le  
secteur de l’hôtellerie. Les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo  
ont eu lieu, mais sans spectateurs. Sur la même période, l’industrie  
nipponne a été lourdement impactée par les perturbations de la chaîne  
d’approvisionnement et la faiblesse de la demande extérieure. Les  
pénuries de semiconducteurs et autres composants ont contraint des  
entreprises à suspendre leur activité, en particulier dans le secteur de  
l’automobile. Ces perturbations devraient persister au T4.  
Prévisions  
3
2
1
0
1
2
3
4
5
6
2.4  
2.1  
1
.6  
0
.5  
0.3  
0.0  
-
-
-
-
-
-
-0.2  
-4.7  
2020  
2021  
2022  
2023  
2020  
2021  
2022  
2023  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : BNP PARIBAS GLOBAL MARKETS  
D’après les enquêtes économiques, l’activité pourrait avoir enregistré  
une nouvelle contraction au T3. En août, l’enquête Economy Watchers  
a fait état d’une nette détérioration des conditions actuelles et  
futures, ce qui a été confirmé par la baisse de l’indice des directeurs  
d’achats (Purchasing Managers Index, PMI) pour les services à 42,9.  
Malgré une légère expansion de l’activité, signalée par les entreprises  
manufacturières, l’indice PMI composite pour la production a chuté de  
de la Banque du Japon, qui achète autant d’emprunts d’État (JGB) que  
nécessaire pour maintenir le rendement des JGB à 10 ans autour de  
0
%. La BoJ a fixé la cible officielle d’inflation à 2%, mais il ne lui reste  
guère d’instruments pour atteindre cet objectif. En fait, le Japon compte  
parmi les rares pays industrialisés à ne pas avoir connu une hausse  
substantielle de l’inflation ces derniers mois.  
4
8,8, en juillet, à 45,5, un plus bas depuis mai 2020. À la fin septembre,  
la cinquième vague de l’épidémie de Covid-19 avait sensiblement  
reculé. Le programme de vaccination s’est, en grande partie, déroulé  
comme prévu, avec plus de 60% de la population ayant désormais reçu  
la première injection et plus de 50%, la deuxième.  
UNE REPRISE VIGOUREUSE EN 2022-2023  
L’économie devrait connaître un solide rebond au T4 : les restrictions  
sanitaires pourraient en effet être levées en raison de la baisse  
sensible des nouvelles contaminations. Cependant, l’accélération  
de la consommation va probablement tourner court, car les salaires  
devraient rester très modérés. En 2021, les exportations devraient  
demeurer le principal moteur du redressement de l’activité, grâce à la  
reprise en cours chez les principaux partenaires commerciaux, comme  
les États-Unis, la Chine et d’autres pays de l’est et du sud-est asiatiques.  
De plus, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement devraient  
s’atténuer en 2022. Au plan intérieur, l’activité économique sera  
soutenue par une politique budgétaire expansionniste, probablement  
centrée sur le numérique et la croissance verte. Par ailleurs,  
l’amélioration de la situation financière du secteur des entreprises,  
conjuguée au redressement de l’activité industrielle mondiale, devrait  
stimuler l’investissement des entreprises. Pour autant, l’inflation ne  
dépasserait pas 0,5%.  
INCERTITUDE APRÈS LE DÉPART DE YOSHIHIDE SUGA  
La cote de popularité du gouvernement s’étant effondrée à la suite de la  
mauvaise gestion de la pandémie, le Premier ministre, Yoshihide Suga,  
a annoncé début septembre qu’il ne se représenterait pas à l’élection  
du président du Parti libéral-démocrate (PLD) et qu’il démissionnerait  
de ses fonctions de Premier ministre. L’annonce a été saluée par la  
Bourse de Tokyo. Le LDP a élu M. Fumio Kishida, un ancien ministre des  
Affaires étrangères, président pour conduire le parti lors des élections à  
la chambre basse en octobre. M. Kishida a promis de se détourner des  
politiques de déréglementation de ses prédécesseurs. Cependant, la  
restauration de la confiance dans le gouvernement ne sera pas chose  
aisée compte tenu de la faiblesse du système de santé japonais et des  
contraintes institutionnelles. Le risque est celui d’un retour à une valse  
des premiers ministres, ceux-ci ne se maintenant pas plus d’un an au  
pouvoir.  
Achevé de rédiger le 05/10/2021  
Quel que soit le nouveau Premier ministre, l’orientation de la politique  
budgétaire va probablement rester très accommodante malgré la dé-  
térioration des comptes publics. La dette publique représente actuel-  
lement près de 240% du PIB. Cette politique s’appuie sur le soutien  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1586 articles et 280 vidéos