Perspectives

Des politiques expansionnistes pour éviter le désastre

e
Eco Perspectives // 3 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 10 juillet 2020)  
economic-research.bnpparibas.com  
2
3
SUISSE  
DES POLITIQUES EXPANSIONNISTES POUR ÉVITER LE DÉSASTRE  
Après la récession la plus sévère de l’histoire récente, l’activité économique se redresse sous l’effet du déconfinement  
progressif mis en œuvre en Suisse et dans les pays voisins. L’orientation exceptionnellement accommodante de la  
politique monétaire et budgétaire helvète est également favorable à la reprise économique. Les PME ont recouru au  
programme de prêts spéciaux et les salariés ont bénéficié du dispositif de chômage à temps partiel. Pour autant,  
la reprise sera lente et l’activité économique ne devrait pas retrouver ses niveaux d’avant-crise d’ici à la fin 2022.  
Le gouvernement est convaincu que la dette liée à l’épidémie de Covid-19 pourra être remboursée sans qu’il soit  
nécessaire d’augmenter les impôts.  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
LE CREUX DE LA RÉCESSION A ÉTÉ ATTEINT EN AVRIL  
Croissance du PIB  
Prévisions  
Inflation  
Le coronavirus et les mesures adoptées pour endiguer la pandémie ont  
abouti à la pire récession de l’histoire récente. Avec la mise en place de  
mesures de confinement, des pans entiers de l’économie ont été mis à  
l’arrêt. Alors même que ces mesures ne sont entrées en vigueur qu’en  
mars, le PIB s’est replié de 2,6 % au premier trimestre 2020 par rapport  
au trimestre précédent. Les industries les plus durement frappées sont  
celles qui ont été directement affectées par les mesures de fermeture  
obligatoire, comme le secteur de l’hôtellerie-restauration et une partie  
du commerce de détail. La récession s’est encore aggravée au deuxième  
trimestre. Le baromètre conjoncturel du KOF a atteint un point bas  
historique en avril, l’activité économique étant inférieure d’environ  
Prévisions  
5
,3  
6
,0  
,0  
4
2,7  
2,0  
1,0  
0,9  
0
,4  
0,5  
0,0  
-0,2  
-
-
2,0  
4,0  
-6,0  
-6,2  
-
8,0  
2
0 % à 30 % à son niveau habituel. Avec le déconfinement progressif  
2018  
2019  
2020  
2021  
2018  
2019  
2020  
2021  
mis en place à partir de la fin avril, le baromètre a regagné du terrain  
dans les mois suivants, indiquant que le pire était passé. Cependant,  
l’activité a continué à se dégrader dans l’industrie manufacturière suite  
à la contraction des carnets de commandes.  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : COMPTES NATIONAUX, BNP PARIBAS  
Compte tenu du ralentissement économique et de la chute des prix,  
la politique monétaire va probablement rester très expansionniste. La  
BNS devrait maintenir son taux directeur inchangé à -0,75 %. Elle a  
également annoncé sa volonté d’intervenir sur le marché des changes  
pour empêcher une appréciation du franc suisse.  
UNE POLITIQUE MACROÉCONOMIQUE TRÈS ACCOMMODANTE  
Dèsl’entréedupaysenconfinement, enmars, leConseilfédéralaadopté  
un train de mesures d’urgence d’un montant de CHF 72,2 mds (10,4 %  
du PIB de 2019), dont CHF 41,4 mds de sûretés et garanties, couvrant  
les crédits aux petites et moyennes entreprises (PME). Pour obtenir  
un crédit garanti, les entreprises concernées doivent simplement en  
faire la demande auprès de leur banque principale. Les prêts de faible  
montant sont garantis à 100 % par l’État, tandis que les crédits d’un  
montant supérieur à un certain plafond sont garantis à hauteur de  
LA LONGUE MARCHE VERS LA REPRISE  
Grâce à des politiques très accommodantes et à la poursuite du  
déconfinement en Suisse et dans les pays voisins, l’activité économique  
devrait connaître un rebond notable au T3. En conséquence, la chute  
du PIB pourrait se limiter aux environs de 6 %. En tout état de cause, la  
reprise prendra certainement du temps et il faudra attendre 2022 pour  
voir l’économie renouer avec son niveau d’avant-crise.  
8
5 %. Ces derniers sont soumis à un examen de la part des banques,  
qui garantissent les 15 % restants. Pour accroître rapidement le volume  
des crédits bancaires accordés, la Banque nationale suisse (BNS) a mis  
en place une facilité de refinancement Covid-19 (FRC). Cette facilité La crise a également entraîné une nette détérioration des finances  
permet aux établissements bancaires d’obtenir des liquidités auprès publiques. Le Conseil fédéral estime le manque à gagner fiscal pour  
de la BNS, celle-ci acceptant, comme sûretés, les crédits garantis par 2020 à plus de CHF 5 mds, en partie dû aux reports d’impôts. Le déficit  
la Confédération.  
public global devrait s’établir aux environs de 5 % en 2020. Selon les  
prévisions du Conseil, le budget de l’État restera déficitaire jusqu’en  
Le Conseil fédéral a, par ailleurs, élargi l’accès aux dispositifs de  
chômage partiel pour y inclure également les travailleurs sous contrat  
à durée déterminée, les intérimaires, les apprentis et les indépendants.  
De plus, la période d’attente prévue pour accéder à ces dispositifs a  
été supprimée et les procédures administratives ont été simplifiées.  
Au début du mois de juillet, le Conseil fédéral a prolongé de six  
mois les indemnités de chômage partiel. La contribution fédérale au  
régime d’assurance-chômage en Suisse a été augmentée de 20,2 mds.  
Depuis le mois d’avril, 190 000 entreprises ont déposé une demande  
de chômage partiel pour 1,9 million de salariés, soit environ 36 % de  
l’ensemble des travailleurs.  
2
024. Cependant, Ueli Maurer, le ministre des Finances, est convaincu  
que la dette liée à la pandémie pourra être remboursée sans qu’il soit  
nécessaire d’augmenter les impôts.  
Raymond Van der Putten  
raymond.vanderputten@bnpparibas.com  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2569 articles et 664 vidéos