Emerging

PDF
e
16  
EcoEmerging// 2 trimestre 2019  
economic-research.bnpparibas.com  
Chili  
La question des réformes  
La croissance du Chili a rebondi en 2018, portée par la hausse du prix du cuivre et le regain de confiance des investisseurs  
consécutif à l’élection de Sebastian Piñera. L’ambition du nouveau président de mettre en place, au cours de son mandat, une  
politique destinée à stimuler la croissance et l’investissement, tout en consolidant les finances publiques, pourrait pourtant s’avérer  
plus difficile à réaliser que prévu. Son parti ne dispose pas de la majorité à l’assemblée et les mesures présentées jusqu’ici  
(
réformes fiscale et du système de retraites) peinent à être adoptées. Les perspectives de croissance restent toutefois plutôt  
favorables pour les deux années à venir et la consolidation budgétaire devrait se poursuivre.  
Rebond de croissance en 2018  
1- Prévisions  
Après avoir enregistré un taux de croissance inférieur à 2% depuis  
014, la faiblesse du taux d’investissement et la baisse de  
2017 2018e 2019e 2020e  
2
1,5  
4,0  
3,6  
3,2  
PIB réel, variation annuelle, %  
Inflation, IPC, var. annuelle, %  
Solde budgétaire, % du PIB  
confiance des investisseurs ayant exacerbé les effets de la chute du  
cours du cuivre, la croissance chilienne a rebondi en 2018,  
atteignant 4%. La croissance du PIB réel a été particulièrement  
soutenue au premier semestre, progressant de 4,8% en glissement  
annuel (g.a.). Les exportations de cuivre, l’investissement (5,0% en  
g.a., tiré par le secteur minier) et la consommation des ménages ont  
été les principaux moteurs de la croissance. La baisse des cours du  
cuivre et le ralentissement des exportations en dehors du secteur  
minier ont pesé sur l’activité au cours du deuxième semestre.  
2,2  
2,4  
2,4  
2,9  
-2,8  
-1,7  
-2,0  
-1,8  
Dette publique, % du PIB  
23,6  
-1,5  
25,7  
-3,1  
26,7  
-3,0  
27,5  
-2,7  
Balance courante, % du PIB  
Dette externe, % du PIB  
65,5  
39.0  
62.0  
39,9  
63,5  
39,9  
63,5  
40,5  
Réserves de change, mds USD  
Réserves de change, en mois d'imports  
Taux de change USDCLP (fin d'année)  
7,9  
7,6  
7,8  
8,0  
615  
696  
695  
698  
L’inflation est restée contenue en 2018 (2,4% en moyenne) et  
depuis le début de l’année (moins de 2% en moyenne au cours des  
trois premiers mois, selon le nouvel indice basé sur l’année 2018).  
Dans ce contexte, la banque centrale devrait poursuivre sa politique  
prudente de normalisation des taux (le taux directeur a été relevé de  
e: estimations et prévisions BNP Paribas Recherche Economique Groupe  
2- Croissance du PIB réel et prix du cuivre  
Prix du cuivre (é.d.)  
2
5 pb en octobre 2018 et janvier 2019, pour atteindre 3%).  
Croissance réelle du PIB  
g.a., %  
g.a., %  
Les perspectives pour les deux années à venir sont plutôt  
favorables, même si la croissance du PIB ralentira légèrement en  
1
1
2
0
8
6
4
2
0
2
150  
100  
50  
2019 et 2020 pour se stabiliser autour de 3,5% (soit le taux de  
croissance tendanciel estimé par la banque centrale). La croissance  
sera soutenue par l’amélioration du marché du travail et la mise en  
place progressive de nombreux projets d’investissements (publics et  
privés), en supposant que ceux-ci se concrétisent dans les délais  
prévus. Les risques à la baisse restent importants : l’intensification  
de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et un  
ralentissement plus prononcé qu’attendu de la croissance en Chine  
pourraient peser sur le prix du cuivre, et affecter la croissance. La  
diversification de l’économie peine en effet à se matérialiser et le  
secteur du cuivre représente encore près de 10% du PIB, 25% des  
recettes budgétaires et 50% du total des exportations.  
0
-
-4  
-6  
-50  
-100  
-8  
2
008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018  
Sources : Comptes nationaux, LME  
Mais bien que Sebastian Piñera ait été élu avec une avance  
confortable sur son concurrent de la coalition de centre gauche, son  
parti ne dispose de la majorité dans aucune des deux chambres du  
Parlement, et les coalitions soutenant l’action du gouvernement  
s’avèrent difficiles à former.  
Les réformes en question  
La vigueur de la demande interne pourrait également pâtir d’une  
trop grande dilution des projets de réforme proposés par le  
gouvernement. Un an après son arrivée au pouvoir, le président  
Piñera (à la tête du parti de centre droit Chile Vamos, CV) rencontre  
en effet quelques difficultés. Au moment de son élection, le  
président avait annoncé que son mandat aurait pour priorité de  
stimuler l’investissement privé et la croissance, tout en consolidant  
les finances publiques.  
Le gouvernement a déjà été contraint de faire quelques  
concessions en maintenant des mesures prises par le précédent  
gouvernement, notamment concernant la réforme de l’éducation. Le  
président a également dû renoncer à abaisser le taux d’imposition  
des sociétés, une de ses promesses de campagne.  
e
17  
EcoEmerging// 2 trimestre 2019  
economic-research.bnpparibas.com  
Au mois d’août dernier, une vaste réforme fiscale a été présentée.  
Elle revient en grande partie sur les dispositions prises par Michelle  
Bachelet en 2014. Les trois principales mesures proposent de  
simplifier et unifier les régimes fiscaux existants, de moderniser  
l’administration fiscale (en généralisant la collecte électronique par  
exemple) et de stimuler l’investissement privé, en mettant en place  
un ensemble d’incitations pour les entreprises et en ciblant  
particulièrement les PME. Alors que le gouvernement a exprimé son  
souhait d’entériner la réforme le plus tôt possible, afin que les  
dispositions puissent être prises en compte dès le budget 2020, le  
texte est encore en discussion au Congrès.  
3
- Déficit public  
Revenus  
Dépenses  
Déficit public  
en % du PIB  
30  
25  
2
1
1
0
5
0
5
0
5
En novembre, c’est une proposition de réforme du système de  
retraite qui a été présentée. Cette annonce était attendue, le sujet  
étant au centre du débat public depuis de nombreuses années.  
Schématiquement, le système de retraite chilien repose sur trois  
piliers principaux : le premier, créé en 1981, est un système de  
pension privé dont la valeur totale des fonds représente aujourd’hui  
près de 70% du PIB. En 2008, au cours du premier mandat de  
Michelle Bachelet, un deuxième pilier « solidaire » a été introduit,  
garantissant entre autres choses un montant minimum de retraite et  
des aides à destination des travailleurs les plus pauvres. Enfin, un  
troisième pilier autorise les travailleurs à compléter leurs cotisations  
obligatoires par des versements volontaires.  
-
-10  
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018  
Source : Ministère des Finances  
réduction du déficit tient surtout à la hausse des revenus liés au  
secteur minier, et à la collecte d’une taxe exceptionnelle auprès du  
groupe minier chilien SQM. Comme le gouvernement s’y était  
engagé, les dépenses sont restées relativement stables en  
pourcentage du PIB. Le déficit devrait de nouveau augmenter en  
019-2020 (mais rester proche de 2% du PIB), le supplément de  
revenu issu de la taxe relative à la société SQM n’étant pas appelé  
à se renouveler.  
Le système de retraite soulève beaucoup de critiques : le  
vieillissement de la population, la faiblesse du taux de cotisation  
2
(
1
équivalant à 10% du salaire des employés au Chili, contre plus de  
8% en moyenne dans les pays de l’OCDE), l’importance des frais  
de gestion (diminuant significativement le montant des prestations),  
le bas niveau des salaires ont contribué à diminuer le montant des  
prestations perçues. En outre, le montant minimum des retraites et  
les aides destinées aux travailleurs les plus pauvres sont jugés  
insuffisants.  
A moyen terme, la consolidation devrait se poursuivre, même si les  
marges de manœuvre du gouvernement apparaissent limitées.  
D’après les autorités, la réforme fiscale devrait être neutre, et la  
réforme des retraites devrait induire une hausse progressive des  
dépenses publiques, pour atteindre 1,1% du PIB (2018) en 2030.  
De toutes les réformes envisagées par le gouvernement, celle-ci  
serait la plus coûteuse, mais le gouvernement envisage de financer  
cette augmentation des dépenses année après année.  
Dans les grandes lignes, les propositions présentées par le  
gouvernement reprennent les suggestions formulées par l’équipe de  
Michelle Bachelet au cours de son deuxième mandat en 2015,  
c’est-à-dire la nécessité d’augmenter à la fois les taux de cotisations  
individuels (la proposition de réforme prévoit que les employeurs  
augmentent les cotisations effectuées pour le compte de leurs  
employés, portant le montant total à 14% du salaire) et les fonds  
destinés au « pilier de solidarité ». Contrairement aux mesures  
proposées dans le cadre de la réforme fiscale, celles concernant la  
réforme des retraites vont plutôt dans le sens des partis d’opposition.  
Le projet est cependant toujours en discussion.  
D’après les estimations préliminaires publiées par le gouvernement,  
le déficit structurel (défini par la règle budgétaire de moyen terme)  
devrait progressivement se réduire, pour atteindre 1,2% du PIB en  
2021. Cette réduction induirait une consolidation modérée, sans que  
le gouvernement ait indiqué si de nouvelles mesures fiscales seront  
proposées, ou si les paramètres d’estimation du déficit budgétaire  
(
i.e. le taux de croissance potentielle et le prix du cuivre) seraient  
révisés pour atteindre l’objectif.  
La consolidation budgétaire se poursuit, mais  
l’ampleur devrait diminuer dans les années à venir  
En 2018, le déficit budgétaire a été réduit à 1,7% du PIB (après  
1
2
,8% en 2017), son plus bas niveau depuis 2014 . Cela dit, la  
1
La politique budgétaire du Chili est encadrée depuis 2001 par une règle  
budgétaire de moyen terme dont le but est de réduire la volatilité de la  
croissance grâce à des politiques contra-cycliques. Alors que l’application de la  
règle a permis d’accumuler des excédents budgétaires entre 2001 et 2014, la  
baisse du taux de croissance potentiel et celle du prix du cuivre ont abouti à une  
hausse du déficit public et de la dette depuis 2015.  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2202 articles et 553 vidéos